Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La Chine pacifie Hong Kong d’une manière contrôlée

Les textes officiels chinois tous les jours notent comment les leaders véritables de la contestation, ceux qui ont pris “les étudiants pour de la chair à canon” se retirent de l’affrontement. La Chine a marqué sa fermeté mais agit en souplesse sans aller jusqu’au blocus de la ville et sans remettre en cause l’autonomie, y compris pour les délits économiques ou ceux de droits communs, la loi sur la sécurité a clairement identifié quatre types d’infractions relevant du pouvoir central: la sécession, la subversion, les activités terroristes et la collusion avec un pays étranger ou avec des forces extérieures mettant en danger la sécurité nationale. Pour une part ce qui est dit dans l’article à savoir que les fonctions attribuées à Hong Kong sont maintenant remplies par d’autres villes côtières sont à la fois à l’origine des désordres et la raison de la faible résistance des capitalistes de cette ville qui par ailleurs ont quelque raison de désespérer du soutien réel des Etats-Unis (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

https://vz.ru/world/2020/7/1/1047712.print.html

Les partisans les plus actifs de l'indépendance de Hong Kong ont désormais une voie directe vers l'émigration0  1 juillet 2020, 11:50
Photo: Zuma / TASS
Texte: Natalya Makarova,
Ivan Abakumov •
  •

La Chine a commencé à appliquer les premières mesures pour contrer les manifestations à Hong Kong – conformément à la loi spéciale approuvée la veille. Il s’agit principalement de la force de répression, mais pas seulement. Comment Pékin entend-il écraser les protestations dans l’ancienne colonie britannique, et pourquoi ne bloque-t-il pas simplement l’accès de Hong Kong à l’eau douce?

La police de Hong Kong a lancé mercredi des canons à eau contre des militants, selon le South China Morning Post. Selon les médias, les manifestants ont crié des slogans sur l’indépendance de Hong Kong par rapport à la Chine. En outre, la police a arrêté environ 70 participants à des manifestations illégales.

La raison des manifestations était l’adoption par le parlement chinois et la signature par le président Xi Jinping de la loi sur la sécurité nationale à Hong Kong. Le but de ce document est la suppression du séparatisme, du terrorisme, l’affaiblissement du pouvoir de l’État et la collusion avec les forces anti-chinoises étrangères. Selon la loi, ces délits sont punis par des peines pouvant aller jusqu’à la réclusion à perpétuité.

Le document réduit sérieusement l’indépendance des services de détection et de répression de Hong Kong (ceux-ci, comme l’administration de cette “région spéciale de Chine”, ont jusqu’à présent joui d’une large autonomie). Les autorités centrales de la RPC ont la possibilité de mener une enquête à Hong Kong et des bureaux de représentation des agences de sécurité d’État chinoises vont être créés dans la ville.

Il est symbolique que le président Xi ait signé la loi le 23e anniversaire du retour de Hong Kong à la Chine – le 1er juillet 1997, le Royaume-Uni a officiellement transféré sa colonie à Pékin. Maintenant, “à la lumière des risques croissants pour la sécurité nationale auxquels Hong Kong est confronté, l’adoption d’une loi sur la sécurité nationale au niveau national est urgente et nécessaire”, a annoncé le maire Carrie Lam.

Sous la désignation risques pour la sécurité nationale, les autorités chinoises et l’administration de Hong Kong comprennent généralement les manifestations massives (jusqu’à des centaines de milliers de personnes) de l’opposition de Hong Kong contre l’ingérence de Pékin dans l’autonomie. Il suffit de rappeler la “révolution des parapluies” en 2014. Les émeutes qui ont fait rage au cours de l’été et de l’automne de l’année dernière, beaucoup les ont identifiées au maidan de Kiev (notamment en raison de la présence d’ “instructeurs” ukrainiens), les États-Unis et la Grande-Bretagne ont fourni et fournissent le principal soutien à l’opposition.

La dernière fois, qu’une grande vague de protestation s’est produite a été en mai de cette année – et elle était directement causée par la loi sur la sécurité nationale. Comme le journal VZGLYAD l’a noté, maintenant l’opposition de la rue n’est plus aussi active et les États-Unis ont endossé le rôle du principal défenseur des libertés de Hong Kong.

À la fin de la semaine dernière, les États-Unis ont imposé des sanctions «Hong Kong» contre la Chine. Ces sanctions cependant frappaient des personnes – les destinataires étaient des fonctionnaires chinois impliqués dans la «destruction de l’autonomie». Plus important encore, lundi, les États-Unis ont annoncé qu’ils cesseraient d’exporter des produits et des technologies militaires américaines à Hong Kong. Jusqu’à ce moment, la Chine, malgré toutes les sanctions américaines, avait l’opportunité de recevoir ces technologies via sa «région spéciale». Mardi, le département américain du Commerce a  promis “la possibilité de nouvelles restrictions”.

Et malgré le fait que l’adoption de la loi sur la sécurité nationale de Hong Kong avait été convenue avec l’ancienne métropole – la Grande-Bretagne,

c’est ce qu’a déclaré Vasily Kashin, chercheur principal du Centre d’Études Européennes et Internationales de l’Ecole Supérieure d’Economie, au journal VZGLYAD. La déclaration de 1984 sur le transfert de la ville à la juridiction de la RPC décidait que Hong Kong adopterait son propre document sur la sécurité nationale. Hong Kong est devenue partie intégrante de la Chine en 1997, “la première tentative d’y faire passer la loi a eu lieu en 2003, mais son approbation a été contrecarrée en raison des protestations”, a déclaré Kashin.

Ce qui se passera à Hong Kong si la loi est adoptée peut être jugé par une autre région spéciale de la Chine – l’ancienne colonie portugaise de Macao, où un document similaire est déjà en place. À Macao, les caractéristiques du système économique, de l’autonomie gouvernementale et de la politique des visas ont été préservées, “mais la vie politique est largement émasculée”, a expliqué l’expert. «Il y a de petits partis d’opposition, mais ils opèrent dans le cadre de la loi sur la sécurité. L’ensemble de leurs exigences se résume à des problèmes privés de l’autonomie locale », a expliqué la source.

A Hong Kong, une partie importante des forces politiques devra soit changer complètement de comportement, soit quitter la politique, Kashin en est sûr. L’expert prédit que certains des participants actifs aux manifestations de l’année dernière devront quitter Hong Kong, car ils sont menacés d’être tenus pour responsables y compris en vertu des lois locales.

Kashin a rappelé que la Grande-Bretagne avait déjà exprimé sa volonté d’accueillir des réfugiés politiques de l’ancienne colonie. Il leur sera également possible de choisir Taiwan et même les États-Unis comme refuge “, car la guerre froide entre l’Amérique et la Chine prend de l’ampleur”.

«Ce n’est pas le pire moment pour l’émigration politique. Ces personnes auront la possibilité d’obtenir de l’aide à l’étranger », est certain l’expert. Il ne faut cependant pas s’attendre à une émigration de masse – selon Kashin, plusieurs milliers de personnes de la ville de 7,5 millions d’habitants décideront de partir. «Pour la plupart des résidents, la décision de rester ou de partir sera déterminée par l’économie. Elle a commencé à s’affaisser, mais maintenant la crise est mondiale – par conséquent, il n’est pas clair s’il y aura des raisons économiques de tout abandonner et de quitter Hong Kong », estime l’expert.

Il convient de noter que la Chine n’a même pas à intervenir d’une manière économique, la pression pour influencer la turbulente région spéciale peut être «hydraulique» . “Hong Kong est encore largement tributaire de l’eau douce en provenance de Chine”, a déclaré Andrei Ostrovsky, directeur adjoint de l’Institut d’études d’Extrême-Orient de l’Académie russe des sciences, au journal VZGLYAD. Pékin au XXe siècle résolvait les problèmes «en fermant simplement le robinet» – lorsque la RPC avait des frictions avec la Grande-Bretagne, a rappelé l’expert. Maintenant, il est difficile d’imaginer un tel blocus de l’eau – sauf en cas de rébellion armée ou autre tentative de séparer Hong Kong de la grande Chine.

“Les dirigeants chinois ne chercheront pas à serrer les vis sans raison”, estime Ostrovsky. – Pékin veut être ami avec Hong Kong, coopérer et se développer. Et ce désir est mutuel, à en juger par le fait que les parties se sont mises d’accord sur l’application de la loi chinoise sur la lutte contre le terrorisme à Hong Kong. »

Hong Kong reste une fenêtre d’intégration pour Pékin sur le principe «un pays – deux systèmes » , a déclaré le  professeur de l’ESE Alexander Shpunt au journal VZGLYAD. Depuis que Deng Xiaoping a formulé ce principe en 1980, il s’agit d’une question d’intégration non seulement de Hong Kong et de Macao, mais aussi de Taiwan.

D’un autre côté, a noté Ostrovsky, l’importance de Hong Kong elle-même pour la Chine diminue aujourd’hui. Si en 1997, lorsque la ville est revenue en Chine, sa part dans le PIB total du pays était de 20%, elle est aujourd’hui de 2%. «Des zones de libre-échange, des zones économiques libres et des ports technologiques modernes sont apparus dans la grande Chine. De nombreux Hong Kong s’installent dans la ville voisine de Shenzhen car il y a plus d’espace et les salaires sont au moins équivalents», a déclaré Ostrovsky. “Le rôle de Hong Kong se résume en fait à la fonctionnalité de l’offshore – il sert à acheminer des fonds vers la Chine ou dans la direction opposée – de la Chine à l’étranger.”

Selon les prévisions de Shpunt, le statut spécial accordé à Hong Kong en 1997 sera progressivement aligné sur d’autres régions de la Chine continentale. “À cet égard, les actions de Pékin sont très cohérentes et prudentes, à l’exception de la loi selon laquelle les crimes commis à Hong Kong devraient être jugés par des tribunaux chinois. Cette norme a provoqué une indignation modérée », a expliqué l’expert.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments