Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Vietnam – Tout le pays se mobilise pour sauver les gens du COVID-19

Quand je suis désespérée par mon malheureux pays, “le deuxième État colonialiste le plus toxique au monde”, la France, l’aliénation imbécile des français qui éclate dans les réseaux sociaux, la concurrence imbécile et l’envie,l’arrogance et le crétinisme, les médias et les forces politiques complices, ce genre de texte me fait dire que peut-être ailleurs il reste un espoir… (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Lorsque je grandissais dans une Tchécoslovaquie socialiste et en Union soviétique, on nous disait que même si une seule vie humaine était en danger, tout le pays devait s’arrêter et se battre pour sa survie. C’est ainsi que nous avons été élevés. C’était notre culture, ou appelez cela le fondement de notre vision du monde.

Je me souviens d’une fois alors qu’il y avait eu une explosion en Bohême, une chaudière a explosé et des gens ont été enterrés dans les décombres d’un immeuble qui s’est effondré. Tout s’est arrêté. Du matériel lourd a été expédié de tous les coins du pays; des milliers de volontaires se sont rendus dans la zone sinistrée pour apporter leur aide. À ce moment-là, sauver des vies était tout ce qui comptait.

Bien sûr, par rapport aux Occidentaux, nous étions innocents, enthousiastes et sincères. Les États-Unis et le Royaume-Uni utilisaient des réseaux de radio de propagande, des chaînes de télévision allemandes et des documents imprimés d’endoctrinement afin de nous “ bombarder ” constamment avec un nihilisme profond, un cynisme et une parodie déprimante et tordue de la réalité telle que nous la percevions.

Nous avalions de la désinformation. On nous a appris à devenir non idéologique, sceptique, plein de sarcasme sombre. La contre-propagande est-européenne était faible, comparée au puissant «breuvage» produit à Londres et à Washington. À cause de cela, notre socialisme est finalement mort, il a été vaincu, détruit.

Mais il n’a pas été ruiné partout. Certains pays et leurs habitants étaient plus forts, beaucoup plus forts et déterminés que nous étions dans l’ancienne Tchécoslovaquie. Sans aucun doute, le Vietnam et la Chine sont deux de ces pays.

***

Plus tôt, en juillet 2020, ce magazine – New Eastern Outlook – a publié un essai sur l’énorme succès du Vietnam, y compris son combat épique contre le COVID-19. Le rapport était intitulé: «Le succès formidable mais« secret »du Vietnam».

Jusqu’à présent, pas une seule personne n’est morte du COVID-19 dans ce pays socialiste et de plus en plus important de près de 100 millions d’habitants. Et un tel succès stupéfiant n’a pas été atteint grâce à des verrouillages irrationnels et brutaux, comme ceux qui ont été imposés dans presque tous les pays occidentaux. Pour être précis, le Vietnam n’a été complètement verrouillé que pendant trois semaines, mais ensuite, les règles de distanciation sociale ont été assouplies et complètement abandonnées dès la fin avril. Les entreprises et les écoles ont progressivement rouvert.

Pendant un certain temps, aucun nouveau cas de propagation locale n’a été signalé, pendant environ trois mois entiers, et la vie a commencé à reprendre son cours normal, à l’exception des voyages à l’étranger qui n’ont toujours pas été autorisés.

Puis, soudainement, fin juillet, un nouveau cas est apparu; puis trois, et, selon les dernières informations, onze.

Ce qui a suivi était incroyable!

Presque aussitôt, une nation socialiste déterminée s’est levée. Une nouvelle bataille a commencé.

D’innombrables jets civils sont descendus sur la ville de Danang, qui n’est pas seulement une «destination touristique», mais aussi la troisième plus grande ville du Vietnam, avec un tout nouvel aéroport international.

L’une des plus grandes actions d’évacuation de l’histoire a commencé. Le Parti communiste au pouvoir au Vietnam et le gouvernement se sont mis au travail, fébrilement, au nom du peuple. C’était la «démocratie directe» au travail. Cela a été: «la vie du peuple avant tout», ou l’appeler «socialisme avec les caractéristiques du Vietnam».

80 000 personnes ont été relocalisées. Un traçage efficace des cas, ainsi que des tests largement répandus, ont été mis en place.

Le 27 juillet 2020, CNN et d’autres médias mondiaux ont rapporté:

«Le Vietnam évacue 80 000 personnes – principalement des touristes locaux – de la station balnéaire populaire de Da Nang après que trois résidents aient été testés positifs pour le coronavirus, a déclaré le gouvernement. 

Les autorités vietnamiennes se précipitent pour étouffer une nouvelle épidémie potentielle dans l’œuf après que la nation d’Asie du Sud-Est ait enregistré son premier cas de Covid-19 transmis localement en 100 jours samedi. 

«Après l’annonce de l’affaire, le Premier ministre vietnamien Nguyen Xuan Phuc a exigé que la recherche des contacts soit intensifiée et que des tests à grande échelle soient menés dans toute la ville, selon un communiqué de presse du gouvernement.

Lundi, le gouvernement a pris la décision drastique de commencer à évacuer 80 000 personnes de Da Nang, un processus qui, selon lui, prendrait quatre jours. Les compagnies aériennes nationales opèrent environ 100 vols par jour vers 11 villes du pays, selon l’Autorité de l’aviation civile du Vietnam. »

Tout cela est extrêmement impressionnant, voire époustouflant!

***

Je visitais le Vietnam en février 2020, travaillant à Danang, entre autres. Et puis, tout récemment, je me suis rendu aux États-Unis pour faire un rapport sur la situation là-bas. Le contraste était incroyable: une nation jeune, montante, confiante et optimiste, et l’empire en déclin irréversible rongé vivant par la décadence, la perversion et le cynisme.

J’ai souvent pensé: peut-être avons-nous perdu à plusieurs endroits, il y a plus de 30 ans, en particulier en Europe, mais ce qui se passe actuellement en Chine, au Vietnam, au Laos et dans d’autres pays asiatiques est, sans aucun doute, une grande victoire.

Cependant, c’est ce que j’appelle une «victoire secrète». Une victoire dépréciée, étalée en Occident. Pour en profiter, voire pour la détecter, il faut vivre en Asie, la comprendre et en faire partie.

Je savais précisément ce qui serait insinué par les analystes occidentaux. Très probablement, ils diraient: la réaction n’est pas proportionnelle à la menace… Une réaction assez coûteuse pour seulement quelques cas testés.

Oui bien sûr. C’est peut-être vrai, vu du point de vue capitaliste occidental. Mais le Vietnam a réagi en tant que pays socialiste, un pays avec un grand cœur au lieu de l’empreinte du dollar.

Personne ne mourra de faim à la suite de cette évacuation massive et héroïque. Ce n’est pas «soit» ni «soit». Ce n’est pas «si nous agissons et mettons des dizaines de milliers de personnes en sécurité, des millions de personnes perdront leur emploi et leur soutien social».

***

Dans l’ancienne Tchécoslovaquie, quand j’étais enfant, j’avais un ami vietnamien. Nous avons étudié l’anglais ensemble dans une école de langues. Il est venu à Pilsen pour étudier l’ingénierie. Son pays était toujours en ruine, après une guerre dévastatrice avec l’Occident. Nous sortions ensemble pour boire une tasse de café ou une bière. Il m’a beaucoup parlé du Vietnam. Il lui manquait, énormément. Deux décennies plus tard, je suis venu vivre à Hanoi.

Une chose frappante au Vietnam est que ses habitants sont à la fois courageux, durs comme l’acier, et en même temps, ils sont tendres, doux et poétiques. Ils ont vaincu le deuxième État colonialiste le plus toxique au monde – la France. Et presque immédiatement après cela, ils ont gagné la guerre avec l’empire le plus puissant – les États-Unis d’Amérique.

En même temps, leurs ballades, leurs chansons et leurs poèmes sont parmi les plus doux au monde.

Désormais, le combat du Vietnam contre le COVID-19 est également unique. Il est doux et robuste, rationnel et émotionnel.

En transportant par avion 80 000 personnes en lieu sûr, en mobilisant la quasi-totalité de la flotte civile, le Vietnam a écrit un autre poème épique puissant. C’est un poème qui sera récité, sans aucun doute, de génération en génération.

Précisément, de telles «œuvres d’art» et de telles actions forment le récit de toutes les grandes nations. Et ils forment également les piliers du vrai socialisme.

Le brillant sculpteur suisse Alberto Giacometti a dit un jour: «Si je devais choisir entre tout mon art et une vie de chien, je choisirais un chien.» Pour lui, la vie, toute vie, venait en premier.

La vie de tout être humain doit passer en premier. Parce que c’est inestimable. Même la vie d’une vieille personne mourante n’a pas de prix, par principe. Et une telle norme pourrait être atteinte; Il est clairement détectable dans des pays comme Cuba ou le Vietnam.

Une fois cette règle compromise, toute la structure s’effondre. Par conséquent, cela ne peut pas être; il ne devrait pas être autorisé à s’effondrer.

Ce qui vient de se passer au Vietnam est un bel exemple de socialisme et d’humanisme.

Peut-être que l’Occident est déjà trop «loin». Peut-être que nous, à l’Est socialiste et à l’Ouest capitaliste, ne pouvons plus nous comprendre, nous ne pouvons plus nous entendre.

Une centaine d’avions de passagers vietnamiens décollent, mettant les gens en sécurité. Mais le prix n’a pas d’importance. Tant que les êtres humains peuvent se sentir en sécurité, tant qu’ils survivent.

C’était «irrationnel» d’affronter la France, de lutter pour la liberté, d’espérer la victoire. Il était «insensé» de résister, de défendre le pays contre les bombardements de tapis américains, les B-52, le napalm, et les viols et tortures systématiques entre les mains des GI. Pourtant, le Vietnam a osé et combattu comme très peu de pays l’ont fait dans l’histoire moderne, et à la fin, il a gagné. N’oublions pas: l’amour est également irrationnel. Pourtant, il vaut la peine de vivre.

Maintenant avec COVID-19, encore une fois. Jusqu’à présent, le Vietnam est le «modèle» le plus réussi au monde.

C’est parce qu’il place les vies humaines au-dessus du profit, et par-dessus tout. C’est parce que cette grande bataille est en fait extrêmement belle; c’est un poème épique du Vietnam et une chanson passionnée.

C’est essentiellement ainsi que de grandes nations se construisent: non pas par la course maniaque de l’augmentation du PIB et de l’arsenal d’armes, mais par cœur, l’humanisme, la détermination et un amour sans faille et désintéressé pour le pays.

Andre Vltchek est un philosophe, romancier, cinéaste et journaliste d’investigation. Il est le créateur de  Vltchek’s World in Word and Images , et un écrivain qui a écrit un certain nombre de livres, dont  China’s Belt and Road Initiative: Connecting Countries Saving Millions of Lives . Il écrit spécialement pour le magazine en ligne  «New Eastern Outlook».

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

1975/1985 Années terribles pour le Vietnam!!! Après l’euphorie de la victoire en 1975, il a fallu revenir à la réalité. De 1939 à 1975, le peuple vietnamien a été en guerre: occupants japonais, colonialistes français, impérialistes américains. Toute cette belle engeance aidée bien sûr par des collaborateurs vietnamiens, mais aussi divers troupes venues dans les fourgons américains: thaïlandaises, sud-coréennes,australiennes. Le premier objectif a été la Réunification basée sur deux revendications fondamentales: l’indépendance et la paix. Il faut avoir en tête qu’aucune formation politique, pendant 120 ans de colonialisme n’avait réussi à le faire.HO CHI MINH a été reconnu comme le… Lire la suite »