Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Vous ne pouvez pas être révolutionnaire à moitié

Un chemin est devant nous encombré d’importants défis et qui nécessitera beaucoup d’unité pour surmonter la perte de mémoire, les erreurs, les agressions et pour nous permettre de continuer à construire un meilleur pays que celui que nous avons maintenant, debout et faisant face, avec la tête haute. ” Cette proclamation mais aussi cette analyse sur les conditions révolutionnaires de la résistance cubaine nous mettent en situation de mieux comprendre Cuba. Alors que l’île fait face aux conséquences de la pandémie sur les ressources, alors que les Etats-Unis resserrent le blocus, les efforts de propagande ne désarment pas. On retrouve les mêmes idées, les révolutions sont inutiles, les extrêmes se valent, seul “le réformisme” et l’entente avec l’impérialisme est patriotique. Il est tenté de créer une voie social-démocrate, alors même que la haine est à l’œuvre. Les Cubains y répondent par l’histoire. La volonté de souveraineté de l’île est toujours passée par la nécessité de l’unité d’un pays fondé sur l’esclavage sucrier, cette idée Fidel l’a héritée de Marti mais aussi de toutes les “Lumières” cubaines. Pour résister il faut être unis et pour être unis il faut abolir les divisions de classe, l’exploitation. Cette leçon me parait utile pour comprendre pourquoi il y a eu des pays, des partis communistes qui ont résisté et d’autres qui se sont effondrés. L’hypothèse qui explique cet effondrement est certes l’abandon de toute position de classe mais aussi l’absence de défense de la souveraineté et l’inscription dans le sillage néo-colonial de l’empire étasunien. Le socialisme a été le moyen de la souveraineté, de l’indépendance autant que des conquis sociaux vers une égalité toujours en péril dans les conditions de la mondialisation capitaliste (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Auteur: Karima Oliva Bello internet@granma.cu

29 septembre 2020 23:09:24

Siempre ha existido un doloroso saldo de ruptura y división entre la mayoría que optó por defender la Revolución y una minoría alineada con el imperio, nos lo acaba de recordar, entre lágrimas, esta bella lección de historia y lucha de clases que ha sido la serie lcb.
Il y a toujours eu un douloureux équilibre de rupture et de division entre la majorité qui a choisi de défendre la Révolution et une minorité alignée sur l’empire, nous venons d’en avoir le rappel avec quelques larmes, de cette belle leçon d’histoire et de lutte des classes qui a été la série LCB. Photo: Cadre de la série

Dimanche dernier, le 27 septembre, s’est terminée la deuxième saison de la série LCB : L’Autre Guerre et aussitôt de nombreux messages sur les réseaux sociaux ont célébré le fait que la télévision cubaine nous ait fait revivre avec tant de précision ces moments de notre histoire, lorsque des héros anonymes du peuple révolutionnaire sont venus défendre la souveraineté conquise face à l’agression de groupes armés par les États-Unis, désireux d’un retour à un passé de domination et mobilisés par les intrigues et envies d’avantages personnels. Aujourd’hui, à la lumière de ces faits, je partage mes préoccupations en ce qui concerne d’autres événements plus contemporains.

Du côté de ceux qui continuent d’être encouragés du Nord, un mensonge est lancé sur les médias sociaux par ceux qui veulent un changement de système politique à Cuba et il pourrait tromper ceux qui n’ont pas une vision systémique de ce qu’est la guerre des médias contre notre pays aujourd’hui: c’est l’équivalent de l’attaque historique contre la Révolution face à ceux qui l’ont affrontée, deux antagonistes identiques.

Ce mensonge, par lequel les responsables de l’État cubain ou quiconque, prenant position pour la continuité du socialisme, sont confondus avec des figures médiatiques de la pire espèce, liées aux plus conservateurs et réactionnaires de la mafia anti-cubaine, est une outrance, dont le but est de créer une matrice d’opinion pour discréditer la Révolution et notre système politique. Il s’agit d’identifier ceux qui défendent la continuité d’un processus historique, grâce auquel ont été cristallisés les rêves d’indépendance et de justice sociale, qui a forgé le sens de la nation depuis 1868, et qui a rendu la liberté possible pour la première fois, avec ceux qui ont systématiquement attaqué Cuba de toutes les façons imaginables, y compris par des actes de terrorisme, qui ont causé la mort de nombreux Cubains et un blocus économique injuste de plus de 60 ans, pour y croire nous devrions ignorer l’histoire de notre pays ou pratiquer un cynisme absolu.

D’autres mensonges s’additionnent : ils minimisent ce que la Révolution cubaine a apporté comme valeur à l’être et à la conscience de la nation, au contraire, selon eux, le triomphe de janvier 1959 ne serait intervenu que pour provoquer la fin d’une république bourgeoise aujourd’hui adoucie à l’extrême, quand on sait que la pauvreté, l’analphabétisme, la discrimination, le manque de droits et libertés efficaces pour une partie importante des Cubains et des Cubaines, la corruption politique, la servilité envers les États-Unis, ainsi que les retards d’une économie dépendante (sans blocus), étaient des caractéristiques essentielles du néocolonialisme; pour eux défendre la révolution et le socialisme devient le synonyme de tout ce qui est obsolète ou dogmatique, mais seuls ceux qui ne connaissent pas l’histoire et le destin des plus humbles dans ce pays pourraient soutenir une thèse comme celle-ci. En regardant plus au sud, l’Amérique que Martí aimait tant, en comprenant le moment que vit la région et en cherchant protection contre le « Nord désordonné et brutal qui nous méprise », rendrait peut-être plus compréhensible la position de ceux qui défendent la continuité de la Révolution et du Socialisme à Cuba face à ceux qui s’efforcent de les accuser de créer des divisions et de les associer à la mafia contre-révolutionnaire.

L’idée de l’existence de deux extrêmes qui demeurent exactement les mêmes permettent de démasquer ceux qui prétendent émerger, en dehors d’un conflit fondamental pour le destin de la nation comme les faux porte-étendards de l’unité de tous les Cubains.

Cependant, l’unité, comme dirait Fidel, « signifie partager le combat, les risques, les sacrifices, les objectifs, les idées, les concepts et les stratégies, atteints par des débats et des analyses. L’unité signifie la lutte commune contre les annexionnistes, les traîtres à la patrie et les corrompus, qui n’ont rien à voir avec un militant révolutionnaire. C’est cette unité autour de l’idée d’indépendance et contre l’empire, qui guidait les peuples d’Amérique, et à laquelle je me réfère toujours”.

Aucun processus n’a fait plus pour l’unité des Cubains que la Révolution quand elle les a unifiés dans la lutte pour la libération du pays du joug étranger et dans la justification de toutes les batailles précédentes, en frappant radicalement un système classiste qui engendrait la division la plus abominable qui lui était inhérente, l’exploitation barbare de certains Cubains par d’autres.

Jamais auparavant dans l’espace public, le cri d’unité des Cubains n’a été aussi déterminé que lorsqu’il s’est élevé contre un modèle de nation soumise.

Il a fallu beaucoup d’unité pour la liaison des différents pays qui viendrait plus tard. Et si l’effort se poursuit encore c’est précisément pour que soit réalisée l’unité.

Il est évident qu’alors, comme aujourd’hui, il y a toujours eu un douloureux équilibre de rupture et de division entre la majorité qui a choisi de défendre la Révolution et une minorité alignée sur l’empire, nous a rappelé, non sans larmes, cette belle leçon d’histoire et de lutte des classes qu’a été la série LCB. L’ignorer serait indéfendable. Que devrions-nous abandonner pour éviter? la défense de la souveraineté nationale ? Ceux qui cherchent des alliances avec le Nord pour un changement de système ne sapent-ils pas le pacte de nation que la plupart des Cubains ont choisi ? Cela n’est-il pas une mise en cause pour le genre d’unité que nous voulons? Ceux qui lancent un faux appel à l’unité aujourd’hui ne se lassent pas d’insulter sans arguments, de tabler sur les haines et les ressentiments, promettant un avenir sanglant à ceux qui ne partagent pas leurs points de vue. Ils appellent les révolutionnaires des « extrémistes de gauche », tout comme les responsables américains ont appelé Antonio Guiteras. Ils insultent Fidel avec les pires épithètes. L’empreinte fideliste chez les Cubains est aussi profonde que l’empreinte de Marti. Ils parlent de lever le blocus aux mêmes conditions que l’empire : à condition que Cuba fasse des concessions politiques. Leur lecture rappelle la position des groupes qui, de Miami, ont pris toutes les mesures possibles contre notre pays, bref, bien que par des moyens différents, ils poursuivent les mêmes objectifs. Mais les mensonges ne seront utiles que pour clarifier davantage le chemin et renforcer les convictions. Plus il y a de falsification, plus nous saurons être révolutionnaires.

Et ce ne sont pas des batailles personnelles, bien qu’il y ait ceux qui veulent les réduire à cela parce que la victimisation est tout ce qu’ils ont en leur faveur. C’est, comme cela toujours été, le débat entre deux projets de nation différents, l’un qui, en liaison avec des intérêts du Nord, doit se replier sur le capitalisme et l’autre qui doit continuer à construire sa propre voie, face au changement, en assumant les critiques et les défis, mais à partir d’un profond sentiment d’indépendance et de conscience du moment que le monde vit.

Bien qu’il soit plus confortable de ne pas assumer ce débat pour ce qu’il est, en pratiquant les jongleries théoriques sans aucun programme autre que de détruire la Révolution, de nombreux Cubains et Cubaines assument leur engagement pour la défense de la souveraineté de la Patrie et parient de toutes leurs forces qu’il peut y avoir un avenir meilleur, à partir de lieux physiques et symboliques différents. Beaucoup sont aujourd’hui, dans des espaces différents y donnant le meilleur d’eux-mêmes afin que le pays se remette de cette situation pandémique et puisse aller de l’avant en changeant tout ce qui doit être changé. Dans cette unité, nous croyons. Ils sont, comme en 1960, les héros d’aujourd’hui.

Ne les laissons pas voler notre horizon. Nous avons un chemin devant nous plein de défis importants et il faudra beaucoup d’unité pour surmonter la perte de mémoire, les mensonges, les agressions et de continuer à construire un meilleur pays que nous avons maintenant, debout et face, la tête haute, fiers de la beauté de notre histoire et de ses héros, la défense de la plus grande rébellion de tous: notre droit d’avoir une nation libre qui a l’intention d’être toujours plus juste. Et dans cette rébellion, nous courons le risque que ceux qui ne comprennent pas la complexité du moment où nous vivons nous accusent d’être radicaux, mais nous ne pouvons pas être révolutionnaires à moitié!

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments