Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Arménie-Azerbaïdjan: Écho caucasien de l’Union soviétique détruite

Une voix originale d’un camarade du KPRF qui explique le contexte d’un conflit dans lequel nous nous sommes derrière le gouvernement français précipité parce que cela correspondait à notre propre conflit France contre la Turquie. Pourtant cette analyse en profondeur de la situation dans ces deux ex-républiques de l’ex-Union soviétique – qui avait réussi pour la première fois à coexister en paix – conduit l’auteur à y compris dénoncer les complaisances de Poutine face à l’occident et à sa déstabilisation permanente, le nationalisme idiot qui fait maintenant que des peuples frères sont considérés comme des étrangers suspects. Un point de vue incontestablement communiste. Il y a un point cependant dans la démonstration sur lequel je discuterais l’opinion de son auteur, celle qui assimile l’URSS à la paix des empires. C’est ce qu’avait voulu éviter Lénine en proposant non pas de reprendre l’empire tsariste mais l’URSS fondée sur l’association volontaire des Républiques, proche de ce que propose Kant dans “la paix perpétuelle” (1795). Ce qui lui est reproché par les nationalistes et les monarchistes. Je pense que demain je vais tenter d’éclairer un peu ces concepts et leur incidence sur le droit international. (note de Danielle Bleitrach, traduction de Marianne Dunlop pour histoireetsociete)

http://www.sovross.ru/articles/2033/49932

Fin septembre, une grande guerre éclate à nouveau en Transcaucasie. Et encore une fois, dans une confrontation sanglante, se retrouvent la république non reconnue du Haut-Karabakh (et en fait, l’Arménie se tenant derrière elle) et l’Azerbaïdjan (et la Turquie, qui cache à peine son implication). On dénombre déjà des avions détruits, des chars, des pertes parmi les militaires et même parmi la population civile (y compris des vieillards et des enfants tués lors du bombardement de Stepanakert). J’écris «encore» parce que cela s’est produit il y a 30 ans et que les personnes d’un certain âge se souviennent très bien de la guerre arméno-azerbaïdjanaise passée.

Les démographes disent que 30 ans est le temps pour qu’une nouvelle génération grandisse et entre sur la scène de l’histoire. Les enfants de ces Arméniens et Azerbaïdjanais qui ont combattu à mort dans les montagnes que les Arméniens appellent «Artsakh» et les Azerbaïdjanais «Karabakh» ont grandi (même ici, il n’y a pas d’entente entre eux). Nous avons grandi dans une atmosphère de haine absolue l’un pour l’autre. Ouvrez les versions en langue russe de Sputnik-Azerbaïdjan et Sputnik-Arménie sur Internet, lisez et vous serez horrifié: les politiciens et les diplomates, qui de par la nature de leur service doivent être raisonnables, polis et calmes, lancent des injures “hommes des cavernes”, “tueurs méprisables”, “agresseurs sauvages” … 

Les politologues recherchent les raisons du nouveau conflit militaire chez les idéologues du pan-turquisme d’Aliyev, de la volonté de puissance d’Erdogan ou la politique multi-vectorielle de Pachinian. Mais en fait, tout cela est secondaire. Laissant de côté les raisons économiques et se tournant vers la sphère de l’idéologie, il devient clair que les racines de ce conflit remontent au moins aux événements d’il y a 30 ans. A l’époque en effet, dans les années 1990, des hommes et des femmes, meurtris par la guerre de Transcaucasie, ayant subi les massacres ethniques et les bombardements d’artillerie, ont dit à leurs petits-fils: quand vous grandirez, votre patrie vous donnera une mitrailleuse et vous irez «défendre l’Artsakh» (ou «libérer le Karabakh») ) et tuer “nos ignobles ennemis”. Alors ils ont grandi et leur patrie leur a donné une arme à feu. Et même une mitrailleuse, un char, un avion et des missiles …


Cependant, bien sûr, la composante politique a également joué un rôle, composante politique au sujet de laquelle un politicien russe a dit un jour qu’il s’agissait de la plus grande catastrophe géopolitique …


2.
En décembre 1991, quand Eltsine, Kravtchouk et Chouchkévitch se sont secrètement rassemblés dans la forêt de Belovej et, effrayés par leur propre «courage», ont dénoncé le traité d’union de 1922, tout était clair. Il n’était pas nécessaire d’être un analyste hors pair pour prédire le développement ultérieur des événements sur un sixième de la terre même alors. Le prix de la soif de pouvoir, de l’avidité et de la trahison de ces trois messieurs à Viskuli a été des guerres, des affrontements interethniques, des génocides et des purges, qui étaient jusque là retenus par le cerceau de fer d’un grand État fort. Napoléon III disait: «L’Empire c’est la paix». La présence d’un grand État sur un territoire habité par de nombreux peuples avec divers conflits historiques entre eux est toujours bénéfique. Les conflits s’apaisent, sont oubliés, les peuples hostiles luttent ensemble pour un seul objectif proclamé par l’État. Le fait qu’il y ait eu des mariages mixtes arméno-azerbaïdjanais en URSS en dit déjà long (mais seulement pour ceux qui se souviennent qu’avant la formation de l’URSS, pendant la guerre civile, les massacre d’Arméniens et les «pogroms d’Azerbaïdjanais» étaient monnaie courante).


L’effondrement de l’URSS ne pouvait manquer de donner naissance à ce genre de discorde, de ne pas ouvrir de «vieilles blessures» et d’en ajouter de nouvelles. En fait, la principale raison de ce conflit vieux de 30 ans au Karabakh était l’affaiblissement de l’URSS. Le conflit a éclaté en 1988 à la suite de la perestroïka insensée de Gorbatchev, que Zinoviev a qualifié de «catastroïka» non sans raison. Cependant, le gouvernement soviétique, la direction militaire en 1990-1991 l’ont presque étouffé. L’état d’urgence a été déclaré sur le territoire de la RSS d’Azerbaïdjan (qui comprenait officiellement le Haut-Karabakh rebelle) et des unités de l’armée soviétique au premier semestre de 1991 ont réussi à désarmer les militants des deux côtés. Le conflit était sur le point d’être éteint. Mais après l’échec du Comité d’urgence de l’État et son arrivée au pouvoir à Moscou, Eltsine et son équipe ont arrêté le désarmement,et après que l’ivrogne a détruit notre patrie soviétique afin de retirer son trône à Gorbatchev, les unités de l’armée soviétique dans l’Azerbaïdjan et l’Arménie nouvellement indépendantes sont passées sous le contrôle des nouveaux États et de leur direction politique, dans lesquels grouillaient les nationalistes. Les ordres aux tankistes et aux militaires n’étaient plus donnés de Moscou, où ils avaient un regard objectif sur le conflit en Transcaucasie, mais de Bakou et d’Erevan, où les passions nationalistes faisaient rage (également parce que le sang avait déjà coulé des deux côtés et que des villages entiers d’Azerbaïdjanais étaient expulsés d’Arménie et arméniens d’Azerbaïdjan). Puis, en 1992, une guerre azerbaïdjanaise-arménienne à grande échelle a commencé avec l’utilisation de chars, d’artillerie et d’aviation, avec le bombardement de villages et de villes, avec des rafles sous le slogan «Ne faites pas de prisonniers». À propos, même maintenant, peu de gens prêtent attention au fait que la guerre dure depuis plusieurs jours, on rapporte des centaines de pertes, des prises de hauteurs et de villages, mais ni Bakou ni Erevan ne font état de prisonniers. Il n’est pas difficile d’imaginer pourquoi il n’y a pas de prisonniers dans cette guerre. En effet, les soldats et les officiers sont poussés par une haine nationaliste sauvage qui se nourrit depuis des décennies.


Dans cette guerre de 1992-1994, environ 25 mille personnes sont mortes. Hélas, peu de gens en Russie le savent, c’est pourquoi nos journalistes analphabètes ne cessent de disserter sur la «désintégration sans effusion de sang de l’URSS». Dans notre pays, on s’intéresse généralement peu à ce qui se passe en dehors de la Russie, dans les anciennes républiques sœurs. Pour les nouvelles générations de Russes, Arméniens, Azerbaïdjanais, Tadjiks, Ukrainiens ne sont pas nos anciens compatriotes, avec lesquels nous vivons ensemble depuis plusieurs siècles, mais des “étrangers”. Nous avons également élevé une génération de nationalistes pour qui la Russie, réduite à la taille de la Moscovie d’Ivan le Terrible, est la norme, et autour d’elle il y a, au mieux, des barbares, au pire, des ennemis.

Cette guerre n’a pris fin qu’en 1994 et un traité de paix a été signé à Bichkek (encore une fois, demandez à quiconque en Russie au sujet du mémorandum de Bichkek – il n’en a jamais entendu parler!). De plus, la médiation russe a joué un rôle énorme dans la réconciliation des parties. La Russie du début des années 90, aussi paradoxale que cela puisse paraître, était encore assez forte. Tant à l’étranger que dans les anciennes républiques soviétiques, elle était en partie consciemment, en partie inconsciemment considérée comme le «centre» légitime de l’espace post-soviétique, comme une puissance qui a le droit de régler les conflits en son sein et de les éteindre. L’ombre de l’URSS assassinée planait toujours sur le Kremlin …


Voici la raison de la nouvelle escalade du conflit arméno-azerbaïdjanais. La Russie est aujourd’hui très faible, malgré la rhétorique de son agitprop et de ses dirigeants. En décembre 2018, mon article «La Crimée et Waterloo» a été publié dans «Russie soviétique». J’y ai soutenu que tout le règne du «chef patriote national» est une image d’un déclin persistant de l’influence de la Russie sur la scène internationale et, surtout, dans l’espace post-soviétique. Eltsine était l’un des dirigeants les plus odieux de Russie, damné dans les livres d’histoire. Récemment, les architectes ont récemment discuté du sort du mausolée de Lénine. Ils n’ont probablement pas lu Immanuel Wallerstein, qui affirmait qu’en 2050, Lénine serait le héros national reconnu de la Russie. Mais je pense que cela ne ferait pas de mal de discuter du sort du Centre Eltsine à Sverdlovsk. N’est-ce-ce pas une honte que les veuves et les mères de jeunes gens qui ont été tués dans la guerre de Tchétchénie (et cette guerre n’est qu’un maillon d’une série de crimes commis sous son règne), entretiennent de leurs impôts une structure pompeuse et versent des salaires à des menteurs engagés dans la tromperie éhontée des jeunes? Mais ce n’est pas mon propos ici. Quoi qu’on puisse dire à propos d’Eltsine, sous lui, la Russie était perçue dans la politique internationale comme un «acteur fort». Avec la participation de la Russie, le conflit en Transnistrie s’est éteint, puis le conflit arméno-azerbaïdjanais, la guerre civile tadjike a pris fin … L’Occident avait encore peur, par l’habitude, de la Russie, même si elle était abattue, affaiblie, déchirée. Les républiques baltes n’ont été admises à l’OTAN qu’en 2004, et les craintes de la réaction de Moscou n’en étaient pas la dernière raison.


L’arrivée au pouvoir du deuxième président de la Fédération de Russie a marqué un tournant dans cette situation. En 2001, il a lui-même laissé les troupes américaines entrer en Asie centrale. Puis il a éliminé nos bases et nos stations d’observation au Vietnam et à Cuba. En 2004, les troupes de l’OTAN sont apparues dans les États baltes et le Kremlin non seulement ne l’a pas clairement condamné, mais l’assistant présidentiel de l’époque, Sergueï Yastrzhembsky, a déclaré que dans l’entrée de ces républiques dans l’OTAN, “la Russie voit principalement des implications psychologiques”, et même … y voit des aspects positifs. Au départ, le Kremlin a vu un allié en … Mishiko Saakashvili (notre diplomatie a alors soutenu non pas Chevardnadze, mais son adversaire, apparemment, à la demande d ‘«amis occidentaux»). La reddition par le Kremlin en 2004 de l’Adjarie et de son chef Abashidze nous a coûté non seulement l’élimination de la base militaire, mais a également ouvert la voie pour Saakashvili à une agression contre l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie.


Le premier Maidan ukrainien – la révolution orange – était déjà un signal d’alarme sur l’échec de la Russie dans la direction ukrainienne, mais les conclusions appropriées n’ont pas été tirées. Le Kremlin a continué d’investir dans Ianoukovitch, dont le caractère «pro-russe» était problématique, croyant naïvement que l’argent est tout. Nos propagandistes adorent se répandre sur les 5 milliards de dollars investis par les États-Unis dans le Maidan ukrainien. Mais Dmitri Medvedev a ouvertement admis que la Russie a investi beaucoup plus en Ukraine – environ 250 milliards de roubles, et où est le résultat? Le gouvernement russophobe de Kiev, les gens ordinaires intoxiqués par la propagande russophobe, les sanctions internationales à long terme – est-ce une victoire pour la politique étrangère russe de Poutine?


Les événements de Biélorussie, l’émergence d’une opposition significative, à la fois cachée et à certains endroits ouvertement anti-russe, font également réfléchir à la politique du Kremlin envers son voisin occidental. 


A l’Est, à Astana, ils parlent aussi de moins en moins d’intégration eurasienne, l’écriture passe du cyrillique au latin, les sentiments pan-turcs grandissent … 


Et puis la guerre en Transcaucasie est arrivée … Bakou et Erevan ont en fait refusé à la Russie de servir de médiateur dans le règlement politique du conflit.


Il ne serait pas exagéré de dire que la Russie, hélas, n’est même plus l’acteur régional le plus puissant. Ce que mes détracteurs de l’article de 2018 considéraient comme une exagération est maintenant clair pour tout le monde. De nombreux acteurs de l’ex-URSS ne veulent pas compter avec notre pays. Il s’agit de l’Ukraine et de l’Azerbaïdjan post-Maidan, qui se sent impunis sous le couvert de la Turquie. Selon la chaîne Telegram “Interpreter”, le conflit en Transcaucasie est en fait un conflit entre la France et la Turquie, dans lequel l’Arménie et l’Azerbaïdjan ne sont que des instruments, et on ne parle pas du tout de la Russie. C’est, bien sûr, une simplification, mais une simplification symbolique, la tendance est juste cela.


Sur cette base, il est facile de prévoir le cours des événements. Si la Russie s’affaiblit (et elle s’affaiblira si elle reste un État basé sur les ressources avec une élite plaçant son capital et sa familles à l’Ouest), de nouveaux conflits éclateront dans l’espace post-soviétique. Un lieu saint n’est jamais vide et de nombreux vautours sont prêts à voler pour se régaler des restes de l’empire.


Une alternative valable serait le renforcement de la communauté eurasienne sous les auspices de la Russie, mais comme l’expérience l’a montré, il y a un énorme embrouillamini avec cela, notamment à cause de la “bataille des tours” à Moscou. Nous avons besoin d’une nouvelle élite indépendante de l’Occident. Et cela passe par un rejet du modèle d’appendice énergétique de l’Union européenne, du capitalisme oligarchique-périphérique. Seule une Russie socialiste peut devenir un lieu de rassemblement de l’espace post-soviétique, sauvant ainsi les pays du nord de l’Eurasie de «nouvelles vieilles guerres».


3.
Cependant, beaucoup d’articles sont actuellement consacrées aux raisons géopolitiques de la nouvelle guerre transcaucasienne. Mais étonnamment, presque personne n’essaie d’appliquer la bonne vieille analyse marxiste aux raisons de cette guerre. Certes, le facteur du choc des civilisations est important, mais personne n’a annulé l’influence de l’économie sur la politique, et elle est bien présent ici.

 
Tournons-nous, par exemple, vers l’Azerbaïdjan. Bien sûr, c’est l’État le plus prospère du Caucase du Sud et de la Transcaucasie. Avant la crise économique de 2008, il avait la croissance du PIB la plus rapide de tout l’espace post-soviétique. Mais même maintenant, en comparaison avec l’Arménie pauvre et en crise, l’Azerbaïdjan ressemble à une oasis de prospérité. Pendant la présidence d’Ilham Aliyev, l’économie du pays a augmenté 2,5 fois, 700000 nouveaux emplois sont apparus, le niveau de pauvreté est passé de 49% à 5%, plus de 3000 écoles et 600 établissements médicaux ont été mis en service (rappelons qu’en Russie dans le même temps,on a fermé,des écoles et des hôpitaux). Le manat azerbaïdjanais est l’une des monnaies les plus solides du territoire de l’ex-URSS. Jusqu’à récemment, 1,27 $ était donné pour 1 manat.
Cependant, il est clair que le bien-être est très relatif. L’Azerbaïdjan est l’un des dix premiers pays au monde à disposer d’énormes réserves de pétrole. Plus de 2,6 billions de mètres cubes de gaz naturel sont stockés dans les entrailles de cette république transcaucasienne. De l’Union soviétique, la république a hérité d’une industrie pétrolière et gazière développée (dont les fondements avaient été posés dans l’Empire russe), que les autorités ont développée avec succès dans les années d’indépendance, attirant des investissements étrangers. Dans les années 2000, les oléoducs Bakou-Ceyhan et Bakou-Erzurum ont été construits. L’Azerbaïdjan prévoit de fournir du gaz à l’Union européenne via le corridor gazier sud (en contournant la Russie). Ainsi, l’Azerbaïdjan est un État basé sur les ressources et soumis à toutes les perturbations caractéristiques de ces États. Aujourd’hui, 90% des exportations de l’Azerbaïdjan sont des hydrocarbures – pétrole et gaz (en 2010 c’était 97%). Toutes les autres industries (génie mécanique, industrie chimique, carburant et énergie) sont sous-développées, même si le gouvernement déclare régulièrement, comme en Russie, la nécessité d’y investir et de «se sevrer de la dépendance au pétrole».

 
L’Azerbaïdjan fournit du pétrole et du gaz à la Turquie, à l’Italie, à Israël et à l’Allemagne. En 2018, le pays a exporté 1 million de tonnes de gaz pour une valeur de 520 millions de dollars! Avec les pétrodollars reçus, il achète tout ce dont il a besoin pour lui-même – des armes israéliennes aux vêtements turcs et aux voitures allemandes. Environ la moitié de la population valide de l’Azerbaïdjan est employée dans le complexe pétrolier et gazier de l’État (Heydar Aliyev n’a pas permis à l’industrie pétrolière d’être privatisée et n’a pas accepté de la vendre à des étrangers, jetant les bases de la prospérité relative de la république). Les salaires y sont élevés – en moyenne, de 1200 à 1300 manats (45 à 50000 roubles). Mais tout le monde n’a pas cette chance dans un pays capitaliste. Selon The Village, en 2019, les manoeuvres et les concierges de Bakou recevaient environ 200 manats (7600 roubles), les vendeurs – 320-500 manats (de 12 à 19 mille). Dans le même temps, un panier d’épicerie pour une semaine pour une personne était de 78 manats (3000 roubles), louer un appartement dans le centre – 180 manats (6800 roubles). 


Mais c’est Bakou – une capitale étincelante de splendeur et de luxe, dans laquelle des millions de pétrodollars ont été investis! Et que dire des provinces … L’opposition dit que le niveau de pauvreté réel dans le pays est de 20% (le niveau officiel, comme je l’ai dit, est de 5%).
Par conséquent, malgré la croissance de l’économie, dont les médias locaux se félicitent inlassablement, des milliers d’Azerbaïdjanais partent travailler, y compris en Russie. 1,2 million de citoyens azerbaïdjanais vivent à l’extérieur du pays, dont 767 000 en Russie (bien qu’en Azerbaïdjan, contrairement à la Russie, une croissance démographique annuelle stable soit également une raison de migration).


Naturellement, la chute des prix du pétrole et du gaz sur le marché mondial, amorcée il y a plusieurs années, ainsi que l’épidémie de covid qui a durement frappé l’économie du pays, ont fait leur travail. La dépendance pétrolière de l’économie s’est fait sentir. Au premier semestre 2020, le PIB du pays a baissé de près de 2% (avant cela, il augmentait, mais faiblement). Le solde financier a généré un solde négatif de 1,3 milliard de dollars. Pendant le mois de la quarantaine, l’économie du pays perdait 70 millions de dollars par jour! Le chômage a augmenté et des milliers de petits et moyens entrepreneurs ont fait faillite. 


Le 7 mai, le site Web Eurasia-Daily a publié une interview d’éminents spécialistes – le professeur de l’Université américaine Rutgers, Gubad Ibadoglu et l’économiste Akram Hasanov «La situation est critique: comment les autorités azerbaïdjanaises aident-elles les entreprises et la population?». Là, le professeur Ibadoglu a prédit une crise budgétaire pour l’Azerbaïdjan: «Les capacités financières actuelles de l’Azerbaïdjan sont très limitées. Les recettes fiscales qui rentrent tout au long de l’année ne pourront pas couvrir le budget … cela conduira au mécontentement social. Compte tenu des problèmes survenus à la suite de la pandémie, le budget actuel ne suffira pas à couvrir les dépenses de fonctionnement. Si l’on prend en compte la baisse des prix du pétrole et de nombreux autres problèmes dus à la pandémie, et en général, la baisse du pouvoir d’achat de la population, alors le budget du pays sera confronté à de gros problèmes. Par conséquent, la crise budgétaire est proche. » Il a supposé que les autorités chercheront une aide financière de l’Union européenne. 


Les autorités ont agi différemment. Elles se sont “soudainement” souvenues que la République non reconnue du Haut-Karabakh et sept autres régions d’Azerbaïdjan n’étaient plus contrôlées par Bakou depuis 30 ans. Une véritable hystérie nationaliste a commencé dans les médias, même les artistes vêtus d’uniformes militaires sont venues chanter des chansons patriotiques à la télévision. La population a été «appelée aux armes». De jeunes gars, qui, dans un scénario différent, auraient porté des banderoles lors de rassemblements de protestation, se retrouvent dans des tranchées, et beaucoup d’entre eux, hélas, soyons réalistes, n’en reviendront pas vivants. Et ceux qui rentrent, même s’ils parviennent à reprendre ces territoires, seront au chômage, blessés, vivront d’allocations misérables, et les autorités leur diront: soyez patients, c’est la dévastation d’après-guerre … En même temps, les pouvoirs en place, les officiels et les structures commerciales fusionnées avec les autorités sont plus susceptibles de prospérer et de bien profiter de la guerre.Pour les capitalistes, la guerre est toujours une mine d’or …


4.

La situation en Arménie est encore pire. Contrairement à l’Azerbaïdjan, l’Arménie est privée de ressources naturelles combustibles. Le pays est situé dans les montagnes et les conditions de l’agriculture ne sont pas non plus très bonnes. Il n’y a pas de sortie vers la mer, le pays est entouré de voisins peu amis (Azerbaïdjan, Turquie), donc le commerce extérieur est également difficile. 
À l’époque soviétique, une industrie puissante a été construite dans la république – des entreprises de génie mécanique et de chimie, mais presque toutes ont été détruites dans les années 90. Le pays a autrefois subi blocus et famine, et n’a pu atteindre un niveau relativement stable que grâce aux investissements étrangers. Les Arméniens sont un peuple avec des diasporas dans presque tous les pays développés du monde, et parmi les représentants des diasporas, il y a aussi des gens aisés, chefs d’entreprises, banques, fondations, prêts à aider leur pauvre patrie. En outre, dans des pays comme les États-Unis ou la France, il existe de puissants lobbies arméniens qui ont un impact tangible sur la politique étrangère de ces États. En Russie, la diaspora arménienne atteint environ 2 millions de personnes (en Arménie même, il y a 2 millions 900 000 personnes). En 2011, la Russie a investi 3 milliards 170 millions de dollars dans l’économie arménienne, la France – 727 millions, les États-Unis 378 millions de dollars. Cet argent a été investi dans l’industrie minière, manufacturière, dans le secteur des services et il a commencé à porter ses fruits (Global.spc).

Cependant, l’Arménie reste un pays avec une population extrêmement pauvre et une élite oligarchique étroite mais super riche. En 2015, le salaire moyen dans la république était de 170 dollars et la retraite de 80 dollars (environ 6200 roubles au taux de change actuel). 34% de la population avait un revenu de moins de 85 $ par mois. La dette extérieure du pays a été multipliée par 10 entre 1995 et 2010 et a atteint 44% du PIB. Les gens quittent le pays – vers la Russie, vers l’Union européenne, vers les États-Unis. 


L’instabilité sociale et le mécontentement de la population sont devenus la base de la «révolution de velours» de 2018, qui a porté Pachinian au pouvoir. Il y a un an, les médias officiels d’Arménie ont annoncé avec enthousiasme les succès de la lutte contre la corruption, qui auraient porté l’économie à des sommets sans précédent, mais, d’une part, ces succès ont été grandement exagérés et, d’autre part, même les modestes réalisations du nouveau gouvernement ont été annulées par la pandémie de coronavirus.


Dans ces conditions, la guerre, comme toujours, est une excuse commode pour jeter l’énergie négative de la population sur un autre peuple, et non sur son propre gouvernement et trouver des explications à la situation sociale désastreuse. Le degré de nationalisme et de sentiments anti-azerbaïdjanais dans l’Arménie post-soviétique a toujours été très élevé. Qu’il suffise de dire que le plus ancien parti nationaliste arménien “Dashnaktsutyun”, qui est célèbre pour sa coopération avec les nazis, est non seulement autorisé en Arménie, mais a également sa propre faction au parlement! Et l’ex-président du pays Katcharian a déclaré publiquement à un moment donné que l’hostilité entre Arméniens et Azerbaïdjanais aurait un “caractère génétique” (comme si ces deux merveilleux et colorés peuples transcaucasiens ne vivaient pas en paix et en amitié en Union soviétique, quand l’économie était socialiste et que dominait l’idéologie internationaliste). 
Pachinian aussi maintenant, sans hésitation, qualifie les Azerbaïdjanais de «terroristes» et de «bandes de voleurs». Mais plus récemment, les Russes ont également reçu leur lot d’injures – lors de la «révolution de velours» de 2018, les manifestants portaient des slogans anti-russes. Pachinian a envoyé son adversaire Tsarukian en prison pour … idées “pro-russes”. C’est sous le nouveau chef que le dernier programme en russe a été fermé à la télévision publique arménienne. Dans ce domaine, soit dit en passant, l’Arménie a depuis longtemps surpassé l’Azerbaïdjan. S’il y a plus de 300 écoles russes et 18 universités russes en Azerbaïdjan, que le russe est enseigné dans les autres écoles et que la diaspora russe atteint 100000 personnes, en Arménie, le russe n’est enseigné que dans les écoles où étudient les enfants du personnel militaire russe, et les citoyens russes représentent 0,3% de la population. Bien sûr,on ne peut nier la situation tragique du peuple arménien et le danger du nettoyage ethnique en cas de défaite de l’armée NKR, mais il est également difficile de nier que le régime bourgeois pro-américain de Pachinian attise l’hystérie nationaliste, les sentiments anti-azerbaïdjanais et anti-russes, tout d’abord, afin de détourner l’attention du peuple des problèmes économiques.


Ainsi, les hommes ordinaires arméniens et azerbaïdjanais continueront à se tirer dessus, et son abomination le Capital ne fera que se gonfler du sang du peuple … Tant que nous tous – Russie, Arménie et Azerbaïdjan – ne retournerons pas à la formation dans laquelle les nations ne se disputent pas, mais coopèrent. Au socialisme.

Rustem VAKHITOV

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments