Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

L’héritage de la politique étrangère de Trump est sa capacité à équilibrer le chaos en Asie

Le 1er novembre 2020

Trump’s facilitating an alliance with India and arming Taiwan as a frontier state against a rising China will be his defining legacy, a strategy that will likely continue even if Joe Biden wins the presidency.


Cet article de The National interest, la revue des forces armées parait tout à fait pertinent pour comprendre la manière dont les Etats-Unis vont poursuivre la stratégie Trump que ce soit lui ou Biden qui la mène, elle repose sur un consensus entre Démocrates et Républicains. Cette politique part d’un constat réaliste sur son incapacité à maintenir partout sa capacité d’intervention, elle va donc déléguer sa puissance en particulier militaire à des blocs régionaux toujours sous couvert de démocratie, quitte à s’allier avec un régime ultranationaliste et méprisant les pauvres, comme l’Inde. Déjà ce pays a accepté jadis d’accueillir le Dalaï Lama en échange de la bombe atomique, le deal est le même. La vraie question est ce que les Etats-Unis sont capables d’apporter en matière de développement qui ne soit pas seulement des armes et les moyens de la confrontation, le refus des coopération. Le paradoxe est que les capitalistes sont peu convaincus pas les avantages d’une telle alliance. Les peuples eux sont entre conscience de la nécessité des coopérations et fascisme. C’est pourquoi l’enjeu n’est pas entre Biden et Trump mais entre bellicisme, destruction, profits, et coopération, respect des souverainetés et besoin des peuples, là encore la gauche a abandonné le terrain du social au profit du sociétal et laisse le fascisme dévoyer le terrain. Quelquefois la droite parle plus clairement qu’une certaine gauche qui multiplie les leurres (note et traduction de Danielle Bleitrach).

par Sumantra Maitra
Dans les derniers jours de l’hégémonie navale britannique, la Grande-Bretagne avait un choix à faire. Aux États-Unis, il y avait un désir croissant d’agir indépendamment de la plus grande puissance anglophone. Partout dans le monde, la montée du Japon et de l’Allemagne impériale menaçait l’empire oriental britannique ainsi que la patrie, alors que l’équilibre des pouvoirs s’est modifié au-delà de la capacité d’une hégémonie fatiguée à s’écarter. La Grande-Bretagne, par conséquent, a fait un choix, et avec le traité Hay-Pauncefote, a accepté la construction américaine et le contrôle du canal de Panama, qui a été l’approbation tacite à la prépondérance régionale américaine. Cela a assuré la Grande-Bretagne en tant qu’allié des États-Unis et a créé un front occidental sécurisé.

Le récent accord de l’administration Trump sur les renseignements satellitaires et le partage des données avec l’Inde a fondé l’Accord de base d’échange et de coopération sur la coopération géospatiale (Beca), un tel accord a une signification. Celle de la compréhension tacite américaine que l’équilibre mondial a changé et que l’Amérique a besoin d’alliés pour équilibrer la montée de la Chine. L’hégémonie américaine est épuisée, affaiblie par ses divisions internes, évidée, assaillie par des forces insurgées à l’intérieur, et presque en faillite, et n’est plus unilatéralement capable de gérer la montée de diverses menaces à travers le monde. Oui, les États-Unis sont toujours la puissance prédominante, mais à moins qu’une correction et un repli massifs ne commencent bientôt, le déclin sera inévitable. Cet accord, avec un ancien ennemi de la « guerre froide », signifie cette correction de cap.

Alors que l’administration Trump arrive à la fin de son premier mandat, il y aura de multiples autopsies sur la politique étrangère qu’elle a tracée et la plus importante de ces mesures. Plusieurs souligneront à juste titre que Donald Trump n’a pas déclenché de nouvelles guerres. C’est en soi un effort important, étant donné que son cabinet se vantait autrefois d’individus comme John Bolton, qui rêvaient d’apporter la démocratie au Venezuela. La belligérance était relativement en échec, malgré de multiples mesures unilatérales, y compris le meurtre d’Abou Bakr al-Baghdadi et l’assassinat de Qassim Suleimani.

La doctrine de Trump a été la conclusion naturelle d’une meilleure perspective qui a changé les compromis de l’ère Obama de l’État islamique à une tactique d’anéantissement. Les effets du second sont plus discutables. Certains souligneront les accords de paix impensables à travers le Moyen-Orient. Les relations d’Israël avec les États arabes montrent des progrès sans précédent. Mais c’est l’aboutissement naturel d’une tendance à long terme plus large, l’inutilité des droits palestiniens dans le Grand Moyen-Orient. L’équilibre des pouvoirs est strictement en faveur d’Israël, par rapport aux années 1970. Israël reste le plus grand et le plus puissant de tous les États du Moyen-Orient. Les baathistes anti-israéliens sont décimés, avec la mort de Mouammar Kadhafi et de Saddam Hussein, et Bachar al-Assad parvient à peine à survivre grâce au favoritisme russe, sans véritable pouvoir. Enfin, l’Iran en prétendant s’implanter dans toute la région a permis aux Arabes du Golfe et à Israël de s’aligner sur une menace potentielle (et sans doute exagérée), et la paix entre eux n’est qu’un reflet de la stabilité hégémonique. C’est louable, mais Trump n’a pas été élu pour renforcer l’Arabie saoudite. Le seul avantage stratégique de ces accords aurait été visible si le gouvernement américain en avait profité et s’était retiré de la sécurité régionale de la région pour équilibrer l’Iran. Mais il n’y a toujours pas de repli actif du Moyen-Orient, malgré l’instinct de Trump.

L’héritage de la politique étrangère de Trump est la Chine, il ne s’agit pas de la guerre commerciale sans signification ou l’interdiction d’immigration, qui n’a pas beaucoup affecté la Chine. Le véritable aspect novateur est une alliance avec l’Inde et la vente des armes à Taiwan, les deux points pivots de toute future grande stratégie asiatique.

L’histoire récente a favorisé l’Amérique. L’Inde, une grande puissance historiquement réticente à toute alliance qui préfère l’équidistance et le non-alignement par rapport à tous les blocs de pouvoir et est sceptique à l’égard de l’impérialisme, a été ensanglantée et humiliée dans l’Himalaya. Avec des dizaines de soldats morts, elle a été forcée de se tourner vers d’autres stratégies alternatives face à la plus grande menace qu’elle a rencontrée depuis des siècles. En conséquence, l’Inde revitalise le Quad, invite l’Australie à un exercice naval avec le Japon et les États-Unis, et envoie sa marine vers la mer de Chine méridionale. Cette affaire le joyau de la couronne. Comme l’a rapporté Reuters, “un accord fournirait à l’Inde l’accès à une gamme de données topographiques, nautiques et aéronautiques”, a déclaré une source de l’industrie de la défense. Il permettrait également aux États-Unis de fournir des aides avancées à la navigation et l’avionique sur les avions fournis par les États-Unis à l’Inde, la source de la défense. En d’autres termes, avec les données satellitaires américaines, les systèmes d’armes indiens seront en mesure de mieux cibler les positions chinoises. Les armes Agni-V de l’Inde sont capables d’atteindre Pékin, ce qui constitue une dissuasion qui change la donne, mais plus que cela, cela augmente l’imagerie opérationnelle quotidienne dans les montagnes. Cela, ajouté à la vente par les États-Unis d’armes anti-navires à Taiwan sont les deux mesures concrètes vers la lutte contre la Chine dans les décennies à venir.

La future grande stratégie américaine en Asie repose sur deux hypothèses. Premièrement, la Chine continuera à grandir, et à la mesure de son ascension, elle aspirera à l’hégémonie régionale. Et deuxièmement, la puissance relative américaine continuera de décliner dans un monde multipolaire potentiel, ce qui nécessite une stratégie de transfert de fonds aux puissances régionales. Quelle que soit la personne ou le parti au pouvoir à Washington, les forces structurelles imposeront ces mouvements. L’échiquier est déjà prêt pour un long jeu, et les pions sont déjà en place. Malgré tous les discours de Trump sur le retour à une rivalité de grande puissance, sa facilitation d’une alliance avec l’Inde et l’armement de Taiwan comme un État frontière contre une Chine montante sera son héritage déterminant – une stratégie qui va probablement continuer même si Joe Biden gagne la présidence.

Sumantra Maitra est doctorante à la Faculté de politique et de relations internationales de l’Université de Nottingham.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments