Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

«Une région sans méthode ni soins communautaires. Le personnel est dévasté »

ITALIE

ce témoignage dans Il manifesto, mérite d’être lu et il montre le caractère superficiel des échanges sur les réseaux sociaux, les faux savoir et les prises de position péremptoire… les épidémies, la misère endémique et le savoir des ONG sur le collectif, nous est désormais utile et peut-être pour plus de 6 mois. La seule réponse possible en tant que citoyen pas médecin, mais en soutien est celui de Laurent Brun, secrétaire CGT SNCF qui intervient ici au nom du pCF (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Mirco Nacoti, anesthésiste et réanimateur de l’hôpital pape Jean XXIII de Bergame. Avec une poignée de collègues, il a publié sur le site Web du New England Journal of Medicine un document dramatique qui a fait le tour du monde, mettant en évidence la crise sanitaire de la Lombardie. Aujourd’hui, il déclare: «L’hôpital a tout centralisé. Le patient est arrivé avec des proches et ainsi l’infection s’est propagée. Les médecins généralistes manquent de masques et de blouses. Ce n’est pas une accusation, c’est la réalité “

Andrea Capocci

ÉDITION DU15/04/2020

Mirco Nacoti est anesthésiste et réanimateur à l’hôpital Papa Giovanni XXIII de Bergame, épicentre de l’épidémie en Italie et peut-être en Europe. Au milieu de la tempête, avec une poignée de collègues, il a publié un document sur le site Web du New England Journal of Medicinedramatique qui a mis sous les projecteurs la crise sanitaire en Lombardie sur la scène mondiale. Plusieurs politiciens et dirigeants de la région n’ont pas aimé et au lieu de tirer une leçon de l’expérience décrite, ils ont plutôt pensé à se défendre. Vous avez manqué une occasion de corriger les erreurs commises? “Ceux qui ont lu l’intégralité de l’article se sont rendu compte qu’il ne s’agissait pas d’une critique de l’hôpital mais qu’ils étaient des indications pour essayer d’éviter la catastrophe de Bergame”, explique Nacoti. “Sans surprise, cet article a également été signé par des chercheurs de Pennsylvanie, de Côte d’Ivoire, même par un membre de Médecins sans frontières.”

Aujourd’hui, les choses vont mieux, comme le disent les chiffres de la protection civile?

Il n’y a pas plus de pression qu’il y a quelques semaines. Mais les chiffres ne disent pas la réalité. Au mieux, à Bergame, 250 000 personnes sont infectées, soit un quart de la population. Dans le pire des cas, ils sont 500 000.

Avez-vous appris quelque chose sur les traitements Covid les plus efficaces?

Ce qui compte vraiment, c’est de comprendre le plus tôt possible quels patients s’aggravent pour intervenir avec la ventilation avant d’arriver à l’hôpital. La chloroquine et les antiviraux ne sont pour l’instant que des expériences, ils ne font pas de différence. Comme nous sommes dans la confusion et qu’il y a absence d’approche standardisée, il est impossible de distinguer l’effet du traitement de l’évolution de la maladie.

Vous avez écrit que de la médecine axée sur le patient, il fallait passer à la médecine communautaire. Qu’est-ce que cela signifie?

En Lombardie et au-delà, ces dernières années, l’accent a été mis sur les soins individuels et la négligence de la communauté, les soins à domicile qui évitent l’hospitalisation. L’épidémie ne peut pas être combattue en augmentant les places en USI. L’élément central est le confinement de l’infection, sinon tous les lits du monde ne suffisent pas.

Des services de soins à domicile sont nécessaires dans la région. Y en a-t-il?

L’hôpital s’est beaucoup centralisé. Les protections des médecins généralistes devraient être fournies, sur place les masques, des robes et des chaussures manquent. Et la télémédecine pourrait être améliorée. Un oxymètre de pouls connecté à une application et contrôlé à distance n’est pas une chose compliquée, il existe déjà et représente un élément de diagnostic fondamental.

La Society of Resuscitators a proposé des critères pour décider qui traiter et qui ne pas, quand les ressources de santé ne sont pas suffisantes pour tout le monde. Avez-vous dû les appliquer?

De tant de façons différentes. Pour ceux qui devaient les appliquer seuls, c’était dévastateur. Nous avons essayé de le faire collégialement, en partageant les décisions avec les médecins et les infirmières. Mais le problème s’est posé à plusieurs reprises. Beaucoup de gens n’ont pas été accueillis à l’hôpital parce qu’il n’y avait pas de place. Il n’a pas été possible de suivre la contagion avec des soins intensifs, malgré l’effort surhumain. Pour cela, il est important de connaître les véritables dimensions de l’infection. L’accent était mis sur 5% des personnes infectées qui finissent en soins intensifs. Mais on a oublié que lorsque le nombre de personnes infectées augmente de façon exponentielle, même 5% devient un nombre insoutenable.

Vous avez travaillé en Côte d’Ivoire avec MSF pendant la guerre civile. Cela a-t-il été utile dans cette crise?

Il s’agit d’une crise humanitaire dévastatrice. Dans les maisons, il y a du désespoir. Les autres maladies ont été oubliées, parmi les morts enregistrés il y a aussi des personnes qui n’ont pas réussi à se guérir. Les traitements que nous pouvions mettre à disposition il y a un mois ne sont plus possibles. Les travailleurs de la santé sont épuisés. Paradoxalement, dans un pays pauvre, cette précarité est déjà connue. Les seuls experts parmi nous en matière de crises humanitaires et d’épidémies sont les ONG. Ils savent quelles erreurs ne pas commettre et travaillent dans des conditions difficiles.

Seront-ils également utiles pour la phase deux?

Il est important qu’il y ait des lieux de réunion où tous les acteurs travaillent ensemble: hôpitaux, administrations, tiers secteur, entreprises. Pendant des années, les pays riches ont aidé les ONG à travailler dans les pays à faibles ressources, maintenant nous devons les impliquer ici. Ce n’est qu’en imaginant que cette situation perdurera pendant au moins six mois que nous pourrons prendre des mesures efficaces. L’épidémie ne vous permet pas de vivre au jour le jour et d’apprendre des erreurs. Vous payez dur pour chaque erreur que vous faites, car cela devient une nouvelle infection.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments