Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

L’incidence de l’épidémie sur l’économie russe

Cet article présente le mérite d’expliquer en termes simples l’état réel de l’économie mondiale et le poids de la Chine sur celle-ci (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société)

https://kprf.ru/roscrisis/191843.html

Plus d’un mois s’est écoulé depuis le début de la phase active de la lutte contre l’épidémie de coronavirus, il est donc déjà possible de tirer quelques conclusions préliminaires sur l’ampleur du problème et la manière dont cette situation affectera l’économie mondiale – et, par conséquent, l’économie russe. L’économiste Tatyana Kulikova donne son avis.

Le nouveau coronavirus a été découvert en Chine début décembre, cependant, le degré de danger n’était pas évident au début, par conséquent, cette épidémie n’a pas eu beaucoup d’importance. Cependant, à la mi-janvier, il est devenu clair que la maladie était grave et les autorités chinoises ont commencé à prendre des mesures sans précédent: mise en quarantaine totale de villes entières, arrêt massif d’entreprises, etc. Mais même après que la communauté mondiale ait (partiellement) réalisé la gravité de la maladie elle-même, les risques associés à l’épidémie pour l’économie mondiale sont restés largement sous-estimés.

Analysant les conséquences économiques possibles de l’épidémie, la plupart des experts des médias russes ont principalement évoqué les interruptions probables de l’approvisionnement en biens de consommation en provenance de Chine («nous aurons une pénurie d’iPhone et d’ail chinois»). Il a également été parfois dit qu’une épidémie à court terme pourrait frapper la demande des consommateurs dans le monde, car les Chinois ne voyageraient pas et ne dépenseraient pas d’argent pendant leurs vacances du Nouvel An. Le nouvel an lunaire est le moment où les Chinois voyagent traditionnellement beaucoup et dépensent beaucoup d’argent, ce qui stimule la demande des consommateurs en Chine et à l’étranger, mais cette année il n’y a pas eu une telle incitation en raison de l’épidémie. Mais comme une telle panne de la demande des consommateurs est un événement ponctuel, son impact sur l’économie à long terme n’est pas significatif: il était attendu.

Cette vision optimiste des risques économiques de l’épidémie actuelle est principalement due à l’expérience d’épidémies similaires auxquelles l’humanité a été confrontée au cours des vingt dernières années. Tout d’abord, on se souvient du SRAS en Chine en 2003, qui était également causé par un coronavirus (un autre). Vous vous souvenez également de la grippe «porcine» de 2009, dont le nombre de victimes confirmées dans le monde (environ 2 000 personnes) dépasse toujours le nombre de victimes de l’épidémie actuelle (selon les chiffres officiels, environ 1 600 personnes au 16 février). Dans ces deux cas, les épidémies n’ont pas eu d’impact significatif sur l’économie mondiale, même à moyen terme. Par conséquent, même maintenant, il était prévu que la mini-crise économique en Chine provoquée par l’épidémie serait en forme de V, c’est-à-dire une baisse rapide de l’activité commerciale pendant la période de quarantaine et sa reprise tout aussi rapide; et l’économie mondiale dans son ensemble n’aurait pas le temps de ressentir un déclin.

Cependant, il devient maintenant clair que la situation actuelle est beaucoup plus grave.

Premièrement, il est maintenant clair que le nouveau coronavirus lui-même est, d’un point de vue épidémiologique, beaucoup plus dangereux que les agents pathogènes des épidémies passées. La vitesse de sa propagation ne diminue pratiquement pas, malgré toutes les mesures des autorités chinoises visant à la combattre. De plus, il y a certaines raisons de croire que les données officielles fournies par les autorités chinoises sur le nombre de malades et de morts sont largement sous-estimées. Et ce n’est plus une hypothèse marginale de «complot»; cette hypothèse a été mentionnée dans les principaux médias mondiaux (par exemple, le Wall Street Journal). Et le chef de l’Organisation mondiale de la santé a récemment déclaré que dans la situation avec le coronavirus, “nous ne voyons que la pointe de l’iceberg”. Si c’est le cas, il n’y a aucune raison de penser que l’épidémie soit sur le point de décroître.

Deuxièmement, les mesures prises par les autorités chinoises pour lutter contre l’épidémie sont d’une ampleur sans précédent: des villes entières de millions d’habitants sont soumises à une stricte quarantaine; les vacances du Nouvel An ont été prolongées d’une semaine, mais même une fois terminées, de nombreuses entreprises n’ont pas repris. Lors de l’épidémie de SRAS en 2003, il n’y avait rien de tel. Par conséquent, le coup porté à l’économie chinoise cette fois est beaucoup plus fort.

Troisièmement, le rôle de la Chine dans l’économie mondiale est désormais incomparablement plus élevé qu’en 2003. Et il ne s’agit pas seulement d’une augmentation de la part de ce pays dans le PIB mondial (4% en 2003, 16% aujourd’hui). La Chine fournit désormais au marché mondial non seulement des biens de consommation, mais aussi de nombreux composants pour les entreprises industrielles du monde entier. Par conséquent, l’impact d’une réduction de la production chinoise sur l’économie mondiale pourrait être beaucoup plus important. Les premiers signes sont déjà là: les cours mondiaux du pétrole et des métaux industriels ont fortement chuté. Ainsi, à la mi-janvier, le pétrole brut Brent valait environ 65 $ le baril et, le 10 février, son prix a baissé de 20% à 54 $ le baril (la reprise partielle des prix du pétrole actuellement observée est liée aux espoirs des acteurs du marché de réduire encore la production des pays de l’OPEP +). .

Cependant, la différence la plus importante (d’un point de vue économique) entre l’épidémie actuelle et l’épidémie de SRAS de 2003 est qu’en 2003, l’économie mondiale était dans une phase de croissance régulière (après une série de crises de la fin des années 90 dans les pays asiatiques et après la récession du début de 2000) aux États-Unis causée par le «crash du dotcom»). La même chose s’est produite en 2009 lors de l’épidémie de grippe porcine: l’économie mondiale commençait à peine à se remettre de la crise de 2008. Et maintenant, nous sommes à la toute fin du cycle économique – au stade du ralentissement de l’économie mondiale et de la formation de bulles sans précédent sur les marchés financiers, de sorte que tout choc économique peut déclencher un effondrement – et des marchés financiers et de l’économie dans son ensemble. Je vais l’expliquer plus en détail.

Les premiers signes d’un ralentissement de l’économie mondiale et, en particulier, de la production industrielle sont apparus en 2018. Par exemple, l’indice d’activité des entreprises dans l’industrie dans le monde entier (Global Manufacturing PMI) a régulièrement baissé tout au long de 2018 (pour plus d’informations sur les indices d’activité, voir «La crise économique est à nos portes», la Pravda, n ° 112, 10/10/2019, https://kprf.ru/roscrisis/188575.html ).

En 2018, les principales banques centrales du monde ont tenté (ou du moins prévu de commencer) de «normaliser» la politique monétaire (MCP): relever les taux d’intérêt de manière à ce qu’ils dépassent au moins légèrement le zéro, ainsi que réduire leurs soldes, c’est-à-dire se retirer du système financier de l’argent «surimprimé» lors de la lutte contre la crise précédente. Par exemple, le taux d’actualisation de la banque centrale américaine se situait entre zéro et 0,25% de fin 2008 à fin 2015, mais fin 2018, il était possible de le porter à 2,25-2,50%. Mais même ces taux d’intérêt extrêmement bas pour l’économie étaient déjà trop élevés.

Tout cela a conduit à l’effondrement des marchés financiers mondiaux en décembre 2018. Il était relativement faible (par exemple, l’indice boursier américain S & P-500 a chuté d’environ 20% du maximum), mais même cela s’est avéré suffisant pour effrayer les autorités financières mondiales. Depuis le début de 2019, les principales banques centrales du monde ont radicalement changé l’orientation de leur politique monétaire. Les plans de normalisation des DCT ont été reportés indéfiniment, les taux d’intérêt ont commencé à baisser rapidement et les banques centrales ont relancé la “planche à billets”.

Ces mesures ont permis d’éviter un nouvel effondrement des marchés financiers, mais leur impact sur l’économie réelle a été très faible. Le fait est que seule une petite partie de cet argent parvient à l’économie réelle, et la majeure partie reste sur les marchés financiers, ce qui fait gonfler des bulles d’une ampleur sans précédent. En 2019, presque toutes les grandes catégories d’actifs financiers ont connu une croissance impressionnante. Ainsi, par exemple, le prix de l’or pour l’année a augmenté de 18%, l’indice S & P-500 mentionné ci-dessus a pris 28% (malgré le fait que le bénéfice attendu de ses sociétés membres n’a pas seulement augmenté, mais diminué de 5% pour l’année), et l’indice boursier russe RTS augmenté de 45%.

Soit dit en passant, le renforcement du rouble observé en 2019 a également été provoqué par l’assouplissement des conditions de trésorerie des principales banques centrales mondiales: les marchés financiers des pays “en développement”, auxquels appartient la Russie, ont ressenti un puissant afflux de capitaux spéculatifs étrangers (pour plus de détails, voir “Calme trompeur”, la Pravda, n ° 138, 12.12 .2019, https://kprf.ru/roscrisis/190233.html) .

En 2020, les tendances ci-dessus se poursuivent. Le déclenchement de l’épidémie de coronavirus n’empêche pas les marchés boursiers d’atteindre de nouveaux sommets pluriannuels (voire historiques), ignorant totalement la situation de l’économie réelle. Les spéculateurs comptent sur le fait que la “planche à billets” des banques centrales mondiales surmontera toute épidémie. Cependant, si les dommages économiques causés par l’épidémie de coronavirus sont toujours importants, les banques centrales ne pourront plus soutenir les marchés financiers sans détruire le système financier mondial. Ensuite, nous verrons l’effondrement des marchés financiers mondiaux, ce qui entraînera une forte baisse de la demande des consommateurs, ce qui sera un coup puissant supplémentaire pour l’économie mondiale. En conséquence, l’économie mondiale croîtra près de zéro; il y aura peut-être même une récession.

Ce scénario pessimiste peut-il ne pas se réaliser? Oui, peut-être – si maintenant l’épidémie diminue fortement. Dans ce cas, les marchés financiers mondiaux pourront encore croître pendant un certain temps, tandis que l’économie mondiale continuera de ralentir. Cependant, cette situation est très instable, et tôt ou tard il y aura un déclencheur de l’effondrement; je pense que cela mûrit depuis des mois …

Qu’est-ce que tout cela peut signifier pour la Russie? Un net ralentissement de l’économie mondiale entraînera une chute vertigineuse des prix du pétrole, et aucun OPEP + ne pourra empêcher cela. En outre, en raison de l’effondrement des marchés boursiers mondiaux, une puissante sortie de capitaux des pays en développement, dont la Russie, va commencer, ce qui entraînera une dévaluation importante du rouble. Publié dans le journal la Pravda 

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments