Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Sauver les gens pendant la pandemie ?

Pendant que certains se “lèvent le cul”, excusez-la trivialité du propos, pour sauver un pays, un maximum de gens, d’autres sur injonction d’une secte installée à New-York diffuse à ses “adeptes” quelques pieux conseils.. Nous vous avons présenté ladite secte, ici nous reproduisons grâce à Marianne et à sa traduction le récit édifiant d’une de ces adeptes téléguidées avec quelques autres milliers sur le territoire chinois pour y porter la bonne parole… (note de Danielle Bleitrach et traduction de Marianne Dunlop pour histoireetsociete)

Je pratique le Falun Dafa depuis 2004. Je veux partager mon expérience d’autoperfectionnement au cours de la pandémie actuelle.

Je suis rentrée chez moi à temps

En janvier, ma fille m’a demandé de venir à Pékin pour le Nouvel An chinois. La veille de mon retour, nous avons appris qu’une grave épidémie de coronavirus avait débuté à Wuhan et que la ville pouvait être mise en quarantaine. Ma fille m’a suggéré de quitter Pékin dès que possible.

J’ai accepté et j’ai dit : “Ok, achetons un billet pour demain, je ne peux rien faire ici de toute façon.” Ma fille a compris que je voulais retourner dans ma ville natale pour expliquer aux gens la vérité sur le Dafa.

Il y a eu un problème avec les billets d’avion. Pendant que ma fille était occupée à téléphoner, j’ai demandé de l’aide au Maître. J’ai donc pu acheter un billet, bien qu’à un prix plus élevé.

Le lendemain de mon retour, notre ville a été fermée à cause de l’épidémie, et tous ceux qui rentraient devaient rester chez eux en quarantaine pendant deux semaines sans aller nulle part. J’étais revenue en ville juste à temps avant que ces restrictions ne soient imposées. Merci, Maître ! J’étais libre de sortir et d’expliquer la vérité.

Rien ne peut nous empêcher de sauver des gens.

Chaque soir, je suis allé distribuer des brochures et d’autres documents contenant la vérité sur Dafa et la persécution. Mais après quelques jours, le quartier dans lequel je vivais a été mis en quarantaine et un garde de sécurité a été posté à la porte 24 heures sur 24.

J’étais si inquiète que je ne pouvais ni manger ni dormir. Comment suis-je censée distribuer du matériel maintenant qu’il y a un garde de sécurité en service à l’entrée ?

En marchant le long de la clôture, j’ai demandé de l’aide au Maître, et soudain j’ai trouvé un petit trou dans la clôture par lequel une personne pouvait se faufiler. A 22 heures, je suis sortie par ce trou et j’ai distribué le matériel de Dafa.

Trois nuits ont donc passé ainsi, et le quatrième jour, un grillage a été installé le long de la clôture, et il était impossible de la franchir.

J’ai regardé calmement à l’intérieur de moi et j’ai pensé que je m’améliorais et que mes pensées devaient être justes. Aucune vieille force, aucune affection humaine, comme la peur, ne pouvait m’empêcher de sortir pour éveiller la bonne nature des gens. J’ai décidé de sortir par la porte d’entrée, sans me cacher, droite et noble.

Le lendemain matin, j’ai étudié la Loi, j’ai envoyé mes pensées justes à l’heure du déjeuner et je suis allée dans une petite boutique à proximité. Le propriétaire du magasin avec lequel j’ai eu une conversation m’a dit que les règles avaient changé et qu’il n’y aurait désormais plus de gardes près de la porte après 20 heures. Cette nouvelle m’a réjouie. Le soir, j’ai pris plus de 200 brochures de Dafa et je suis sortie par la porte principale.

Une seule personne par foyer était autorisée à sortir pendant la journée, une fois tous les deux jours. Dans le même temps, le garde contrôlait chaque personne et notait sa carte d’identité. Alors, moi et ma condisciple avons commencé à sortir chacune notre tour un jour sur deux.

J’avais trouvé de bons pseudonymes à l’avance et je les avais notés sur un morceau de papier. Chaque fois qu’une personne acceptait de quitter le Parti communiste chinois (PCC) et ses organisations, je lui choisissais un nom dans ma liste.

Plus tard, j’ai pensé qu’en tant que pratiquant le Dafa de la période de Correction par la Loi, je devais exécuter trois choses par jour et sortir pour sauver des gens tous les jours, pas un jour sur deux.

Le Maître a dit :

“Exposer la vérité et sauver les créatures vivantes, et les anciennes forces n’oseront pas résister” (Sermon sur la Loi à la conférence de Dafa à Boston, 2002).

J’ai envoyé des pensées justes pour détruire les facteurs maléfiques qui contrôlaient les gardes à la porte, après quoi je suis sortie tranquillement du quartier. Le garde m’a regardée, mais n’a pas demandé à voir ma carte d’identité ou à m’enregistrer. Ce jour-là, en une heure seulement, j’ai aidé six personnes à quitter les rangs du PCC.

Depuis lors, je suis sortie tous les jours. Le garde de sécurité n’a jamais vérifié mes papiers ni ne m’a enregistrée. J’ai remarqué que dans les quartiers où il y a des adeptes du Dafa qui agissent bien, le régime des laissez-passer n’est pas très strict, et là où il n’y a pas d’adeptes du Dafa, les contrôles de sortie sont beaucoup plus sévères.

Si vous regardez en vous-même, la situation changera

J’ai récemment rencontré un autre défi. Ma fille m’a appelé pour me dire qu’un de ses collègues avait de la fièvre et que l’on soupçonnait le coronavirus, et comme elle avait été en contact avec lui, on lui a dit de s’isoler. Je lui ai immédiatement demandé de ne pas avoir peur et lui ai rappelé de répéter chaque jour les phrases : “Falun Dafa apporte le bien” et “Authenticité, Bonté, Tolérance sont des principes justes”, alors elle irait bien. Elle a promis qu’elle le ferait.

Après avoir raccroché, j’ai regardé en moi-même. Pourquoi cela s’est-il produit ? J’ai réalisé qu’il était temps de se débarrasser des sentiments de parenté. De telles circonstances ne devraient pas affecter mon cœur.

Le Maître a dit :

“Peu importe l’ampleur d’un événement, l’accepter comme si rien ne s’était passé et agir comme les disciples de Dafa devraient le faire, c’est le chemin que vous prenez aujourd’hui, c’est exactement la Grande Vertu que vous laissez [en héritage]” (Sermon sur la Loi à la conférence de Falun Dafa à Washington DC, 2004).

Quelques jours plus tard, ma fille était heureuse de m’annoncer que son collègue avait la grippe, et non le coronavirus. Cela m’a incitée à continuer à chercher et à me perfectionner.

Nous n’avons pas beaucoup de temps pour sauver les gens. Je vais m’améliorer encore, sauver plus de gens et remplir ma mission historique.

Traduit du russe par Marianne Dunlop. Il y a aussi une version chinoise et une version anglaise (titre : Saving People During the Pandemic, http://en.minghui.org), mais cet article ne figure pas on dirait sur le site en français, en tous cas je ne l’ai pas trouvé. Impossible de savoir quelle est la langue de l’original, mais ce qui est sûr, c’est que le siège de cette secte est situé aux USA.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

Etant abonnés à l’opéra de Tours, nous avons l’habitude de manger avant le spectacle dans un petit café en face du théâtre. Il y a quelques temps sur la table, il y avait quelques prospectus pour le spectacle de Shun Yen, preuve que ces gens sont actifs même en France. Et dire que Macron et Cie ont coupé les moyens dont disposait la mission d’information sur les dérives sectaires : https://www.franceinter.fr/lutte-contre-les-sectes-la-miviludes-va-t-elle-disparaitre