Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le pouvoir hors la loi, par Christopher Black

Le 4 juin, 2019 le gouvernement chinois a émis une alerte aux voyageurs chinois envisageant de visiter les États-Unis, un jour après avoir émis un avis similaire aux étudiants chinois envisageant d’étudier aux États-Unis en faisant référence à des préoccupations concernant leur sécurité. Aux États-Unis, les Chinois font état de harcèlement et d’interrogatoires de la part des autorités d’immigration américaines et beaucoup ont désormais l’impression qu’ils ne sont pas les bienvenus aux États-Unis.

Le Global Times, s’exprimant au nom du gouvernement, a déclaré:

« Le peuple chinois a du mal à accepter le fait qu’il soit pris pour une bande de voleurs. Les États-Unis revendiquent trop de supériorité et n’ont pas de limites. En raison de sa courte histoire, ce pays manque de compréhension et de respect des règles des pays et des lois du marché. Les Américains des premières générations ont accumulé la prospérité et le prestige pour les États-Unis, tandis que l’administration américaine actuelle se comporte comme une génération perdante en ruinant le respect du monde pour les États-Unis. »

Il me semble que les Chinois sont généreux envers les États-Unis puisque la «prospérité précoce» des États-Unis a été bâtie sur le dos du travail forcé, de l’extermination des peuples autochtones et du vol de leurs terres, de la colonisation et de l’exploitation d’autres pays, dont la Chine, et deux cents ans de guerre continue pour sécuriser les ressources et les marchés de l’hémisphère occidental d’abord, puis du monde. Leur «prestige» vient du canon d’un fusil. L’agression économique et militaire des États-Unis contre les nations qui refusent d’obéir aux exigences américaines de servir leurs intérêts augmente et ne diminue jamais. Il y a quelques jours, Mike Pompeo a déclaré, avec une feinte innocence, que les États-Unis étaient prêts à parler à l’Iran “sans conditions préalables” alors même que les conditions réelles auxquelles l’Iran est confronté comprennent un embargo presque total de son commerce et des menaces d’attaque immédiate par les forces américaines, y compris une attaque nucléaire. Les Iraniens ont rapidement dénoncé cette hypocrisie.

Dans les Balkans, les États-Unis et sa machine de guerre de l’OTAN ont à nouveau attisé les problèmes en Serbie où, dans la province occupée par l’OTAN du Kosovo-Metohija, les Serbes et les Russes ont été arrêtés et battus par les forces de sécurité albanaises afin de faire pression sur la Serbie pour qu’elle tombe. dans le camp de l’OTAN afin que la machine de l’OTAN ait le contrôle complet des Balkans pour achever l’encerclement de la Russie. La guerre continue en Syrie, continue en Ukraine, continue en Afghanistan. La terrible situation des Palestiniens devient encore pire lorsque les États-Unis prévoient la solution finale pour eux – leur disparition en tant que peuple, leur vocation à être absorbé en tant que citoyens d’autres États, tandis qu’Israël poursuit son expansion agressive et agit en tant qu’agent agressif des américains dans la région ; les menaces contre le Venezuela, Cuba et la Corée du Nord se poursuivent.

Mais la principale préoccupation des États-Unis reste la Chine et la Russie. Le 30 mai , le département américain de la Défense a publié son document de stratégie pour la région indo-pacifique dans lequel, après plusieurs pages de mensonges sur son rôle dans le monde en tant que sauveur et bienfaiteur, il a exposé les intentions de l’Amérique de dominer la Chine et la Russie. C’est une autre preuve que le gouvernement des États-Unis et ses alliés complotent pour commettre des crimes contre la paix en planifiant, en déclenchant et en menant des guerres d’agression contre ces nations. Ces conceptions des dirigeants américains reflètent non seulement le désir des propriétaires de capitaux aux États-Unis de dominer le monde. Ils reflètent également la préoccupation des Américains envers eux-mêmes en tant que peuple «exceptionnel», en tant que nation «exceptionnelle», par-dessus tout, sans responsabilité, ce qui est une caractéristique de leur culture depuis sa fondation.

Les objectifs agressifs des gouvernements américains successifs n’ont jamais été ni hier ni aujourd’hui des accidents ou des erreurs résultant de circonstances politiques immédiates, mais ils font partie délibérée et nécessaire de la politique étrangère américaine. Depuis sa création, la direction politique américaine a prétendu unir le peuple américain avec une conscience de sa mission et de sa destinée à dominer le monde. La guerre est considérée comme inévitable ou hautement probable pour atteindre ces objectifs là où l’intimidation et la corruption échouent.

Pour atteindre leurs objectifs, les États-Unis ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour perturber l’ordre mondial établi après la Seconde Guerre mondiale, lorsque les nations du monde se sont réunies pour la paix mondiale dans la Charte des Nations Unies en 1946. En 3 ans, les États-Unis ont créé l’alliance militaire de l’OTAN pour menacer l’Union soviétique, ils ont rapidement mené des guerres en Asie du Sud-Est et renversé des gouvernements du monde entier. L’arrivée au pouvoir du président Trump a conduit les États-Unis à se retirer d’une série de traités visant à réduire la menace de guerre et d’armements nucléaires, ou à promouvoir le libre-échange, afin de libérer les États-Unis de leurs obligations en vertu des traités en question. lui permettre de poursuivre ses objectifs par tous les moyens nécessaires. Ils ont rejeté le droit international et la diplomatie dans les relations inter-étatiques et s’appuient désormais sur les menaces et la violence.

Le rapport sur la stratégie pour la région indo-pacifique du 1er juin 2019 commence par l’affirmation selon laquelle,

«La concurrence stratégique interétatique, définie par la rivalité géopolitique entre les visions de l’ordre mondial libre et répressif, est la principale préoccupation de la sécurité nationale américaine. En particulier, la République populaire de Chine, sous la direction du Parti communiste chinois, cherche à réorganiser la région à son avantage en tirant parti de la modernisation militaire, des opérations d’influence et de l’économie prédatrice pour contraindre d’autres nations. »

Le rapport attribue à maintes reprises à la Chine le comportement réel des États-Unis car ce sont les États-Unis qui ont cherché à réorganiser le monde depuis qu’il est devenu une puissance mondiale; n’a-t-il pas utilisé toutes ces méthodes et plus encore pour contraindre d’autres nations? Le monde le sait. Pourtant, une fois de plus, leur sentiment d’exception les rend aveugles à leur arrogance et à leur hypocrisie stupéfiantes.

Le rapport avertit ensuite que,

«Nous n’accepterons pas de politiques ou d’actions qui menacent ou sapent l’ordre international fondé sur des règles – un ordre qui profite à toutes les nations. Nous nous engageons à défendre et à renforcer ces valeurs partagées ».

Ce qu’ils entendent par «ordre international fondé sur des règles» n’est pas l’ordre du droit international tel qu’accepté par les gouvernements mondiaux dans la Charte des Nations Unies et d’autres accords internationaux, mais un ordre international imposé par les États-Unis, – un ordre qui n’existe pas encore sauf dans le fantasmes de ces gangsters – mais qu’ils ne cessent d’essayer d’imposer au monde, un ordre de militarisme, de peur et de tyrannie pour le reste du monde.

Le reste du rapport définit leur stratégie de construction d’une «région en réseau», c’est-à-dire un système contrôlé par les États-Unis d’États vassaux pour préparer la guerre avec la Chine en entassant des stocks de munitions, du matériel, des fournitures logistiques, des réseaux de transport, le partage de renseignements et un déploiement rapide. des forces pour menacer la Chine. Les états vassaux; Le Japon, la Corée du Sud, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Canada, l’Indonésie, les Philippines, la Thaïlande, Singapour, Taïwan sont tous maintenus dans une situation d’aide totale aux Etats-Unis et il leur a été promis en salaire la paix et la prospérité tant qu’ils accepteront un rôle de subordonné aux États-Unis , sanctifiés. D’autres pays d’Asie du Sud-Est sont appelés «partenaires» potentiels pour l’avenir ainsi ils se vantent d’avoir maintenant pris dans leurs filets le Vietnam, l’Inde, la Malaisie, le Bangladesh, Le Laos et le Cambodge, ils seraient de leur côté alors que tout ce qu’ils ont, ce sont des accords de courtoisie et une coopération à bas niveau que toutes les nations ont entre elles. Leur vision de leur influence est plus grande que la réalité.

Mais les trois objectifs restent les mêmes car, selon le rapport, la Chine est une «puissance révisionniste», la Russie est un «acteur malveillant revitalisé», tandis que la RPDC conserve son statut d ‘«État voyou», catalogue auquel adhèrent tous les Américains. Ils sont déterminés à soutenir leur «ordre fondé sur des règles» fictive. Suit ensuite, dans chaque cas, paragraphe après paragraphe des distorsions des faits sur la nature et le comportement de ces trois nations de tel sorte que l’on se sent obligé de rire en découvrant ces descriptions ridicules que l’on croirait provenir d’un très mauvais film hollywoodien des années 50 .

Mais finalement, après tout ce verbiage, ils en arrivent à l’essentiel et définissent leurs véritables objectifs en se référant à la stratégie de défense américaine de 2018 qui définit les quatre piliers de leurs conceptions hégémoniques:

1. Défendez la patrie;

C’est une phrase curieuse que nous avons vue ces dernières années dans le langage américain, ce concept de «patrie», mais en contradiction avec ce qui n’est jamais dit.  Parce que le reste du monde, bien sûr, dans leur logique ils le considèrent maintenant aussi comme leurs terres, et donc ils doivent spécifier par une phrase pour qui identifie les États-Unis comme la «patrie». Quoi de plus pour montrer leur état d’esprit colonial que l’utilisation de cette phrase?

2. Rester la puissance militaire prééminente du monde;

C’est une menace pour le monde, pour l’humanité et ne peut être entretenue que par la paupérisation de son propre peuple.

3. Veiller à ce que les rapports de force dans les régions clés restent en notre faveur;

Ce qui signifie qu’ils ont l’intention de continuer à jouer une nation contre une autre et de créer le chaos si nécessaire, de jouer des deux côtés contre le milieu, quoi qu’il en coûte tant pis il faut que les États-Unis maintiennent leur domination,

4. Promouvoir un ordre international le plus propice à notre sécurité et à notre prospérité

Et nous avons ici leur objectif principal, ce qui signifie que, malgré toute la rhétorique sur les valeurs partagées, les objectifs partagés et les amitiés avec ses alliés vassaux, le monde est censé enrichir et servir les États-Unis.

Pour s’assurer que le monde connaît leur pouvoir et ce qu’ils sont prêts à en faire, le rapport déclare:

«Dans la région, US INDOPACOM compte actuellement plus de 2 000 appareils; 200 navires et sous-marins; et plus de 370 000 soldats, marins, marines, aviateurs, civils du DoD et entrepreneurs affectés dans sa zone de responsabilité. La plus grande concentration de forces dans la région se trouve au Japon et en République de Corée. Un important contingent de forces (plus de 5 000 au jour le jour) est également basé sur le territoire américain de Guam, qui sert de plaque tournante stratégique soutenant les opérations et la logistique cruciales pour toutes les forces américaines opérant dans la région indo-pacifique. . Les autres alliés et partenaires qui hébergent régulièrement des forces américaines à plus petite échelle sont les Philippines, l’Australie, Singapour et le Royaume-Uni via l’île de Diego Garcia ». D’autres bases sont prévues en Australie et en Nouvelle-Guinée.

En décrivant ses relations et sa coopération militaire avec ses alliés vassaux, il met un accent particulier sur Taïwan et utilise un langage qui, en termes directs, viole la politique d’une seule Chine de la Chine, à laquelle les États-Unis rendent des paroles. Cela revient à déclarer que Taiwan est un protectorat américain et non une partie intégrante de la Chine.

Ils déclarent,

«L’objectif de notre engagement en matière de défense avec Taïwan est de garantir que Taïwan reste en sécurité, confiante, libre de toute contrainte et capable d’engager pacifiquement et de manière productive le continent selon ses propres conditions.»

Ainsi, lorsque les forces navales américaines, australiennes, françaises ou britanniques prétendent traverser le détroit de Taïwan comme un exercice de «liberté de navigation», nous savons que ce qu’elles font réellement, c’est utiliser la force pour diviser la Chine, pour la traiter comme si elle étaient encore la Chine faible du 19e siècle, lorsque des canonnières américaines jusqu’en 1949 montaient et descendaient le fleuve Yangtsé comme si elles en étaient propriétaires; on giflait le visage du Chinois, on osait l’insulter.

La situation est devenue si tendue que le Global Times du 6 juin, dans un op ed de Wei Jianguo, a déclaré:

«La Chine est capable de résister à la pression maximale des États-Unis, en raison de la résilience économique du pays et de la détermination résolue du peuple chinois. Souffrant d’un siècle d’humiliation, la nation chinoise a été habituée à de telles pressions, comme le montrent la guerre de résistance contre l’agression japonaise, ainsi que la guerre de Corée ou la guerre pour résister à l’agression américaine et aider la Corée. L’unité du peuple chinois est une raison essentielle de la victoire fondamentale du pays dans l’histoire. »

Le Peoples ‘Daily a déclaré: «L’Amérique est l’ennemi du monde.»

La Russie et la Chine, pour leur défense, intensifient leur coopération économique et militaire, mais la menace demeure et augmente. La réponse peut résider dans le fait que la stratégie américaine est finalement vouée à l’échec. Plus ils essaient de dominer le monde, plus la résistance devient intense. Même leurs alliances se désagrègent à mesure que les voleurs se chamaillent sur leur part du butin. Mais la question demeure, que faire de cet ennemi du monde, de ce pouvoir hors la loi.

Christopher Black est un avocat criminel international basé à Toronto. Il est connu pour de nombreux cas de crimes de guerre très médiatisés et a récemment publié son roman « Beneath the Clouds» . Il écrit des essais sur le droit international, la politique et les événements mondiaux, en particulier pour le magazine en ligne  «New Eastern Outlook».

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments