Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le rasoir d’Occam et Stirlitz contre le coronavirus, par Sergey Khudiev, publiciste, théologien

Il y a bien des points sur lesquels la mondialisation culturelle semble se réaliser et pas toujours pour le meilleur. Ici un théologien russe décrit les rumeurs complotistes et nous mesurons à quel point le phénomène est semblable en France, les conseils qu’il nous donne pour enrayer la paranoïa sont de bon sens et bien utiles. Il y a malheureusement assez de faits pour que la colère monte contre nos gouvernants sans que nous en inventions et la rumeur désarme, divise. Néanmoins bien que partageant sur bien des points la très drôle démonstration de l’ami russe, j’y mettrais quelques bémols, le premier est qu’il semble que le virus aient en dehors des personnes du troisième âge un goût très prononcé pour les armées, celle des Etats-Unis en Europe ou dans le Pacifique en particulier, une sorte d’effet irrésistible boomerang pourraient affirmer les tenants de la thèse de l’initiative US ou plus simplement que les dirigeants des USA sont vraiment des crétins malveillants et incompétents de n’avoir pas pris la mesure de l’épidémie et poursuivre leur mégalomanie c’est l’hypothèse la moins malveillante; de même l’argument qu’il faudrait être complètement fou pour balancer une pandémie, une des raisons qui favorise la rumeur est sans doute l’évident crétinisme de nos dirigeants, Trump en tête, sans parler du racisme et de la xénophobie ordinaire. Il serait temps de ne plus leur ressembler (note de Danielle Bleitrach et traduction de Marianne Dunlop pour histoire et société).

3 avril 2020

https://vz.ru/opinions/2020/4/3/1032159.html

Toute crise sociale – guerre, épidémie, troubles civils – provoque un grand nombre de rumeurs et de théories du complot. L’âge d’or des théories du complot en Russie est advenu dans les années 90, avant même l’Internet de masse – mais maintenant ce genre connaît un renouveau.

Internet regorge de théories du complot – certains disent que les Américains ont lancé le virus pour faire chuter l’économie de leur rival chinois. D’autres – que ce sont les Chinois qui ont accidentellement laisser échapper les armes biologiques qu’ils avaient créées, les troisièmes – que tout cela était l’œuvre d’un gouvernement mondial occulte, qui a décidé de soumettre tous les habitants de la Terre sous prétexte de mesures de quarantaine et en même temps de réduire la population en détruisant les personnes âgées et les faibles.

Les bruits fuitent de partout, comme s’ils émanaient de sources supérieures, annonçant des horreurs, des cataclysmes et des exécutions sur place.

À la télévision centrale, on fait état des «prophéties» de Wanga sur le coronavirus. Peut-être ont-elles été simplement inventées pour la circonstance; peut-être pas – les discours flous de la diseuse de bonne aventure bulgare peuvent être adaptés à tout.

Il arrive même que des affirmations sulfureuses soient diffusées par des personnes qui, jusqu’à récemment, ne semblaient pas manquer de bon sens.

Nous voyons que l’épidémie physique s’accompagne d’une épidémie mentale – et il n’y a rien d’inattendu à cela. Les personnes alarmées et désorientées, dont la vie habituelle se trouve menacée, veulent trouver des explications simples et des coupables qui peuvent être pointées du doigt. Ainsi, pendant les épidémies médiévales, les gens ont cherché des «empoisonneurs de puits» et lors des émeutes du choléra en Russie, ils ont accusé les médecins et les responsables de propager intentionnellement la maladie.

Nous avons tous vu des recommandations sur la façon d’éviter de contracter le coronavirus – lavez-vous soigneusement les mains, gardez vos distances avec les gens et restez à la maison si possible. Heureusement, le virus n’est pas transmis sur Internet – mais, hélas, cela ne peut pas être dit à propos de l’infection mentale.

La protection contre une telle infection nécessite des précautions particulières – et, heureusement, elles ont depuis longtemps été développées par la pensée humaine.

Dès le 14ème siècle, le moine anglais William Occam a mis en avant le principe, qui est devenu plus tard connu comme le rasoir d’Ockam. En bref, il peut être formulé comme suit: “Ne multipliez pas les entités au-delà de ce qui est nécessaire.”

En d’autres termes, ne cherchez pas d’explications complexes là où il y en a de simples.

Comme dans la vieille blague: «Stirlitz (1) marchait le long du couloir de la chancellerie du Reich. Les fascistes le regardaient avec méfiance.

On ne sait pas ce qui avait éveillé leurs soupçons – si c’était son œil d’aigle (tous les espions soviétiques ont un œil d’aigle) ou bien sa démarche assurée (tous les espions ont une telle démarche), ou encore son maintien altier – le peuple soviétique garde un tel maintien même à l’arrière de l’ennemi. Soit le fait que Stirlitz était vêtu d’un uniforme de l’Armée rouge, traînait un parachute derrière lui et chantait à tue-tête “l’Internationale” en russe. ” S’il existe dans ce cas des explications simples et tout à fait suffisantes pour le comportement des employés de la Chancellerie du Reich, il n’est pas nécessaire de chercher des explications complexes.

Si dans l’histoire de l’humanité de terribles maladies infectieuses – peste, choléra, variole, grippe espagnole – sont apparues à plusieurs reprises naturellement, il ne vaut guère la peine d’attribuer au virus (très déplaisant, mais beaucoup moins mortel que tout ce que nous avons énuméré) une origine artificielle.

Une arme biologique avec un taux de mortalité de quelques pour cent, affectant principalement les personnes âgées et les sujets affaiblis, c’est-à-dire des personnes qui ne prennent guère part aux efforts militaires de l’ennemi, serait inutile dans des conditions de guerre, et quant à l’utiliser pour un sabotage en temps de paix ce serait parfaitement insensé, vu que le virus disséminé dans un pays étranger, avec le maintien de toutes les relations internationales, du commerce et du tourisme de masse, se retrouverait dans le pays d’origine quelques mois plus tard.

L’Amérique est maintenant plus durement touchée par le coronavirus que la Chine il y a quelque temps – ce que les prétendus saboteurs américains n’auraient pas pu prévoir.

Qui a besoin d’une arme qui frappe indifféremment les ennemis et ses propres rangs? Théoriquement, on pourrait imaginer des armes biologiques contre lesquelles on pourrait protéger sa population avec un vaccin pré-développé 100% fiable. Mais faire cela secrètement, tout en maintenant une paix formelle, serait impossible.

Aucun gouvernement national ne pourrait utiliser un tel virus contre les autres sans mettre son propre pays en danger – dans un avenir très proche.

Certes, il existe des théories du complot qui contournent ce problème, en disant que nous avons affaire à un gouvernement mondial inquiétant qui ne se soucie pas du nombre de personnes qui mourront dans chaque pays.

Mais le gouvernement mondial, dans la mise en œuvre de ses plans astucieux, serait inévitablement confronté à un problème bien connu – comment gérer la planète sans attirer l’attention?

En fait, pour être un gouvernement (c’est-à-dire donner des ordres qui seront exécutés), vous devez dévoiler votre existence au moins aux exécuteurs eux-mêmes, récompenser les obéissants et punir ceux qui résistent – et il est extrêmement difficile de mener cette activité en secret, surtout à l’échelle mondiale, à moins d’être des reptiliens de la planète Nibiru. D’ailleurs, même les reptiliens auraient des difficultés considérables.

Par conséquent, nous devrions nous concentrer sur une explication beaucoup plus simple – exactement celle que les scientifiques ont avancée. Personne n’a créé intentionnellement le virus. Il est apparu dans la nature, tout comme les souches pathogènes qui sont apparues auparavant.

Les reproches mutuels des Américains et des Chinois pour avoir créé le virus reflètent la vive rivalité entre les puissances – mais rien de plus.

L’une des variantes du rasoir d’Occam est le principe de Bienveillance. C’est la même chose que le rasoir – mais en référence aux gens et à leurs intentions. Ce principe suggère que, dans tous les cas, il faut partir de l’interprétation la plus favorable pour quelqu’un de ses paroles et de ses actes. De toutes les explications possibles: bonnes raisons que nous n’avons pas encore comprises, erreur de bonne foi, manque d’expérience, manque de compétence, avidité personnelle, participation à un syndicat criminel, accomplissement des tâches d’ennemis étrangers, participation à une conspiration mondiale pour l’avènement rapide de l’Antéchrist – nous devons commencer par l’explication la plus bienveillante envers l’homme.

Nous ne pensons généralement pas que nos voisins dans la cage d’escalier, les employés au travail ou les médecins de la clinique ont décidé de nous tuer. Une personne qui le pense n’est manifestement pas bien et a besoin d’aide.

Lorsque les gens sont alarmés et bouleversés, il leur est facile de contracter une infection mentale sur Internet – et de commencer à la diffuser davantage. Dans ces conditions, il est très important de rester sain d’esprit. Il n’y a pas de complots, mondiaux ou locaux. Il y a une maladie par rapport à laquelle nous tous, riches ou pauvres, célèbres et inconnus, russes, américains, chinois et italiens, nous sommes du même côté. Nous devons apprendre à nous faire confiance et à nous entraider. Il s’agit d’une habitude importante et utile – à la fois pendant et après l’épidémie.

(1) Si vous ne connaissez pas encore Stirlitz, il est temps pour vous de regarder “17 moments du printemps”, la série culte soviétique, disponible sur Youtube en VOST.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

je ne connaissais pas la parabole de Stirlitz. elle est délicieuse !!!

Oui bien sûr l’évocation de Stirlitz était immanquable ! Cela étant dit, les recherches d’armes bactériologiques et chimiques existent. En l’occurrence, il y a eu une bactérie développée pour bouffer le pétrole des marées noires. Et le virus a pu se répandre involontairement mais après une recherche volontaire. Et certaines sources vont en ce sens. Mais la réalité qui nous est directement accessible dans la lutte des classes, c’est celle des politiques menées à présent et la dénonciation des mensonges éhontés de nos médias, qui sont partie intégrante de la lutte des classes, alors que les supputations sur des Docteurs… Lire la suite »