Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La Grèce, la Turquie et la stratégie du chaos

Face à cette stratégie du chaos de l’impérialisme, nous assistons sur toute la planète, là où il a été choisi de résister (avec des modalités diverses) à ce qui peut paraître un raidissement mais qui est simplement la conscience qu’il faut arrêter cette folie destructrice avec ces jeux de pouvoir internes portés à leur paroxysme, les provocations, les faux signaux. Mais tout le monde est bien conscient que le conflit ne mène nulle part sinon à l’anéantissement des parties dans leur espoir de vaincre les problèmes internes et externes. Ce qu’on appelle le piège de Thucydide, l’affirmation rationnelle de ne pas avoir à faire la guerre et pourtant y être entraîné par les logiques impérialistes, a repris sa logique d’embrasement. Ce qui manque le plus est le but, ce que l’on a à opposer à la fin d’un mode de production et le fait que l’on croit pouvoir améliorer ce qui ne peut l’être (note de Danielle Bleitrach).

26/08/2020

Par Dimitris Konstantakopoulos
Aug. 24, 2020

De nombreuses forces dans le monde entier sont maintenant conscientes du risque d’une guerre contre l’Iran au Moyen-Orient. De ce fait, une guerre contre l’Iran, bien qu’elle reste un scénario à forte probabilité, a moins de chances d’éclater que d’autres conflits, qui attirent moins l’attention, mais dont les conséquences potentielles sont tout aussi ou même plus importantes. L’un d’entre eux est le conflit gréco-turc. Une guerre entre la Grèce et la Turquie conduirait très probablement à des destructions importantes des deux pays, ne laissant aucun vainqueur et produisant d’énormes conséquences géopolitiques, non seulement pour la Méditerranée orientale, mais aussi pour l’UE, la Russie, la Chine et l’OTAN. 

Récemment, nous avons eu un exemple clair du potentiel déstabilisant du conflit gréco-turc avec la montée des tensions en Méditerranée orientale, mais aussi lorsque le secrétaire d’État (et un des leaders des néocons pro-Israëliens) Mike Pompeo est intervenu dans le conflit pour faire sauter le moratoire gréco-turc, négocié par la chancelière Merkel. 

Par ailleurs, si une guerre contre l’Iran correspond aux besoins “locaux” des extrémistes néocons (Pompeo, Netanyahu, Thiel, Bannon, le groupe ayant une influence déterminante sur Trump), leur programme n’est pas local. Ils doivent faire entrer le monde entier, par un chaos généralisé, dans une situation de “guerre mondiale au ralenti”, de “faible intensité”.  Ils en ont besoin car ils ne peuvent pas battre, par une attaque frontale, la Russie, la Chine ou même des rivaux de classe inférieure.  Ils ont absolument besoin de chaos, de guerre et de confusion parce que c’est la seule façon pour eux de rester au pouvoir. Ils se sentent obligés de faire tout ce qu’ils peuvent maintenant, alors que Trump, leur instrument dans la plupart des cas, reste à la Maison Blanche et que Netanyahu est toujours au pouvoir. 

Le modèle Kissinger 

Certains observateurs comparent déjà la hauteur des tensions qui se développent dans la région avec celle de la crise gréco-turque de 1974, provoquée par le secrétaire Henry Kissinger (l’ancêtre des Néocons actuels) dans le but de détruire la République de Chypre (située près des côtes israéliennes, dans une des positions les plus stratégiques de la Méditerranée) et son indépendance. 

Pour imposer sa politique téméraire et risquée à une administration américaine réticente et organiser à la fois le coup d’État à Chypre et l’invasion turque de l’île qui s’ensuivit, Kissinger, qui avait déjà concentré entre ses mains les pouvoirs de secrétaire d’État, de conseiller à la sécurité nationale et de chef du Comité des Quarante, a profité du vide du pouvoir à Washington, car le président Nixon, gravement attaqué à cause du Watergate, ne pouvait guère exercer de contrôle sur la politique étrangère. Une situation comparable prévaut maintenant à Washington, alors que tous les esprits sont concentrés sur la prochaine élection présidentielle. Non seulement l’administration américaine mais aussi l’establishment occidental en général sont profondément divisés, une situation qui peut faciliter l’action de forces ayant en leur sein un agenda radical caché. 

 Nous avons récemment eu l’occasion de voir comment les deux tendances opposées de l’establishment occidental s’affrontent indirectement, lorsque la chancelière Merkel a négocié un moratoire entre la Grèce et la Turquie, pour voir le secrétaire Pompeo (un néoconservateur de premier plan) intervenir deux jours plus tard pour rendre possible un accord gréco-égyptien sur la délimitation des zones maritimes qui a été négocié pendant 15 ans, un accord pour lequel ni les États-Unis ni Pompeo lui-même n’avaient montré d’intérêt auparavant. L’accord était pleinement conforme aux dispositions du droit international de la mer et même le gouvernement grec a été critiqué à l’intérieur du pays pour sa trop grande mollesse dans la défense des intérêts nationaux grecs. Mais M. Erdogan a considéré qu’il s’agissait d’une provocation, dans le style trop maximaliste habituel des réactions turques, et le moratoire de Merkel s’est effondré. S’agit-il d’un jeu entre la Grèce et la Turquie, ou d’un jeu entre Merkel et Pompeo ? Nous rappelons à nos lecteurs qu’il n’y a pas eu une seule guerre, crise ou même un seul accord de paix gréco-turc au cours du siècle dernier qui ait été finalement planifié à Athènes ou à Ankara. Tous ont été planifiés de l’extérieur de la région, mais exécutés par des Grecs et des Turcs.  

Envoi de faux signaux 

Une autre méthode utilisée systématiquement par la Grande-Bretagne et les États-Unis depuis 1955 consiste à envoyer de faux signaux à Athènes et Nicosie afin de les pousser à des actions qui justifieraient la réaction turque souhaitée, et donc d’exacerber la crise. En mars 1974, le dictateur grec (imposé par la CIA et Gladio) Ioannides a dit au célèbre armateur Onassis “Les Américains m’ont dit : sortez le prêtre (l’archevêque Makarios, alors président chypriote) et vous aurez Chypre”, selon un associé d’Onassis à l’époque. En visite à Chypre en mai 1974, Kissinger lui-même a dit à Makarios:  “Monseigneur, vous êtes un trop grand leader pour un si petit pays (alors que les plans pour le tuer étaient déjà en place). Cette remarque a probablement encouragé Makarios à se montrer plus courageux avec la junte d’Athènes, ce qui a précipité le coup d’État et la tentative d’assassinat (ratée) contre lui. 

(Kissinger a rencontré Gromyko à Chypre, probablement pour s’assurer qu’il n’aurait pas de surprises de la part de Moscou, Nikita Khrouchtchev étant intervenu en 1964 pour empêcher une autre invasion turque prévue). 

 Dans le passé, de faux signaux ont été envoyés principalement à la partie grecque du conflit, la politique étrangère turque étant calibrée pour servir les intérêts américains, britanniques et israéliens. Aujourd’hui, la situation dans la région a changé, de sorte que de faux signaux peuvent être envoyés non seulement à Athènes et Nicosie, mais aussi à Ankara. 

 Il est très difficile d’interpréter, par exemple, la grande appréciation et le soutien que M. Trump exprime à l’égard de M. Erdogan. M. Trump est le président américain qui a fait plus pour les faucons israéliens que tous les présidents américains (pro-israéliens par ailleurs) dans l’histoire, et M. Netanyahu lui-même a reconnu à plusieurs reprises sa contribution et a qualifié la relation spéciale entre lui et le président américain d’opportunité historique pour son pays, qui ne se présente qu’une fois sur plusieurs décennies. Comment alors expliquer que M. Trump se présente comme le meilleur ami à la fois de M. Nétanyahou et de M. Erdogan ? Est-il possible qu’Israël et les États-Unis souhaitent une position dominante de la Turquie en général et de la Turquie d’Erdogan en particulier dans la Méditerranée ? 

 Quoi qu’il en soit, les élites politiques et militaires grecques et chypriotes croient (ou du moins prétendent croire) qu’elles bénéficient d’un fort soutien de la part d’Israël, et M. Erdogan pourrait être tenté de croire qu’il bénéficie également du fort soutien de M. Trump. Tous les êtres humains (et les hommes politiques partagent après tout aussi un minimum de caractéristiques humaines) ont tendance à croire plus facilement ce qui correspond à leurs besoins, et non les vérités qui peuvent être difficiles et douloureuses. Les conséquences de ces perceptions peuvent avoir des conséquences graves, dans cette situation particulière encourageant les deux parties au conflit à s’affirmer davantage. 

EastMed et l’”alliance” Greco-israélienne 

Le projet de gazoduc EastMed (Israël – Chypre – Grèce – Italie) ainsi que la fanfaronnade sur une “alliance” gréco-chypriote-turque ont également joué un rôle énorme dans la perception des deux parties au conflit et ont ainsi contribué à pousser Erdogan à passer d’une politique assez prudente envers la Grèce pendant de nombreuses années à l’adoption de l’approche traditionnelle extrêmement maximaliste des gouvernements antérieurs, avant l’AKP. Cela a été encore plus facile, car au cœur de l’idéologie nationale turque se trouve le trauma de l’expédition grecque de 1921 en Asie Mineure. Cette expédition a été provoquée par les encouragements britanniques et français à Athènes afin d’empêcher Kemal d’obtenir le pétrole de Mossoul. Mais lorsque les Britanniques et les Français ont atteint leur but, ils n’ont rien fait pour empêcher l’extinction de l’énorme présence grecque en Asie Mineure, depuis des temps immémoriaux, car la priorité de Londres et de Paris était désormais d’empêcher la Turquie de toute nouvelle alliance avec l’URSS et aussi de donner une des côtes de la mer Égée aux Turcs, pour que les Grecs n’aient pas le “monopole” du contrôle de cette mer qui est la continuation du détroit de Dardanelles. 

 Il est bien sûr aberrant de comparer la situation actuelle à celle qui prévalait en 1921-22 ; mais les clichés nationaux sont très difficiles à faire disparaître et continuent d’avoir une influence longtemps après que les conditions qu’ils ont créées se sont éteintes. La Turquie craint une sorte d’”encerclement” par l’Occident, la Grèce et Israël, bien que cela ne soit guère possible, et cela contribue à ce qu’Ankara développe ses réactions habituelles, trop maximalistes et assez primitives. Aujourd’hui, la diplomatie turque a tout mis à l’ordre du jour. Ils ont signé un accord avec la Libye qui ne reconnaît aucun droit, même sur les grandes îles grecques comme la Crète ou Rhodes. Si l’on suit cette logique, la Grande-Bretagne, les Philippines, la Nouvelle-Zélande ou l’Indonésie, par exemple, ne devraient avoir aucun droit sur les mers qui leur sont adjacentes. Ankara demande la démilitarisation des îles orientales de la mer Égée et conteste la souveraineté grecque sur certaines des îles de la mer Égée qui sont grecques depuis longtemps. Ces positions rendent un accord impossible, ce qui nous rapproche d’un conflit. Si un gouvernement grec décide de succomber à de telles exigences, il tombera en quelques heures. Imaginez maintenant par exemple l’effondrement du système de gouvernement grec alors que deux forces aériennes et navales très puissantes s’affrontent en Méditerranée orientale, et vous aurez un aperçu du potentiel de situations extrêmement dangereuses et incontrôlables qui pourraient survenir 

L’ironie et aussi la tragédie de la situation consistent dans le fait que ni l’oléoduc EastMed ni une “alliance” gréco-chypriote-israélienne n’existent en réalité !  Aucun hydrocarbure suffisant pour financer le coût énorme du pipeline le plus difficile techniquement au monde n’a été découvert. L’Italie, l’acheteur théorique du gaz à transférer par le gazoduc, n’a pas signé les accords correspondants. Israël a écarté toute idée de sécurisation du gazoduc. Les prix des combustibles fossiles sont écrasés pour des raisons systémiques mettant en danger la viabilité de nombreux pays du Moyen-Orient (http://www.defenddemocracy.press/there-is-a-historic-change-taking-place-in-the-middle-east-the-decline-in-power-of-the-oil-states/). Lorsque j’ai demandé à un fonctionnaire du gouvernement grec pourquoi il continuait à travailler sur ce projet, il m’a répondu qu’il savait aussi que l’oléoduc ne semblait pas viable, mais qu’ils continuaient à travailler pour “maintenir en vie l’alliance gréco-israélienne”. En réalité, une telle “alliance” n’existe pas.  Le mot “alliance” est utilisé en Grèce et à Chypre, pas en Israël, et est utilisé pour justifier, en termes nationaux (alliance contre la Turquie), à une opinion publique plutôt réticente pourquoi Athènes et Nicosie suivent une politique pro-israélienne contraire à leur tradition. 

Au mieux, il y a une coopération renforcée. Une grande partie de cette coopération implique des concessions unilatérales de la Grèce à Israël. L’élite politique grecque, y compris SYRIZA, est plus que jamais dépendante des États-Unis et d’Israël pour sa politique étrangère et de défense, et de l’Allemagne pour sa politique économique. Mais, étant donné le passé de la Turquie, il est impossible qu’elle n’abrite pas aussi d’énormes forces influencées par les Américains et les Israéliens, malgré les ouvertures d’Erdogan à la Russie, à la Chine et à l’Iran. Instinctivement, nous dirions qu’on a plus de chances de les trouver dans les tendances panislamistes et dans les nationalistes extrêmes et primitifs.  Ces tendances sont le genre d’opposant que l’Occident et Israël préfèrent avoir. 

Mais si l’oléoduc EastMed n’a pas beaucoup de substance et l’”alliance gréco-israélienne” peu de contenu, du moins un contenu susceptible de constituer une menace sérieuse pour la Turquie, ils sont tous deux très efficaces pour réveiller le nationalisme turc et contribuent grandement à accroître le niveau d’hostilité entre la Grèce et la Turquie. 

Quant aux hydrocarbures dans la zone entre la Grèce, Chypre et la Turquie, il y a plus de discussions et de rumeurs que de gisements avérés. En tout cas, un accord entre les pays est nécessaire pour les exploiter. Toute idée d’exploitation unilatérale et arbitraire provoquera une guerre, d’une manière ou d’une autre, et le coût de cette guerre sera la destruction des deux pays. 

Aucune victoire grecque ou turque possible 

En effet, il existe entre la Grèce et la Turquie ce que l’on peut appeler un “équilibre de la terreur” conventionnel, car les deux pays possèdent deux forces armées très puissantes dotées d’armes extrêmement destructrices. Même si l’un des États décide de lancer une frappe “préventive” par surprise, il sera impossible de détruire la capacité de l’autre à contre-attaquer, même avec un faible pourcentage de sa force restante, ce qui entraînera des coûts inacceptables pour l’autre État. Les institutions politiques et militaires grecques et turques ne seront pas en mesure de faire face à une catastrophe militaire. Une contre-attaque sera donc le scénario le plus probable. La population des deux pays et leur activité économique sont concentrées dans quatre grands centres urbains (Athènes, Salonique, Istanbul, Izmir). Elles sont bien défendues, mais aucune défense n’est capable d’arrêter tous les avions et les missiles d’un adversaire déterminé à attaquer sans en contrer le coût (comme il l’aura déjà subi). Même dans le scénario improbable où Athènes ou Ankara tentent de contenir leurs forces armées, il est peu probable qu’elles y parviennent dans les conditions que nous décrivons. 

Existe-t-il des forces dans l’establishment mondial pour promouvoir un tel scénario de guerre ? Nous ne pouvons pas donner de réponse. Mais une façon de l’explorer est d’examiner ce qui pourrait se produire à la suite d’un tel conflit ou, pour être plus précis, ce qui peut être perçu aujourd’hui comme le résultat possible d’un conflit, car “la guerre est le père de tout”, et les résultats finaux peuvent être très différents des intentions : lorsque les Américains ont organisé le coup d’État à Kiev, ils ne s’attendaient pas à ce que l’armée russe arrive en Syrie !

 Bien sûr, nous devons garder à l’esprit que si quelqu’un profite d’un “crime”, ce n’est pas une preuve qu’il l’a commis ! 

Dans notre prochain article, nous examinerons les principales conséquences régionales et internationales d’un conflit majeur entre la Grèce et la Turquie. 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments