Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

L’âge de l’anxiété

Mille fois d’accord avec ce texte et hier j’ai failli faire une crise d’angoisse d’abord devant les complotistes qui intervenaient sur des questions dont ils ignoraient tout comme pour se rassurer en s’inventant des compétences et en faisant monter ce faisant l’angoisse générale. Des gens qui après avoir nié l’ampleur du problème, avoir fait n’importe quoi, il est vrai dans le contexte de l’irresponsabilité de nos gouvernants, préféraient dénoncer des complots imaginaires, soutenir un scientifique par rapport à d’autres plutôt que d’accepter les seules choses efficaces : 1) aider les autres dans la mesure du possible 2) respecter les mesures de confinement 3) peser pour obtenir tests et moyens de protection et réclamer que la totalité des travailleurs en jouissent, les indispensables, les autres doivent être confinés à leur tour. Tout le reste n’est que spéculations de gens malheureux qui transfèrent leurs doutes et inquiétudes sur les autres (note et traduction de Danielle Bleitrach).

En 1948, le poète WH Auden a publié un long poème qu’il a intitulé, The Age of Anxiety, dans lequel quatre personnages expriment leur inquiétude quant à leur place dans un monde détruit par deux guerres mondiales et menacé par une troisième, et nucléaire, guerre mondiale.

Il a décrit les visages dans les bars, les gens essayant de s’accrocher à des jours ordinaires qui n’existaient plus, espérant tous que les lumières ne s’éteindraient pas, que la musique jouerait toujours, qu’ils pourraient éviter de regarder où ils étaient, perdus dans l’obscurité, “des enfants qui ont peur de la nuit, qui n’ont jamais été heureux ou bons.”

Toute la période, de 1914 à nos jours, a été un âge d’anxiété créé par notre expérience commune de la vie dans le système économique, social et politique dominant qui atomise l’individu, le réduit à se fragmenter et le menace constamment d’anéantissement.

Une humanité torturée a réclamé quelque chose de mieux et, pendant un certain temps, pendant la montée du socialisme, pendant et après la Première Guerre mondiale et jusqu’à la contre-révolution dans ce qui était l’Union soviétique, un nouvel esprit humain est apparu et a créé des conditions qui a fait prendre conscience aux gens de leurs propres possibilités et leur a appris que l’autre n’était pas un ennemi ou un compétiteur, mais un ami, un frère, une sœur qui, ensemble, pouvaient tout faire, car quand vous pouvez faire des choses et le savoir, l’anxiété se transforme en confiance et calme, en résolution et courage. Des mouvements de libération se sont élevés contre tous les pays impérialistes, soutenus par les nations socialistes. La possibilité d’un monde meilleur s’est présentée, et comme l’écrit Che Guevara, la possibilité d’un nouvel être humain gouverné par l’esprit de coopération et de respect pour les autres, par l’amour au lieu de la guerre.

Mais, bien que la lutte continue, la réalité actuelle est un retour à l’anxiété universelle. La guerre nucléaire est une possibilité à tout moment. Les Américains nous en menacent, les Russes, les Iraniens, les Coréens, les Chinois s’y préparent, et le reste d’entre nous ne peut que se mordre les ongles et espérer qu’ils ne verront pas ce flash brillant à l’horizon juste avant d’être plongés dans l’oubli.

Le changement climatique d’origine humaine nous menace à lui seul d’une menace existentielle immédiate. Les températures augmentent plus rapidement que prévu par les journaux officiels, bien que comme le prévoyaient les scientifiques les plus astucieux, les systèmes climatiques soient perturbés, les cultures menacées, les océans acidifiés, la fonte des glaces, les mers montantes. Notre civilisation industrielle a détruit les systèmes écologiques mondiaux de sorte que le consensus scientifique est que nous sommes au milieu du 6e événement d’extinction de masse et que sa conclusion finale n’est pas loin; des décennies tout au plus, beaucoup plus courtes selon certaines estimations, certainement au cours de ma vie.

Et la routine quotidienne dans le système capitaliste génère l’anxiété quotidienne à laquelle nous sommes tous confrontés, se souciant d’obtenir l’argent dont vous avez besoin pour vivre dans ce système, de payer les factures, de perdre le travail que vous détestez probablement de toute façon et de n’agir que par nécessité, car la plupart d’entre nous font un travail qui ne crée aucune satisfaction et dont nous ne voyons aucune issue. L’alternative est la rue, la faim, le froid, la chaleur, la solitude d’être pauvre. Charlie Chaplin l’a exprimé dans Modern Times, l’être humain en tant que machine humaine, utilisé puis rejeté par le système de la machine, pire que les esclaves, maintenant réduits en esclaves sous-humains.

En plus de cette anxiété de fond, nous avons maintenant les avertissements de mort imminente du virus corona et de la perturbation sans précédent de tous les aspects de notre vie que son apparition a créée. Maintenant, beaucoup font face à la cruelle réalité de perdre leur place dans la loterie capitaliste alors que le système économique capitaliste s’effondre, le système cesse de fonctionner, et l’incertitude et la peur sont omniprésentes.

Et, comme pour tous les états d’anxiété, nous voyons la montée de l’irrationalité et de la superstition, alors que les gens essaient de se convaincre, «comme des enfants qui ont peur la nuit» que cela ne se passe pas vraiment, ou que l’homme a créé le virus à la place de la nature, se sentant plus rassurés s’il a été conçu que s’il s’agit d’un produit aléatoire de la nature, ce qui semble les effrayer le plus, et que quoi qu’il en soit, c’est beaucoup de bruit pour rien, juste une autre grippe.

Nous avons vu plusieurs articles récemment faire ces affirmations. On a prétendu que c’était le résultat d’un laboratoire de guerre biologique chinois qui avait fait une erreur et avait divulgué le virus. On a prétendu que c’était un laboratoire de l’armée américaine qui l’avait divulgué; que la Chine a été attaquée par l’équipe sportive de l’armée américaine qui s’est rendue à une compétition en Chine. Pour aucune de ces affirmations, aucune preuve n’est présentée. Au lieu de cela, ils utilisent des spéculations et des conjectures basées sur de faux faits ou des coïncidences. Certains d’entre eux se contredisent dans différents articles, l’un a écrit un essai alarmant sur l’armée américaine. Plus tard, il en a écrit un autre suggérant que tout était un complot de Bill Gates et ses amis. Eh bien, c’est quoi? Ils ne savent pas parce qu’ils ne savent pas et ne se soucient pas d’être cohérents tant que c’est alarmant.

Mais ces articles sont diffusés et bientôt Trump commence à blâmer la Chine et la Chine blâmer les États-Unis exacerbant la situation déjà tendue entre les deux pays qui pourrait conduire à une guerre nucléaire. Ces articles attisent ces flammes. Alors que ceux qui prétendent que c’est un complot pour la «domination du monde» et que cela ne se produit pas vraiment, ou, si cela se produit, ce ne serait pas préoccupant, incitent les gens à se mettre eux-mêmes et les autres en danger en ignorant les mesures mises en place pour les protéger et le reste d’entre nous.

Cette superstition est évidente. Ceux qui diffusent ces affirmations affirment que les gouvernements mondiaux nous mentent. Pourtant, ils ne peuvent alors expliquer pourquoi les Chinois, les Russes, les Iraniens, les Cubains, les Nord-Coréens et d’autres nations anti-impérialistes prennent très au sérieux cette épidémie et ont agi pour le contenir. Mais ils n’y pensent pas. Ils sifflent dans le noir parce que leurs propres niveaux d’anxiété sont si élevés, donc, pour se rassurer, ils inventent des histoires réconfortantes afin de se sentir en contrôle. Mais nous ne contrôlons pas. La nature est là. Car il est probable, comme les Chinois l’ont montré avec leurs études génétiques du virus qu’il est probablement sorti de la nature et non d’un laboratoire.

Bien sûr, on ne peut nier les mauvaises intentions et le potentiel de la machine de guerre occidentale, et bien sûr, tout est possible, mais jusqu’à ce que quelqu’un arrive avec des preuves concrètes et fiables que, par exemple, le virus était une attaque contre la Chine par les États-Unis, une affirmation qui pourrait ajouter l’étincelle au fût de poudre de guerre, je suppose que c’est quelque chose que la Nature nous a lancé, au monde, et qu’au lieu de créer plus de division entre les nations et les peuples du monde, nous devons tous agir ensemble pour nous entraider alors que l’humanité s’unit pour surmonter cette nouvelle menace.

Christopher Black est un avocat criminologue international basé à Toronto. Il est connu pour ses études sur un certain nombre de cas de crimes de guerre très médiatisés et a récemment publié son roman Beneath the Clouds. Il écrit des essais sur le droit international, la politique et les événements mondiaux, en particulier pour le magazine en ligne «New Eastern Outlook».

https://journal-neo.org/2020/03/20/the-age-of-anxiety-redux/

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments