Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La pandémie rend l’Union européenne plus intégrée – et plus inégale

Ce texte est une description saisissante de la machine UE, plus ça se désagrège plus le sommet intègre. Mais tant que l’on ne voit pas le contexte, l’absurdité capitaliste est le simple règle. Nous ne sommes pas très nombreux à être convaincus, comme je le suis, de deux choses: la première est que la transition à un autre mode de production, les temps obscurs, n’est pas une hypothèse mais une réalité, nous y sommes. Les capitalistes n’ont pas de recettes et se débattent entre concurrences exacerbées, guerres territoriales à tous les niveaux et tentatives d’unité pour s’approprier la mutation des forces productives et accroitre l’exploitation, l’UE en offre une description comme d’autres endroits dans le monde. La seconde conviction est que dans cette transition, le capitalisme est en train de muter comme un virus, la phase néolibérale entamée en 1973 est plus ou moins terminée et il tente des recettes mixtes, capitalisme monopoliste d’Etat dans les espaces régionaux anti-démocratiques, comme le prouve ce choix d’intégration et cette intervention massive d’une Europe en train de se désagréger. Sur le plan politique la fiction démocratique s’effondre et cela peut aller jusqu’à un fascisme non plus populiste à la Le Pen et autres libéraux xénophobes, mais directement répressive pour contenir la protestation de la classe ouvrière et des couches populaires. La droite n’a pas de solution mais la gauche non plus, sinon une vague Europe sociale dont personne ne sait de quoi il s’agit. Si la gauche n’a pas de solution c’est que la social-démocratie (y compris certains PC eurocommunistes) appartient à la même matrice capitaliste libérale xénophobe que Le Pen – de ce point de vue l’article de Cuba publié hier sur l’extrême-droite européenne est très intéressant (note et traduction de Danielle Bleitrach).

18/09/2020

Ces dernières années, l’air d’optimisme autour de l’Union européenne a été remplacé par une gestion continue des crises. Pourtant, la pandémie, la crise financière et le Brexit ont tous favorisé une intégration encore plus poussée — et la gauche manque d’une réponse cohérente.

Par Tatu Ahponen

Sep.12, 2020 Selon le président français, Emmanuel Macron, le dernier sommet de l’Union européenne a été un « moment de vérité ». L’impact dramatique d’une telle déclaration aurait pu être atténué un peu par le fait qu’il répétait simplement ses propres paroles d’il y a trois mois. Cette fois, il commentait les négociations marathon sur un plan de sauvetage de l’UE pour répondre à la crise économique provoquée par COVID-19 — les négociations qui ont débuté le 17 juillet et se sont terminées le 23 août.

Ces déclarations sont familières aux Européens depuis des décennies, alors que le continent est passé d’une réunion de crise à l’autre. Pourtant, cette fois, les négociations et leur résultat final ont révélé la simple vérité du projet européen — un continent de nations qui se disputent leurs intérêts nationaux (c’est ainsi que les intérêts des entreprises de ces pays sont communément appelés), poussés depuis le haut vers la fédéralisation et une nouvelle superpuissance.

Pendant un certain temps, la navigation s’est déroulée sans heurts pour l’intégration européenne — l’union toujours plus étroite, le projet européen fondé sur le marché qui, aux yeux d’abord de ses visionnaires les plus ambitieux, puis de la classe dirigeante européenne au sens large, conduirait à une fédération européenne. Elle est d’abord passée de la Communauté européenne du charbon et de l’acier à l’Union européenne, puis a reçu un coup de pouce majeur de la chute de l’Union soviétique, car la mort supposée de l’idéologie a cédé la place à l’idée d’une Union européenne comme point culminant d’un libéralisme cosmopolite sensé — gardien d’esprits raisonnablement libres et de marchés raisonnablement libres après la fin du fascisme et du communisme.

Au cours des dix dernières années, cette vision a connu des défis majeurs. Au lieu de progrès continus et ininterrompus, l’Union européenne moderne a dû suivre la voie de la gestion de crise. La Grande Récession a conduit à la crise de la dette souveraine, puis à la crise portugaise, à la crise espagnole, à la crise irlandaise et, bien sûr, à la crise grecque. Le discours d’un « Grexit » – la possibilité que les autres pays bottent la Grèce de l’Union – a été transféré en douceur pour parler de la crise du Brexit, la droite britannique ayant effectivement séparé leur pays de l’union. Ceci, en même temps que la crise environnementale croissante, la crise des réfugiés, la crise de la démocratie causée par le populisme de droite dans des pays comme la Hongrie et la Pologne. Mais de crise en crise, l’Union s’avance, et la solution est toujours la même — plus d’intégration.

Alors, qu’en est-il de sa réponse à la pandémie — un défi d’une ampleur sans précédent? Bien sûr, ce qui se passe n’est pas seulement un drame de santé publique, mais reflète également les problèmes économiques précédents. Alors que des dirigeants comme Macron pontifiaient sur la grande mission européenne, le discours des médias sur les négociations de renflouement s’est concentré sur la façon dont les différents États membres de l’UE, par l’intermédiaire de leurs dirigeants, ont traversé des combats, des accords, joué des jeux médiatiques pour l’équipe locale et défini de nouvelles divisions pour l’Union. Il n’y a rien de nouveau là-dedans. Et pourtant, il y a quelque chose de différent dans le résultat final de cette première grande conférence de crise post-Brexit. Le gigantesque paquet de 750 milliards d’euros ouvre la porte à des mécanismes communs de la dette et à la fiscalité de l’UE, un nouveau pas vers la fédéralisation de l’Europe — et non un petit pas.

Les différents hommes politiques et fonctionnaires bruxellois n’ont aucun problème avec cela, bien sûr. Ils ont encore tendance à croire en la mission de l’Europe de s’unir; les slogans vont des appels libéraux de haut niveau à la paix et à l’environnement. Mais pour les opposants à l’intégration — les eurosceptiques — c’est plus un cauchemar qu’un rêve. Les nationalistes font appel à la préservation de leurs nations face au cosmopolitisme bruxellois, mais même à gauche on s’est inquiété de savoir si le processus d’intégration antidémocratique ne servirait que les objectifs de la domination mondiale occidentale et verrouillerait les normes capitalistes défavorables en place pour toujours.

Dans la grotte du dragon

Mais les discussions locales dans les États membres européens, du moins les plus riches du Nord — comme ma propre patrie, la Finlande — ont surtout porté sur une simple analyse coûts-avantages. Combien chaque pays paiera-t-il et combien d’avantages économiques supposés seront perçus? Après le flash d’enthousiasme idéaliste pro-UE dans les années 1990, ces considérations pragmatiques ont toujours été plus importantes pour les Finlandais que toute vision grandiose de l’intégration européenne en tant que bien positif en soi. De l’avis des citoyens du pays, l’Union européenne est surtout une union de complaisance, où les avantages de la relation sont le point central. De tels avantages peuvent, bien sûr, aller de la facilité du commerce à la possibilité d’aller en vacances en Méditerranée sans visa quand il fait trop froid dans le Nord.

Pendant les sommets, ce point de vue instrumentiste devient le plus apparent. Dans la presse populaire de Finlande, le sujet principal était simple. Combien la Finlande sortira-t-elle de cet accord — et combien va-t-elle payer? La façon dont la presse a traité ces négociations a rappelé une image de l’Union comme une grotte pleine de dragons, où le champion local – dans ce cas, la première ministre finlandaise Sanna Marin, à la tête du gouvernement actuel de centre-gauche – s’aventurerait. Parfois, les braves chevaliers — le leadership national et diplomatique de haut niveau d’un État membre — réussissent à voler les trésors du dragon, tandis qu’à d’autres moments ils perdent leur équipement devant la bête.

Les chevaliers ne vont pas seuls dans l’antre, bien sûr. Une autre chose que la presse aime faire est de diviser l’Europe en blocs commodes. Les populations de pays comme la Finlande sont, à maintes reprises, amenées à croire que le problème avec l’Union européenne est qu’il y a trop de pays méditerranéens, que tout irait bien si l’UE pouvait simplement se réduire d’une manière ou du moins ignorer les pays du Sud prodigues. Le nom de choix pour les nations du Nord pour les négociations était les « quatre radins », ils faisaient partie de l’ancienne « Nouvelle Ligue hanséatique ». Ce groupe a entrepris de s’opposer au paquet, éventuellement obtenir quelques concessions, mais en fin de compte ayant peu d’effet sur les formes de base du paquet lui-même.

Traditionnellement, l’un des principaux rôles de la Grande-Bretagne dans l’Union — en plus d’obtenir des avantages de ses propres intérêts transatlantiques et de servir ses propres intérêts transatlantiques —était de fonctionner comme un frein de ce type. Certains eurosceptiques ont prédit que le Brexit conduirait à une vague de ferveur similaire pour quitter l’union dans la plupart des pays. Mais non seulement le Brexit n’a tenu aucune des promesses sociales présentées comme un coup d’état à l’adhésion à l’Union, mais il a non seulement offert aux élites de l’UE toutes les armes dont elles ont besoin pour accélérer le processus de fédéralisation antidémocratique. L’exemple de la Grande-Bretagne – confusion sans fin, négociation après négociation, catastrophes prévues – a créé une vague de sentiments pro-européens qui ne ressemblent pas au patriotisme ; un tel pro-européanisme sera aussi sûrement exploité par les élites européennes pour leurs propres objectifs, car le patriotisme pro-Brexit a été exploité par les tories qui se maintiennent au pouvoir.

On aurait pu s’attendre à ce que ce paquet ait, au moins, conduit à une vague similaire d’euroscepticisme fort qui s’élève dans les pays traditionnellement déterminés à défendre leur souveraineté. Il y a eu, bien sûr, quelques ajustements mineurs pour permettre à chacun de revendiquer une victoire, en quelque sorte, pour empêcher cela. La Finlande, par exemple, a reçu un ensemble de subventions agricoles — sur mesure pour satisfaire le Parti du centre, le parti rural qui avait été sceptique à l’égard du paquet. Pourtant, comme le premier ministre Marin a déclaré la Finlande a fini par payer plus qu’elle ne recevrait, car elle est l’un des pays les plus riches.

C’était intolérable pour les conservateurs finlandais, qui se sont fait entendre bruyamment, si fort qu’on aurait pu s’attendre à ce que les Finlandais dans leur ensemble rejettent l’accord de manière concluante. Les sondages réels montrent, cependant,que la plupart des Finlandais peuvent accepter l’accord – même si même alors, le diable est dans les détails. Alors qu’un quart des répondants disent qu’ils approuvent l’entente telle qu’elle est et le quart disent qu’elle aurait dû être rejetée, environ 40 p. 100 disent qu’ils désapprouvent l’entente — mais croient que l’approbation de l’entente est la meilleure des mauvaises solutions de rechange. Cela reflète une position confuse, pas entièrement de chaque côté. La plupart des habitants du Nord, et la plupart des Européens en général, continuent de soutenir l’UE dans sa forme actuelle : un pacte commercial glorifié, quelque chose de plus qu’une confédération, quelque chose de moins qu’une fédération.

La droite n’a pas de réponses

Ce n’est pas vraiment une question de soi-disant familles politiques au sein de la sphère européenne. Dans le groupe “Nord”, le conservateur autrichien Sebastian Kurz a rejoint le libéral néerlandais Mark Rutte et les sociaux-démocrates des pays nordiques, comme le finlandais Marin, pour s’opposer au social-démocrate Pedro Sánchez en Espagne, à la conservatrice Angela Merkel en Allemagne, et – en étirant un peu le sens du mot – au Macron « libéral » en France. Le seul pays de l’UE qui a actuellement l’extrême droite au gouvernement est l’Estonie, où le parti nationaliste EKRE a parlé dur de l’UE et du fédéralisme. Mais en fin de compte, il n’a présenté aucune opposition efficace au paquet, après que l’Estonie a reçu la promesse d’une manne de subventions de l’UE en conséquence. D’autres populistes de droite, comme Matteo Salvini en Italie, ont étouffé leurs critiques il y a encore plus longtemps.

Il s’agit plus d’une règle que d’une exception que les populistes de droite, autrefois anti-UE, une fois au gouvernement, se rendent soudain compte que ce qu’ils veulent faire, c’est changer l’UE, et non la mettre à la poubelle. Bien sûr, cette évolution de l’UE ne représenterait pas une « Europe sociale », mais plutôt une Europe qui utiliserait ses pouvoirs d’une manière « plus dure » contre les immigrés et d’autres menaces perçues de ce genre. Les libéraux qui pourraient considérer l’UE comme un outil pour faire respecter les valeurs libérales à des pays comme la Pologne et la Hongrie semblent rarement envisager la possibilité que l’UE finisse par devenir un outil pour la droite d’imposer les valeurs des gouvernements polonais et hongrois sur le reste de l’Europe.

Le Parti des Finlandais, le parti nationaliste finlandais, a traditionnellement parlé d’un grand jeu sur la remise en cause de l’Union. En effet, ce qui en faisait un grand parti s’opposait aux précédents grands plans de sauvetage — le renflouement de la Grèce et le plan de sauvetage portugais, où ils pouvaient pleinement revêtir le manteau de la colère anti-bancaire et anti-sudiste lorsqu’ils étaient dans l’opposition. Une fois au pouvoir, cependant, en 2015-2017, il n’y avait pas de différence dans la politique de l’UE qu’ils acceptaient par rapport aux gouvernements précédents. Aujourd’hui, une fois hors du pouvoir, ils ont simplement blâmé les politiciens participant au gouvernement précédent et sont revenus aux attaques eurosceptiques, qualifiant l’Union européenne de nouvelle Union soviétique et accusant le gouvernement de faire passer les intérêts des banquiers italiens avant les travailleurs finlandais. Malgré cela, les mêmes questions demeurent qu’auparavant — devraient-ils reprendre le pouvoir, que feraient-ils différemment, le cas échéant? Du point de vue étroit de l’intérêt national, comment, le brexit, s’il y a un problème, a-t-il servi les intérêts de la Grande-Bretagne — et qu’est-ce qui, dans la pratique, a même changé?

Troubles pour la gauche

Pourtant, la gauche manque également d’une vision qui va au-delà de la prochaine crise. Depuis au moins les années 1980, la majeure partie de la gauche européenne, à la fois social-démocrate et socialiste, a défini sa mission comme un projet pro-européen. Bien qu’il soit reconnu que l’Union européenne, telle qu’elle est actuellement gérée, sert principalement les intérêts des mêmes forces et sociétés néolibérales qu’elle a dénoncé tout au long de son existence, elle est également considérée comme offrant une possibilité d’améliorer le bien-être, la réglementation des entreprises et les mêmes à une échelle continentale plus efficace. À l’heure actuelle, l’une des principales forces à faire avancer cet argument est celle des Verts, qui considèrent que l’UE offre des possibilités d’action forte sur le climat. Malgré cela, la plupart des pays « radins » sur le plan budgétaire, critiques à l’égard des mesures de sauvetage pour le Sud, avaient des Verts au gouvernement ou comme des partis gouvernementaux.

Néanmoins, en particulier en Europe du Nord, il y a toujours une faction eurosceptique importante qui considère l’UE comme rien de plus qu’un complot pour faciliter les intérêts commerciaux et maintenir le pouvoir capitaliste. Bien sûr, la composante la plus visible, bien que encore mineure, étaient celles qui ont préconisé un soi-disant « Lexit » pendant le débat sur le Brexit – un plan largement mal défini pour retirer la Grande-Bretagne de l’Union européenne d’une manière de gauche, ou du moins différemment de la façon dont les tories au pouvoir ont prévu de le faire. C’est la position principalement de petits partis trotskistes et communistes, même si des sentiments similaires existent aussi depuis longtemps dans une grande partie du Labour. Néanmoins, même au-delà de la Grande-Bretagne, une gauche eurosceptique continue de jouer un rôle dans toute l’Europe. En Finlande, le député Markus Mustajärvi, représentant l’aile socialiste traditionnelle de l’Alliance de gauche, a rédigé une chronique condamnant l’accord comme la preuve que l’UE souffre d’une « illusion collective ».

En vérité, une illusion a été l’idée que les camps de gauche-fédéraliste ou lexit ont jamais réussi à créer une perspective qui n’aurait pas, dans la pratique, fini par jouer le second violon pour les libéraux et les nationalistes. Par exemple, le Parti de la gauche européenne s’est retrouvé avec un commentaire qui équivaut à une critique des subventions du plan de sauvetage étant réduite de 500 milliards d’euros à 390 milliards d’euros loin de l’analyse des changements les plus significatifs que le nouveau paquet présente à l’UE.

La déclaration de la gauche européenne, dans la grande tradition du commentaire de gauche, fait référence à une « Europe sociale ». Aucune explication claire n’a jamais été donnée quant à ce que signifierait, dans la pratique, l’« Europe sociale » — et même maintenant, le compromis que les partis sociaux-démocrates des « quatre » pays pourraient présenter à leurs partisans était concentré sur la suppression des caractéristiques sociales du plan de sauvetage. Les Lexiteers, dans la pratique, n’ont jamais vraiment pu faire une différence claire pour les Brexiteers de droite, avec qui ils ont souvent fini par travailler – bien que, bien sûr, cela montre aussi combien l’aile droite avait réussi à utiliser tactiquement la rhétorique anticapitaliste à ses propres fins.

Lorsque la gauche tente de combiner ces deux perspectives, elle se retrouve le plus souvent dans un paradoxe : l’UE est un appareil néolibéral qui piétine la classe ouvrière, elle a donc besoin de plus de pouvoirs et d’intégration, cqfd. Et la seule chose qui n’aiderait certainement pas est de tenter d’éviter le débat sur les structures ou prétendre qu’il s’agit simplement d’une guerre culturelle; c’est quelque chose qui intéresse clairement les gens, quelque chose qu’ils croient, et souvent avec une bonne raison, susceptible d’affecter leur vie d’une manière matérielle claire. La lutte insuffisante contre ces accusations de clôture a joué, entre autres facteurs, un rôle important dans la défaite finale de l’aile Corbyn au labour.

Nous avons besoin de quelque chose de plus

Alors que l’intégration européenne se poursuit, elle continue simultanément d’être dans une impasse. Alors que les dirigeants nationaux se disputent et que les citoyens adoptent une vision instrumentale de l’adhésion à l’Union, le vaste processus de fédéralisation sans cesse élargi se poursuit malgré tout; il le fait simplement d’une manière non ouverte, non démocratique, de crise en crise, toujours aller un peu plus en avant. Un jour, le continent se retrouvera tout simplement uni par la discrétion, avec les politiciens, qui auraient dû prendre position à l’avance, n’osant pas dire leur propre point de vue, ne sachant même pas leur propre point de vue, ou ne sachant rien de quoi que ce soit.

En fin de compte, cependant, la conversation doit aller de l’avant, non seulement de la pensée paroissiale qui se concentre uniquement sur les intérêts nationaux étroits, mais aussi d’un point de vue qui ne regarde que l’Europe. Par exemple, un argument commun utilisé pour vendre l’intégration européenne est sa nécessité pour résoudre les crises mondiales – crise économique, comme la crise du coronavirus, mais peut-être le plus aigu de la crise climatique. Cependant, résoudre la crise climatique n’est pas, fondamentalement, une question de structures politiques. Il n’y a même pas de garantie qu’il ferait plus que le système actuel sans pression politique pour faire avancer cela.

Même une Europe fédérale ne modifierait pas, en tant que telle, les systèmes économiques sous-jacents conduisant à une destruction environnementale de plus en plus rapide à la recherche de bénéfices personnels et nationaux. En effet, une fois que l’on regarde sous le capot de la rhétorique internationaliste du libéralisme européen, le travail pratique de l’intégration européenne est souvent avancé par les mêmes arguments intérieurs que le nationalisme a toujours été: l’idée d’un continent menacé, disons, par la Chine ou la Russie, ou le terrorisme international. En effet, quand on regarde Macron parler de la ” vitalité culturelle “ (mais pas des valeurs) de la Hongrie et de la Russie comme modèle pour son ” Etat civilisationnel » européen préféré, ou du libéral belge Guy Verhofstadt – depuis des décennies presque la personnification vivante de l’UE – se référant littéralement à un « empire de l’UE », on se demande si l’idée d’une fédération européenne guidée par les valeurs des gouvernements polonais ou hongrois est aussi loin qu’on pourrait le penser, même maintenant.

Sans un mouvement socialiste fort, même une Europe unie serait soumise aux mêmes pressions du capitalisme que tous les autres arrangements imaginables. Le véritable pouvoir de la prise de décision démocratique serait toujours restreint par les pouvoirs du capital, avec des menaces d’industries se déplaçant de va-et-vient presque apparemment au claquement de doigt qui s’attarde dans l’esprit des électeurs et des politiciens. Les crises mondiales nécessitent des solutions mondiales, et les solutions mondiales ne peuvent pas se produire à l’échelle simplement européenne. Le nationalisme ne peut pas résoudre ces crises, et le nationalisme paneuropéen ne fait pas exception

Publié à www.jacobinmag.com

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments