Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

A propos du discours de Macron, réaction rapide en quatre points :

Nous avons composé le journal d’aujourd’hui – avec ses titres de rubrique- un peu en fonction de ce que nous inspirait le discours de Macron réaction rapide et dont chaque point mériterait un complément. Nous en apportons aujourd’hui de divers ordres: des traductions, des travaux universitaires, de diverses provenances internationales. Ici, dans cette réaction à chaud, il s’agit de mettre l’accent sur ce qui provoque notre refus d’un tel enfumage et d’une telle “gouvernance” dans ses grandes lignes. Puisqu’une fois de plus nous ne saurons rien de concret avant le mois de juillet… Les écoles ré ouvriront le 22 juin, comment? Avec quelles consignes? Les enseignants et les autres jugeront.

1- De la solidarité européenne

La solidarité de l’UE en coma dépassé jusqu’ici serait en train de se réveiller, selon Macron à deux doigts de l’extase… L’illusion fait eau de toute part qu’importe, on y tient comme la corde tient un pendu… Une anecdote dira quelle est cette solidarité. Un fait assorti d’un discours du Medef:

Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a estimé dimanche que faire travailler des salariés polonais de PSA dans des usines françaises était un “sujet de solidarité européenne”, lors d’une émission sur RTL.
Le groupe automobile PSA a fait machine arrière samedi quant à sa décision de faire venir en France certains de ses ouvriers polonais pour renforcer les équipes de son usine d’Hordain, dans le Nord, au détriment d’intérimaires français et ce suite à l’intervention des députés communistes, en l’occurrence Fabien Roussel député du Nord.
“Je comprends l’émotion que ça a pu susciter (…). Mais c’est un sujet complexe, parce que c’est un sujet de solidarité européenne”, a déclaré M. Roux de Bézieux, interrogé dans l’émission Le Grand Jury.
“Ces salariés-là, ils sont en sous-activité en Pologne et le risque c’est qu’il y ait un plan de licenciement en Pologne”, a-t-il expliqué. “Si chacun se replie sur son égoïsme national, on n’y arrivera pas”, a-t-il affirmé
Rien de plus altruiste que le patronat et son représentant à la tête de l’Etat.

Ce FAIT interroge tous ceux qui tentent de nous expliquer que l’UE pourrait être réformée, qu’il y a un espoir à avoir de ce machin. Alors même que chacun voit qu’après l’inaction, l’action poursuivra dans la destruction de nos services publics, assurera les profits des capitalistes en mettant en concurrence les travailleurs entre eux, l’UE n’est qu’un prolongement de leurs conseils d’administration, le lieu où ils trouvent un compromis pour leur concurrence dans l’exploitation commune. Le tout au nom de la “solidarité”, parce que c’est à ceux-là que l’on distribue l’argent dont nous devrons nous acquitter du remboursement… On a beaucoup demandé aux jeunes dit Macron, et il vont payer la note ajoute-t-il, voilà qui a le mérite de la franchise. C’est peut-être pour qu’ils ne s’indignent plus de la manière dont les propriétaires des Ehpad ont organisé sans états d’âme la mort solitaire et massive des vieux…

2- Déconfinement total en métropole

Accélération du déconfinement… Évidemment c’est parce que le gouvernement a fait tout bien que Macron peut faire une telle annonce… Pense-t-il que nous avons la mémoire d’un poisson rouge dans son bocal? Pourtant nous sommes en train de revivre quelque chose qui devrait nous mettre en garde:

La Chine annonce qu’elle doit lutter à Pékin contre une nouvelle vague venue d’Europe et qui a muté puisqu’elle s’attache non plus seulement aux personnes mais aux choses et animaux non vivants (ici des saumons venus des pays scandinaves et les instruments avec lesquels ils ont été découpés). Même écho du côté de la Corée, c’est-à-dire deux pays qui ont appris qu’il fallait prendre le mal à la source si on veut en atténuer les effets y compris économiques.

Visiblement comme la dernière fois cette alerte ne pose aucun problème à Macron et à son gouvernement. Est-ce que nous allons répéter le scénario ? Considérer que les alertes chinoises ne nous concernent pas quitte à leur reprocher ultérieurement de n’avoir rien dit. Même prudence du côté de Cuba… Est-ce que nous n’avons pas de leçon à prendre non seulement dans la prévention mais dans le lien entre activités et prévention ?

Les Chinois, à qui nos virologues amateurs français sur les réseaux sociaux ont fait dire beaucoup de choses, affirment qu’il n’y a aucun traitement existant face à ce virus.

Enfin, ils en appellent à une coopération mondiale qui va a contrario de l’attitude de l’occident et qui prennent en compte l’ensemble des situations sanitaires, économiques, environnementales .

3- Enfin à propos du racisme et de la police, de la République et du savoir…

Macron là encore brasse du vent… Des grands mots mais partout et toujours, dans les faits, il a choisi de monter les Français les uns contre les autres et donc d’une part affaiblir la portée des colères légitimes et d’autre part ne leur donner comme débouché que les haines intestines de l’extrême-droite. Il construit uniquement l’alternative politicienne de sa survie, de lui et des siens.

Toutes les difficultés que vivent ceux qui sont confrontés à la précarité, à la destruction des services publics autant que de l’emploi, Macron, ses médias, son appareil politicien qui va bien au-delà de son mouvement, les limitent à un débat sur la police. Alors que le vrai problème est la manière dont celle-ci est utilisée pour mettre la marmite sur le couvercle par la répression. Pourtant s’il y a quelque chose que la grande majorité des Français risque d’avoir en commun c’est bien la difficulté de trouver un travail, d’avoir un salaire suffisant, d’être soigné, protégé dans la maladie comme dans la vieillesse, sans parler d’un logement décent, toutes choses qui devraient nous rassembler et que l’on s’emploie à isoler comme seulement des manifestations de racisme.

Le racisme dont sont victimes les jeunes des banlieues c’est celui contre les pauvres, il épargne les émirs du golfe et les saoudiens à qui l’on vend des armes.

A ce titre, la brutalité de la police française dans la répression des manifestations a été dénoncée dans le monde entier. Le racisme, l’influence de l’extrême-droite est également un fait et cela effectivement met en péril l’unité nationale, les “valeurs républicaines”, tout le monde a eu à subir ces pratiques brutales qu’il s’agisse des travailleurs, des professionnels, des gilets jaunes, des jeunes lycéens et étudiants manifestant, cela fait partie du clivage qu’a créé ce gouvernement entre les Français et de sa stratégie pour se retrouver face à l’extrême-droite comme seule alternative.

Et dans sa volonté de séduire par la démagogie, de se parer de valeurs qu’il détruit par l’inégalité, les choix en faveur des riches, il n’a pas craint de désigner à la vindicte le monde du savoir, de l’éducation, là encore pour mieux encourager l’extrême-droite et sa haine de la culture.

Pourtant, il faut combattre partout ces idéologies d’extrême-droite y compris chez ceux qui infiltrent la légitime colère, ils sont minoritaires mais diffusent à peu près n’importe quoi pour contribuer à créer des clivages irréconciliables. Nous avons en France comme aux Etats-Unis eu un clientélisme de gauche qui a encouragé les voyous mais aussi ces formes d’idéologie d’extrême-droite qui sous prétexte d’identité juive, arabe, musulmane, noire utilisent des mythes contre tout ce qui est progressiste. Je donne un exemple d’une manipulation historique à laquelle a contribué quelqu’un comme Aimé Césaire dans sa rupture avec le PCF (pour rejoindre le PS dont on sait pourtant les choix coloniaux) en attaquant les Révolutionnaires en particulier Robespierre. Des faits historiques traités comme des rumeurs et voilà fondée la haine d’une communauté contre une autre, surtout si des sectes s’emparent de la question. Un gouvernement français responsable qui aurait le respect de l’enseignement, du savoir ne s’amuserait pas comme celui de Macron à jeter dans un tel contexte la suspicion sur les travaux scientifiques, y compris le mépris des universitaires pour mieux encourager ce qui nourrit tous les fascismes, le mépris du savoir, de la recherche, de la patience nécessaire pour éclairer une vérité toujours en train de s’établir.

  1. Toujours à propos de Macron et de la France.

S’il y a une chose que j’attends désormais de mon pays c’est qu’il arrête de dépenser notre argent et des vies humaines dans des expéditions militaires et qu’il adopte une tout autre attitude qui serait la meilleure réponse aux défis que nous devons affronter, sanitaires et économiques. Nous publions ici-même une analyse de la situation en Libye de nos camarades communistes russes, cette catastrophe comme celle de la Syrie devrait pourtant nous obliger à un bilan réel de ces droits de l’homme contre l’humanité.

La seule attitude humaine serait de refuser la politique criminelle de sanctions infligés à des peuples qui en général veulent garder un minimum de souveraineté sur leurs ressources et qui à ce titre subissent la politique des USA qui relève des tribunaux internationaux pour crime contre l’humanité et singulièrement dans ces temps de pandémie et catastrophe économique avec la faim, le chômage et toutes les plaies qui vont avec. Il y a bien sur l’ignominie infligée à Cuba et qui révolte toute conscience humaine et dont nous finissons par nous accommoder… Mais Cuba n’est pas le seul pays. Quand on ose déformer, salir d’autres pays alors que l’on tolère qu’il leur soit fait des guerres et que l’on prétende les asphyxier, le tout en prétendant nous moquer des “dictatures” avec des caricatures produites par l’extrême-droite qui les attaque en notre nom, nous devrions avoir honte d’une telle incurie. Et pourtant nous n’y habituons. Macron là encore est le pur produit de toutes ces acceptations.

S’il y a une gauche, un parti communiste, elle doit faire l’impossible pour mobiliser tout notre peuple contre ces crimes contre l’humanité que sont sanctions et blocus et refuser nos expéditions militaires, l’argent dépensé de plus en plus dans ce domaine, toutes choses qui lui reviennent comme un boomerang.
Danielle Bleitrach

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments