Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Minsk fait face à des défis géopolitiques nationaux: éditorial du Global Times

La Chine juge avec quelque distances ce qui se passe en Europe et ce qu’elle considère comme lié autant à la vassalité de l’UE aux diktats des USA, de l’OTAN, qu’à la poursuite du processus de désagrégation de l’ex-URSS. C’est par rapport à son allié de fait, la Russie qu’elle voit la crise permanente provoquée à ses frontières, en espérant porter à la fin la même déstabilisation à Moscou. Pour elle il s’agit d’un processus de reproduction des révolutions de couleur, mais la situation à Minsk n’est pas totalement celle de l’Ukraine. D’ailleurs comme le signale un article russe hier, ce qui se passe en Bielorussie sonne le glas des révolutions de couleur. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Source: Global Times Publié: 2020/8/24 22:28:405


Le président biélorusse Alexander Lukashenko Photo: Xinhua

Le président biélorusse Alexander Lukashenko est confronté au défi le plus important de ses 26 années au pouvoir. Les forces de l’opposition, qui l’ont accusé d’avoir remporté l’élection présidentielle par fraude, ont obtenu le soutien d’au moins une partie de la population à Minsk, la capitale biélorusse. Les manifestations anti-gouvernementales ont atteint une ampleur qui pourrait avoir un impact sur la stabilité du pays. 

Loukachenko a survolé les manifestants et est arrivé dimanche à sa résidence de Minsk en hélicoptère, vêtu d’un gilet pare-balles tout en tenant un fusil. De telles images ont renforcé l’impression qu’il existe de fortes tensions en Biélorussie. 

Loukachenko a été élu pour son sixième mandat à la présidence il y a deux semaines avec 80,23% des voix. Le résultat a été immédiatement remis en question et boycotté par l’opposition, et la Biélorussie est rapidement tombée dans des turbulences jamais vues depuis son arrivée au pouvoir. 

Un’incident similaire, l’opposition refusant d’accepter sa défaite après les élections, a déjà eu lieu en Ukraine, un pays voisin de la Biélorussie, qui a évolué vers une «révolution de couleur». Où va la situation en Biélorussie? Cette situation préoccupe les pays voisins, ainsi que les grandes puissances. 

Les pays occidentaux espèrent que cette fois l’opposition biélorusse pourra renverser Loukachenko. Les États-Unis ont imposé des sanctions à la Biélorussie, car en dehors de leur antagonisme idéologique, Minsk et Moscou sont des alliés. Pour les forces occidentales, en particulier les États-Unis, abattre Loukachenko porterait un coup dur à la Russie. 

La Biélorussie est le dernier bouclier de la Russie. Quatre-vingt pour cent de la population biélorusse est orthodoxe russe. Contrairement à l’Ukraine, où la plupart sont catholiques, l’influence de la Russie peut être mieux maintenue en Biélorussie pour résister à la subversion occidentale. 

Le chaos au Bélarus a été causé par des facteurs internes et externes complexes. Au final, elle semble être au coeur de grands jeux de pouvoir, qui sont presque devenus un modèle pour les affaires sensibles en Europe centrale et orientale.

L’histoire européenne montre qu’une fois qu’un petit pays devient le centre de la lutte de pouvoir majeur, si ses opinions chez lui s’avèrent divisées, le pays court généralement vers une tragédie. L’Ukraine, la Bosnie-Herzégovine sont des exemples typiques. 

La Biélorussie et la Russie ont des liens historiques de longue date avec des liens étroits dans leur langue et leur culture. Après la dissolution de l’Union soviétique, les deux ont formé l’État d’Union en 1997. La voie politique du Bélarus était autrefois claire. Mais après l’adhésion d’anciens membres du Traité de Varsovie et des trois pays baltes à l’OTAN, la Biélorussie est devenue une nouvelle ligne de front des grands jeux de géopolitique. Lorsque l’Occident, dirigé par les États-Unis, tente de réduire l’espace stratégique de la Russie, son intérêt se déplace vers la Biélorussie. 

Si la Biélorussie ne peut pas parvenir à des compromis sur les questions de politique intérieure, résoudre la crise par elle-même et si les divisions politiques s’intensifient, la Biélorussie deviendra très probablement un champ de bataille entre l’Occident et la Russie.  

En supposant que la position pro-russe ne puisse pas dominer le pays, une position pro-occidentale est encore moins susceptible de s’y solidifier. Il sera difficile de faire en sorte que la grande majorité des Biélorusses déteste la Russie à long terme et aide l’Occident à affronter la Russie. 

La situation en Biélorussie montre que le système de valeurs occidental est toujours attractif, il a encore la force de pénétrer dans les sociétés non occidentales, et il est difficile pour les petits pays d’y résister. 

Il est très difficile pour les pays non occidentaux d’explorer de manière indépendante une voie de développement, car l’opinion publique occidentale ne soutient pas de telles explorations et augmentera les conflits politiques internes dans ces pays. Une telle exploration est également loin de former une tendance et peut souvent être considérée comme une navigation à contre-courant. 

L’Ukraine est le pays le plus comparable à la Biélorussie parmi les anciens membres de l’Union soviétique. Les deux étaient des républiques relativement développées à l’époque, et l’Ukraine était encore plus forte que la Biélorussie. L’Ukraine est l’un des premiers pays de la Communauté d’États indépendants à avoir subi une révolution des couleurs. Aujourd’hui, son PIB par habitant ne représente qu’environ la moitié de celui de la Biélorussie ». 

Cela signifie que quelle que soit la voie empruntée par des pays comme la Biélorussie et l’Ukraine, il leur serait difficile de progresser. Parce que ces pays n’ont pas encore complètement échappé aux séquelles de la désintégration de l’Union soviétique

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Dans les manifestations nous pouvons voir le drapeau blanc et rouge, le même que portaient les collaborateurs nazis lors de l’occupation allemande. Rappelons qu’un des morts de l’opposition c’est fait explosé en faisant une mauvaise manipulation d’explosif. Nous voyons à quels genre de démocrates nous avons à faire. Bien sur Libé a minimisé l’usage du drapeau de la collaboration comme les intellectuels manipulateurs américains. Tout comme l’on a minimisé les coups d’Etat en Ukraine et en Bolivie. En Biélorussie une partie de la population capitaliste c’est bien enrichie, comme certains soviétiques à la fin de l’URSS. Cette bourgeoisie est la… Lire la suite »

Le journal le monde site Radio Svoboda:
https://www.lemonde.fr/international/article/2020/08/13/en-bielorussie-ils-tirent-sur-les-gens-comme-sur-des-canards_6048833_3210.html
Heureusement que nous avons des journalistes qui traquent les infox !
Notre avant-garde au journal l’Humanité semble elle aussi frappée de cécité.
Il est impressionnant qu’aucun de ses perroquets n’analyse les images, les symboles, recherche les liens entre les diverses organisations participantes, bref qu’ils ne fassent pas leur travail de journaliste. Que la propagande existe dans la presse capitaliste va de soit, mais que la presse qui devrait être communiste sombre dans le caniveau est désolant.