Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La Chine publie un livre blanc sur l’emploi et les droits du travail au Xinjiang

Dans ce dossier à travers lequel la Chine présente sa politique réelle dans le Xinjiang, le lecteur occidental découvrira d’une part que nous sommes loin des fantasmes occidentaux mais aussi que cette volonté de modernité et de développement accéléré peut à la fois produire des résultats d’intégration mais aussi renforcer les résistances sur lesquelles comme en Afghanistan et au Moyen Orient, les USA peuvent intervenir pour entretenir le terrorisme, la violence et après s’indigner de la répression (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

Source: Xinhua Publié le: 2020/9/17 10:05:247


Xinjiang Fichier Photo: VCG


 
La Chine a publié jeudi un livre blanc sur l’emploi et les droits du travail dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang.

Le livre blanc, publié par le Bureau d’information du Conseil d’État, indique que le Xinjiang considère l’accès à l’emploi comme le projet le plus fondamental pour assurer et améliorer le bien-être des gens.

Préface

Le travail crée les moyens d’existence et est une activité humaine essentielle. Il crée une vie meilleure et permet le développement humain et le progrès de la civilisation. La Constitution de la République populaire de Chine prévoit que tous les citoyens ont le droit et l’obligation de travailler. Protéger le droit au travail, c’est sauvegarder la dignité humaine et les droits de l’homme.

La Chine a une population et une main-d’œuvre importantes.

L’emploi et la sécurité de l’emploi sont essentiels pour garantir les droits fondamentaux et le bien-être des travailleurs, et ont un impact significatif sur le développement économique, l’harmonie sociale, la prospérité nationale et le rajeunissement de la nation. La Chine s’est engagée dans la philosophie de développement centrée sur les personnes, attache une grande importance à la sécurité de l’emploi, accorde une grande priorité à l’emploi et poursuit un ensemble proactif de politiques en matière d’emploi. Elle respecte pleinement les souhaits des travailleurs, protège le droit des citoyens à travailler conformément à la loi, applique les normes internationales en matière de travail et de droits de l’homme et s’efforce de permettre à chacun de créer une vie heureuse et de réaliser son propre développement par le travail acharné.

Conformément aux principales politiques du pays en matière d’emploi et au plan global d’élimination de la pauvreté, la région autonome ouïghoure du Xinjiang considère la facilitation de l’emploi comme le projet le plus fondamental pour assurer et améliorer le bien-être des populations.

Elle a tout fait pour accroître et stabiliser l’emploi par divers canaux : encourager l’initiative individuelle, le rôle réglementaire du marché et les politiques gouvernementales facilitant l’emploi, l’entrepreneuriat et les entreprises en démarrage. Grâce à ses politiques proactives en matière de travail et d’emploi, le Xinjiang n’a cessé d’améliorer la vie matérielle et culturelle de la population, et a garanti et développé ses droits humains dans tous les domaines. Cela a jeté les bases solides pour s’assurer que les habitants de tous les groupes ethniques du Xinjiang aient la possibilité de jouir d’une prospérité modérée à tous égards et d’atteindre la stabilité sociale à long terme avec leurs compatriotes et compatriotes dans d’autres parties de la Chine.



I. L’emploi au Xinjiang

Le Xinjiang est situé dans le nord-ouest de la Chine.

Pour des raisons historiques et naturelles, il a longtemps pris du retard par rapport à d’autres parties du pays en développement, et il s’y trouve une grande partie de la population appauvrie. Les quatre préfectures du sud du Xinjiang, à savoir Hotan, Kashgar, Aksu et Kizilsu Kirgiz, ont en particulier un environnement écologique médiocre, des fondations économiques faibles et un grave manque de capacité à l’emploi. Ils sont identifiés comme des zones d’extrême pauvreté. En outre, les terroristes, les séparatistes et les extrémistes religieux ont longtemps prêché que « l’au-delà est voué à la détente » et que « les enseignements religieux sont supérieurs aux lois de l’État », incitant le public à résister à l’apprentissage de la langue chinoise parlée et écrite standard, à rejeter la science moderne et à refuser d’améliorer leurs compétences professionnelles, leurs conditions économiques et leur capacité à améliorer leur propre vie. En conséquence, certaines populations locales ont des idées rétrogrades ; elles souffrent d’une mauvaise éducation et d’une inemployabilité, de faibles taux d’emploi et de revenus, et sont tombés dans la pauvreté durable.

L’emploi et la sécurité de l’emploi revêtent une grande importance pour garantir le droit des gens au travail, améliorer leur niveau de vie et promouvoir l’harmonie sociale et la stabilité. Surtout depuis le 18e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) en 2012, le Xinjiang a vigoureusement mis en œuvre des projets d’emploi, amélioré la formation professionnelle et élargi les canaux et les capacités en matière d’emploi. Grâce à ces efforts, la situation de l’emploi au Xinjiang a continué de s’améliorer, les revenus et la qualité de vie des gens augmentent, et leur sentiment de gain, de bonheur et de sécurité a considérablement augmenté.

Les politiques se sont encore améliorées.

Ces dernières années, pour mettre en œuvre les politiques et stratégies nationales de stabilisation et de facilitation de l’emploi et répondre aux appels du public et des conditions locales, le Xinjiang a successivement formulé les avis du Comité du PCC et du Gouvernement populaire de la région autonome ouïghoure du Xinjiang sur la facilitation de l’emploi et des créations d’entreprises, les avis du gouvernement populaire de la région autonome ouïghoure du Xinjiang sur la facilitation de l’accès à l’emploi et des créations d’entreprises maintenant et à l’avenir, et le 13e plan quinquennal de la région autonome ouïghoure du Xinjiang pour faciliter l’emploi. Des dispositions systématiques ont été prises dans les domaines du développement économique, des garanties financières gouvernementales, des incitations fiscales, du soutien du secteur financier et de la planification globale des zones urbaines et rurales, des différentes régions et de divers groupes, ainsi que dans le soutien à l’emploi flexible et à l’aide aux groupes dans le besoin pour trouver un emploi. Tous ces éléments constituent une garantie institutionnelle solide pour faciliter l’emploi et sauvegarder les droits et les intérêts des travailleurs.

L’emploi n’a cessé d’augmenter.

Le Xinjiang se concentre sur les zones d’extrême pauvreté et les groupes clés qui ont de la difficulté à trouver du travail. Il guide les gens de tous les groupes ethniques à trouver du travail à proximité, ou à trouver un emploi ou à démarrer leur propre entreprise dans les villes, et encourage la main-d’œuvre appauvrie à chercher un emploi en dehors de leur ville natale. De 2014 à 2019, le nombre total de personnes employées au Xinjiang est passé de 11,35 millions à 13,3 millions, soit une augmentation de 17,2 %. L’augmentation annuelle moyenne de l’emploi urbain a été de plus de 471 200 personnes (148 000 dans le sud du Xinjiang, soit 31,4 %); et la relocalisation annuelle moyenne de la main-d’œuvre rurale excédentaire était de plus de 2,76 millions de personnes, dont près de 1,68 million, soit plus de 60 %, se trouvaient dans le sud du Xinjiang.

La structure de l’emploi est devenue plus rationnelle.


Le Xinjiang considère la réforme structurelle du côté de l’offre comme une priorité clé, et s’efforce d’élever le niveau de l’industrie primaire, de se concentrer sur des projets clés dans l’industrie secondaire et de stimuler l’industrie tertiaire. Il soutient et renforce les industries avec des forces distinctives et des industries à forte intensité de main-d’œuvre, et guide le flux ordonné de la main-d’œuvre vers l’industrie tertiaire. En termes de répartition de la main-d’œuvre dans les trois industries, le ratio en 2014 était de 45,4 : 16,0 : 38,6, qui a évolué à 36,4 : 14,1 : 49,5 en 2019. L’industrie tertiaire a connu une augmentation de 10,9 points de pourcentage, ce qui en fait le secteur le plus exigeant. En termes de répartition de la main-d’œuvre dans les zones urbaines et rurales, l’excédent de main-d’œuvre rurale se déplace de plus en plus vers les villes, et la capacité de ces lieux à absorber la main-d’œuvre a été renforcée. Le nombre de personnes employées dans les villes est passé de 5,35 millions en 2014 à 7,34 millions en 2019, soit 55,2 % du total.

La qualité de la main-d’œuvre s’est considérablement améliorée.

Grâce aux projets d’éducation du gouvernement, les inscriptions à l’enseignement préscolaire, à l’enseignement obligatoire de neuf ans, à l’enseignement secondaire supérieur, à l’enseignement supérieur et à l’enseignement professionnel au Xinjiang ont tous atteint le plus haut niveau de l’histoire. En 2019, il y avait 453 800 étudiants à temps plein qui étudiaient dans les universités et les instituts universitaires (une augmentation de 146 200 par rapport à 2014) et 1,84 million d’étudiants dans les écoles secondaires (soit 147 600 de plus qu’en 2014). Grâce à la formation professionnelle, le Xinjiang a construit une grande main-d’œuvre fondée sur le savoir, qualifiée et innovante qui répond aux exigences de la nouvelle ère. Chaque année, de 2014 à 2019, le Xinjiang a dispensé des sessions de formation à une moyenne de 1,29 million de travailleurs urbains et ruraux, dont 451 400 dans le sud du Xinjiang. Les stagiaires maîtrisaient au moins une compétence ayant un potentiel d’emploi, et la grande majorité d’entre eux obtenaient des qualifications professionnelles, des certificats de niveau de compétence ou des certificats de compétences spécialisées, ce qui leur permettait de trouver un emploi stable.

Le revenu des habitants et des travailleurs n’a cessé d’augmenter.

De 2014 à 2019, le revenu disponible par habitant des habitants du Xinjiang a augmenté comme suit : — résidents urbains : de 23 200 RMB à 34 700 RMB (une croissance nominale annuelle moyenne de 8,6 %);

— les résidents ruraux : de 8 724 RMB à 13 100 RMB (une croissance nominale annuelle moyenne de 8,9 %);

— les résidents urbains des zones sous administration du Xinjiang Production and Construction Corps (une entité spéciale chargée par l’État de cultiver et de protéger la zone frontalière de la Chine au Xinjiang) : de 27 600 RMB à 40 700 RMB (une croissance nominale annuelle moyenne de 8,5 %);

— les résidents des zones de résidence de l’entreprise du Corps : de 13 900 RMB à 22 000 RMB (une croissance nominale annuelle moyenne de 9,9 %);

— salaire annuel moyen des employés des secteurs non privés dans les villes : de 53 500 RMB à 79 400 RMB (une croissance annuelle de 8,4 %);

— salaire annuel moyen des employés des secteurs privés dans les villes et agglomérations : de 36 200 RMB à 45 900 RMB (une croissance annuelle de 5,4 %).

De 2018 à 2019, 155 000 personnes issues de ménages pauvres enregistrés dans le sud du Xinjiang et de quatre fermes régimentaires pauvres du Xinjiang Production and Construction Corps ont trouvé un emploi à l’extérieur de leur ville natale et sont sorties de la pauvreté.

Les statistiques ci-dessus montrent que, ces dernières années, le Xinjiang a obtenu des résultats remarquables en fournissant des services d’emploi et de sécurité d’emploi aux résidents, et la situation globale est bonne. Toutefois, il convient de noter que le Xinjiang est toujours confronté à des difficultés et des défis, y compris une base faible pour le développement économique, un important excédent de main-d’œuvre dans les zones rurales, et un faible niveau de compétences professionnelles. Pour résoudre son problème d’emploi à long terme, le Xinjiang doit optimiser davantage la structure industrielle, améliorer la qualité de la main-d’œuvre et changer l’état d’esprit dépassé des gens.


II. Mise en œuvre de politiques proactives en matière d’emploi
Au cours des dernières années, le Xinjiang a formulé et mis en place des stratégies de développement économique et social propices à l’expansion de l’emploi, et a amélioré diverses politiques visant à faciliter l’emploi, dans le but d’aider les populations locales à atteindre un emploi stable, continu et à long terme.

Amélioration de la structure industrielle pour accroître l’emploi.

Le Xinjiang a saisi les opportunités de développement offertes par l’Initiative Belt and Road pour diversifier sa structure industrielle, promouvoir les industries manufacturières de pointe et les industries émergentes à forte intensité de capital, de technologie et de connaissance, stimuler les industries à forte intensité de main-d’œuvre telles que les textiles et les vêtements, les chaussures et les accessoires, et l’électronique grand public, et encourager les industries de services modernes telles que le commerce électronique, les entreprises culturelles et créatives, le tourisme, les soins de santé et les soins aux personnes âgées qui progressent dans tous les domaines, le tout en vue d’accroître la capacité et l’échelle de l’emploi.

En 2012, la Zone de développement économique et technologique Xinjiang Zhundong a été créée, en utilisant des ressources concurrentielles pour développer six industries piliers, y compris de nouveaux matériaux et de nouvelles énergies. Fin 2019, la zone de développement fournissait de l’emploi à plus de 80 000 personnes. Depuis 2014, l’État a apporté un soutien fort à l’industrie textile du Xinjiang, qui a créé 350 000 nouveaux emplois de 2017 à 2019.

En donnant la priorité au développement de l’agro-traitement et de l’assemblage électronique, la préfecture de Kashgar a attiré des entreprises liées à ses zones de développement industriel (IDZ) et les a aidées à étendre leur production aux zones rurales.

Fin 2019, la préfecture comptait 210 entreprises de transformation d’agro-produits fournissant 16 700 emplois et 1 406 entreprises industrielles situées dans les différentes zones d’identification fournissant 84 100 emplois.

La préfecture d’Aksu intègre l’enseignement industriel et professionnel, offrant des programmes d’éducation conjoints par les entreprises textiles et de vêtements et les écoles professionnelles, et a facilité l’emploi de 32 400
personnes.

Aider les groupes clés à obtenir un emploi stable.

Le Xinjiang a adopté une politique visant à encourager les travailleurs ruraux excédentaires à travailler dans leur ville natale ou à proximité, en développant des « usines satellites » et des « ateliers de réduction de la pauvreté » à la lumière des conditions locales pour créer des emplois, en soutenant les organisations rurales pour la coopération en matière de services du travail afin de faciliter l’emploi, en favorisant les zones d’identification pour stabiliser l’emploi et en développant le tourisme pour stimuler l’emploi.

Le Xinjiang a lancé un programme de trois ans pour intensifier ses efforts de réduction de la pauvreté dans 22 comtés extrêmement pauvres de son sud et 4 fermes régimentaires extrêmement pauvres dans le cadre du Xinjiang Production and Construction Corps. De 2018 à juin 2020, le gouvernement local a aidé 221 000 personnes de ménages pauvres enregistrés dans le sud du Xinjiang à trouver du travail en dehors de leur ville natale. Dans les préfectures de Kashgar et de Hotan, un programme triennal d’aide à la réinstallation de 2017 à 2019 pour les surplus de main-d’œuvre urbains et ruraux a aidé 135 000 personnes à trouver un emploi en dehors de leur ville natale.

Le Xinjiang a fourni une assistance dynamique, catégorisée et ciblée aux personnes ayant de la difficulté à trouver du travail et aux ménages à emploi zéro dans toute la région autonome — en ayant identifié, enregistré, aidé et assuré un emploi stable à chacun d’entre eux. De 2014 à 2019, le Xinjiang a fourni des emplois à 334 300 citadins ayant de la difficulté à trouver du travail et a veillé à ce que les ménages à emploi zéro trouvent un emploi dans les 24 heures suivant leur identification.

Pour les diplômés universitaires, le Xinjiang a mis en œuvre un certain nombre de plans visant à faciliter l’emploi et la création de nouvelles entreprises, à les guider vers le travail et la croissance dans les organisations primaires, à les encourager à occuper des postes de niveau primaire dans l’éducation, l’agriculture, les soins de santé et la réduction de la pauvreté dans les zones rurales, et à aider les jeunes chômeurs de longue durée à trouver un emploi. En 2019, le taux d’emploi des diplômés universitaires du Xinjiang a atteint 90,4 %, et le taux d’emploi des minorités ethniques qui ont obtenu leur diplôme d’université dans d’autres parties de la Chine et sont retournés au Xinjiang a atteint 95,1 %, les deux chiffres représentant des sommets records.

l’innovation et l’entrepreneuriat à créer de l’emploi.

Le Xinjiang promeut l’innovation comme un nouveau moteur pour la création d’emplois et fait progresser la réforme visant à rationaliser l’administration, à déléguer l’énergie, à améliorer la réglementation et à améliorer les services. Pour encourager les personnes désireuses et éligibles à démarrer leur propre entreprise, le gouvernement local facilite l’accès au marché, améliore les politiques de soutien aux entreprises en démarrage et veille à ce que des prêts garantis, des subventions d’intérêts, des déductions et des allégements fiscaux pour les startups soient mis en œuvre. Le Xinjiang favorise les plates-formes d’innovation et d’entrepreneuriat, améliore le renforcement des capacités des startups et développe des espaces de création qui sont orientés vers le marché, professionnels, intégrés et en réseau, afin de fournir aux jeunes entrepreneurs plus de plates-formes et un accès égal aux services.

À l’heure actuelle, le Xinjiang compte 5 bases de démonstration d’incubation d’entreprises au niveau national et 27 au niveau provincial et équivalent, ce qui a favorisé 1 412 micro et petites entreprises et créé plus de 10 000 emplois. Le Xinjiang soutient les startups et les entrepreneurs axés sur l’innovation en tant que créateurs d’emplois compétents, et encourage Internet plus l’entrepreneuriat à multiplier les possibilités d’emploi.

En 2019, la préfecture de Hotan a émis à elle seule 910 millions de RMB de prêts garantis pour les entreprises en démarrage, ce qui a aidé 12 500 personnes à démarrer des entreprises, y compris des diplômés universitaires, des travailleurs ruraux et des personnes ayant de la difficulté à trouver du travail. Xiao Min et cinq autres femmes de Changji City, préfecture autonome de Changji Hui, ont fondé une société de services de ressources humaines. Elle est devenue un chef de file de la chaîne d’approvisionnement locale de la main-d’œuvre, intégrant les services de ressources humaines, l’envoi de main-d’œuvre, l’externalisation logistique, le conseil en politiques et l’application informatique. Elle compte plus de 4 800 employés de divers groupes ethniques et dessert 318 entreprises et institutions publiques dans l’ensemble du Xinjiang. Elle a fourni des emplois à plus de 30 000 chômeurs et à des travailleurs ruraux excédentaires, et a créé une valeur totale de 156 millions de RMB.

Offrir une formation professionnelle pour faciliter l’emploi.

Basé sur la demande de main-d’œuvre du marché, le Xinjiang se concentre sur l’amélioration de l’employabilité des travailleurs et la promotion d’un emploi stable. Il a développé un système complet d’enseignement et de formation professionnels, y compris des établissements pour l’enseignement professionnel et technique supérieur, les écoles techniques secondaires, les instituts techniques, les centres de formation de placement, les centres de formation des employés, et l’enseignement professionnel et les centres de formation, dans le but d’élever la qualité de base des stagiaires et l’organisation de la formation orientée vers des demandes spécifiques, des emplois et des employeurs. En 2019, la préfecture de Hotan a fourni à elle seule une formation professionnelle à 103 300 agriculteurs et éleveurs, dont 98 300 ont trouvé du travail, avec un taux d’emploi de plus de 95 %.

Tirer parti des forces institutionnelles pour élargir les canaux d’emploi.

La Chine a des forces institutionnelles qui favorisent l’égalité et l’assistance mutuelle entre tous les groupes ethniques en vue d’un développement et d’un progrès communs. Il a également formé un mécanisme dans lequel les provinces mieux développées s’associent et fournissent une assistance pour diverses parties du Xinjiang. Tirant pleinement parti de ces forces et de ce mécanisme, le Xinjiang coordonne les emplois dans et en dehors de la région autonome, afin de créer des conditions favorables pour que ses résidents locaux travaillent dans d’autres parties de la Chine.

Depuis 2014, 117 000 personnes au Xinjiang ont obtenu un emploi avec un revenu plus élevé dans d’autres régions du pays. Suivant le principe de « fournir la formation en fonction de la demande du marché et avant d’envoyer des ouvriers », Xinjiang a organisé une formation axée sur l’emploi avec le chinois parlé et écrit standard, les connaissances juridiques pertinentes, le savoir-faire général de la vie urbaine, et les qualifications de travail. Les bénéficiaires de l’aide à la réinstallation sont fournis par leurs employeurs avec des nécessités quotidiennes et un logement approprié. Dans certaines provinces, les entreprises leur fournissent des logements locatifs publics, des logements à loyer modique ou des logements pour les couples. Le Xinjiang fournit des services d’enregistrement et de certification en temps opportun à ceux qui trouvent un emploi grâce à une aide à la réinstallation, afin de faciliter leurs soins médicaux dans leurs provinces d’accueil. Les employeurs et les provinces d’accueil contribuent à garantir l’accès de leurs enfants aux jardins d’enfants et aux écoles, et les aident à s’intégrer dans la vie locale et à partager les ressources locales.

Assurer l’emploi et le bien-être public face au Covid-19.

En réponse à l’impact du Covid-19, le Xinjiang a coordonné la prévention et le contrôle des épidémies avec le développement social et économique. Il a travaillé d’arrache-pied pour stabiliser l’emploi, la finance, le commerce extérieur, l’investissement entrant, l’investissement intérieur et les attentes du marché, et a mis en place des mesures pour garantir l’emploi, les besoins quotidiens, l’alimentation et l’énergie, les chaînes industrielles et d’approvisionnement, les intérêts des acteurs du marché et le bon fonctionnement du gouvernement de base. Le gouvernement local a pris de multiples mesures pour atténuer les difficultés économiques et stabiliser et stimuler l’emploi, et a adopté des politiques offrant des réductions périodiques et ciblées d’impôts et d’autres cotisations patronales, visant à faciliter la reprise de la production et des activités commerciales, et à accroître l’emploi généré par l’investissement et les industries.

Grâce à toutes ces mesures, le Xinjiang a réalisé des progrès significatifs dans l’augmentation de l’emploi et la garantie du bien-être public tout en mettant en œuvre le contrôle du Covid-19 sur une base continue. Cela peut être illustré par les statistiques suivantes à la fin de juin 2020 : — des réductions de quelque 7,6 milliards de RMB à l’assurance vieillesse, de l’assurance-chômage et de l’assurance-accidents du travail versées par les entreprises, ce qui représente une réduction de 50 % de 1,9 milliard de RMB pour les grandes entreprises, et une exonération complète de 5,7 milliards de RMB pour les micro, petites et moyennes entreprises.

— approbation à 1 237 entreprises en difficulté de reporter le paiement de leurs primes d’assurance sociale, pour un montant total de 706 millions de
RMB.

— remboursement des primes d’assurance-chômage de 904 millions de RMB à 83 100 entreprises, au profit de 1,8 million de salariés.

— fourniture de diverses subventions à l’emploi totalisant environ 1,7 milliard de RMB à 552 400 personnes.

— création de 339 700 nouveaux emplois dans les villes, 41 800 nouvelles entreprises qui embauchent 69 500 employés et des emplois pour 31 600 personnes ayant de la difficulté à trouver du travail.

— placement de 2,6 millions de travailleurs ruraux excédentaires par la réinstallation, soit une augmentation de 46,1 % par rapport à l’année
précédente.



III. Le plein respect des préférences professionnelles des travailleurs

Les préférences professionnelles des travailleurs ont toujours servi de référence importante pour le gouvernement local du Xinjiang dans la conception de ses politiques en matière d’emploi, l’élargissement des canaux d’emploi, la création d’emplois, l’organisation de sessions de formation professionnelle et la prestation de services de placement.

Cela garantit que les gens peuvent faire leurs propres choix sur le travail et profiter d’une vie heureuse.

Former une image complète des ressources locales de main-d’œuvre.

Les autorités locales n’ont cessé d’améliorer les indicateurs statistiques de mesure de l’emploi et du chômage. Il a mis en place des systèmes de surveillance des ressources en main-d’œuvre dans les zones rurales, l’emploi dans les entreprises et l’offre et la demande sur le marché des ressources humaines, et mis en place un mécanisme de surveillance et d’alerte du chômage en conséquence. Sur la base des bureaux du travail au niveau des cantons/sous-districts et des villages/communautés, les autorités locales ont établi des informations de base sur le nombre, l’âge, le sexe, le niveau d’éducation et le statut d’emploi de la main-d’œuvre dans leur juridiction respective. Les résultats de la surveillance et de l’enquête servent de référence à la formulation des politiques et des plans en matière d’emploi. Les enquêtes montrent qu’à la fin de 2019, le Xinjiang avait une main-d’œuvre rurale excédentaire de 2,59 millions de personnes, dont 1,65 million dans le sud du Xinjiang, ce qui représente près des deux tiers du total.

Suivre les préférences et les besoins des travailleurs.

Le gouvernement local mène régulièrement des enquêtes sur les préférences professionnelles des travailleurs, afin de suivre leurs attentes en termes d’emplacement, de poste, de salaire, de perspectives d’avenir et de milieu de travail et de vie. Cela permet la fourniture de services plus ciblés, visant le meilleur ajustement possible entre les employés et les postes et favorisant la stabilité à long terme de l’emploi. Selon une enquête menée au début de 2020, avec une population de 3 540 habitants, le village d’Aybagh dans la ville de Gulbagh, comté de Shache (Yarkant), préfecture de Kashgar, avait une main-d’œuvre de 1 509 personnes, dont 1 288, soit 85 %, étaient intéressés à travailler à l’extérieur de leur comté. Parmi ces personnes, 923 souhaitaient faire des travaux d’usine dans l’attente d’un salaire moyen d’environ 5 000 RMB; 365 ont préféré gagner leur vie en faisant du pain naan, s’engager dans la restauration ou l’industrie des fruits secs, ou poursuivre une carrière dans les arts de la scène. En 2019, une enquête menée dans trois villages de la ville de Baghchi, dans le comté de Hotan, préfecture de Hotan, a compté une population totale de 5 307 habitants, avec 1 699 personnes capables de travailler, dont 1 493, soit 88 %, étaient désireuses de travailler à l’extérieur de leur village d’origine. Sur le reste, 180 ont préféré travailler localement dans des entreprises de canton, des usines villageoises ou des coopératives de lutte contre la pauvreté offrant un salaire mensuel moyen de 3 000 RMB; les 26 autres souhaitaient lancer des entreprises localement, s’engageant dans les transports et la logistique, la gestion immobilière et les services ménagers, la construction, la coiffure, la restauration ou les magasins de détail. Ces indicateurs donnent au gouvernement une meilleure compréhension des préférences professionnelles des travailleurs afin de mieux satisfaire leurs besoins individuels, promouvoir efficacement le flux ordonné de la main-d’œuvre et améliorer la stabilité de l’emploi et la satisfaction au travail.

Des plates-formes d’information sur l’emploi.

Le gouvernement local a établi un vaste réseau de contacts avec les employeurs pour recueillir et rassembler de l’information sur l’emploi, qui est publié en temps opportun à l’aide de la technologie de l’information par le marché des ressources humaines, les organismes de placement public, les plates-formes de services en ligne, la radio, la télévision, les comités d’information des villages et de la communauté, permettant aux gens de chercher les emplois qui leur conviennent le mieux.

Par exemple, la préfecture d’Aksu a publié des informations sur l’emploi et les candidats sur son portail de service de placement public et son compte WeChat, afin de créer des plateformes de sélection bidirectionale pour les employeurs et les employés. Depuis 2014, elle a organisé 621 salons de l’emploi, attirant 4 953 entreprises, offrant plus de 145 000 offres d’emploi et aidant 38 600 personnes à trouver du travail. Un pauvre villageois nommé Habibulla Mamut de la ville d’Aykol d’Aksu City a postulé pour un poste au sein d’une entreprise d’électroménager à Hangzhou lors d’un salon de l’emploi local, s’est vu offrir le poste et a gagné 55 000 RMB cette année-là, ce qui lui a permis, ainsi qu’à sa famille, de sortir de la pauvreté.

Renforcer les services publics de l’emploi.

Le gouvernement local a mis en place un système de service public de l’emploi bien défini, dynamique et à cinq niveaux pour les employeurs et les employés, qui est bien coordonné à tous les niveaux et couvre toutes les parties du Xinjiang. Elle a également élargi ses services dans des domaines tels que les conseils en matière de politiques, l’enregistrement de l’emploi et du chômage, l’orientation professionnelle et la recommandation, ainsi que la formation en compétences et en démarrage d’entreprise. À la fin de 2019, il y avait 144 marchés des ressources humaines au niveau du comté ou au-dessus, 149 agences de placement dans les fermes du Xinjiang Production and Construction Corps, et 8 668 bureaux de travail au niveau primaire à travers le Xinjiang, fournissant des services d’emploi à plus de 21,73 millions de personnes cette année-là.

Prévenir et punir tout incident de travail forcé.

Le droit pénal chinois, le droit du travail, le droit des contrats de travail et la loi sur les sanctions administratives en matière de sécurité publique stipulent que les actions suivantes sont strictement interdites et entraîneront des sanctions administratives : forcer une personne à travailler au moyen de la violence, de la menace ou de la limitation illégale de la liberté personnelle; ou offenser, punir physiquement, battre, fouiller illégalement ou détenir un employé. S’il est établi qu’un crime a eu lieu, l’auteur fera l’objet d’une enquête criminelle. Le Xinjiang observe strictement les lois et règlements pertinents de l’État, fournissant des informations sur la loi par le biais de campagnes d’éducation, renforçant la conscience juridique des employeurs et des employés, et effectuant des inspections de routine pour s’assurer que les lois du travail sont appliquées. L’objectif est de mettre l’établissement, la gestion, la supervision et l’arbitrage des relations de travail sous contrôle juridique, et de prendre des mesures résolues pour prévenir ou punir tout incident de travail forcé.



IV. Protection des droits du travail

Le gouvernement chinois s’est engagé à respecter le droit au travail des citoyens, à protéger leurs droits et intérêts légitimes en matière de travail et à leur assurer un emploi décent.

Suivant strictement les principes ci-dessus tels qu’ils sont énoncés dans la Constitution de la République populaire de Chine et les lois nationales pertinentes, y compris le droit du travail, le droit des contrats de travail, la loi sur la promotion de l’emploi, la loi sur l’assurance sociale, la loi sur la protection des droits et intérêts des femmes, et la loi sur la protection des personnes handicapées, le Xinjiang a formulé et mis en œuvre une série de règlements régionaux autonomes basés sur les conditions locales, y compris les mesures d’application de la loi nationale sur la promotion de l’emploi, les règlements sur le travail et la surveillance de la sécurité sociale, la loi sur la protection des droits et intérêts des femmes, et la loi sur la protection des personnes handicapées, ainsi que le Règlement de la région autonome ouïghoure du Xinjiang sur la protection des droits et intérêts du travail. Ces lois et règlements offrent aux citoyens du Xinjiang une garantie juridique solide de jouir de droits égaux au travail.

Garantir le droit égal des travailleurs à l’emploi.

Conformément au principe de l’égalité de protection des droits civils, le Xinjiang veille à ce qu’il n’y ait pas de discrimination à l’égard des travailleurs fondée sur l’origine ethnique, la région, le sexe et les croyances religieuses, et qu’aucun individu ne soit restreint en raison de son statut urbain ou rural, de sa profession ou de sa position. En assurant les droits des femmes, le Xinjiang s’efforce d’éliminer les obstacles à l’emploi et formule des politiques pour aider les femmes à démarrer leur propre entreprise. En 2019, 480 900 nouveaux emplois ont été créés dans les villes; 228 100 d’entre eux étaient destinées aux femmes, soit 47 % du total. Pour protéger les droits du travail des personnes handicapées, le Xinjiang met davantage d’efforts sur leur formation professionnelle, promeut leur emploi dans les entreprises et les institutions de bien-être public, leur offre des emplois flexibles et moins exigeants et des postes de service public, et avance leur emploi proportionnel. Il les aide également à trouver du travail indépendant, à créer de nouvelles entreprises ou à trouver d’autres modes d’emploi flexibles. À la fin de 2019, 183 700 d’entre eux étaient employés, soit près de 60 % de la main-d’œuvre totale des personnes handicapées au Xinjiang.

Garantir le droit des travailleurs à la rémunération.

Le Xinjiang applique pleinement les exigences politiques du pays sur l’établissement d’un mécanisme dynamique de croissance des salaires pour les employés d’entreprise, et améliore les systèmes d’orientation salariale pour les entreprises et pour le marché du travail respectivement. Chaque année, de 2014 à 2019, elle a publié une ligne directrice de croissance salariale pour les entreprises. Il a mis en place et amélioré le mécanisme d’ajustement du salaire minimum, faisant passer le salaire minimum de près de 20 % de 1 520 RMB par mois en 2013 à 1 820 RMB par mois en 2018, ce qui était à un niveau élevé dans le pays. Le Xinjiang a publié le Règlement de la région autonome ouïghoure du Xinjiang sur la négociation collective des salaires des entreprises et d’autres règlements afin de promouvoir et d’élargir progressivement la couverture de la négociation collective des salaires. Le gouvernement local a également amélioré le système de garantie des paiements salariaux. Elle punit les actes illégaux et criminels de retenue de la rémunération du travail, et garantit ainsi que les travailleurs reçoivent leurs salaires en totalité et à temps.

Garantir le droit des travailleurs au repos et aux loisirs et à la sécurité au travail.

Le Xinjiang applique strictement les règlements d’État pertinents et adopte le système de la journée de travail de huit heures et de la semaine de travail de 40 heures. Si un employeur souhaite prolonger le temps de travail pour des raisons opérationnelles, il doit consulter le syndicat et les salariés conformément à la loi, et prendre des dispositions pour obtenir une indemnisation sous forme de congés supplémentaires ou de rémunération. Les travailleurs ont le droit de s’assoler les week-ends et les jours fériés, y compris le Festival du printemps, la Fête de Roza (Aïd al-Fitr) et la Fête de Corban (Aïd al-Adha). Le Xinjiang applique également strictement les règlements et normes nationaux en matière de sécurité et de santé au travail, améliore constamment le système de responsabilité en matière de sécurité au travail et de prévention des maladies au travail et effectue des inspections sur l’application de la loi sur la santé au travail. En conséquence, la région autonome a réussi à prévenir ou à réduire au minimum toutes sortes d’incidents liés à la sécurité au travail et à établir un contrôle fondamental sur les risques de maladies professionnelles ou à en éliminer.

Garantir le droit des travailleurs de participer à l’assurance sociale.


Le Xinjiang a pleinement mis en œuvre le plan national pour s’assurer que tout le monde a accès à la sécurité sociale et que tous ceux qui en ont besoin sont couverts. Les travailleurs des micro, petites et moyennes entreprises et des groupes clés, y compris les travailleurs migrants, les travailleurs indépendants et les personnes engagées dans de nouvelles formes d’affaires, sont encouragés à participer à l’assurance sociale. À la fin de 2019, plus de 22 millions de personnes participaient à la pension de base, au chômage et à l’assurance contre les accidents du travail. Les organismes de surveillance du travail et de la sécurité sociale à tous les niveaux continuent d’intensifier l’application de la loi, de traiter les rapports et les plaintes concernant les violations des lois, règlements et règles pertinents en temps opportun, et d’enquêter et de corriger, conformément à la loi, les actes illégaux où les employeurs ne s’inscrivent pas ou ne contribuent pas à l’assurance sociale, protégeant résolument les droits et les intérêts légitimes des travailleurs.

Garantir aux travailleurs la liberté de croyance religieuse et le droit d’utiliser leurs propres langues parlées et écrites.


Le Xinjiang applique strictement la Constitution et les lois et règlements nationaux pertinents, y compris la loi sur l’autonomie ethnique régionale, la loi sur la langue maternelle et écrite standard chinois, et le Règlement sur les affaires religieuses. Le gouvernement local respecte et garantit pleinement le droit des travailleurs de tous les groupes ethniques à la liberté de croyance religieuse, et veille à ce qu’aucune organisation ou personne n’interfère avec cette liberté. Tout en promouvant le chinois parlé et écrit standard conformément à la loi, le Xinjiang respecte et protège pleinement les droits des travailleurs des minorités ethniques d’utiliser leurs propres langues parlées et écrites, et veille à ce que les travailleurs puissent choisir les langues à utiliser pour la communication. Les coutumes des travailleurs de tous les groupes ethniques sont pleinement respectées et garanties et des efforts sont faits pour créer un bon milieu de travail et de vie pour eux. Tokhali Turhanbay, du comté de Wuqia (Ulughchat), préfecture autonome de Kizilsu Kirgiz, travaille maintenant dans une usine de chaussures dans la province du Guangdong. Il appartient à une minorité ethnique et est un croyant religieux qui suit le régime halal. Avant d’aller travailler à l’usine, il craignait d’avoir de la difficulté à maintenir ses habitudes alimentaires et de ne pas y avoir de lieu de culte. Mais quand il est arrivé, il a constaté que le cadre de vie dans l’usine était confortable, et la nourriture halal était excellente. Il a également constaté qu’il était pratique d’aller faire du shopping et de discuter vidéo avec sa famille pendant ses temps libres, et il a pu assister à des activités religieuses dans une mosquée voisine. Par conséquent, il s’est rapidement adapté au nouvel environnement.

Protéger les droits et les intérêts des travailleurs et renforcer le mécanisme de secours.


Le Xinjiang met pleinement en œuvre le système des contrats de travail, qui clarifie les droits et obligations des employeurs et des travailleurs. La région autonome continue d’améliorer le mécanisme tripartite de consultation entre les représentants du gouvernement, les syndicats et les organisations d’entreprises, enquête et résout les problèmes majeurs liés aux relations de travail, et cherche à construire l’harmonie sur le lieu de travail. Le Xinjiang encourage également les syndicats à jouer un rôle actif dans la sauvegarde des droits et intérêts légitimes des travailleurs. Il renforce la supervision du travail et de la sécurité sociale ainsi que la médiation et l’arbitrage des conflits de travail, et traite les conflits de travail en temps opportun et de manière appropriée. Il a pris des mesures ciblées pour corriger les violations majeures des lois et règlements du travail, et a effectué une surveillance spéciale sur le traitement des cas majeurs. En conséquence, il est en mesure de protéger efficacement les droits légitimes et les intérêts des travailleurs concernant l’intermédiation de l’emploi, les contrats de travail, les heures de travail, les congés et les jours fériés, le paiement des salaires, l’assurance sociale, et la protection spéciale du travail.



V. De meilleurs emplois pour de meilleures vies

Avec la mise en œuvre d’une série de politiques et de mesures en matière d’emploi, l’objectif selon lequel « chaque ménage a accès à des possibilités d’emploi, chaque personne a du travail à faire et chaque mois avec un revenu » a été largement atteint.

De profonds changements ont eu lieu dans la vie, le travail et la mentalité des habitants de tous les groupes ethniques du Xinjiang et en particulier dans le sud du Xinjiang — leurs poches sont mieux remplies, leur vie est meilleure et ils sont plus heureux.

Une augmentation marquée des revenus familiaux.

Les personnes qui travaillent à l’intérieur ou à l’extérieur du Xinjiang ont tous des revenus stables. Le revenu annuel par habitant des travailleurs du Xinjiang qui travaillent dans d’autres provinces est d’environ 40 000 RMB, soit à peu près le revenu disponible par habitant des résidents urbains permanents dans les endroits où ils travaillent. Les populations locales qui ont quitté leur maison pour travailler ailleurs au Xinjiang ont un revenu annuel par habitant de 30.000 RMB, beaucoup plus élevé que les revenus de l’agriculture. Par exemple, un villageois nommé Arapat Ahmatjan du canton de Charbagh, dans le comté de Lop, dans la préfecture de Hotan gagnait moins de 10 000 RMB par an en tant qu’agriculteur; mais lorsqu’il a trouvé du travail dans une entreprise d’électroménager à Nanchang City, dans la province du Jiangxi, en 2017, il a gagné plus de 160 000 RMB en moins de trois ans.

De même, un autre villageois nommé Mamtimin Turamat de la ville d’Ushsharbash, comté de Yecheng (Qaghilik), préfecture de Kashgar gagnait seulement quelques milliers de yuans par an en tant qu’agriculteur, mais son revenu mensuel a augmenté à plus de 4,000 RMB après qu’il a commencé à travailler pour une entreprise dans la préfecture autonome de Changji Hui. Sa vie était bien meilleure – il a construit une nouvelle maison et s’est marié.

Amina Rahman et son mari, un ménage pauvre enregistré dans la ville de Ghoruchol, dans le comté d’Awat, dans la préfecture d’Aksu, ont demandé un emploi après avoir vu les informations publiées par le bureau du travail et de la sécurité sociale du canton en mars 2018, et ont ensuite été embauchés par une entreprise de la ville de Jiujiang, dans la province du Jiangxi.

Ils ont maintenant un revenu mensuel d’environ 9.000 RMB, le remboursement de leurs prêts et l’épargne de plus de 90.000 yuans RMB.

Amélioration notable du niveau de vie.


D’avoir leurs besoins de base satisfaits à profiter d’une vie décente, et de passer du voyage en charrette à ânes aux véhicules modernes, les gens au Xinjiang ont été témoins de changements énormes dans leur vie.

Un villageois appelé Reyhangul Imir d’un ménage pauvre dans le canton d’Ojma, dans le comté d’Akto, préfecture autonome de Kizilsu Kirgiz, a renvoyé plus de 100 000 RMB à sa famille au cours des quatre années qu’il a passées à travailler dans la ville de Cixi, dans la province du Zhejiang.

Avec l’argent, sa famille a amélioré leur vie en construisant une nouvelle maison équipée de nouveaux meubles dans sa ville natale.

Yusan Hasan de Yurungqash, préfecture de Hotan, gagnait sa vie en prenant des petits boulots, et luttait pour joindre les deux bouts.

En juillet 2018, grâce à des connaissances utiles, il a trouvé un emploi dans une usine d’emballage de viande à Urumqi, la capitale du Xinjiang. Commençant comme bricoleur, son travail acharné a porté ses fruits et il a rapidement pris de nouvelles compétences. Il a ensuite persuadé sa femme de le rejoindre, et elle a trouvé un emploi stable dans un magasin de vêtements à Urumqi. Ils se sont rapidement installés en ville, achetant un appartement en 2020.

De l’employabilité.

Grâce à divers programmes de formation pré-emploi, les populations locales ont grandement amélioré leurs compétences en matière d’emploi; beaucoup sont devenus des mains de maître et des experts techniques, et certains sont devenus des gestionnaires et ont même commencé leurs propres entreprises.

Après trois ans de rotation à divers postes, Amina Obul du canton de Siyak, comté de Yutian (Keriya), préfecture de Hotan est devenu l’un des meilleurs employés d’une entreprise d’énergie.

Arzugul Iskandar du comté de Pishan (Guma), préfecture de Hotan travaille dans une entreprise textile dans la ville de Chaohu, province d’Anhui. Elle est devenue experte technique et maître pour les jeunes travailleurs avec l’aide de collègues de haut niveau.

Après avoir obtenu son diplôme de l’Institut de technologie de la mode de Pékin, Adila Ablat de la ville de Kucha, préfecture d’Aksu a créé une entreprise de vêtements en 2018 dans sa ville natale avec l’aide du gouvernement local. En 2019, son entreprise a atteint une valeur de production de plus de 2 millions de RMB et créé des emplois pour plus de 40 femmes.

Diplômée d’un collège handicapé, Jibek Nurlanhan, de la ville d’Altay, dans la préfecture d’Altay, préfecture autonome d’Ili Kazak, est retournée dans sa ville natale après l’obtention de son diplôme. Le service local des ressources humaines et de la sécurité sociale s’est arrangé pour qu’elle prenne un cours de formation de démarrage, et l’a aidée à lever 100.000 RMB pour créer un magasin vendant l’artisanat de broderie kazak. Elle a maintenant un revenu mensuel de plus de 6.000 RMB.

Changement d’état d’esprit.

Dans le passé, certaines populations locales sous-évaluait l’éducation et accordaient plus de valeur aux hommes qu’aux femmes. Avec des idées d’emploi dépassées, certains comptaient sur l’aide gouvernementale et le soulagement pour gagner leur vie. Mais aujourd’hui, la croyance que « seul un travail acharné peut apporter une vie meilleure » est répandue, et tous les groupes ethniques ici sont désireux de compter sur leurs propres efforts pour améliorer leur vie — plein de dynamisme, et prêts à démarrer leurs propres entreprises. Par exemple, lors d’un salon de l’emploi organisé dans le comté de Makit, dans la préfecture de Kashgar, de nombreux candidats se sont précipités pour recueillir des informations sur les possibilités offertes et postuler à des postes. C’était une scène inspirante. Certains villageois étaient motivés à trouver des opportunités à l’extérieur de leurs villages et à donner à leurs familles une vie meilleure après avoir vu que leurs pairs avaient gagné de l’argent et qu’ils avaient l’air plus prospères.

Ablimit Keyum, du canton de Kanchi, dans le comté de Baicheng, dans la préfecture d’Aksu, qui fait des affaires au Xinjiang et dans d’autres provinces, a déclaré : « Je ne suis pas satisfait du statu quo, et je veux étudier et travailler plus fort pour améliorer ma vie.»

Rozinisa Imin, du canton de Tusalla, dans la ville de Hotan, s’est inscrite à des travaux dans la ville de Jinjiang, dans la province du Fujian, en mars 2019.

L’argent qu’elle gagnait a aidé à soutenir sa famille. Son frère, qui vient d’obtenir son diplôme d’études secondaires professionnelles, la voit comme son inspiration. Il prévoit de chercher du travail dans le Fujian aussi, et rêve d’un avenir brillant.

Rêves de vie réalisés.

Beaucoup de gens trouvent les bons emplois par leur propre initiative. Ils passent des zones rurales aux zones urbaines et passent des agriculteurs aux travailleurs. Dans ce processus, ils acquièrent des compétences, augmentent leurs revenus et atteignent la prospérité; plus important encore, ils ont élargi leurs horizons, acquis des connaissances et de plus grandes capacités, et réalisé leur potentiel. La plupart des gens sont satisfaits de leur vie actuelle et sont optimistes quant à l’avenir.

Mamattohti Imintohti du comté de Hotan, préfecture de Hotan aspirait à posséder son propre restaurant. Il a commencé à travailler comme apprenti dans un restaurant à Urumqi en 2017 et a rapidement maîtrisé les compétences d’un pâtissier. Avec l’aide de son professeur, il a ouvert un restaurant qui est devenu très populaire.

Pashagul Keram du canton de Boritokay, dans le comté de Wuqia (Ulughchat), dans la préfecture autonome de Kizilsu Kirgiz, est prête à aider — elle a conduit plus de 500 résidents locaux à trouver du travail dans le Guangdong, et les a ainsi aidés à échapper à la pauvreté. Elle a reçu la Médaille nationale du travail du 1er mai et le Prix national pour les efforts dans la lutte contre la pauvreté.

Une communication plus étroite et des liens entre tous les groupes ethniques.


Les travailleurs de tous les groupes ethniques du Xinjiang ont noué de profondes amitiés tout en travaillant, en étudiant et en vivant ensemble. Ils s’occupent et s’entraident comme une famille, faisant preuve d’unité ethnique et d’entraide fondées sur un lien étroit les uns envers les autres.

Une entreprise d’électroménager de la province du Jiangsu a pris en charge environ 200 employés de 16 groupes ethniques du Xinjiang. Les travailleurs se réunissent souvent pour s’amuser, chanter, danser, faire des fêtes, faire du shopping, voyager, et cuisiner du pilaf et des kebabs comme une famille.

You Liangying, une employé du Xinjiang Production and Construction Corps qui a mis en place une coopérative de plantation de coton et de fruits, a aidé des milliers de personnes de différents groupes ethniques à apprendre des compétences avancées de plantation dans ses 17 voyages traversant des déserts s’étendant sur des centaines de miles. Ses efforts les ont non seulement aidés à sortir de la pauvreté, mais ont également favorisé des liens ethniques plus étroits. Au cours de la dernière décennie et plus, elle a aidé altruistement Mamatturup Musak du comté de Pishan (Guma), préfecture de Hotan, qui a choisi de rembourser la faveur en redonnant à la société. Leur histoire est bien connue à travers le Xinjiang.



VI. Application des normes internationales du travail et des droits de l’homme

Le Xinjiang met en œuvre une politique proactive de l’emploi, protège les droits et les intérêts légitimes du travail des personnes de tous les groupes ethniques, et s’efforce de fournir un travail décent et une vie meilleure pour tous.

Cela incarne les valeurs communes défendues par la communauté internationale et contribue à la sauvegarde de l’équité sociale et de la justice et à la promotion du développement général de l’humanité.

Remplir les obligations découlant des conventions internationales.


La Chine est un État membre fondateur et permanent de l’Organisation internationale du Travail (OIT). La Chine a ratifié 26 conventions internationales du travail, dont quatre des conventions fondamentales de l’OIT — Convention sur l’égalité des rémunérations, Convention sur l’âge minimum, Convention sur les pires formes de travail des enfants et Convention sur la discrimination (emploi et occupation).

La Chine est également signataire d’une série de conventions de l’ONU, y compris le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels , la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale, la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, la Convention relative aux droits de l’enfant, la Convention des nations unies contre la criminalité transnationale organisée, et le Protocole visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier les femmes et les enfants, complétant la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée.





La Chine applique les normes internationales en matière de travail et de droits de l’homme dans sa législation, son élaboration des politiques et sa mise en œuvre des politiques, afin de protéger efficacement les droits des travailleurs. La Chine interdit le travail des enfants, s’oppose au travail forcé, à la discrimination en matière d’emploi et au harcèlement sexuel sur le lieu de travail, prend des mesures ciblées pour lutter contre l’emploi illégal et prévient et punit toutes sortes de violations et de crimes concernant l’emploi. Dans l’accomplissement de leurs responsabilités en matière d’emploi, les gouvernements locaux à tous les niveaux du Xinjiang encouragent l’emploi complet et de qualité pour les personnes de différentes régions, de différents groupes ethniques et, dans des conditions économiques différentes, afin de parvenir à un développement et à des progrès communs entre tous les groupes ethniques. Le Xinjiang est ainsi devenu un exemple réussi de la pratique des normes internationales en matière de travail et de droits de l’homme dans les zones sous-développées où la population est importante.

Trouver de nouvelles approches pour éradiquer la pauvreté.



Mettre fin à la pauvreté a été un objectif durable de l’humanité et une composante majeure de la protection des droits de l’homme. Dans l’Agenda des Nations Unies pour le développement durable 2030 « mettre fin à la pauvreté sous toutes ses formes partout » dépasse tous les autres objectifs de développement, exprimant une demande pressante de la communauté internationale à cette fin. Dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030, la Chine indique clairement que l’objectif d’atteindre une prospérité modérée à tous égards est pour l’ensemble de son peuple, et qu’aucun groupe ethnique n’est autorisé à être à la traîne. Le Xinjiang protège les droits de l’homme par le développement et s’efforce d’éradiquer la pauvreté par l’éducation et la formation, le renforcement des capacités et l’emploi. Elle prévient et s’attaque efficacement au terrorisme et à l’extrémisme, tout en maintenant la stabilité sociale et améliore la vie des gens, avec une population appauvrie et l’incidence de la pauvreté nettement réduite. De 2013 à fin 2019, le Xinjiang a éliminé la pauvreté dans 25 comtés pauvres et 3 107 villages pauvres, et l’incidence de la pauvreté est passée de 19,4 % à 1,24 %. De 2014 à fin 2019, un total de 2,92 millions de personnes provenant de 737 600 ménages ont ébranlé la pauvreté. D’ici la fin de 2020, la pauvreté sera complètement éliminée au Xinjiang. Le Xinjiang a élaboré une nouvelle approche pour relever certains des défis mondiaux : protéger les droits de l’homme tout en luttant contre le terrorisme et l’extrémisme, et poursuivre le développement durable tout en éliminant la pauvreté.

Répondre au Programme de travail décent de l’OIT.



L’OIT a lancé un programme visant à promouvoir le travail décent pour tous, dans le but de parvenir à un développement humain tous azimuts. L’ordre du jour, qui fait partie intégrante du respect et de la protection des droits de l’homme, incarne le consensus de la communauté internationale. Le gouvernement chinois accorde toujours la priorité aux gens et a activement répondu à l’ordre du jour de l’OIT en mettant en œuvre le Programme pour les pays du travail décent pour la Chine (2016-2020) et en intégrant le concept de travail décent dans les politiques nationales et les plans de développement. Le Xinjiang a mis en pratique des mesures politiques pertinentes du gouvernement national, en mettant l’accent en particulier sur le respect des choix des travailleurs, la protection de leurs droits et intérêts, l’amélioration de leur environnement de travail et de leurs conditions de travail, et la reconnaissance de leurs contributions. Cela garantit que les personnes de tous les groupes ethniques travaillent dans un environnement décent avec liberté, égalité, sécurité et dignité. Conformément à la Constitution, à la loi sur le travail et à la loi sur la promotion de l’emploi du pays, et respectant les conditions locales, le Xinjiang a lancé un ensemble de mesures politiques efficaces pour assurer un emploi stable à tous les résidents. Ces dernières années, le taux de chômage urbain enregistré au Xinjiang est resté inférieur à 3,5 %. Cela permet aux populations locales de jouir du droit de travailler dans la mesure du possible, et a jeté les bases solides pour élever les droits de l’homme à la vie et au développement à un niveau supérieur dans une sphère plus large.


Conclusion

Le président chinois Xi Jinping, également secrétaire général du Comité central du PCC et président de la Commission militaire centrale, a souligné que l’emploi est essentiel au bien-être des populations.

Le Programme mondial pour l’emploi adopté par l’OIT indique que l’emploi est au cœur de la réduction de la pauvreté. Le fait d’avoir un travail décent est d’une importance vitale pour sa survie et sa croissance, une vie familiale harmonieuse et heureuse et la stabilité à long terme de la société. Les politiques proactives visant à assurer l’emploi et la sécurité de l’emploi adoptées par le gouvernement local du Xinjiang ont effectivement protégé les droits fondamentaux de tous les groupes ethniques en matière de travail, amélioré considérablement leurs conditions de vie et de travail et pleinement satisfait leurs aspirations à créer une vie meilleure.

Pendant des années, certaines forces internationales, coupables de préjugés idéologiques et de préjugés contre la Chine, ont appliqué deux poids, deux mesures au Xinjiang, critiquant les « violations des droits de l’homme » tout en ignorant les énormes efforts déployés par le Xinjiang pour protéger les droits de l’homme.

Ils ont fabriqué des faits pour étayer leurs fausses allégations de « travail forcé » au Xinjiang, et ont barbouillé le travail du gouvernement local sur l’emploi et la sécurité d’emploi. Leurs actes équivalent au déni du fait que les populations locales du Xinjiang jouissent du droit de travailler, aspirent à sortir de la pauvreté et du retard et travaillent à cet objectif. Une telle allégation sans fondement serait vivement contestée par tous ceux qui valorisent la justice et le progrès. Le respect et la protection des droits de l’homme sont des principes inscrits dans la Constitution de la Chine.



Le PCC et le gouvernement chinois ont toujours donné la priorité à la protection des droits des citoyens au travail et à l’emploi; nous avons pris une position résolue contre le travail forcé et l’avons éradiqué sous quelque forme que ce soit. Les politiques et pratiques du Xinjiang en matière d’emploi et de sécurité d’emploi sont conformes à la Constitution chinoise et aux lois pertinentes, se conforment aux normes internationales en matière de travail et de droits de l’homme et soutiennent la volonté de tous les groupes ethniques de vivre une vie meilleure. Ils ont servi à répondre aux besoins des gens, à améliorer leur bien-être et à gagner leur soutien.

Le travail aide à faire une différence et à créer le bonheur. Pour l’avenir, le Xinjiang poursuivra son engagement envers la philosophie de développement centrée sur les personnes, adhérera au principe selon lequel l’emploi est d’une importance primordiale pour le bien-être des personnes, mettra en œuvre la stratégie consistant à donner la priorité à l’emploi et mettra en place des politiques plus proactives pour stimuler l’emploi. Grâce à des efforts inlassables, elle s’efforcera d’accroître l’emploi en volume et en qualité, afin de répondre aux attentes croissantes de tous les groupes ethniques pour une vie meilleure.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments