Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La Pravda sur les dernières élections aux États-Unis

Quels que soient les résultats finaux des élections américaines, elles conserveront le pouvoir aux grandes entreprises. Le pays sera confronté à l’aggravation des contradictions et à de nouveaux virages du cercle vicieux, qui ne pourront être brisés que par la victoire des travailleurs.

Sergei KOZHEMYAKIN, commentateur politique de la Pravda.
06-11-2020

https://kprf.ru/international/capitalist/198281.html

Une saison explosive

Le spectacle politique des élections américaines est rarement ennuyeux et totalement imprévisible. Si, bien sûr, nous considérons la victoire garantie de l’un des groupes bourgeois comme imprévisible. La bagarre actuelle a cependant battu des records de gravité des attaques mutuelles entre Donald Trump et Joe Biden. La controverse s’est souvent transformée en insultes et les”attaques personnelles”ont éclipsé les programmes électoraux.

La pandémie et les manifestations de masse ont laissé une grande marque sur la campagne. Elles ont annulé les avantages de Trump, qui semblaient indéniables en début d’année. Avec une part de 4% de la population mondiale, les États-Unis sont responsables de près de 20% des infections et des décès dus au coronavirus. Ces derniers jours, une augmentation record a été enregistrée : plus de 100 000 nouveaux cas par jour. Le système de santé privé a laissé des millions de personnes sans aide.

La tâche principale des républicains était de détourner les accusations. À cette fin, Trump a attaqué la Chine. “Ils paieront cher ce qu’ils ont fait à notre pays”, a-t-il menacé. Pour les démocrates, la pandémie a été une manne céleste. Se référant aux aveux du journaliste Bob Woodward, que Trump avait informé en janvier du danger du nouveau virus, ils ont qualifié le déni du problème dans les mois suivants de criminel. La candidate à la vice-présidence Kamala Harris a ajouté que l’absence d’un plan national de lutte contre le COVID-19 en fait le “plus grand échec” de l’histoire des États-Unis.

La réaction aux manifestations, intrinsèquement dirigées contre l’ensemble du système dominant, a été également différente. Si l’équipe de Biden a tenté de spéculer sur le mécontentement et a même inclus un certain nombre de promesses populistes dans le programme, Trump a quant à lui porté au point d’absurdité les accusations traditionnelles de sympathie des démocrates pour le socialisme. «Notre pays ne pourra pas survivre en tant qu’État socialiste, même si c’est ce que veulent les démocrates. Les États-Unis ne deviendront jamais une version à grande échelle du Venezuela! » – a-t-il déclaré, qualifiant Biden de “marionnette des marxistes et de Bernie Sanders”.

Bien avant les élections, Trump a commencé à parler de fraude dans les États contrôlés par les démocrates. La raison était le vote par correspondance. Il était pratiquée auparavant, mais en relation avec la pandémie, il a pris une ampleur particulière. Plus de 100 millions de citoyens ont voté par anticipation et, selon les sondages, cette méthode a été choisie par près de la moitié de l’électorat de Biden et seulement un tiers des supporters de Trump.

Pour contrecarrer les violations annoncées, les autorités ont refusé d’allouer des fonds supplémentaires au service postal et ont appelé les partisans à organiser le contrôle des bureaux de vote. Parmi ceux qui ont répondu figuraient des membres de groupes d’extrême droite. L’un d’eux – “Action anticommuniste” – promet de “détruire le nid de frelons des communistes” au premier signal de Trump. Et qu’un tel signal est possible, les propos du président lui-même l’ont prouvé. S’adressant à un autre groupe néonazi, Proud Boys, il leur a demandé de “se retirer et d’attendre”. Les démocrates rapportent des menaces contre leurs militants et contre des fonctionnaires, tels que les gouverneurs du Michigan et de Virginie.

Une autre façon de “défendre la victoire contre les extrémistes de gauche” était de se battre pour la Cour suprême. Après la mort de la juge Ruth Ginsburg, qui ne cachait pas ses opinions anti-Trump, le président a nommé la droitiste Amy Coney Barrett pour la remplacer. Cela a provoqué le mécontentement des démocrates, qui ont rappelé qu’il y a quatre ans, les républicains avaient bloqué un poulain de Barack Obama sous prétexte d’une élection à venir. Néanmoins, le Sénat a approuvé Barrett, obtenant une majorité conservatrice à la plus haute cour. C’est un événement à grande portée, étant donné que c’est la Cour suprême qui a mis fin aux élections de 2000 en reconnaissant la victoire de Bush Jr.

Deux piliers du capital

La nature dramatique de la campagne pourrait donner l’impression que les rivaux sont fondamentalement différents. De nombreuses personnes ont succombé à l’illusion, y compris en Russie.

En réalité, Biden et Trump représentent les intérêts du capital monopoliste – comme tous les principaux candidats des principaux partis avant eux. La différence entre la situation actuelle réside dans la peur de la bourgeoisie face à la croissance des sentiments de gauche et la perte de la position américaine de l’hégémonie mondiale. Au plus profond de la classe dirigeante, deux réponses au défi se sont développées. Les partisans de la première voient la voie à suivre dans certaines concessions aux travailleurs américains et la poursuite de la stratégie d’une «économie de marché libre mondiale». La deuxième option est de poursuivre la politique néolibérale aux États-Unis et un protectionnisme agressif, soutenu par le pouvoir militaire et politique, sur la scène internationale.

Des désaccords, d’ailleurs très similaires, sont déjà survenus dans le camp du capital. Il y a quarante ans, ils ont conduit à la victoire de Ronald Reagan, à la réduction de la doctrine de l’État providence et à la politique de “détente”avec l’URSS. La crise croissante du capitalisme et la figure excentrique de Trump lui-même exacerbent la rivalité entre les deux camps de l’élite, mais son objectif est le même: maintenir la domination.

La participation de la grande bourgeoisie à la campagne le prouve. Le magazine Forbes a calculé que Trump a reçu des dons de 100 milliardaires et Biden de 130. De plus, l’illusion que les démocrates sont favorisés par les financiers et que les républicains sont aidés par les industriels n’est pas fondée. Le plus grand holding financier, JP Morgan Chase, a annoncé que la victoire de Trump serait le meilleur cadeau pour le marché boursier. Un autre géant de Wall Street, Goldman Sachs Bank, a déclaré attendre un “effet positif” du succès de Biden, mais que la meilleure option serait un pouvoir partagé, le président représentant un parti et le Congrès étant contrôlé par un autre. En outre, Trump était soutenu par le chef de la campagne d’investissement de Blackstone, Stephen Schwartzman, et le fondateur de hedge funds controversés, John Paulson, qui a fait des milliards lors de la crise de 2008, et Biden était assisté par le conglomérat financier Bank of America.

Il n’y a pas non plus de contradictions profondes dans les programmes. Trump promet de réduire les impôts et la réglementation commerciale «à des niveaux jamais vus auparavant» et de réduire les dépenses gouvernementales en bloquant les initiatives visant à étendre les programmes de santé du gouvernement. À ce propos, le “boom industriel” sous Trump est un simple cliché de propagande. L’emploi dans le secteur est passé de 12,4 millions à 12,8 millions, ne faisant que poursuivre la lente reprise amorcée sous Obama. De 2012 à 2016, le nombre de travailleurs industriels est passé de 11,8 à 12,4 millions, alors qu’il était de 14,3 millions en 2006. Mais le processus de concentration du capital s’est accéléré. Le nombre d’entreprises fermées sous Trump a approché 1800.

Biden, proclamant les soins médicaux «un droit pour tous», s’est en fait limité à une promesse de réduire l’âge de participation au programme d’État Medicare de 65 à 60 ans et de chercher à réduire le prix des médicaments. Des demi-mesures similaires sont envisagées pour le secteur fiscal. Biden est prêt à augmenter l’impôt sur les sociétés, que Trump a réduit de 35 à 21%, à seulement 28%. D’autres éléments, comme le doublement du salaire minimum, l’aide aux familles pauvres avec enfants ou la stratégie du gouvernement pour lutter contre la pandémie, peuvent être qualifiés de progressistes. Mais, pris sous la pression de l’aile gauche regroupée autour de Sanders, ils ne seront certainement pas une priorité si Biden gagne. Il est difficile d’attendre quoi que ce soit de différent d’un candidat qui, lors d’une réunion avec des donateurs, a déclaré que les riches ne sont pas moins patriotiques de l’Amérique que les pauvres et a garanti la préservation de leur niveau de bien-être.

Il en va de même pour la politique étrangère. Les adeptes du mythe “Trump le pacificateur” oublient le bombardement de la Syrie, l’aggravation de la situation autour de l’Iran et de la Palestine, le renforcement du blocus de Cuba, les tentatives de coups d’État au Venezuela et en Bolivie et le déclenchement de la “guerre froide” contre la Chine. Les contingents américains restent en Irak et en Afghanistan, et le nombre total de soldats américains à l’étranger est passé de 210 000 à 180 000, ce qui est beaucoup plus modeste que sous Barack Obama (de 380 000 à 210 000).

Biden, critiquant Trump pour sa”guerre commerciale” avec la Chine, exige que Pékin se conforme aux “règles du commerce mondial”. «Si vous ne les respectez pas, vous en paierez le prix fort», prévient-il. Les promesses de retour à “l’accord nucléaire” avec l’Iran ne valent pas grand chose. Biden ne le fera que pour “resserrer et étendre les restrictions” pour contrer les “politiques de déstabilisation” de Téhéran. Il n’y a rien à dire sur la Russie: Biden l’a qualifiée de « plus grande menace sur notre sécurité et nos alliances ».

Une autre Amérique

Aucun des groupes de l’establishment n’empiète sur le système existant. Et il ne fait aucun doute que la concurrence sera abandonnée si la classe dirigeante ressent une réelle menace. Et il y a de plus en plus de signes d’éveil dans la société américaine. Seuls 40% des citoyens estiment que les deux principaux partis se soucient de leur bien-être. Les trois quarts de la population sont convaincus que le pays va dans la mauvaise direction.

Une caractéristique de la crise actuelle est la recherche de moyens de sortir du cadre du système dominant. Le changement de sentiment public est documenté dans le rapport annuel, «Attitudes américaines envers le socialisme, le communisme et le collectivisme». Publié en octobre, il a enregistré une augmentation du soutien aux idées socialistes parmi l’ensemble de la population de 36 à 40 %, et dans le groupe des 16-23 ans de 40 à 49 %.

Le sentiment public favorise non seulement l’expansion, mais aussi la radicalisation du sentiment. 78% des Américains disent que l’écart entre les riches et les pauvres est inacceptable, et près de la moitié sont en faveur d’un changement sur des principes autres que le capitalisme. Parmi les citoyens de moins de 40 ans, leur part est proche de 60%. Les trois quarts des répondants jeunes et d’âge moyen ne considèrent pas le marxisme comme «une idéologie totalitaire qui supprime la liberté».

Le résultat de ces changements est les millions de voix remportées par Sanders aux primaires, ainsi que les victoires des candidats socialistes aux élections au Congrès. Ainsi, le 3 novembre, Jamaal Bowman et Corey Bush ont été élus à la Chambre des représentants, et Rashida Tlaib et Alexandria Ocasio-Cortez ont confirmé leurs mandats.

Mais même ce tournant sans précédent pourrait être suivi de changements encore plus rapides. La crise que traverse le pays menace d’éclipser la Grande Dépression. Par rapport au début de l’année, le nombre d’emplois a diminué de 11 millions, 700 à 900 000 demandes initiales d’allocations de chômage sont enregistrées chaque semaine. La proportion de familles menacées de malnutrition est passée de 13 à 30 %, dont la moitié admettent de graves difficultés financières. Le nombre de citoyens privés de tout type d’assurance médicale est passé de 27 à 40 millions. Plus de 8 millions de familles risquent d’être expulsées en raison de l’incapacité de payer leurs dettes.

L’État a prouvé son essence de classe en accordant la part du lion de l’aide aux institutions financières et en augmentant leurs bénéfices de 82% au cours du seul premier semestre de l’année. La richesse combinée des milliardaires a augmenté d’un tiers, soit 931 milliards de dollars, ce qui a encore aggravé le problème des inégalités. Au cours des 20 dernières années, les revenus des 40% des ménages les plus pauvres ont baissé de 45%, tandis que les 10% les plus riches ont gagné 33%. Le revenu des 30 000 citoyens les plus riches était égal au revenu total des 150 millions les plus pauvres, et l’écart de capital accumulé est encore plus grand.

C’est compréhensible, étant donné que grâce aux baisses d’impôts et à toutes sortes d’échappatoires, le milliardaire américain donne à l’État 23% en moyenne – moins que les pauvres! Les 10% les plus riches détiennent 88% des actions, dont 53% sont détenues par les 1% les plus riches.

Cela nécessite un changement de tactique des forces de gauche avec le refus de choisir “entre deux maux”. «Le rêve américain d’un capitalisme qui apporte liberté et prospérité a toujours été un mensonge pour des dizaines de millions de travailleurs», note l’une des publications socialistes aux États-Unis. «Mais au cours des dernières décennies, ce”rêve”s’est transformé en cauchemar … Quand le choix est entre un politicien capitaliste et un autre, la défaite vient en acceptant ce choix limité. L’espoir est en dehors des deux partis, dans la lutte pour un véritable changement. » Une telle lutte ne peut être menée que par un parti ouvrier de masse dont la création est urgente.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments