Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le rôle de Cuba dans le mouvement des non alignés

Cet article publié par la revue académique du minirex cubain a le mérite de présenter le point de vue de Cuba et du grand rôle que ce pays a joué pour constituer ce protagoniste important du XXe siècle que fut le mouvement des non alignés. Mais ce qui rend ce texte encore plus intéressant c’est l’actualité des relations sud-sud qui se poursuivent après le fin de l’URSS, avec en toile de fond la montée de la Chine. Cet article a pu utiliser les témoignages des acteurs de ce processus, en particulier les acteurs cubains qui ont eu comme le montre l’article un rôle central. Auteurs de l’article M. Sc. Dariana Hernández Pérez, Master en histoire contemporaine et relations internationales. Baccalauréat en histoire. Professeur assistant à l’Institut supérieur des relations internationales Raúl Roa García. Coordinateur du diplôme de service extérieur (note et traduction de Danielle Bleitrach).

RÉSUMÉ

L’objectif de cet article est d’analyser le rôle joué par Cuba dans le cadre de ses relations avec le tiers monde, notamment celles avec l’Amérique latine et l’Afrique. C’est parce qu’il est de notre intérêt de clarifier le rôle de Cuba pour renforcer notre politique contre le colonialisme et soutenir l’anti-impérialisme et les mouvements de libération nationale. Cet article résume les recherches sur le rôle de Cuba au sein du Mouvement des pays non alignés depuis sa fondation en septembre 1961, jusqu’à la célébration de la première conférence tricontinentale, tenue à La Havane, du 3 au 15 janvier 1966.

INTRODUCTION

La Seconde Guerre mondiale a engendré une véritable transformation du système des relations internationales. L’Europe occidentale avait été physiquement détruite et paralysée économiquement, de sorte qu’elle n’était pas en mesure de tenir le leadership mondial, ce qui a fait que les deux autres puissances qui ont participé au conflit: les États-Unis et l’Union soviétique, sont devenues des centres de pouvoir se disputant l’hégémonie dans le nouvel ordre international.

Les relations internationales entre les deux nouveaux blocs de pouvoir, aux systèmes économiques, politiques, idéologiques et sociaux totalement antagonistes, sont devenues hostiles au début même de l’après-guerre;  à partir de là, la guerre froide caractérisera les relations internationales pendant plus de quarante ans.

La guerre froide, du point de vue militaire, était basée sur la confrontation indirecte des deux pays à travers leur participation à des conflits de faible intensité entre les pays du tiers monde. Pour cette raison, les États-Unis se sont opposés à toute insurrection ou soulèvement de type nationaliste ou communiste susceptible de constituer une menace potentielle pour les investissements des entreprises nord-américaines à l’étranger.

La stratégie américaine pendant cette période reposait sur trois objectifs fondamentaux: un impératif de sécurité nationale visant à bloquer les puissances extra-hémisphériques, la possibilité d’établir des points d’appui ou d’influence en Amérique latine, des stratégies idéologiques 1 pour contrer la propagande et les actions menées par les partis socialistes et communistes et de nombreux groupes ouvriers pour reconnaître le rôle de l’Union soviétique dans le conflit. De même, la promotion des intérêts particuliers des sociétés américaines était proéminent, ce qui a permis d’entamer un nouveau processus d’accumulation, fondé principalement sur trois processus interdépendants: l’entretien et l’expansion du complexe militaro-industriel, l’accord entre le capital et le travail et l’expansion à grande échelle dans le monde des grandes entreprises nord-américaines (Lowenthal, 2006: 64).

En conséquence, Washington a mis en œuvre des tactiques de contre-insurrection et orienté sa réponse militaire vers l’envoi d’un soutien matériel, financier et logistique, pour contrer toute tentative de pénétration des idées de gauche dans la région. 2  Dans le même but, il a agi directement, en utilisant ses forces pour les opérations spéciales, le conseil et le soutien des alliés menacés, et plus d’une fois déployé ses forces pour dissuader une escalade du conflit par les pays tiers. C’est ce type de politique qui a conduit les États-Unis à s’engager dans la guerre de Corée en 1953 et la guerre du Vietnam en 1964.

Pour sa part, la stratégie soviétique d’après-guerre était fondée, d’abord, sur la nécessité d’unir les gouvernements pro-soviétiques qui étaient dans sa zone d’influence, 3  face à l’hostilité croissante de l’Occident, en particulier des États-Unis. En ce sens, de 1944 à 1947, les gouvernements de coalition, les fronts démocratiques, ont été favorisés dans les pays libérés par l’Armée rouge. 4  Selon le professeur Evelio Díaz Lezcano:

«Les communistes occupaient des postes clés (ministères de l’Intérieur, de la Justice, de l’Agriculture) et dans certains cas (Bulgarie et Tchécoslovaquie), ils ont été chargés du poste de chef du gouvernement. Cela était dû non seulement aux pressions exercées par les Soviétiques (plus claires et plus fortes en Pologne, en Roumanie et en Hongrie), mais aussi au rôle joué par les communistes dans certains mouvements de résistance et au fait qu’ils étaient porteurs d’un programme attractif, qui, parmi d’autres mesures économiques et sociales avancées, proposait l’application de la répartition des terres aux paysans, dont la plupart étaient soumis à la domination d’une grande propriété foncière. L’influence exercée par les partis communistes se manifeste dans la croissance rapide de leurs membres entre 1945 et 1948 » (Díaz Lezcano, 2010: 233).

Cette politique a été consolidée à partir du second semestre de 1947, à la suite de la proclamation de la doctrine Truman et du plan Marshall.

Pendant ce temps, en quelques mois, les Soviétiques ont réussi à transformer les gouvernements de coalition des fronts nationaux en démocraties populaires, qui ont proclamé des objectifs socialistes et reconnu le rôle de premier plan des partis communistes tout en faisant progresser l’union des pays de l’Est autour de l’Union soviétique. Ainsi, des accords bilatéraux et multilatéraux ont été signés, qui ont abouti à la formation du Bureau d’information du Mouvement communiste international (Kominform) en 1947 5  et à la création du Conseil d’assistance économique mutuelle en 1949. L’intégration militaire n’aura lieu qu’en 1955, avec la fondation du Traité de Varsovie, entre-temps, des accords ont été signés avec l’Union soviétique, garantissant la présence de l’Armée rouge dans la région. 6

En ce qui concerne l’Amérique latine, la politique soviétique, avant le début de la guerre froide, était caractérisée comme étant fragile, fragmentaire et de faible intensité, par rapport à la politique développée en Europe, en Asie et en Afrique. Au début, l’intérêt soviétique pour la région s’est concentré sur le renforcement du mouvement communiste international. Un bon exemple peut être analysé avec la volonté de garantir les liens du Komintern et des partis communistes latino-américains. À l’exception de quelques contacts économiques et politiques isolés avec le Mexique, l’Uruguay et l’Argentine, les relations entre l’Amérique latine et l’Union soviétique n’étaient pas très importantes. 7

Ce n’est qu’à la fin des années cinquante du vingtième siècle, surtout après le triomphe de la révolution cubaine, que l’Union soviétique commencera à nouer de nouveaux liens avec la région. L’approche économique, militaire et politico-idéologique de l’île à l’égard de l’Union soviétique a entraîné la présence dans la région des Caraïbes d’une puissance étrangère contraire aux intérêts américains.

Cette réalité, ainsi que l’influence que l’Union soviétique a commencé à exercer sur les pays d’Asie et d’Afrique, dans leurs processus de décolonisation respectifs, ont conditionné le fait que les régions d’Amérique latine, des Caraïbes, d’Asie et d’Afrique sont devenues le théâtre de nouveaux scénarios d’affrontement politique, économique et militaire entre les États-Unis et l’Union soviétique.

DÉVELOPPEMENT

L’une des conséquences de la Seconde Guerre mondiale pour l’Amérique latine a été la montée des mouvements nationalistes. Ses causes étaient multiples. La prospérité économique de nombreux pays de la région était associée à la demande de matières premières par les États-Unis pendant la période de guerre, ce qui a abouti à la consolidation du capital national, qui à son tour a favorisé la promotion d’industries manufacturières diverses en raison de la pénurie de biens de consommation en Amérique du Nord.

Ce développement industriel a non seulement motivé l’émergence de secteurs commerciaux nationaux, de secteurs professionnels et techniques qui composaient la bourgeoisie nationale, mais aussi provoqué une augmentation du nombre de travailleurs, stimulés par des conditions économiques favorables. La montée des idées démocratiques, antifascistes et communistes a également entraîné la prolifération des organisations syndicales comme moyen de lutter pour leurs droits.

Cet éveil de la conscience et des forces démocratiques en Amérique latine, a été suivi d’une tentative de montée au pouvoir des classes moyennes dans les différents pays de la région comme le Guatemala (1944), le Venezuela (1945) et l’Argentine (1946), 8  Dans un contexte où la confrontation entre les États-Unis et l’Union soviétique se renforçait, cela a motivé le gouvernement américain à accroître son contrôle et son hégémonie dans la région, à travers une politique répressive à l’égard de l’Amérique latine, qui a donné lieu à une système de domination hémisphérique qui comprenait la création d’une alliance militaire continentale.

Cette alliance s’est achevée avec la signature d’un traité de sécurité collective entre les États-Unis et les nations américaines, le Traité inter-américain d’assistance réciproque connu sous le nom de TIAR, 9  et avec la conclusion du Pacte de Bogotá, qui a institutionnalisé ce qui précède par la création de l’Organisation des États américains, basée à Washington, avec 21 membres. 10  Ainsi, cette organisation a été établie comme un mécanisme de pression impérialiste envers les pays d’Amérique latine, lorsque le panaméricanisme a été institutionnalisé comme un instrument idéal de domination nord-américaine sur le continent, approuvé par la section qui a établi le règlement des différends dans la région au sein du système interaméricain, c’est-à-dire selon les méthodes américaines et en dehors des Nations Unies.

Pour réglementer les formes de coopération, les États-Unis ont promulgué les lois de défense mutuelle de 1949 et 1951, qui ont conduit à la signature d’accords bilatéraux avec Cuba, le Brésil, le Chili, la Colombie, la République dominicaine, l’Équateur, le Guatemala, Haïti, le Honduras, le Nicaragua,le Pérou et l’Uruguay. La loi de 1951 sur la sécurité mutuelle a créé le programme d’assistance militaire dans le but d’offrir une formation et des conseils, ainsi que de subventionner ou de vendre à bas prix des équipements en désuétude aux forces armées latino-américaines, fournissant des fonds supplémentaires au Département d’État.

La création de toutes ces institutions et de ces plans de défense a contribué au renforcement des groupes de pouvoir politique dans la région d’Amérique latine et des Caraïbes, afin d’assurer la continuité de la fidélité de la région aux intérêts nord-américains. Cela s’est traduit par le soutien sans restriction du gouvernement nord-américain aux dictatures militaires qui ont éclaté dans plusieurs pays de la région, comme ce fut le cas de la dictature Fulgencio Batista à Cuba.

La politique de la guerre froide pratiquée par les États-Unis s’est étendue également à d’autres régions de ce que l’on appellera le tiers monde, mais avec des caractéristiques différentes, car il n’y avait pas d’égalisation du développement social entre l’Amérique latine et l’Asie et l’Afrique à cette époque. Dans ces régions, le processus de décolonisation et de libération nationale a commencé, auquel la politique étrangère nord-américaine s’opposait. À cet égard, le Dr C. Reinaldo Sánchez Porro souligne:

“Après la Seconde Guerre mondiale, une forte contradiction est apparue entre les deux camps de forces opposés, celui des puissances capitalistes et socialistes (…) impliqués dans ce qu’on a appelé la guerre froide entre les deux principales puissances, les États-Unis et l’Union soviétique et ses blocs alliés. (…) Au milieu de celle-ci, la décolonisation s’est développée, fondamentalement à partir de la remise en cause des relations de dépendance coloniale à tous les niveaux au nom des mouvements de libération nationalistes. Des luttes anti-coloniales telles que celle de l’Algérie ont provoqué des guerres chaudes, après quoi des tentatives ont été faites pour y trouver la main de Moscou, la libération du continent africain a eu lieu dans ces conditions et l’Afrique a également été utilisée comme scène pour la confrontation des deux blocs » (Sánchez Porro, 2016: XI).

Une grande partie des pays d’Asie et d’Afrique, qui avaient été des colonies des principales puissances européennes, qu’ils avaient accompagnées dans les combats de la Seconde Guerre mondiale, ont commencé, à la fin de celle-ci, a développer des tentatives pour atteindre le statut d’autonomie ou d’indépendance. Cela a été possible, entre autres facteurs, en raison des changements économiques, démographiques et éducatifs qui ont eu lieu dans les territoires coloniaux, qui ont conduit à l’émergence d’organisations autochtones aspirant à l’indépendance, ainsi qu’aux transformations provoquées par le conflit sur la scène internationale, en particulier l’affaiblissement des métropoles (Díaz Lezcano, 2010: 155).

En conséquence de tout ce qui précède, des changements importants se sont produits dans le système international. Premièrement, les États souverains se multiplient et donc l’intégration dans la vie indépendante des grandes masses de la population des différentes régions du Tiers – Monde, 11 en grande partie appauvrie et sous le contrôle des intérêts du capital, ce qui pose un défi pour le projet hégémonique américain, car si la rupture des liens coloniaux signifiait de nouveaux marchés pour placer leurs produits et leurs capitaux, ils ne pouvaient pas abandonner les exigences de leur alliance stratégique avec les métropoles européennes (Pérez Tarrau, 1999: 7).

Deuxièmement, l’incorporation de nouveaux acteurs à la scène internationale, dans le cadre des Nations Unies, a favorisé le démarrage de la défense des intérêts politiques du tiers monde au détriment de la prépondérance nord-américaine à l’Assemblée générale, ce qui était possible, en grande partie, par les votes des pays d’Amérique latine et de leurs alliés occidentaux.

Troisièmement, et à la suite du processus de décolonisation, les régions d’Afrique et d’Asie sont devenues des scènes de la guerre froide. Face à cette offensive, l’Union soviétique a tenté d’attirer sympathies et alliés en soutenant le mouvement de décolonisation et les pays nouvellement libérés, tandis que les États-Unis et leurs alliés, toujours en argumentant la lutte habituelle contre le communisme, s’efforçaient de contenir la radicalisation des processus et de les mettre sous son contrôle sous la nouvelle étiquette de néocolonialisme. L’aide économique conditionnelle, le chantage et les pressions de toutes sortes, voire le recours à la force, ont fait l’objet d’un appel, comme cela s’est produit en 1958 dans les cas du Liban et de la Jordanie, où les troupes anglaises et américaines ont débarqué pour soutenir la réaction interne.

D’un point de vue socio-économique et politique, ces pays nouvellement libérés ne sont pas associés soit aux pays capitalistes et industrialisés de l’Occident ou ceux de la région socialiste d’Europe de l’ Est, par conséquent, ils ont lancé une politique propre, celle du Tiers – Monde, 12  qui est devenue une politique de neutralité face à la confrontation entre les deux grands blocs idéologiques de l’époque. Sa première manifestation pratique a été la Conférence afro-asiatique qui s’est tenue à Bandung (Indonésie) en 1955. Parmi les pays d’Europe orientale, la Yougoslavie aurait un rôle pertinent à jouer dans cette conférence, car c’était le seul pays de cette région à n’avoir jamais accepté l’hégémonie soviétique.

De cette rencontre est née la nécessité de rassembler les pays d’Asie et d’Afrique, récemment libérés du colonialisme européen, dans un mouvement dont la politique centrale était la non-aliénation à l’un des blocs de pouvoir et qui avait une force suffisante pour jouer un rôle de premier plan militante qui leur permettrait de défendre leurs droits et d’imposer leurs intérêts.

Sous la direction du Président de la Yougoslavie, Josep Broz Tito, de la République arabe unie, Gamal Abdel Nasser et de l’Indonésie, Ahmed Sukarno, avec lesquels les Présidents de l’Inde, Jawaharlal Nehru et d’Afghanistan, Mohamud Daud étaient associés, le Mouvement des pays non alignés ou NAM, a eu sa présentation officielle à la 1ère Conférence du NAM tenue à Belgrade, Yougoslavie, du 1er au 6 septembre 1961. Cuba était le seul pays d’Amérique latine à participer à cette réunion. La délégation cubaine était présidée par Osvaldo Dorticós Torrado, alors président de la République de Cuba.

Cuba dans le contexte du Mouvement des pays non alignés

Rétrospectivement, il est nécessaire d’indiquer que le triomphe de la révolution cubaine en 1959 a marqué une étape importante pour l’Amérique latine et les Caraïbes et en particulier pour les relations avec les États-Unis. Il convient de rappeler que le gouvernement américain n’a jamais reconnu la révolution triomphante et qu’en 1961, celui-ci avait déjà subi de nombreuses attaques de la puissance nordique. Les idées directrices prononcées dans de nombreux discours de Fidel Castro, où il a clarifié le caractère et les objectifs de la révolution cubaine, ont exercé une influence énorme dans les mouvements de libération nationale au niveau international, parce que pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, un mouvement de guérilla avait mené une révolution politique et affronté l’impérialisme américain, déclarant un nouveau système de gouvernement totalement opposé à ses intérêts. Le résultat logique serait un changement dans les relations interaméricaines et l’expression de luttes populaires dans l’hémisphère occidental, soutenant, dans nombre de ses discours, le premier pays socialiste d’Amérique.

Dès les premiers instants, les États-Unis avaient envisagé avec suspicion une révolution comme celle de Cuba, qui avait eu recours à la lutte armée à un moment où les espoirs se concentraient sur les solutions réalisées par la voie réformiste, comme cela s’est produit au Venezuela avec Rómulo Betancourt. Ainsi, tout comme les transformations économiques et sociales du gouvernement révolutionnaire cubain avaient progressé, avec un caractère anti-monopole et anti-impérialiste marqué, il est devenu évident que le processus de libération nationale cubain était beaucoup plus complet et profond que celui d’autres pays de la région.

En réponse, les actions entreprises depuis 1959 par le gouvernement nord-américain ont mis en danger la sécurité et la survie même de la Révolution cubaine, ce qui a provoqué une plus grande mobilisation populaire pour soutenir la Révolution, pour poursuivre son processus, désormais beaucoup plus radicalisé. Depuis 1959 même, des sabotages et des attaques contre les installations et les populations cubaines ont commencé, dans le cadre de la politique américaine de renversement de la révolution. En 1961, le débarquement de troupes mercenaires, entraînées par la CIA, a eu lieu à Playa Girón, dans la province de Matanzas. Cette invasion a été précédée par l’attaque de la base aérienne de San Antonio. Lors des obsèques des victimes de cet attentat, le 16 avril 1961, Fidel Castro a déclaré le caractère socialiste de la Révolution cubaine.

À cet égard, l’expérience historique de Cuba comme la Révolution des années 30, avec son radicalisme politique et sa confrontation avec les Américains, a également joué un rôle important. De même, l’influence de la pensée marxiste des principaux dirigeants de la Révolution aiderait à orienter la Révolution vers des positions plus radicales. De son côté, l’aide économique et militaire reçue par l’Union soviétique lui a permis de faire face à l’isolement politique et économique imposé par les États-Unis avec le soutien des gouvernements latino-américains.

Lors de la VI Réunion de consultations des ministres des affaires étrangères de l’OEA, tenue à San José, Costa Rica, les États-Unis ont tenté d’isoler l’île au niveau régional. Lors de la VIIIe réunion de l’OEA, tenue à Punta del Este (Uruguay) en 1962, il a tenté d’intensifier sa politique d’expulsion de Cuba de cette Organisation par la pression. À cette occasion, il a réussi à obtenir la rupture de tous les pays de la région des relations politiques, commerciales et diplomatiques avec l’île, à l’exception du Mexique. Ce fut la dernière participation de Cuba à l’OEA, qui accepta arbitrairement de séparer le gouvernement révolutionnaire cubain de son sein “en raison d’une incompatibilité avec les principes du système interaméricain”. Il faudra attendre la XXXIXe Période ordinaire de sessions de l’Assemblée générale de l’OEA, tenue au Honduras du 1er au 3 juin 2009,

Dans ce contexte d’isolement régional, la recherche de nouvelles alliances politiques et économiques était essentielle. La coïncidence historique entre le processus de libération de Cuba, la politique impérialiste des États-Unis et la montée du mouvement de décolonisation en cours en Asie et en Afrique, a permis au gouvernement révolutionnaire de diriger son attention vers les pays du << Tiers-Monde >>.

Pour entamer des contacts avec les gouvernements de ces peuples, le commandant Ernesto Che Guevara a été envoyé en tournée qui a commencé le 12 juin 1959 en Égypte, au Maroc, en Inde, en Indonésie, en Yougoslavie, à Ceylan (Sri Lanka), au Myanmar (Birmanie), Japon et Soudan.

Ces contacts principaux ont conféré une ligne précise à la diplomatie cubaine: essayer de réaliser l’unité des intérêts communs dans les relations et la politique internationales de la majorité marginalisée, approuvée par le principe de la politique étrangère révolutionnaire de subordination des intérêts nationaux aux les intérêts généraux de la lutte pour le socialisme, le communisme, la libération nationale, la défaite de l’impérialisme et l’élimination du colonialisme, du néocolonialisme et de toutes les formes d’exploitation et de discrimination.

La même année, le gouvernement révolutionnaire a accepté d’établir des relations diplomatiques avec le Maroc et d’élever la légation de la République arabe unie (Égypte, Syrie et Yémen) au rang d’ambassade, en plus d’initier des relations avec d’autres pays africains tels que la Tunisie et le Ghana. Il a également recommandé l’établissement de relations diplomatiques avec la Libye, le Soudan, l’Éthiopie, la République de Guinée et le Libéria.

L’année suivante, le président indonésien Ahmed Sukarno s’est rendu à Cuba, tandis que Raúl Castro se rendait en Égypte pour participer aux célébrations du 26 juillet à Alexandrie, où il tiendrait des réunions avec le dirigeant Gamal Abdel Nasser.

La visite de Fidel Castro à New York pour participer à la XV session de l’Assemblée générale des Nations Unies, qui a commencé le 18 septembre 1960, a été le cadre propice pour rencontrer les dirigeants afro-asiatiques les plus éminents du moment: Ahmed Sukarno d’Indonésie Jawaharlal Nerhu de l’Inde, Gamal Abdel Nasser de l’Égypte, Kwame Nkruma du Ghana et Ahmed Sekoú Touré de la République de Guinée, entre autres dirigeants. De cette façon, un lien a commencé qui a permis à Cuba en 1961 d’être le seul pays d’Amérique latine invité à la première Conférence du Mouvement des pays non alignés.

Du point de vue historique, Cuba entretient une étroite communauté avec les pays non alignés en ce qui concerne le passé, l’origine, l’héritage, les ennemis et les aspirations. Le passé de Cuba, comme celui de ces pays, est marqué par le colonialisme, le néocolonialisme, les interventions militaires et l’occupation illégale d’une partie de son territoire.

Ce lien contribue à la vocation du tiers monde de la politique étrangère cubaine, qui passe par la position officielle d’être à la fois un pays socialiste, latino-américain et non aligné, ce qui explique les actions de Cuba dans ses relations avec les pays d’Amérique latine, Asie et Afrique en général, et au sein du Mouvement des pays non alignés en particulier.

Parmi les critères pour lancer des invitations à la Conférence des pays non alignés de Belgrade, tirés du document «Rapport final de la réunion préparatoire de la Conférence des chefs d’État ou de gouvernement des pays non alignés, tenue au Caire, au cours du mois Juin 1961, Plénière 12 Réf: Me / 31 Final ”(MINREX, 1961) est, entre autres, que le pays doit avoir adopté une politique indépendante, fondée sur la coexistence d’États avec des systèmes politiques et sociaux différents et sur la non-alignement, ou devrait montrer une tendance en faveur de cette politique. En outre, le pays en question doit constamment soutenir les mouvements d’indépendance nationale.

Bien qu’en 1961 l’union politique, économique et idéologique de Cuba avec l’Union soviétique était déjà établie, le fait de ne pas faire partie du traité de Varsovie et d’avoir bien défini les principes qui régiraient la politique étrangère cubaine, lui a permis de s’y conformer. exigence et donc intégrer le mouvement. Cette dichotomie possible entre le lien de Cuba avec l’Union soviétique et le désir d’appartenir au MNA a été expliquée dans le discours du président cubain Osvaldo Dorticós au sommet de Belgrade, où il a déclaré que Cuba est un pays aligné dans le sens où il ne le fait pas. Il a des pactes militaires avec d’autres pays. Les accords militaires avec l’Union soviétique portent sur l’assistance technique. Cuba n’a aucun engagement de bloc d’aucune sorte:

«(…) Mais cela ne signifie pas que nous ne sommes pas des pays engagés. Nous sommes attachés à nos propres principes. Et ceux d’entre nous qui détiennent l’honorable délégation de nos peuples, qui sont des peuples épris de paix, qui luttent pour affirmer leur souveraineté et pour réaliser la plénitude du développement national, sont, enfin, déterminés à répondre à ces aspirations transcendantes et à ne pas trahir ces principes ( …) »(Dorticós Torrado, 1961).

Cuba a assisté au Sommet de Belgrade pour rechercher l’appui et la solidarité qu’elle n’a pas apportés dans la région. En ce sens, il a été proposé comme objectifs, entre autres, que la Conférence condamne l’impérialisme et que le poids fondamental de cette mesure incombe aux États-Unis; obtenir un soutien solidaire aux mouvements de libération nationale du Vietnam, de l’Angola et de la Guinée portugaise; condamner les régimes impérialistes et exiger l’indépendance de l’Angola, du Sud-Ouest africain, de la Guinée portugaise, de la Guyane britannique et de Porto Rico; 13  obtenir que la Conférence se prononce contre les bases militaires dans les territoires étrangers et condamne la mise en place de nouvelles bases, qui proclament le droit de chaque nation de se donner la forme de gouvernement qu’elle juge la plus appropriée, 14 condamner la discrimination et l’agression dans le domaine économique que les États-Unis ont pratiquées contre Cuba, qui condamnent les activités subversives et de harcèlement que les États-Unis ont pratiquées directement ou indirectement, par l’utilisation d’éléments mercenaires, contre la République de Cuba.

Une partie de ces objectifs a été atteinte, tandis que dans la Déclaration finale du Sommet, il était précisé, au point 12, que: «Les pays participants reconnaissent que la base militaire américaine de Guantánamo à Cuba, à la permanence de laquelle le Gouvernement et le peuple cubains ils ont exprimé leur opposition, portant atteinte à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de ce pays »; et au point 13, paragraphe b, << Les pays participants estiment que le droit de Cuba et de tous les peuples de choisir librement le système politique et social qui convient le mieux à leurs conditions, besoins et possibilités particuliers >> doit être respecté. 15  De cette manière, le sujet Cuba a été inclus, en tant que point indépendant, dans la Déclaration finale du Sommet.

Dans le cadre régional, des événements importants ont eu lieu entre les sommets de Belgrade et du Caire, parmi lesquels: l’indépendance de la Barbade, de la Guyane, de la Jamaïque et de Trinité-et-Tobago, le coup d’État contre Juan Bosch en République dominicaine et la crise de la Des missiles, qui mettent le monde au bord d’un holocauste nucléaire. De plus, en 1964, avec le coup d’État au Brésil, Goulart a inauguré une vague de coups d’État militaires qui allait déclencher un processus de fascisation dans le Cône Sud. De même, le président du Chili, Eduardo Frei, a répété la première expérience chrétienne-démocrate en Amérique latine, en essayant de la présenter comme une alternative à la révolution cubaine, en vue d’inculquer l’esprit à l’échec de l’Alliance pour le progrès, que Kennedy avait inaugurée en 1961. .

Ce contexte régional a fait de la question latino-américaine l’un des objectifs que la délégation cubaine devrait pouvoir inscrire à l’ordre du jour du deuxième Sommet du Mouvement des pays non alignés. Ainsi, parmi les orientations données à la délégation cubaine pour la réunion préparatoire, tenue à Colombo, Ceylan, du 23 au 28 mars 1964, figurait, outre la promotion de l’invitation des pays d’Amérique latine avec lesquels elle entretenait des relations et de s’opposer, d’une manière quoique nuancé, à ce que les pays qui n’ont pas de relations avec Cuba, en particulier le Venezuela, soient invités au motif que ceux qui avaient rompu leurs relations avec Cuba s’étaient déjà alliés avec l’impérialisme, avaient assumé ses préceptes et s’étaient prêtés au développement de la politique de la guerre froide en Amérique latine.16

Lors de la Conférence du Caire en 1964 17,  Cuba serait également le seul pays d’Amérique latine à participer en tant que membre du Mouvement. Toutefois, sur les dix pays observateurs qui ont participé à la Conférence, neuf étaient d’Amérique latine: Argentine, Bolivie, Brésil, Chili, Jamaïque, Mexique, Trinité-et-Tobago, Uruguay et Venezuela. L’Équateur, qui avait participé à la conférence précédente en tant qu’observateur, ne participerait pas à cette occasion. De même, le Mouvement pour l’indépendance de Porto Rico, devenu plus tard le Parti socialiste portoricain, était présent à la réunion du Caire en tant qu’invité.

La Conférence a condamné les manifestations du colonialisme et du néocolonialisme en Amérique latine et s’est prononcée pour l’application dans cette région du droit des peuples à l’autodétermination et à l’indépendance. La Conférence a noté avec regret que la Guadeloupe, la Martinique et d’autres îles des Antilles n’avaient pas encore atteint leur autonomie. En outre, il a appelé l’attention du Comité spécial des Nations Unies sur la décolonisation sur le cas de Porto Rico, lui demandant d’examiner la situation dans ces territoires conformément aux dispositions de la résolution 1514 des Nations Unies. Cela témoigne d’un plus grand intérêt, de la part du NAM, pour le problème latino-américain.

Il est à noter qu’en ce qui concerne Cuba, comme cela s’est produit à Belgrade, la conférence a condamné les pressions et interventions étrangères qui tendaient à imposer la modification du système politique, économique et social choisi par le peuple, a demandé la suspension du gouvernement américain. du blocus commercial et financier imposé depuis 1961, exigeait le retour du territoire illégalement occupé par les Américains à Guantánamo et que rien ne soit dit sur la crise des missiles.

Ce paradoxe peut s’expliquer par le fait que l’installation de fusées nucléaires à Cuba était un acte de légitime défense, contre la possibilité réelle d’une invasion militaire de l’île par les États-Unis. Cependant, la manière dont Nikita Khrouchtchev et John Kennedy sont parvenus à un accord sans prendre en compte la position cubaine, a permis au gouvernement cubain de se rendre compte de la place qu’occupait l’île dans le jeu de pouvoir des grandes puissances. Le 28 octobre 1962, l’accord établissant le retrait des roquettes de Cuba a été rendu public et Fidel Castro, comme le reste du monde, en a été informé par la presse, ce qui a marqué un refroidissement des liens entre Cuba et l’Union soviétique.

Cependant, dans une perspective globale, les événements d’octobre 1962 ont permis au cas de Cuba, dans son différend avec les États-Unis, de transcender le cadre régional pour devenir un problème mondial. À cet égard, le ministre des Affaires étrangères Raúl Roa García, dans une interview avec son homologue de la République arabe unie, tenue à l’ambassade de Cuba au Caire, a déclaré:

«Nous n’aspirons pas à ce que le cas de Cuba soit le point central de la Conférence, mais nous avons souhaité qu’il soit mentionné d’une manière ou d’une autre dans le communiqué final, car cela nous donnerait de la force pour l’Assemblée générale des Nations Unies. Nous avons fait valoir que le cas de Cuba n’était pas de nature locale, ni même régionale, mais mondiale, comme cela avait été démontré à l’occasion de la crise des Caraïbes. Le problème cubain est d’un intérêt égal pour tous, et on peut dire que les puissances occidentales qui entretiennent des relations commerciales avec Cuba, qui sont nombreuses, sont profondément préoccupées par la situation créée par la politique américaine vis-à-vis de notre pays, puisqu’elles Ils subissent toutes sortes de pressions pour les empêcher de commercer avec notre pays (…) » (Roa García, 1962).

Bien qu’après la crise d’octobre, la position cubaine au sein du Mouvement des pays non alignés ait été plus difficile à défendre, la politique à l’égard de l’Afrique au cours de la période biennale 1963-1964 qui assumera les risques d’un soutien militaire à l’Algérie face à l’agression marocaine Cela lui permit de maintenir son prestige au sein du mouvement auprès des Lumumbistes dans l’actuel Zaïre, et des nationalistes des colonies portugaises.

De même, le soutien aux mouvements de guérilla qui, sous l’influence de la Révolution cubaine ont commencé à prendre forme en Amérique latine, et leur défense dans le cadre de la lutte contre le colonialisme et le néocolonialisme, le mécanisme de domination le plus évident dans la région, ont contribué à la consolidation. de Cuba au sein du groupe des pays non alignés. De cette façon, l’île est devenue le pont des relations entre le secteur latino-américain le plus révolutionnaire et le Mouvement des pays non alignés, commençant une intégration qui a commencé à devenir visible après le deuxième sommet tenu au Caire en 1964.

Cette intégration s’est concrétisée par la célébration de la première conférence tricontinentale à La Havane, tenue du 3 au 15 janvier 1966. Plus de cinq cents représentants des mouvements politiques, syndicaux, étudiants, féminins, d’organisations internationales et de pays y ont participé. socialistes. Parmi eux, Amílcar Cabral du Cap-Vert, Salvador Allende du Chili, Pedro Medina Silva du Venezuela, Luis Augusto Turcius Lima du Guatemala, Rodney Arismendi d’Uruguay, Cheddy Jagan de Guyane, Nguyen Van Tien du Sud-Vietnam, entre autres. Lors de cette conférence, Cuba a consolidé son rôle de premier plan dans l’alliance des pays du tiers monde.

Conférence de solidarité avec les peuples d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine (Tricontinental), La Havane en 1966

L’Organisation de solidarité avec les trois continents, sa revue Tricontinental et l’Organisation pour la solidarité des peuples d’Amérique latine ont été créées dans ce cadre (figure 1).

55

Figure 1. Personnalités participant à la session inaugurale de la première conférence du Tricontinental, de droite à gauche: Carlos Rafael Rodríguez, Manuel Piñeiro, Lionel Soto, Pepín Naranjo, Haydeé Santamaría, Lázaro Peña, Pepe Ramírez, Miguel Martín et d’autres représentants de mouvements de libération nationale.

L’objectif poursuivi avec la réalisation de cette Conférence était de constituer un projet de lutte commune, puisque, comme Saïd Bouamama, auteur du livre  La Tricontinentale: Les peuples du tiers monde à l’assaut du ciel, a déclaré  dans une interview au Diario de Nuestra Amérique:

«(…) Il ne s’agit plus que chaque peuple dominé soit confronté à une seule et unique puissance coloniale, au contraire, il doit maintenant faire face à l’impérialisme, c’est-à-dire à tout un système de domination mondiale; deuxièmement, il ne s’agit plus seulement de lutter pour l’indépendance politique, mais de lutter pour une véritable indépendance économique; Toutes ces transformations de la conscience politique permettent une approche des luttes qui se déroulent en Amérique latine, où les peuples sont confrontés depuis des décennies au nouveau visage de la domination impérialiste, à savoir le néocolonialisme. Toutes ces luttes sur les trois continents se déroulent en même temps, et en conséquence de cela se constitue le projet d’une lutte tricontinentale commune »(Anfrus et Morgantini, 2017).

Avec un impact politique profond, la I Conférence Tricontinentale a donné naissance à l’Organisation de Solidarité des Peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine dite OSPAAAL, toujours en vigueur, dont l’objectif était de promouvoir et coordonner un front commun dans la lutte contre le colonialisme, le néocolonialisme , L’impérialisme américain et le soutien aux mouvements de libération nationale. Dans l’ensemble, ses objectifs coïncidaient avec ceux du Mouvement des pays non alignés. Il a été distingué par le fait que, pour la première fois, des organisations de gauche des trois continents se réunissaient pour discuter de la meilleure façon de faire de cette lutte une réalité.

L’une des plus grandes réalisations d’OSPAAAL a été la création du magazine Tricontinental, son organisme de diffusion. Publié en plusieurs langues, il deviendra le lien entre les militants des trois continents comme moyen de dénoncer l’impérialisme et de défendre les mouvements de libération nationale. Dans ce document, de nombreux intellectuels, politiciens et chercheurs ont réfléchi, à travers des articles publiés, à leurs analyses, visions, perspectives et études théoriques sur la situation du tiers monde et ses problèmes les plus pressants.

Dès le début, les États-Unis et leurs alliés ont vu ce mouvement comme une menace pour leurs intérêts et leurs positions au niveau mondial. Malgré la contre-offensive déclenchée par les forces impérialistes, la politique développée par Cuba à cette époque a permis une plus grande intégration des trois continents dans l’objectif commun des luttes pour la libération nationale, en défense de la libre autodétermination des peuples et contre L’impérialisme américain, qui a eu un impact sur le rôle de plus en plus actif que Cuba assumerait au sein du Mouvement des pays non alignés.

CONCLUSIONS

De 1961 à 1966, les premières étapes ont été franchies pour le rapprochement entre les régions d’Amérique latine et des Caraïbes et les pays d’Asie et d’Afrique, dans un contexte marqué par le début et le développement de la guerre froide, la réorganisation du système international à la suite du mouvement de décolonisation qui a émergé sur le continent africain et asiatique après le point culminant de la Seconde Guerre mondiale, et en raison de la montée des mouvements révolutionnaires en Amérique latine, après le triomphe de la révolution cubaine en janvier 1959, qui a mis le système de domination impériale imposé par les États-Unis à la région est en danger.

Ce lien interrégional sera promu par l’intermédiaire du Mouvement des pays non alignés et, dans ce cadre, le travail effectué par Cuba est d’une importance vitale. Ainsi, depuis le sommet I NAM tenu à Belgrade, Yougoslavie, en 1961, l’un des objectifs défendus par la délégation cubaine était la recherche de soutien et de défense des mouvements de libération nationale, en général, et de ceux d’Amérique latine, en particulier, ils apparaîtront reflétés dans le document final, comme un moyen de contribuer à leur légitimation et de condamner l’impérialisme américain.

Cette position assumée par Cuba est conforme aux principes de la politique étrangère révolutionnaire, qui définissent l’île comme un pays socialiste, latino-américain et non aligné.

La célébration de la première conférence tricontinentale à La Havane, bien que dans la pratique il n’ait pas été possible de spécifier un mode d’action conjoint et viable entre les trois continents, pour affronter efficacement l’impérialisme, a permis de se connecter, à travers la création du OSPAAAL et son organisme diffuseur, le Tricontinental Magazine, aux intellectuels et politiciens de ces territoires et diffusent leurs idées dans un contexte marqué par la contre-offensive impérialiste américaine.

Comme le sujet à l’étude fait partie de l’histoire du présent, il n’y a pas encore une véritable historiographie de ces événements qui nous permette d’accéder à des conclusions et analyses finales, mais les articles, articles et écrits publiés sur le sujet partent, dans de nombreux cas , de la mémoire historique des participants au processus et de l’analyse conjoncturelle, ce qui nous donne la possibilité de continuer à l’approfondir et à la développer comme ligne de recherche à moyen et long terme.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Anfrus, A. et Morgantini, R. (14 février 2017). Le Tricontinental. Les peuples du tiers monde à l’assaut du ciel. Entretien avec l’auteur. de Diario de Nuestra América. Disponible sur: https://www.investigaction.net/es/la-tricontinental-los-pueblos-del-tercer-mundo-al-asalto-del-cielo/

Boesner, D. (1990). Relations internationales de l’Amérique latine. Histoire courte. Caracas: Nouvelle société.

Díaz Lezcano, E. (2007). Brève histoire de l’Europe contemporaine (1914-2000). La Havane: Félix Varela.

Ambassade de Cuba au Caire (1964). Rapport de l’entretien du Dr Raúl Roa avec le ministre des Affaires étrangères de la RAU. La Havane: Archives centrales du MINREX.

Lowenthal, AF (2006). De l’hégémonie régionale aux relations bilatérales complexes: les États-Unis et l’Amérique latine au début du 21e siècle. Magazine de la nouvelle société. Disponible sur: htt: //dialnet.unirioja.es/servlet/articulo? Codigo = 2382353

MINREX (1961). Critères pour l’envoi des invitations à la Conférence des pays non alignés. Direction des organisations internationales, Département des organisations régionales. La Havane: Archives centrales du MINREX.

MINREX (1961-1978). Déclaration finale du premier sommet du Mouvement des pays non alignés. Documents de conférences et réunions de pays non alignés. La Havane: Archives centrales du MINREX.

Pérez Tarrau, G. (1999). Temps en mouvement: 1953-1958 dans la politique mondiale. Sujets, 4-15.

Sánchez Porro, R. (2016). Afrique. Lumières, mythes et ombres de la décolonisation. La Havane: Félix Varela.

Torrado, DO (1961). Discours du Président de Cuba, Dr Osvaldo Dorticós Torrado lors du débat général de la Conférence des pays non alignés. La Havane: Archives centrales du Minrex.

Torrado, DO (1964). Instructions personnellement données par le Président de la République de Cuba, le Dr Osvaldo Dorticós Torrado, au camarade Armando Entralgo, ambassadeur de Cuba au Ghana. La Havane: Archives centrales du Minrex.

BIBLIOGRAPHIE

Rodríguez Hernández, LE (2017). Un siècle de théorie des relations internationales. Sélection de diverses lectures. La Havane: Éditorial Félix Varela.


1  Une partie de ces stratégies était l’exposition de films américains qui amélioraient le mode de vie américain tout en déméritant d’autres modes de vie en les associant à la civilisation et à la sauvagerie. De plus, les journaux de l’époque, les magazines et les textes des églises elles-mêmes étaient des sources d’informations anticommunistes, déformant dans de nombreux cas la réalité et faisant écho à des campagnes, presque incroyables, comme celle qui disait que les compotes étaient faites en Union soviétique. avec les enfants. En même temps, ils ont développé un système éducatif qui pèserait l’étude de l’histoire des États-Unis à partir de la vision du peuple élu.

2  A Cuba, au cours des gouvernements authentiques de Ramón Grau San Martín et Carlos Prío Socarrás, la politique de la guerre froide était évidente dans l’offensive contre les dirigeants syndicaux. Les cas les plus significatifs ont été les meurtres du leader du sucre Jesús Menéndez et du leader paysan Niceto Pérez.

3  Ce fut un temps où la puissance des communistes dans ces régions a été favorisée et toute manifestation de l’ anti-communisme a été réprimée. Dans l’atmosphère intellectuelle, les œuvres des théâtres, les films générés dans ce contexte, ainsi que les magazines des différents mouvements communistes étaient des sources d’information.

4  L’exception était la Yougoslavie et l’Albanie, pays où la libération était due à la lutte des partisans, menée par les communistes.

5  Ce bureau est un organisme qui a exprimé la doctrine du mouvement, qui devait être suivi par toutes les parties.

6 A  propos de la présence de l’Armée rouge dans les pays d’Europe de l’Est, il y a de nombreuses considérations critiques, de ceux qui reconnaissent la nécessité ultime de défendre les régions entourant l’Union soviétique, à ceux qui ont critiqué sa présence dans leurs pays et ils y voyaient un acte d’expansion impérialiste soviétique.

7  hommes de gauche, y compris les communistes eux – mêmes, ne sont pas toujours d’ accord avec la politique du Komintern. Certains pour des raisons historiques, dans le cas de Cuba, pour la mémoire du soutien que les communistes ont apporté à Batista dans les années 40; dans d’autres, en raison du rejet de la signature du traité de non-agression entre Staline et Hitler, qui a empêché un véritable rapprochement.

8  Pour plus d’informations sur le sujet, consulter Boesner, D. (1990). Relations internationales de l’Amérique latine. Histoire courte. Caracas: Éditorial Nueva Sociedad.

9  Il s’agit d’un pacte interaméricain de défense mutuelle signé le 2 septembre 1947 à Rio de Janeiro. C’était le premier du genre après la Seconde Guerre mondiale. Un de ses paragraphes stipule que, en cas d’attaque armée d’un État contre un État américain, elle sera considérée comme une attaque contre tous les États américains et, par conséquent, chacune des parties contractantes s’engage à contribuer à lutter contre la atteinte à l’exercice du droit imminent de légitime défense individuelle ou collective reconnu à l’article 51 de la Charte des Nations Unies.

10  Avec la création de l’Organisation des États américains, en mai 1948, les formes de domination hémisphérique des États-Unis dans la région de l’Amérique latine et des Caraïbes se sont perfectionnées, à partir de l’autonomisation des structures qui répondent mieux à la nouvelle schémas de relations internationales. Ces formes avaient l’une de leurs expressions les plus concrètes dans le développement croissant et constant des organisations et agences internationales en tant que mécanismes de politique internationale, de coopération et de recherche de consensus dans le monde entier.

11  Sur les 59 pays indépendants qui composaient la carte politique du monde en 1945, en 1960, le chiffre était de 113, dont 64 appartenaient à la région afro-asiatique.

12  Le terme Tiers Monde a été utilisé pour la première fois en 1952, dans l’article “Trois mondes, une planète”, publié par Alfred Sauvy, économiste et sociologue français, dans le journal français L’Observateur. À l’origine, le terme s’inspirait de la conception des trois États concurrents de la Révolution française, dont le troisième la commencerait. On ferait alors référence aux pays qui ne faisaient pas partie du monde du capitalisme développé ou du monde du socialisme européen, par conséquent, le concept en est venu à regrouper le groupe des pays sous-développés ou en développement, indépendamment de leur structure politique, de leur système économique. ou participation à des communautés internationales.

13  L’un des principes de la politique étrangère cubaine était la défense des mouvements de libération nationale. Parmi eux, la défense et l’aide aux mouvements latino-américains occupaient une place prépondérante, en particulier celles générées dans les pays qui entretenaient des relations hostiles avec Cuba.

14  Ce point est d’une importance vitale car il légitime le droit de Cuba à être un pays socialiste, à un moment où les critiques de la Révolution au niveau international utilisaient «l’alignement» de Cuba avec l’Union soviétique, pour discréditer le rôle joué par Cuba au sein du MNOAL dès les premiers instants.

15  Documents de conférences et réunions de pays non alignés (1961-1978). Déclaration finale du premier sommet du Mouvement des pays non alignés. Archives centrales du Minrex.

16  Instructions personnellement données par le président de la République, le Dr Osvaldo Dorticós Torrado, au camarade Armando Entralgo, ambassadeur de Cuba au Ghana. Archives centrales du Minrex

17  La délégation cubaine à cette Conférence était présidée par le Président de la République de Cuba de l’époque, le Dr Osvaldo Dorticós Torrado.PartagerFacebookTwitter

AuteursM. Sc. Dariana Hernández Pérez
Master en histoire contemporaine et relations internationales. Baccalauréat en histoire. Professeur assistant à l’Institut supérieur des relations internationales Raúl Roa García. Coordinateur du diplôme de service extérieur, e-mail: dariana@isri.minrex.gob.cuEPUBRPIDNo.3_05_dipl.epubPDFRPIDNo.3_05_dipl.pdfN ° MAGAZINEMagazine trimestriel n ° 3 juillet septembre 2019SECTIONDIPLOMATIE CUBAINE

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments