Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Vu de Russie : L’Occident voit de nouvelles menaces en Russie et en Chine par Petr Akopov

L’Occident transforme la russophobie en sinophobie, en présentant la Chine comme la principale menace pour chacun. Une combinaison similaire vise, entre autres, à creuser un fossé entre la Russie et la Chine. Mais la «ruse» des Atlantistes n’est pas en mesure de tromper Moscou ou Pékin, nous prévient cet article, qui dit les résultats de la Conférence de Munich, dans lequel les Etats-Unis ont tout fait pour que les Européens entrent dans la croisade menée contre la Chine mais leur attitude est si grossière, si néocoloniale qu’elle ne trompe pas les Russes. C’est indéniablement la position de Lavrov, le ministre des affaires étrangères de sensibilité “soviétique” et celle de Petr Akopov, comme celle du kPRF, mais ce n’est pas nécessairement la position du reste de gouvernement de technocrates pro-oligarques que Poutine vient d’installer aux manettes. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Lors de la Conférence de Munich, les politiciens occidentaux ont beaucoup parlé de la «menace chinoise», mais pas à cause du coronovirus. Les Américains ont fait peur à leurs alliés atlantiques, et en même temps au reste du monde, avec la mise en évidence de «mauvais objectifs» en Chine. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a même déclaré que “le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, a déclaré une nouvelle guerre froide contre la Chine”, et il n’y avait pas d’exagération dans ses propos.

Esper a pris la parole après son collègue Mike Pompeo, qui a longuement effrayé le monde avec la descrption d’une menace venant de la Chine rouge et de son Parti communiste. À Munich, le secrétaire d’État a peu parlé de la Chine, mais le chef du Pentagone a traité avec abondance de l’Empire du Milieu:

«Ici en Europe, il y a eu de nombreuses de discussions autour des défis venant de la Russie. Mais ce matin, je veux me concentrer sur ce qui représente la plus grande préoccupation pour le Pentagone. Cette préoccupation concerne la République populaire de Chine.

En fait, sous l’autorité du président Xi, le Parti communiste chinois va plus vite et plus loin dans la mauvaise direction. “Plus de répression interne, plus de pratiques économiques prédatrices, plus de domination du pouvoir et, ce qui me dérange particulièrement , une doctrine militaire plus agressive.”

Esper a qualifié la RPC de principale menace pour les États-Unis, a exhorté chacun à unir ses forces pour contrer la “menace chinoise” – “le monde doit se réveiller et résister aux actions de la Chine, qui abuse des institutions internationales pour ses mauvais objectifs”. Esper est même allé jusqu’à menacer ses alliés qui n’aident pas l’Amérique dans ce combat.

À cet égard, Esper a mentionné la Grande-Bretagne, et a en effet mis en doute l’avenir de l’OTAN: si les Européens autorisent Huawei à participer à la création d’un réseau 5G en Europe, «cela peut mettre fin à la coopération dans le domaine du renseignement entre les États-Unis et les alliés de l’OTAN, et cela élimine le pilier fondamental de l’alliance» .

Bien que les États-Unis considèrent depuis longtemps la Chine comme leur principal adversaire, de telles attaques agressives n’avaient pas eu depuis longtemps.

Trump combine constamment des attaques et des pressions sur la Chine avec des négociations. Et l’accord commercial récemment conclu était le résultat de compromis mutuels, car aucune des deux parties ne bénéficierait d’un glissement final dans un véritable conflit commercial et économique.

Malgré le fait que Trump lui-même n’ait jamais parlé de la Chine comme de la principale menace pour les États-Unis et le monde, ses ministres – en particulier Pompeo – mènent périodiquement des attaques contre Pékin. Mais dans son discours à Munich, Esper a atteint de nouveaux sommets.

Naturellement, la réaction de la Chine a été tout aussi vive. De plus, maintenant dans le contexte de l’épidémie de coronavirus, Pékin surveille de très près le comportement de tous ses “partenaires” étrangers, notant ceux qui ont décidé d’utiliser la situation d’urgence pour faire pression sur l’Empire céleste ou intensifier la propagande.

A Munich, le ministre des Affaires étrangères Wang Yi a qualifié toutes les accusations américaines contre la Chine de mensonge, notant que si vous mettez les Etats-Unis à la place de la Chine alors là les déclarations des États-Unis, alors ce mensonge deviendra une vérité basée sur des faits”. Autrement dit, Wang Yi a retourné toutes les accusations contre la Chine vers les Américains eux-mêmes. Aux États-Unis, certaines personnes hésitent à accepter le développement et la renaissance rapides de la Chine en tant que pays socialiste, a déclaré le ministre, mais c’est injuste, car la Chine a le droit de se développer et le peuple chinois a le droit de vivre mieux:

“La modernisation de la Chine est une tendance historique inévitable, qui est une direction progressive dans le développement de la civilisation humaine et ne peut être arrêtée par personne.”

La réaction de la Russie aux attaques anti-chinoises est très importante. Sergey Lavrov a non seulement parlé de la guerre froide déclarée par les États de Chine, mais a également rappelé que d’autres atlantistes à Munich “ont déclaré que lors de cette conférence, il était nécessaire de développer une approche en réponse aux” défis chinois et russes “afin de contenir la Russie et la Chine même séparément. même ensemble. ” Cela montre que Moscou comprend parfaitement le but des Atlantistes: la lutte contre la Russie et la Chine est une priorité indéniable. Les discussions entre les atlantistes ne portent que sur qui représente actuellement une grande menace pour l’Occident – la Russie ou la Chine. Et comment mieux les retenir – ensemble et avec une force égale, ou à tour de rôle.

Naturellement, un tel jeu ne crée aucune illusion à Moscou ou à Pékin. Les dirigeants russes ne sont pas tentés de profiter de la croissance de la Chine en Occident pour apaiser la tension dans nos relations avec l’Amérique elle-même. Comme l’a souligné la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, l’appel à quitter la position russophobique a été entendu par le passé de la part des participants à la Conférence de Munich sur la sécurité, mais pas du tout de cette manière: «Peu importe c’est surprenant, mais aussi triste, il me semble que cet appel a été entendu, mais il l’a été d’une manière complètement erronée. 

Puisque maintenant, le rôle de la Conférence de Munich est clairement anti-chinois. »

Zakharova a déclaré qu’à Munich, la Chine était considérée comme une menace pour l’humanité tout entière, et que les participants occidentaux ont déclaré, “que la politique chinoise est un défi pour le XXIe siècle”:

«J’ai l’impression qu’aujourd’hui, notamment grâce aux discours prononcés à la Conférence de Munich, nous assistons à une renaissance de nouvelles approches coloniales. Comme si l’Occident ne juge plus honteux de réincarner l’esprit du colonialisme, divisant les peuples, les nations et les pays entre ceux qui ont besoin de sympathie, de soutien, pour lesquels tous ces droits de l’homme, documents, déclarations sont acceptés et ceux qui ne peuvent rien attendre, ceux à qui on n’a pas besoin de montrer de la sympathie, qui n’ont pas besoin de soutien à un moment difficile.

La Chine est maintenant dans une situation difficile, ne devrait-elle pas bénéficier du soutien des autres pays? Pas un mot à ce sujet (sur l’aide à la Chine). C’est ce qu’a déclaré la délégation russe. Malheureusement, tout le monde s’est davantage impliqué dans l’étude du prétendu phénomène de l’Ukraine. »

En fait, les Américains ont à nouveau démontré non seulement une disposition à diaboliser la Chine, mais aussi une réticence absolue à prendre en compte les règles élémentaires de la décence internationale -être prêts à attaquer le pays alors que de si difficiles épreuves lui tombaient dessus. De plus, cette attitude n’est même pas la moralité, mais elle est au moins à courte vue, car cela aura un impact extrêmement négatif sur les positions des États-Unis dans les relations américano-chinoises. Mais les Américains ne sont pas les premiers à “se tirer une balle dans le pied”.

Avec une telle «attitude», il est ridicule même d’espérer creuser un fossé entre la Russie et la Chine, pour affaiblir l’alliance stratégique des deux pays. Mais c’est exactement ce sur quoi les stratèges de l’Atlantique parient. Y compris jouer avec la sinophobie et la russophobie, alterner entre eux ou les “libérer”ensemble.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments