Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Assange, témoignage plus complet de Daniel Ellsberg et bilan de Graig Murray

Toujours avec la traduction de Catherine Winch à la fois le témoignage de Daniel Ellsberg et le commentaire de dimanche de Craig Murray sur l’évolution du procès.

Daniel Ellsberg

Daniel Ellsberg : Wikileaks parmi les révélations les plus importantes de l’histoire des États-Unis de comportements criminels au plus haut niveau.

Le lanceur d’alerte des Pentagone Papers, aujourd’hui âgé de 89 ans, voit des parallèles entre sa propre cause et celle de Julian Assange.

 Le rapport de TIM DAWSON

Le 3 mai 1972, Daniel Ellsberg prenait la parole lors d’un rassemblement pour la paix à Washington DC.

Cela faisait un an qu’il avait divulgué les documents du Pentagone au New York Times et que le Washington Post avait révélé que les présidents successifs avaient menti sur l’implication des États-Unis au Vietnam.

Ce qu’Ellsberg ne savait pas, alors qu’il s’approchait du micro sur les marches du Capitole, c’est que la foule avait été infiltrée par des “agents” de la CIA.

Leurs instructions étaient de “lui casser les deux jambes” ou même de le tuer.

Le président Richard Nixon avait personnellement acquiescé à l’agression prévue lors d’une réunion avec Henry Kissinger.

L’attaque a cependant été annulée lorsque les orateurs sont montés à la tribune.

Ce n’était cependant pas le dernier des sales coups de l’administration Nixon pour “se débarrasser” de l’ancien marine, dont la dénonciation a beaucoup contribué à mettre fin à la guerre du Vietnam.

Au moment du discours, il était déjà accusé d’espionnage en vertu de la loi sur l’espionnage et condamné à 115 ans de prison.

Lorsque son procès a commencé en janvier 1973, il lui a été interdit d’expliquer au tribunal les raisons de sa fuite – bien qu’il ait révélé pour la première fois les bombardements secrets du Laos et du Cambodge et les plus graves mensonges d’une succession de présidents.

Et l’un des cadres supérieurs de Nixon avait secrètement proposé au juge Matthew Byrne le poste le plus élevé du FBI si Ellsberg était condamné.

Par chance, son procès s’est déroulé en même temps que celui de la commission sénatoriale du Watergate.

Jour après jour, les audiences à Washington mettaient au jour les différents complots contre Ellsberg. Finalement, le juge Byrne a estimé qu’il devait intervenir.

“Des événements bizarres ont incurablement entaché la poursuite de cette affaire”, a-t-il déclaré. Ellsberg a été acquitté “avec préjudice”, ce qui signifie qu’il ne pourra plus jamais être jugé pour ces infractions.

Il est facile de comprendre pourquoi Ellsberg, aujourd’hui âgé de 89 ans, voit des parallèles entre sa propre affaire et celle de Julian Assange.

“Wikileaks a fourni la première divulgation non autorisée d’une telle ampleur depuis 40 ans”, estime-t-il.

“J’observe les similitudes les plus étroites avec la situation à laquelle j’ai été confronté. Le [gouvernement américain] avait l’intention de me détruire en partie pour se venger de mon acte de divulgation, mais aussi pour détruire toute future divulgation de la vérité”.

Dans son témoignage à l’audience d’extradition en cours du fondateur de Wikileaks, Ellsberg déclare : “J’ai suivi de près l’impact [des révélations de Wikileaks] et je considère qu’elles comptent parmi les révélations les plus importantes de la vérité sur le comportement criminel caché de l’État qui ont été rendues publiques dans l’histoire des États-Unis.

“Je considère que les publications de Wikileaks de 2010 et 2011 sont d’une importance comparable [aux documents du Pentagone]”.

Ellsberg a travaillé avec Assange à l’apogée de Wikileaks. Ils se sont rencontrés à plusieurs reprises et Ellsberg détenait l’une des copies de sauvegarde cryptées des fichiers militaires américains ayant fait l’objet d’une fuite au nom de Wikileaks.

“J’ai également parlé à [Assange] en privé pendant de nombreuses heures. En 2010 et 2011, à un moment où certains des documents publiés n’avaient pas encore vu le jour, j’ai pu observer l’approche de [Julian]. C’était tout le contraire d’une publication imprudente et il ne voulait pas non plus exposer délibérément d’autres personnes à un danger.

“Wikileaks aurait pu publier l’intégralité du matériel dès sa réception. Au lieu de cela, j’ai pu observer mais aussi discuter avec lui des mesures sans précédent qu’il a prises, de s’engager avec des partenaires médiatiques conventionnels, [pour maximiser] l’impact de la publication [afin qu’elle puisse] affecter au mieux la politique du gouvernement américain et ses modifications”.

Contre-interrogé pour le gouvernement américain par James Lewis QC, il lui a été dit qu’il y avait une différence critique entre lui et Assange.

Ellsberg avait délibérément gardé secrets quatre chapitres des documents du Pentagone parce qu’il ne voulait pas compromettre les efforts pour une paix négociée au Vietnam.

Ellsberg a rejeté d’emblée l’affirmation fréquemment faite selon laquelle “les documents du Pentagone étaient une bonne chose et Wikileaks une mauvaise chose”, affirmant avec force que le comportement du gouvernement était le même dans les deux cas.

Selon lui, M. Assange a plutôt adopté une approche plus sophistiquée de la rédaction [suppression de partie des textes] qu’il n’avait pu le faire.

“Pendant des années, j’ai été diffamé dans de nombreux milieux”, a-t-il déclaré au tribunal. “Ce n’est que depuis les révélations de Wikileaks que j’ai été salué comme une sorte de contre-pied à Assange, Chelsea Manning et Edward Snowden.”

Il dit cependant qu’Assange a mis à jour un sombre changement dans le comportement militaire américain.

“L’aspect le plus choquant des révélations de Wikileaks est que la corruption, la torture et les assassinats sont devenus si courants qu’ils ne sont même pas classés top secret.

“Lorsque j’étais officier sur le terrain, ou lorsque je compilais les documents du Pentagone, les incidents de ce type auraient reçu la classification la plus élevée possible.

“Aujourd’hui, ils sont devenus tellement normaux qu’ils se trouvent dans des dossiers auxquels des milliers de personnes ont littéralement accès.”

Ellsberg a toujours soutenu que ses actions étaient celles d’un patriote.

“Le serment que j’ai prêté était de défendre la Constitution des États-Unis”, dit-il, en précisant qu’il considère que ses actions sont fidèles à cet engagement.

Néanmoins, il ressent toujours un poids de responsabilité pour ne pas avoir agi plus tôt, dit-il.

“J’ai longtemps regretté de ne pas avoir publié les documents en août 1964, et c’est un lourd fardeau à porter pour moi. Si je l’avais fait, cette terrible guerre aurait pu être évitée”.

Sa dénonciation présageait effectivement un changement de direction dans la politique américaine, mais pas avant que près de 400 000 militaires et pas moins de quatre millions de civils ne soient tués.

Les révélations de Wikileaks sur l’Afghanistan et l’Irak sont arrivées beaucoup plus rapidement après ces conflits et, selon d’autres experts ayant témoigné à l’audience, elles ont provoqué un changement radical similaire dans la perception du public de ces conflits.

Ellsberg suggère que les journaux de guerre afghans ont révélé la “vietnamisation” de ce conflit dans lequel une impasse militaire a conduit à ce que la population civile ne soit plus considérée comme des êtres humains, ce qui a entraîné des crimes contre l’humanité et des massacres de la pire espèce.

Aujourd’hui, Ellsberg vit en Californie du Nord avec sa seconde épouse, Patricia Marx.

Son dévouement au service d’un monde meilleur est sans limite. Il y a trois ans, il a publié son troisième livre, The Doomsday Machine : Confessionals of a Nuclear War Planner, qui traite de sa vie professionnelle avant les documents du Pentagone.

Il reste directeur de la Free Press Foundation, dont il est cofondateur, et conserve des affiliations académiques avec deux universités.

Il ne doute pas non plus que lui et Assange sont frères d’armes.

“Les poursuites dont il fait l’objet sont clairement ciblées, de manière juste et directe, au centre des mouvements politiques dont je me considère comme membre et que j’ai passé une grande partie de ma vie à défendre”.

Dimanche : Craig Murray

.

Voici ses commentaires sur la session du 18 septembre (je crois)

COMMENTAIRE

Craig Murray 18 septembre

J’ai deux points principaux à faire valoir. Le premier est que Shenkman [un témoin pour la défense] a reçu de l’accusation un dossier de 180 pages le matin de son témoignage, à 3 heures du matin [heure locale], avant de témoigner à 9 heures. Une partie de ces documents était entièrement nouvelle pour lui. Il est ensuite interrogé à ce sujet. Cela arrive à chaque témoin. En outre, comme presque tous les témoins, sa déclaration porte sur le premier acte d’accusation et non sur le second acte d’accusation qui a été introduit à la dernière minute et qui présente des accusations entièrement nouvelles. C’est une procédure ridicule.

Deuxièmement, ayant été très critique à l’égard de la juge Baraitser, il serait malvenu de ma part de ne pas noter qu’il semble y avoir un changement d’attitude certain dans son attitude à l’égard de l’affaire alors que l’accusation cafouille. Je doute que cela fasse une différence à long terme. Mais c’est agréable à voir.

Il est également juste de noter que Baraitser a jusqu’à présent résisté aux fortes pressions américaines visant à empêcher les témoins de la défense d’être entendus. Elle a décidé d’entendre toutes les dépositions avant de décider de ce qui est et ce qui n’est pas admissible, contre le souhait de l’accusation que presque tous les témoins de la défense soient exclus comme non pertinents ou non qualifiés. Comme elle prendra cette décision lors de l’examen de son jugement, c’est la raison pour laquelle l’accusation passe autant de temps à attaquer les témoins ad hominem plutôt que de s’intéresser à leurs témoignages eux-mêmes. Cela pourrait bien être une erreur.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments