Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Lula pense que l’opposant vénézuélien Guaidó “aurait dû être emprisonné”

L’Europe et les Etats-Unis n’auraient pas pu reconnaître un usurpateur qui s’est proclamé président”, a déclaré Lula lors d’une longue interview avec le portail d’information UOL, publiée hier soir, mais qui avait eu lieu le 21 février.

Auteur: Digital Writing | internet@granma.cu

5 mars 2020 09:03:19

L’ancien président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, a défendu l’idée de la nécessité de l’arrestation du chef de l’opposition Juan Guaidó, reconnu aujourd’hui comme dirigeant du Venezuela par les États-Unis et ses alliés, comme le Brésil sous le commandement de Jair Bolsonaro, a rapporté PL.

“L’Europe et les États-Unis n’auraient pas pu reconnaître un usurpateur qui s’est proclamé président (Guaidó)”, a déclaré Lula lors d’une longue interview avec le portail d’information UOL, publiée hier soir, mais qui s’est tenue le 21 février.

«Ce n’est pas correct, car si la mode jette désormais la démocratie à la poubelle et que tout escroc peut être proclamé président, où o va.  Maintenant, je pourrais me proclamer président du Brésil, mais qu’en serait-il de la démocratie, où cela nous ménerait-il ?

Il a déclaré que c’était au chef de l’Etat vénézuélien, Nicolás Maduro, de dire ce qu’il y avait à dire, pas Guaidó, qui voudrait, en fait, même essayer de forcer les Américains à envahir le Venezuela”.

Lula a insisté sur le fait que Guaidó “aurait dû être emprisonné et Maduro était trop démocratique quand il ne l’a pas arrêté quand il est allé en Colombie pour tenter d’inciter à l’invasion du Venezuela”.

Interrogé sur la question de savoir si Maduro était un démocrate, l’ex-président a répondu que le politicien vénézuélien était démocratiquement élu.

Le fondateur du Parti des travailleurs a prévenu que «vous ne pouvez pas critiquer Maduro et ne pas critiquer le blocus. Le blocus n’attaque pas un soldat, il ne tue pas les coupables, il tue les innocents », a-t-il ajouté, se référant aux sanctions économiques imposées par les Etats-Unis à ce pays.

Pour Lula, le meilleur moyen de sortir de la crise au Venezuela est de parler avec Maduro et de faire valoir qu’en raison de son «expérience de la politique, du mouvement syndical, il n’y a aucun moyen de conclure un accord s’il n’est pas autour d’une table avec des gens qui pensent pour et contre ».

L’ancien leader du secteur métallurgique, actuellement en tournée en France, en Suisse et en Allemagne, a également défendu l’ancien président Evo Morales qui a décidé de renoncer au pouvoir pour rechercher la paix en Bolivie.

(Avec informations PL)

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments