Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Mike Pompeo: faire monter l’hystérie anti-chinoise dans les Universités …

Le secrétaire d’Etat américain incite à l’hystérie xénophobe contre les étudiants chinois, dénonce les universités « anti-américaines » Hier 12 janvier 2021 on apprenait que Mike Pompeo avait rétabli Cuba sur la liste des organisations terroristes, mais la haine maniaque de ce ministre des affaires étrangères de Trump ne date pas d’aujourd’hui. Comme l’analyse l’article la xénophobie est faite pour détourner l’attention des peoblèmes intérieurs en proposant à la base fasciste un ennemi extérieur. Mais au-delà de la xénophobie cette dénonciation des étudiants chinois et de la perméabilité des campus et des universités à la contestation sociale montre à quel point la classe dirigeante des USA se méfie de cette éruption de la lutte des classes qu’elle n’arrive plus à contrôler. Au-delà de Cuba, ce sont les latinos opprimés que l’on ne tient plus, au-delà des étudiants chinois, c’est tout le monde anti-impérialiste. Comme l’a montré la ridicule manifestation du capitole, la classe dirigeante tente d’associer le fascisme suprematiste blanc avec tous les dirigeants déchus du reste du monde réclamant l’invasion de leur pays ou des sanctions axphyxiant les peuples. (note et traduction de danielle Bleitrach)

Dominique Gustavole 16 décembre 2020
  • Le 9 décembre, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, s’exprimant au Georgia Institute of Technology, a dénoncé les collèges « de gauche » pour avoir permis l’espionnage chinois sur leurs campus et a appelé les universités à limiter le nombre d’étudiants chinois qu’elles acceptent. Ces remarques signalent l’intention de l’administration Trump d’intensifier sa campagne anti-chinoise tout en sévissant contre la liberté académique dans son pays.

Dans ses remarques liminaires, Pompeo invoque le trope raciste du « péril jaune », affirmant que la Chine cherche à dominer le monde et à étendre son influence insidieuse à travers les universités, en disant : « Les Américains doivent savoir comment le Parti communiste chinois empoisonne le puits de nos établissements d’enseignement supérieur à ses propres fins, et comment ces actions dégradent notre liberté et notre sécurité nationale américaine. » Il a poursuivi: « Le Parti communiste chinois sait qu’il ne peut jamais atteindre notre niveau d’ innovation … c’est pourquoi il envoie 400 000 étudiants par an aux États-Unis d’Amérique… ce n’est pas un hasard.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo (Crédit : Gage Skidmore/Wikipedia)

Pompeo a poursuivi en dénonçons les collèges américains comme des centres de subversion: « Ils savent que les campus universitaires de gauche sont en proie à l’anti-américanisme et présentent des cibles faciles pour leur propagande anti-américaine. C’est pourquoi ils ont planté des Instituts Confucius sur nos campus.

Les instituts Confucius sont des créations nées des accords publics entre les collèges en Chine et les collèges d’autres pays, dans le but déclaré de promouvoir la culture et la langue chinoises. Les instituts ont reçu l’ordre du département d’État américain de s’enregistrer en tant que « missions étrangères », comme les ambassades, cette année. Affirmant que de nombreux collèges américains sont « achetés par Pékin », Pompeo a appelé les universités à fermer les instituts Confucius et « enquêter sur ce que les groupes d’étudiants soutenus par l’argent du PCC sont en fait . »

Les remarques ignobles de Pompeo, qui dénoncent les centaines de milliers d’étudiants chinois aux États-Unis comme des espions potentiels de l’État chinois, sont dans la ligne directe des choix de la classe dirigeante américaine maniant le fouet de l’hystérie xénophobe contre les étrangers pour détourner l’attention des tensions sociales internes contre un ennemi extérieur . Dans un contexte où le président cultive un mouvement ouvertement fasciste, la politique de Pompeo dénonçant des étudiants chinois a été clairement conçu pour attiser la base fasciste de Trump, et soulève le danger de discrimination et de violence contre tous les Américains d’origine asiatique.

La tirade de Pompée contre les universités « de gauche » et sa représentation d’eux comme des nids d’espionnage étranger, malgré la nature sans fondement de ces dernières affirmations, reflètent néanmoins les craintes très réelles de la classe dirigeante que les campus universitaires risquent de devenir des centres d’opposition contre l’ordre capitaliste. Dans le contexte de l’énorme crise sociale aux États-Unis, qui a montré une éruption de lutte des classes, le libre échange d’idées sur les campus universitaires est considéré comme une menace à neutraliser. Les remarques de Pompeo doivent donc être considérées comme une menace dirigée en fin de compte contre tous les travailleurs et les étudiants.

Le ministère de l’Éducation a publié en octobre un rapport maccarthyite dans lequel il enquêtait sur 12 universités, dont Yale, Harvard et Stanford, pour avoir prétendument omis de se conformer à une loi de 1986 qui les oblige à divulguer des contrats ou des dons de sources étrangères de plus de 250 000 $. L’Association of American Universities a dénoncé le rapport comme sans fondement, disant à l’Associated Press que le rapport était « moins une évaluation de sécurité qu’il ne s’agit d’une attaque partisane et politiquement conduit contre les principales universités de recherche américaines. Terry Hartle, de l’American Council on Education, a condamné les propos fanatiques de Pompeo, affirmant dans une interview à Bloomberg News: « Il est difficile de comprendre comment un secrétaire d’État pourrait faire ces remarques en bonne conscience. … Je suppose que c’est de la viande rouge politique pour la base républicaine.

Quelque 370 000 étudiants chinois ont fréquenté des collèges américains au cours de l’année scolaire 2018-2019. Selon l’Institute of International Education, ils ont composé plus d’un tiers de tous les étudiants internationaux aux États-Unis, contribuant de quelque 15 milliards de dollars à l’économie américaine sous forme de paiements de frais de scolarité. Plus de la moitié de tous les étudiants chinois à l’étranger étudient aux États-Unis. L’idée que ces étudiants représentent une cinquième colonne subversive contre les États-Unis est un effort brutal pour fouetter un chauvinisme primitif et ainsi diriger les tensions sociales croissantes derrière la campagne pour la guerre contre la Chine.

Toutefois, le nombre d’étudiants chinois étudiant aux États-Unis a fortement augmenté en 2020. Entre avril et septembre 2019, les États-Unis ont délivré 90 410 visas aux étudiants chinois; toutefois, au cours de la même période cette année, seulement 808 visas ont été délivrés, soit une baisse de 99 p. 100. Une étude menée en juin par le China Institute of College Admission Counseling a révélé que 36 pour cent des lycéens chinois ont abandonné leur projet d’étudier aux États-Unis. Alors que 85 pour cent de ces étudiants ont cité les risques pour la santé posés par la pandémie aux États-Unis comme les plus préoccupants, près de la moitié ont également mentionné le racisme anti-asiatique et les politiques hostiles en matière de visas comme principales préoccupations.

L’enquête reflète le fait que si les préoccupations au sujet de la pandémie de coronavirus ont sans aucun doute beaucoup à voir avec la décision des étudiants chinois et de leurs parents de ne pas aller à l’université aux États-Unis, l’autre facteur majeur est l’atmosphère hostile qui a été alimentée par la classe dirigeante américaine, reflétée dans sa forme la plus vulgaire par le président lui-même , qui a ouvertement utilisé des insultes racistes dirigées contre les Asiatiques en se référant au coronavirus comme le « kung-flu » et « wuhan virus », et à plusieurs reprises alléguant la théorie du complot d’extrême droite que le gouvernement chinois a délibérément permis à la contagion mortelle de se propager. Au milieu de ce ragoût nocif de chauvinisme et de bouc émissaire, il ne fait aucun doute que de nombreuses familles chinoises estiment que leurs enfants ne seront pas en sécurité aux États-Unis.

L’administration Trump a travaillé au cours des dernières années pour empêcher les étudiants chinois d’étudier aux États-Unis. À partir de 2018, les États-Unis ont commencé à restreindre les visas d’étudiant pour les personnes qui ont étudié dans des secteurs technologiques jugés menaçants pour les intérêts américains, tels que la robotique et l’aviation. En mai de cette année, M. Trump a signé un décret interdisant aux étudiants diplômés et aux chercheurs chinois qui ont des liens supposés avec l’Armée populaire de libération (APL), et a immédiatement décidé d’expulser des milliers de personnes. Ils n’ont été ciblés non pas sur des preuves directes d’espionnage, mais sur de simples soupçons. Les liens supposés équivalaient à ce que les étudiants ou les chercheurs ont fréquenté l’une des nombreuses universités en Chine parrainées par l’APL. En septembre, les États-Unis ont annulé les visas de plus de 1 000 ressortissants chinois sur la base de cet ordre.

Les calomnies racistes et xénophobes contre les étudiants chinois servent finalement de placage putride pour les impératifs stratégiques de l’impérialisme américain. La classe dirigeante américaine considère la Chine, qui est sortie en quelques décennies d’une nation paysanne arriérée en une puissance économique et militaire mondiale capable de contester la suprématie de l’impérialisme américain, comme une menace existentielle. À une époque où l’avantage militaire dépend de la maîtrise de la technologie de pointe, les progrès réalisés par la Chine dans les secteurs de la haute technologie sont considérés comme particulièrement menaçants.

C’est là que résident les véritables motivations de la volonté de saper les entreprises chinoises, comme l’a exprimé Pompeo : « Il est temps que l’équilibre soit atteint à la fois pour maintenir notre avantage concurrentiel et protéger l’avantage américain de… les coûts qu’ils ont l’intention de nous imposer. Il a également pointé du côté de Huawei Technologies Co., affirmant sans preuve : « Quiconque utilise Huawei remett ses informations au gouvernement chinois. »

Au milieu d’une pandémie mondiale dans laquelle la coopération internationale entre scientifiques et médecins est cruciale, le chauvinisme rétrograde promu par l’administration Trump, les barrières qui sont hérissées pour diviser le monde, doivent être considéré comme l’expression du caractère réactionnaire de l’ordre capitaliste en décomposition.

Il faut comprendre que le Parti démocrate dans tous les aspects essentiels a encouragé la position belliqueuse de l’administration Trump contre la Chine. En effet, il s’agit simplement d’une continuation du soi-disant « pivot vers l’Asie » commencé sous l’administration Obama — dans lequel Joe Biden a joué un rôle de premier plan — consistant en une énorme accumulation militaire dans le Pacifique, dans le but exprès de contrer l’influence économique croissante de la Chine. Le président élu a donné toutes les indications de la poursuite des politiques agressives de Trump. En particulier, la récente nomination par M. Biden de katherine Tai, l’anti-Chine hawkish, au poste de représentante américaine au commerce, indique que la campagne pour la guerre contre la Chine continuera de s’intensifier si Biden prend ses fonctions.

Print Friendly, PDF & Email

Vues : 151

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Et côté Russie, on reprend les vieilles allégations chéries des démocrates de Killary.
https://francais.rt.com/international/82668-selon-futur-directeur-cia-vladimir-poutine-seme-chaos-etats-unis