Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

García Marquez, en quête d’unité, d’identité et d’intégration

J’ai rencontré deux fois Gabriel Garcia Marquez, la première fois ce fut à l’hôtel Russia, dans un hall aux dimensions d’une gare internationale, nous avons partagé l’Humanité, il parlait très bien le français. La seconde fois fut lors de la visite de Jean-Paul II à la Havane, il était aux côtés de son ami Fidel, comme il l’a toujours été, pour accueillir le pape sur la Place de la Révolution. Mais la véritable rencontre ce fut bien sûr “Cent ans de solitude” et le reste de son œuvre, en ce moment j’ai envie de relire l’Amour au temps du choléra. Le roman, quand il a cette dimension est la meilleure manière de comprendre ce qu’un peuple peut apporter à toutes les formes souhaitables de coopération de l’humanité… En tant que journaliste, je crois comme lui à la chronique reportage, à ce moment très visuel où tout à coup l’essentiel des chants de l’ordinaire s’éclaire pour dire le fondamental de la géopolitique… Connaitre, comprendre pour refuser la guerre, pour inventer les coopérations en restant pleinement soi-même, l’espérance d’un socialisme d’expérimentations que nous défendons ici. Cette idée qui veut que je ne sois ni chinoise, ni russe, que je ressemble à Diderot, avec quelques pincées de messianisme juif, mais que c’est en comprenant l’identité chinoise, russe, africaine, latinos, et même US que je pourrais pleinement être française, cela je l’ai appris à Cuba et de leur ami Gabo. Il me reste si peu de temps et vous qui en avez plus que moi ne le perdez pas dans des âneries (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Publié le 21 octobre 2020

Sa proposition d’intégration va au nouveau, à la création d’un socialisme différent, indigène, unissant la vie et les rêves.

Il y a 38 ans, avec l’attribution du prix Nobel de littérature à l’écrivain, éditeur et journaliste colombien Gabriel García Márquez, ses paroles latino-américaines reviennent en mémoire à tous ceux qui ont ensuite été honorés « pour leurs romans et leurs histoires où le fantastique et le réel se fondent dans une richesse complexe d’un univers poétique qui reflète la vie et les conflits d’un continent ».

La contribution du premier Nobel de littérature colombienne et du quatrième écrivain latino-américain à le recevoir transcende la littérature et le soutien à la culture, et il devient une sorte de prédicateur des réalités de l’Amérique latine, dont la plume a révélé au monde une région profonde, avec des images, des désirs et des vérités.

Sauveteur de la force de la mémoire historique en tant que partie essentielle de l’être latino-américain, son réalisme magique reflétait le sentiment de l’Amérique dans son ensemble.

Pour l’ancien président du Chili, Ricardo Lagos, qui a eu « le privilège de lui parler à plusieurs reprises », la contribution de García Márquez réside dans la contribution à la forme de l’intégration latino-américaine. « L’intégration d’une identité commune où un livre, une chanson ou un poème fait partie d’un tout. »

Lagos explique que García Márquez a toujours cherché « une intégration qui, de la politique est toujours à faire l’union», mais c’est là que sa créativité « indique la voie à suivre, pour avoir de meilleures politiques, pour approfondir et en savoir plus sur nous mêmes, avec sa dose de magie et de réalité ».

Unité, identité et intégration à la mode Gabo

Selon le directeur de l’édition en ligne du Conseil des affaires économiques et financières (Ecofin), José Luis Zunni, García Márquez est la représentation vivante de l’Amérique latine, parce que son «style narratif plat et divertissant, ne cesse d’enfermer les réalités complexes d’une culture latine, avec ses lumières et ses ombres, mais qui a fait de cette grande région, un continent étrange ».

Pour Zunni, le mérite de Gabo est d’avoir fait comprendre au « grand public » européen et saxon en général, puis à l’orbe entier et dans presque toutes les langues, ce qu’est l’Amérique latine et pourquoi elle se sent comme elle se sent.

« Il nous a enseigné que la meilleure façon de réussir dans quelque chose, ce n’est pas en reniant ses racines. Un symptôme clair de tout bon leader est de ne pas avoir honte de la pauvreté ou d’autres calamités qu’il a dû subir, ni celui qui écrit ni les gens qu’il représente », prévient Zunni.

Ainsi, García Márquez est devenu à lui seul une entreprise exportatrice des lettres latino-américaines et de leur culture. Un représentant du concept d’« identité » en plongeant dans le sens d’un Latino-Américain de l’amour, de la famille, de son histoire et de son peuple.

Comme l’a dit García Márquez lui-même, « l’histoire de l’Amérique latine est la somme d’efforts et de drames sans cadre et futiles voués à l’oubli ».

Pour cette raison, ses paroles proposent un voyage à l’intérieur des racines mélangées les plus profondes, dans une sorte d’auto-découverte.

Sa proposition d’intégration va au nouveau, à la création d’un socialisme différent, indigène, sans copies de modèles et qui serait une indiosyncrasie et ses rêves.

Et il l’a dit, quand il a expliqué que sa conviction « est que nous devons inventer des solutions à partir de nous, dans laquelle nous profitons autant que possible de ceux que d’autres continents ont réalisé à travers une longue et cahoteuse histoire, mais sans essayer de les copier d’une manière mécanique, qui est ce que nous avons fait jusqu’à présent, à la fin, désespérément, qui sera une forme de socialisme. »

Une proposition d’unité politique et de vision du monde qui stimulerait inévitablement le bonheur et l’intégration. Pour une Amérique latine qui « ne veut pas ou n’a pas besoin d’être une annexe d’un siège épiscopal, ni n’a rien de chimérique afin que ses conceptions d’indépendance et d’originalité deviennent une aspiration occidentale », comme il l’expliquait lors de son discours d’acceptation du prix Nobel, en 1982.

L’existence de l’Amérique latine

Le 28 mars 1995, à Contadora, au Panama, Gabo a déclaré que le sort de l’idée bolivarienne de l’intégration semblait de plus en plus semé de doutes, sauf dans les arts et les lettres, qui font progresser l’intégration culturelle à leurs propres risques.

« Lorsque l’intégration politique et économique sera réalisée, et ce sera le cas, l’intégration culturelle sera un fait irréversible. Même aux États-Unis, alors que d’énormes fortunes sont consacrées à leur pénétration culturelle, tandis que nous, sans dépenser un sou, changeons leur langue, leur nourriture, leur musique, leur éducation, leurs modes de vie, leur amour. C’est-à-dire la chose la plus importante dans la vie : la culture », a déclaré le prix Nobel colombien.

Ceux qui nous ont assurés que les Latino-Américains osent plus, que nous sommes en fait des réceptacles pleins de choses inédites et surprenantes, ont défendu l’existence d’une Amérique latine unique et diversifiée.

Les Latino-Américains qui se ressemblent de plus en plus « plus à nous-mêmes. On imite de moins en moins. Cela fait partie du processus de recherche de notre propre identité.https://www.youtube.com/embed/T4hgqAT2kwY

Par conséquent, comme je l’ai dit il y a 26 ans depuis le Panama, il ne fait aucun doute que l’Amérique latine existe. « peut-être que son destin edenique est de continuer à chercher son identité pour toujours, ce qui sera un créatif, mais qui nous rendrait différents devant le monde. Battue et dispersée, et toujours inachevée, et toujours à la recherche d’une éthique de la vie, l’Amérique latine existe. La preuve ? (…) nous pensons, alors nous existons.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments