Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Bolivie: plongée électorale. Par Angel Guerra Cabrera

Un excellent résumé de l’annonce de la victoire en Bolivie pour l’ensemble du processus bolivarien et l’Amérique latine, la victoire chilienne d’aujourd’hui va dans le même sens. Le chemin sera long et le contexte, celui de la pandémie, mais celui d’un désastre économique du capitalisme, la faim, la misère, les menaces des USA et de l’occident qui ne désarment pas est là pour compliquer encore la véritable démocratie, celle par laquelle l’immense majorité retrouve ses droits par rapport à une poignée d’exploiteurs. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

  DE THE INSOMNIAC PUPIL

https://lapupilainsomne.wordpress.com/author/iroelsanchez/


La victoire électorale retentissante de Luis Arce, candidat à la présidence du Mouvement pour le socialisme (MAS), confirme le soutien du peuple bolivien à la Révolution démocratique et culturelle et à ses 14 ans de conquêtes. Avec 87 pour cent des votes comptés et une part de 88 pour cent, le MAS l’emporte avec plus de 54 pour cent (7 points de plus qu’en 2019, le même nombre que lors de l’élection de 2005, quand il a commencé son installation de 14 ans). Il obtient un avantage de 25 points sur son concurrent le plus proche, l’ultraneolibéral et répressif Carlos Mesa, de la Communauté Citoyenne, et 10 sur toute l’opposition.

Vaincre la droite et l’extrême droite ensemble.

Il faut le souligner, il réussit dans les conditions de dictature, de massacres, de haine raciale, de persécution, d’exil ou d’asile dans les ambassades de plusieurs de ses dirigeants. Le cas le plus notoire, celui de son fondateur Evo Morales, contraint de quitter le pays par un coup d’État entièrement pré-écrit par les États-Unis par l’intermédiaire de l’OEA. Il a eu la vie sauve grâce à une opération de sauvetage montée par le gouvernement de López Obrador en coordination avec l’Argentin Alberto Fernández, qui prend maintenant toute sa dimension historique.

Le processus bolivien est emblématique de la vague de gouvernements révolutionnaires et progressistes initiée dans notre région avec l’élection de Chávez à la présidence du Venezuela en 1998.

Sa Constitution multinationale et multiculturelle a permis de faire la preuve d’une grande fidélité à l’exercice de leur identité et de leurs droits aux peuples autochtones et afro-descendants, qui constituent la majorité de la population. Evo a fait briller la Bolivie dans le monde et est devenu l’une des principales références de la lutte anti-impérialiste et pour la paix.

Cette victoire confirme le succès du choix de la formule MAS, qui a rencontré le succès et la stabilité économique dont Arce était l’architecte, avec la solide expérience de David Choquehuanca en tant que leader indigène et sa brillante performance diplomatique, couplée à un travail politique actif par le MAS. Cette victoire a élargi le soutien des peuples autochtones et des paysans, mais elle a également permis de retrouver le vote de la classe moyenne qui avait cessé de soutenir le processus de changement. Elle confirme que le MAS a également remporté les élections d’octobre 2019, lorsque l’OEA a signalé des fraudes électorales présumées, qui ont ouvert la porte au coup d’État. Plusieurs études menées par des universitaires de renom ont montré qu’une telle fraude n’avait jamais existé et n’était rien de plus que l’argument utilisé pour justifier le coup d’État. Dans sa gestation, le lobby cubano-américain de Miami, très influent sous la présidence de Trump, a été très actif. Tout cela permet de dire que la victoire du peuple bolivien traverse les frontières nationales et signifie un puissant stimulus pour les luttes populaires en Amérique latine et dans le monde.

Le MAS a gagné par 56 points à La Paz et El Alto et aussi confortablement dans les départements de Cochabamba, Potosí, Oruro et Pando. Il a perdu contre Mesa à Beni et Tarija, un homme fort de droite, et la défaite la plus importante a été à Santa Cruz – le siège de groupes fascistes – où se présentait Luis Fernando Camacho, un leader d’extrême droite, et, comme Mesa, un participant actif au coup d’État de l’année dernière. Là, le MAS n’a obtenu que 35 % des voix, tandis que We Believe, de Camacho, a pris 45. Ce n’est pas un hasard si c’est à Santa Cruz qu’il y a déjà eu des protestations contre des fraudes électorales présumées. Conformément à la volonté de cette droite extrême, la dictateur Jeanine Añez, au mépris de l’Assemblée plurinationale, a conforté dans ses positions le ministre répressif du gouvernement Arturo Murillo et le ministre de l’Éducation Victor Hugo Cárdenas, qui avait été rejeté par une motion de censure de cet organe, dominée par le MAS.

.

Très opportunément, le Gouvernement mexicain a interrogé Luis Almagro en tant que secrétaire général de l’OEA. Maximiliano Reyes, sous-secrétaire de la chancellerie, a déclaré lors de l’Assemblée générale de l’organe que lors de l’élection présidentielle de 2019 en Bolivie, le secrétariat général de l’organisation a utilisé la mission d’observation électorale pour dénoncer prématurément une fraude présumée qui n’a jamais existé et a appelé Almagro à se soumettre à l’autocritique et à la réflexion pour déterminer s’il a encore l’autorité morale pour diriger l’organisme. Simultanément, le groupe Puebla a exigé avec le même argument la démission de l’indésirable représentant. Il n’y a aucun doute que l’Uruguayen ait envoyé la mission d’observation électorale en Bolivie précisément pour s’assurer, par tous les moyens, que le MAS n’ait pas remporté l’élection comme tous les sondages le prédisaient . C’e furent le vote écrasant pour le masisme et la pression populaire qui ont forcé à être publiés les sondages à la sortie des urnes l’ont confirmé et contrecarré les plans d’Almagro à un moment où l’administration Trump est engagée dans l’élection.

Arce a mis en garde contre l’effondrement de l’économie de la première à la dernière place dans la région, l’urgence d’attaquer immédiatement la faim avec un bonus pour un millier de Boliviens et il a publié le fait qu’il rétablira les relations diplomatiques avec Cuba, le Venezuela et l’Iran, ce qui est le signal clair que la Bolivie est de retour sur la voie indépendante et latino-américaine.

Twitter: @aguerraguerra

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments