Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Cuba en géopolitique impériale

Cuba en géopolitique impériale, cet article qui met en évidence une des dimensions essentielles de l’ordre capitaliste impulsé par les Etats-Unis, reprend le principe de souveraineté de Cuba et son refus d’attendre le salut d’une quelconque alternance non démocratique du pouvoir aux Etats-Unis. Pour saisir la nouveauté de la politique cubaine, qui n’est pas simple défi, mais contribution fondamentale au droit international, voir notes sur le droit international et la géopolitique : https://histoireetsociete.com/2020/10/09/quelques-notes-sur-lidee-de-guerre-juste-et-le-droit-international-les-politiques-exterieures-et-leur-evolution/?fbclid=IwAR2r-V0jdldWXAy4AiAgbowKHdtG0eBKvkl-i58lAELtWW0b6o64n79I9W0 (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)

Peu importe qui est président des États-Unis lors des élections de novembre, une chose reste évidente : la résolution du conflit cubano-américain ne sera possible que lorsque l’empire reconnaîtra que notre île est une nation libre, souveraine et indépendante

Auteur: Jorge Casals Llano internet@granma.cu

8 octobre 2020 00:10:44

Après 1959, la politique des États-Unis contre Cuba a pris sa voie hostile, au-delà de la couleur du parti qui a gouverné « le géant des sept ligues. » Illustration tirée de Cubadiplomatic

Bien que la géopolitique en tant que discipline ne soit née qu’à la fin du XIXe et au début du XXe siècle en Europe, depuis les « croisades » d’abord et avec « les découvertes » et la conquête qui ont suivi, le capitalisme et les royaumes européens se sont étendus en s’emparant de plus en plus de territoires qu’ils arrachaient, dans le sang et le feu, au nom de Dieu, aux peuples qui y vivaient.

Suivant le même cours des choses, mais cette fois pour des raisons purement « religieuses », les pèlerins arrivèrent à bord du Mayflower dans ce qui allait devenir la Virginie dans l’Anno Domini de 1620, comme il serait certifié pour l’histoire de la nation qui est ainsi née. Dix ans plus tard, un missionnaire prétendrait que « par un plan spécial du ciel », « si les indigènes agissaient injustement », les arrivants auraient le « droit de leur faire légalement la guerre et de les soumettre à eux ».

Puis les grands propriétaires, esclaves et trafiquants, se sont donné la Constitution qui créerait une république, un gouvernement et des institutions capables de servir ceux qui détiennent les richesses; qui ont grandi en volant et en massacrant les populations autochtones et en pratiquant l’ esclavage sous le couvert d’un modèle de démocratie qui avait adopté un nom qui trahissait explicitement leur destin : les États-Unis d’Amérique. En 1845, le « mandat divin » – déjà reçu du Mayflower – inclurait l’idée du Destin Manifeste pour le pays né en 1787, qui n’incluait pas parmi ses citoyens ni les indiens, les esclaves, les pauvres ou les femmes, et s’arrogeait le droit, et même l’obligation, de s’étendre pour apporter la liberté et le progrès à l’ensemble du continent , comme le prétendrait alors un éditorialiste d’un magazine new-yorkais, pour être converti en symbole et répété génération après génération, à ce jour.

Et au sud du continent, la mer des Caraïbes, dont le contrôle assurait la sécurité et la possibilité de se connecter avec le monde, et en cela, sa mare nostrum, Cuba, située à l’entrée du Golfe. Et bien que les concepts de géostratégie et de géoéconomie n’aient pas été formulés non plus, déjà John Quincy Adams les avait compris, il a écrit métaphoriquement sur le « fruit mûr » et, sans métaphore, il a déclaré que : « Il n’y a aucun territoire étranger qui puisse être comparé pour les États-Unis à l’île de Cuba… (qui) presque au vu de nos côtes, est devenu d’une importance capitale pour les intérêts politiques et commerciaux de notre union.

Lorsque la doctrine Monroe (l’Amérique pour les Américains) a été annoncée par le cinquième président de la nation en 1823, et travers elle l’intention des États-Unis de ne pas tolérer l’intervention européenne sur le continent, une république impériale avec sa présidence impériale conséquente a été établie dans le nord des Amériques; quelques années plus tard, s’est instauré la dictature des deux partis qui alterneraient au pouvoir.

À la fin du XIXe siècle, les États-Unis intervinrent dans la guerre hispano-cubaine et ils menèrent ce que Lénine appelait la « première guerre impérialiste ». L’intervention dans la guerre, commodément rebaptisée hispano-américain, justifiée par la tromperie et la falsification du dynamitage du cuirassé américain Maine, ouvrait la porte à l’expansion impériale au-delà du continent.

Cet événement historique, le politologue Zbigniew Brzezinski l’a qualifié de : « … première guerre de conquête de l’Amérique en dehors de son territoire… Les revendications américaines d’un statut spécial en tant que seul gardien de la sécurité de l’Amérique – précédemment proclamée par la doctrine Monroe et plus tard justifiée par le prétendu « destin manifeste » de l’Amérique – s’affirmèrent plus encore avec la construction du canal de Panama… Brzezinski expliquait que la construction du canal a été rendue possible par l’indépendance du Panama de la Colombie, très « pratique » pour les États-Unis.

La guerre terminée contre la colonisation espagnole – ce qui fut seulement possible grâce à la participation décisive des Mambises (les descendants des esclaves noirs) – les conditions sont été créées pour l’empire, grâce à l’Amendement Platt, d’inaugurer les mesures qui ont été plus tard appelé néocolonialisme, mises en œuvre avec la politique de Theodore Roosevelt du Gros bâton, et son amendement à la doctrine Monroe, le soi-disant « corollaire » selon lequel, si un pays latino-américain-Caraïbes menacé ou mis en danger les droits ou les biens des citoyens américains ou des entreprises, le gouvernement devait intervenir pour rétablir les droits de ses ressortissants « américains ». Pour atteindre le même objectif, par d’autres moyens, un autre Roosevelt (Franklin Delano) mettrait en œuvre la politique du Bon Voisin, à partir de la deuxième décennie du siècle.

Ainsi, quelle que soit la couleur du parti qui a gouverné les États-Unis (sept républicains et trois démocrates de 1898 à 1958), leurs représentants et ambassadeurs, agissant comme proconsuls, ont maintenu Cuba sous la férule de l’empire : 25 ans avec trois interventions militaires (1898-1902, 1906-1907, 1917-1923); une Constitution (1901), mutilée par un amendement; une courte période de démocratie formelle dans laquelle la participation du peuple a été imposée jusqu’à ce qu’une Constitution progressiste (1940) ait été donnée, et des dictatures féroces telles que celles de Gerardo Machado (1924-1932) et Fulgencio Batista (1952-1958) qui, couvert par les États-Unis, a massacré le peuple quand il était nécessaire de « restaurer l’ordre » impérialement, et tout le temps avec la corruption qui a imprégné le pays et ses institutions, mais sans être en mesure de soumettre le peuple et leur rébellion.

***

Ayant renversé la dictature en 1959, Cuba indépendante allait commencer sa Révolution dans la mare nostrum d’un empire solidifié. Sur l’Amérique latine et les Caraïbes, toujours considérées comme son arrière-cour, les États-Unis avaient obtenu depuis la guerre froide, avec la doctrine Truman et le maccarthisme, des mécanismes et des institutions qui garantissaient le contrôle absolu de la région : le Conseil interaméricain de défense (JID), le Traité interaméricain sur l’assistance réciproque (TIAR) et l’Organisation des États américains (OEA), l’infâme School of the Americas (depuis 1946) , spécialisé dans la formation des armées latino-américaine avec des techniques qui comprenaient la torture et, bien sûr, aussi la CIA.

La Révolution cubaine a triomphé dans ce que l’empire considérait comme son hémisphère, qui avait été réalisé dans son dos, sans son consentement, dans un pays dont les principales richesses appartenaient à des entreprises américaines, des compagnies électriques et de téléphone aux hôteliers, sucreries, banques et raffineries de pétrole, où ils ont expérimenté tout ce qu’ils appliqueraient plus tard dans le monde, où ils venaient boire s’il y avait une « loi de prohibition » dans leur pays, jouer si le jeu était interdit, faire avorter leurs femmes, passer des week-ends loin des regards indiscrets dans les cliniques, les hôtels ou les bordels de luxe; où les Marines ont débarqué pour fouler au pied la dignité des Cubaines et des Cubains.

Après 1959, la politique des États-Unis contre Cuba a poursuivi son cours hostile, quelle que soit la couleur du parti qui a régné sur « le géant des sept ligues » et, pendant le mandat des 12 présidents impériaux, à partir du 1er janvier 1959 à aujourd’hui, cinq démocrates (Kennedy, Johnson, Carter, Clinton et Obama) et sept républicains (Eisenhower, Nixon, Ford, Reagan, Bush – père et fils – et Trump) ont planifié et exécuté, par leurs gouvernements, ou par les sicaires sous leur protection, 681 actions terroristes, y compris l’invasion à Playa Girón, le dynamitage de l’avion cubain à la Barbade, et même l’attaque contre notre ambassade à la Barbade, avec un coût de 3 478 décès et 2 099 personnes handicapées.

Les républicains ont commencé, à partir de mars 1959, des opérations secrètes et, sur la base de l’ancien Trade with the Enemy Act (daté du 6 octobre 1917), mis en place, avec sadisme et perversité, le blocus économique, commercial et financier que tous les présidents américains réactivent chaque année. Ils ont également orchestré des campagnes visant à mettre sous tension les relations avec Cuba, qui allaient de l’invention d’une base de sous-marins nucléaires soviétiques dans la baie de Cienfuegos, à des « attaques sonores » contre leurs fonctionnaires. Ils ont financé, stimulé ou autorisé ceux qui agissaient contre Cuba, comme l’organisme créé en 1981 par la CIA, la Fondation nationale cubano-américaine; ils ont signé un Acte pour la démocratie à Cuba, la loi Torricelli, proposée par deux démocrates, ce qui démontre que la politique de l’État est au-delà des partis, des relations, jusqu’à ce que l’actuel représentant, Donald Trump, aiguise les conflits et multiplie le recours au chantage politique contre les partenaires, les amis ou les adversaires.

Los demócratas, en sus turnos, ejecutaron los planes de invasión a Cuba de Eisenhower, que terminaron con la derrota de los mercenarios en  Playa Girón; dieron inicio oficial al bloqueo económico con la orden ejecutiva No. 3447; alimentaron las tensiones que provocaron la llamada Crisis de Octubre, que puso al mundo al borde de la guerra nuclear; hicieron que la OEA aprobara una resolución sobre la ruptura de las relaciones diplomáticas con Cuba; provocaron las olas migratorias de Camarioca y el Mariel, y hasta firmaron la que, a propuesta de los republicanos, fuera denominada Ley de libertad y solidaridad democrática con Cuba, conocida como Helms-Burton, que reiteró el carácter de Estado de la política respecto a la Mayor de las Antillas. Y aunque Obama en 2016 pediría dejar el pasado y «mirar al futuro», no pudo esconder, con el disfraz, el objetivo de su administración: lograr el añorado «cambio de régimen», que ya había explicado a la contrarrevolución cubana en Miami: «ya es hora de que el dinero cubano-americano haga a sus familias menos dependientes del régimen de Castro».

Les démocrates, quand ils étaient au pouvoir, ont exécuté les plans d’invasion de Cuba d’Eisenhower, qui se sont terminés par la défaite des mercenaires à Playa Girón ; ils ont officiellement commencé le blocus économique par l’ordre exécutif no 3447; ils ont alimenté les tensions qui ont provoqué la soi-disant crise d’octobre, qui a amené le monde au bord de la guerre nucléaire; ils ont conduit l’OEA à adopter une résolution sur la rupture des relations diplomatiques avec Cuba; provoqué les vagues migratoires de Camarioca et Mariel, et même signé ce qui, sur la proposition des Républicains, a été appelé la loi de la liberté et de la solidarité démocratique avec Cuba, connu sous le nom Helms-Burton, qui a réitéré l’état de caractère de l’État de la politique à l’égard de la plus grande des Antilles. Et alors qu’Obama, en 2016, demanderait de quitter le passé et de « regarder vers l’avenir », il ne pouvait cacher l’objectif secret de son administration: réaliser le « changement de régime » prévu depuis longtemps, qu’il avait déjà expliqué à la contre-révolution cubaine à Miami: « il est temps pour l’argent cubano-américain de rendre leurs familles moins dépendantes du régime Castro ».

Peu importe qui est président des États-Unis lors des élections de novembre, une chose reste évidente : la résolution du conflit cubano-américain ne sera possible que lorsque l’empire reconnaîtra que notre île est une nation libre, souveraine et indépendante.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

[…] Jorge Casals Llano Fonte: Histoire et Societé Traduzione di Alessandro […]