Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Financement de “l’ombre de Staline ?”

Ihor Kolomoïsky , cette vieille crapule est-il celui qui organisé la production et la diffusion du film “A l’ombre de Staline”? C’est plus que vraisemblable… L’homme ne fait pas dans la dentelle et il s’est récemment associé à Steve Bannon et à Guo Wengui, le milliardaire chinois qui organise la secte Falun Gong, qui commence à sévir en Ukraine. La fine équipe consacrant beaucoup d’argent à la propagande la plus délirante dans l’anticommunisme. Guo Wengui dans une récente émission d’Arte dont nous nous sommes fait l’écho ici déclarant qu’il était le défenseur des milliardaires chinois menacés par le socialisme chinois, “l’internationale” a commencé son implantation en Europe.

Nous avons dit ce qu’il fallait penser de la crédibilité de ce film sur le plan historique, mais nous nous sommes interrogés sur les promoteurs de cette opération de pure propagande. Tout nous ramène à un des personnages les plus sulfureux et assez immonde, l’oligarque ukrainien Ihor Kolomoïsky, qui détient un grand nombre de passeports: ukrainien, suisse, israélien, chypriote, Etats-Unis.

Le personnage est non seulement un aventurier mais une incontestable ordure criminelle. Nous le décrivons Marianne et moi dans notre livre URSS, vingt ans après retour de l’Ukraine en guerre (Delga).

Pourquoi soupçonner Ihor Kolomoïsky d’être le financier occulte de ce film? En effet les producteurs sont des société écran basées en grande Bretagne, Pologne et Ukraine où le film a été tourné avec toute l’aide possible. Ihor Kolomoïsky possède la banque, la compagnie d’aviation, club de foot et société de télévision. Tout dans le film “A l’ombre de Staline” y compris les sociétés de production écran, la réalisatrice juive polonaise anticommuniste plus qu’anti-nazie comme son film nous ramène à Ihor Kolomoïsky.

Toute sa fortune a été conquise à l’aide d’une bande de voyous, mais il n’est pas le seul, ce sont les mœurs post-soviétiques de bien des oligarques ukrainiens que nos démocratie occidentales soutiennent parce qu’ils favorisent leur propre pillage et parce qu’ils sont les piliers de l’OTAN. Ce personnage dont Marianne et moi établissons le pedigree dans notre livre URSS vingt ans après, retour de l’Ukraine en guerre, est tout de même le seul juif à ma connaissance qui a financé des bataillons de néo-nazis et s’est entouré d’une garde prétorienne de nazis.

Un moment écarté il est revenu en Ukraine en faisant élire son poulain Volodymyr Zelensky. Nous avons en Ukraine la situation la plus extraordinaire où cet oligarque juif a fait élire un comédien juif aussi en étant soutenu par des foules qui se baladent dans des retraites aux flambeaux en soutien aux collaborateurs des nazis durant la deuxième guerre mondiale. La seule vertu de Zelensky étant en tant qu’acteur ayant joué dans un feuilleton télévisé le rôle d’un bon président.

Ihor Kolomoïsky finance les groupes néonazis qui mènent le combat contre le Donbass, il est dans le coup du massacre de la maison des syndicats à Odessa. Après avoir soutenu la révolution du Maïdan en 2013-2014, il a été nommé gouverneur de Dnipropetrovsk, sa région natale où il a fait régner un mélange de clientélisme et de terreur. Selon de nombreux témoignages, l’équipe de l’oligarque « n’a pas toujours agi dans le respect de la légalité ». À Dnipropetrovsk, « on aimait bien conduire les opposants dans la forêt pour leur expliquer comment aimer l’Ukraine », commente ainsi Anton Herashchenko, député à la Rada suprême, le parlement ukrainien.

Ihor Kolomoïsky a soutenu et organisé les opérations des volontaires d’extrême-droite affrontant les séparatistes prorusses dans le sud-est de l’Ukraine. L’oligarque est revenu en force dans le pays à la faveur de l’élection de Volodymyr Zelensky. En 2016, l’Etat avait repris la main sur PrivatBank, son établissement, après y avoir découvert un trou de 5,5 milliards de dollars mais il a repris a main sur la banque ukrainienne avec ses méthodes habituelles c’est-à-dire en envoyant ses hommes de main néo-nazis terroriser la directrice de la banque.

L’oligarque achète, corrompt à tour de bras… C’est par ce mélange d’achat, de corruption et de terreur que ce soutien des nazis ukrainiens a mis la main sur la communauté juive ukrainienne. Quand il n’arrive pas à avoir la présidence, il crée sa propre organisation juive et terrorise les autres. Kolomoïsky est le président de la Communauté juive unie d’Ukraine. En octobre 2010, il avait été nommé président du Conseil européen des communautés juives, conseil adhérant au Congrès juif européen, après avoir promis au président sortant qu’il ferait don de 14 millions de dollars, sa nomination étant décrite comme un « coup d’État » et une « prise de pouvoir de type soviétique» par d’autres membres du conseil d’administration du CECJ même s’il semblait avoir été élu. Après la démission de plusieurs membres du conseil d’administration du CECJ en signe de protestation, Kolomoïsky a quitté le CECJ en mai 2011 et, ensemble avec son pair l’oligarque ukrainien Vadim Rabinovich, il a fondé l’Union juive européenne (futur Parlement juif européen) qu’il préside pour cinq ans dès sa fondation en novembre 2011.

C’est lui qui va faire de Bernard Henry Levy le chantre de la Révolution du maïdan? En 2014, dans Odessa où il vient d’y avoir le massacre à la maison des syndicats, des gens brûlés vif à l’occasion d’un match avec l’équipe de foot de Kolomoisky et la ruée de ses hooligans nazis, est monté Hôtel Europe, la seconde pièce de Bernard-Henri Lévy (après Le Jugement dernier, monté à Paris en 1992). Cette pièce avait déjà été montrée à Sarajevo puis à Venise au début de l’été. Ce monologue récité par Jacques Weber nous dit les états d’âme d’un intellectuel engagé en faveur de la démocratie. Une caricature de la manière dont on achète les états d’âme de ces gens-là. Mais c’est néanmoins dans la communauté juive ukrainienne qu’il trouve ses pires ennemis, ainsi le maire de Kharkov qu’il a tenté d’assassiner.

Ihor Kolomoïsky a craché au bassinet de la fondation Clinton, soutenu le fils Biden dans sa main mise sur le gaz ukrainien et actuellement il est proche de Guo Wengui, le milliardaire chinois qui avec son ami Steve Banon organise la secte Falun Gong, les mouvements dissidents en Chine et toute la propagande anti-chinoise. Nous en avons déjà parlé. Il se sont récemment posés en Ukraine pour aider Ihor Kolomoïsky dans ses basses oeuvres. Marianne est en train de vous traduire un texte sur le type de propagande anticommuniste proche du délire que ces gens là diffusent dans ce pays.

Danielle Bleitrach

NB. Souvenez vous que Trump dès que ce président ukrainien a été élu a cru pouvoir lui demander un dossier compromettant sur Biden et la manière dont son fils s’était enrichi en Ukraine… Les amis de nos amis, tout cela est une bande de fripouilles qui ne craint pas de sortir les délires les plus mensongers sur le communisme…

L’actuel président de l’Ukraine et Ihor Kolomoïsky

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments