Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

‘Wolf Worrier artist’ s’efforce d’utiliser le nouvel art pour défendre la vérité et inspirer le patriotisme

Cet artiste chinois unit deux “techniques”, l’une qui a fait que longtemps les affiches des films chinois étaient peintes localement et les techniques de l’informatique, le tout avec une inspiration qui est aussi celle récente de Zhang Yimou et qui lui a été reprochée comme une concession au grand spectacle ou une concession au “totalitarisme” alors qu’elle est la tentative de recréer l’univers légendaire dans la modernité de la Chine actuelle. Wolf Worrier, il s’agit de deux films qui ont connu un énorme succès en Chine, le héros est soldat des forces spéciales de l’armée chinoise qui dans le premier est confronté à un groupe de mercenaires engagés par un baron de la drogue après que son fils ait été tué par ce dernier. Dans le second, Leng Feng qui devient mercenaire et accepte des missions dans le monde entier. Par la la suite, il part sauver ses compatriotes et ses amis africains dans des zones d’Afrique en conflit et occupées par des insurgés et des mercenaires. Il faut bien mesurer et un film comme l’adieu l’illustre, ce patriotisme chinois n’est pas sollicité, il correspond à un élan qui souvent s’adresse à la diaspora en particulier celle des Etats-Unis (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Par Li Lei Source: Global Times Publié: 2020/6/18 20:29:592


Wuheqilin vérifie une peinture graphique informatique. Photo: gracieuseté de Wuheqilin

Avec une composition délicate, des détails saisissants et une forte émotion, cinq affiches éditoriales dessinées par Wuheqilin ont attiré quelque 500 000 abonnés sur son compte sur Sina Weibo, la plate-forme de médias sociaux de type Twitter en Chine. Ses opinions politiques exprimées dans son art ont conduit certains internautes à le surnommer «l’artiste Wolf Worrier». 

Diplômé en 2010 de l’Université de Changchun dans la province du Jilin, dans le nord-est de la Chine, Wuheqilin est un graphiste informatique qui dirige sa propre entreprise de propriété intellectuelle et travaille comme directeur artistique pour deux sociétés de cinéma et de télévision à Pékin.

Ses peintures ont été publiées sur son compte personnel Sina Weibo et ont reçu une multitude de commentaires positifs ainsi que des notations sur Twitter et d’autres plateformes internationales de médias sociaux. Son récent tableau To Breath reflète les protestations en cours contre le racisme dans de nombreux pays provoquées par le meurtre de George Floyd.

La peinture a été republiée sur Twitter, après quoi un internaute a commenté “Avec cette peinture suspendue au-dessus de ma tête, je sens que je suis la suivante.”

Une affiche éditoriale intitulée To Breath créée par Wuheqilin Photo: de Wuheqilin

Crier la vérité

Wuheqilin a commencé à dessiner des affiches éditoriales lors du problème anti-extradition à Hong Kong en 2019, dans l’espoir de révéler la vérité sur la façon dont certaines forces occidentales ont trompé les jeunes à Hong Kong.

Son premier tableau A Pretender God représente un groupe d’émeutiers de Hong Kong adorant une Statue de la Liberté sous le regard de monstres sanguinaires. Au lieu de la torche et de la tabula ansata de Lady Liberty, elle tient une bombe à essence et un clavier.

Un prétendu dieu  Photo: Gracieuseté de Wuheqilin

“Avec ma première peinture, je veux dire aux jeunes de Hong Kong d’ouvrir les yeux pour voir la vérité et de ne pas être trompés par une fausse croyance”, a-t-il déclaré. 

“Hong Kong était dans une période spéciale de son histoire avec ses problèmes de longue date amplifiés, et certaines forces occidentales y ont vu une bonne chance de frapper la Chine car elles n’ont épargné aucun effort pour employer leurs forces et promouvoir le chaos”, a-t-il déclaré à Global Times. 

“Habituellement, ils le faisaient sous terre, mais ces forces occidentales n’ont même pas pris la peine de cacher leurs intentions, et l’hostilité féroce du monde extérieur m’a rendu furieux”, a-t-il déclaré, ajoutant que la fureur montait dans son esprit tandis que les manifestants commencent de recourir à la violence contre la police et des citoyens innocents.

“J’ai vu beaucoup d’œuvres d’art prônant et louant la violence lors de l’événement à Hong Kong, et j’ai eu l’idée que je ferais mon possible pour riposter”, a-t-il déclaré.

Après A Pretender God, il a publié un deuxième dessin Cannon Fodder, qui est l’un de ses favoris.

“Je veux leur dire de cesser d’être aussi stupide pour faire de vous un outil utilisé par les forces occidentales pour réprimer la Chine”, a-t-il dit.

Chair à canon joue sur le temps et représente un garçon debout au milieu du chemin de fer avec un train se dirigeant vers lui. “Celui qui voit le tableau sait que le petit garçon sera brisé dans la seconde suivante, tandis que ceux qui se tiennent à côté de la voie ferrée riront et ouvriront leurs parapluies sans même qu’une goutte de sang éclabousse leurs vêtements”, a-t-il expliqué.

Cannon Fodder Photo: Gracieuseté de Wuheqilin

“Ma fureur s’est transformée en tristesse lorsque j’ai peint Cannon Fodder, et j’ai même versé des larmes au milieu du tableau”, a-t-il déclaré. 

“Personne ne voudrait voir une fin aussi triste. La différence avec ce qui se passe dans le tableau est le fait qu’ils peuvent tirer le frein avant qu’il ne soit trop tard.” 

Créer un dialogue

Wuheqilin a dit qu’il n’était pas initialement doué en art. “J’ai commencé à apprendre le dessin au cours de mon premier cycle secondaire et j’ai atteint le niveau qui est le mien maintenant grâce à mon obstination pendant tant d’années”, a-t-il déclaré.

“C’est un jour de 2015 que j’ai réalisé pour la première fois que je voulais être non pas un bon peintre, mais un conteur utilisant des images. Et ce que j’aime, ce n’est pas le dessin, mais les images”, a-t-il déclaré,

Par rapport aux mots, les informations contenues dans une image sont très concentrées et peuvent être transmises au public instantanément. Mais parfois, des mots sont nécessaires pour expliquer la signification subtile de l’image, a-t-il déclaré.

“J’espère que mes œuvres d’art pourront s’étendre au plus grand nombre de personnes possible”, a-t-il déclaré. Par conséquent, il a choisi de ne pas réclamer de droit d’auteur de toutes ses affiches éditoriales au public.

En ce qui concerne le titre de “Wolf Worrier artist”, il a ri et a dit: “J’aime un peu ce titre parce que j’aime le film Wolf Worrier, et je suis honoré d’avoir le titre.” 

Wuheqilin a déclaré que transmettre l’idéologie politique est l’une de ses responsabilités en tant qu’artiste. “C’est ce que je fais, et j’espère pouvoir encourager plus d’artistes à faire quelque chose de bien pour notre pays et les gens avec ce que nous avons appris”,

Plâtrier de la Maison Blanche Photo: Gracieuseté de Wuheqilin

“Je pense qu’il y aura plus” d’artistes Wolf Worrier “dans un avenir proche, car plus de personnes se sont rendu compte de l’épidémie de COVID-19 que le patriotisme n’est pas quelque chose de honteux. Ce pays mérite d’être aimé et a besoin de chacun de nous pour le sauvegarder”, il a dit. 

“Ce qui est imprudent dans le monde occidental, c’est que leur attaque ne ferait que rendre les Chinois plus unis”, a-t-il ajouté.

Il prévoit actuellement de publier prochainement une série d’affiches éditoriales.
Titre de journal: Le pouvoir des affiches

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments