Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La Chine doit être militairement et moralement prête pour une guerre potentielle

La Chine réfléchit beaucoup à sa position, à ses forces et ses faiblesses, on croirait un chapitre de Sun Tzu, le stratège et il y a dans son acceptation du fait d’être seconde, méconnue, idéologiquement désignée par le capitalisme, mal aimée, une sagesse très ancienne dans une situation tout à fait nouvelle (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

Par Hu Xijin Source: Global Times Publié le: 2020/9/11 14:33:4030


Photo PLA:VCG

Le peuple chinois ne veut pas la guerre, mais nous avons des différends territoriaux avec plusieurs pays voisins qui sont encouragés par les Etats-Unis à affronter la Chine. Certains de ces pays pensent que le soutien des États-Unis leur offre une opportunité stratégique et tentent de traiter la Chine de manière scandaleuse. Ils estiment que la Chine, sous la pression stratégique des Etats-Unis, a peur, ne veut pas ou ne peut pas s’engager dans un conflit militaire avec eux. Ainsi, ils veulent tirer les châtaignes du feu. Considérant qu’il y a également la question de Taiwan, le risque que le continent chinois soit forcé à une guerre a fortement augmenté ces derniers temps.

Souvent, moins nous voulons la guerre, plus le dilemme mentionné ci-dessus devient important. La société chinoise doit donc avoir un réel courage pour s’engager calmement dans une guerre qui vise à protéger les intérêts fondamentaux, et être prête à en supporter le coût. De cette façon, la force globale de la Chine peut être effectivement transformée en un moyen de dissuasion stratégique contre toutes sortes de provocateurs.

Tant que le monde extérieur peut ressentir une telle volonté de la Chine, il pourrait à son tour nous aider à éviter une guerre.

Bien sûr, après tout, les guerres ne peuvent pas être menées avec désinvolture, et nous devons gagner si nous voulons nous battre. Une telle victoire a deux significations : premièrement, cela signifie vaincre l’adversaire sur le champ de bataille ; deuxièmement, elle doit être moralement justifiée. Cela est particulièrement vrai pour la Chine, parce que la Chine n’est pas la puissance la plus forte au monde. Les Etats-Unis dépassent la Chine. Si nous gagnons sur le champ de bataille au détriment de notre moralité internationale, nous pourrions à tort aider les États-Unis à construire une alliance anti-Chine qui remette encore plus en question notre position stratégique.

Nous sommes confiants de gagner sur le champ de bataille si des conflits sont combattus avec les forces voisines qui ont des différends territoriaux avec la Chine. De même, s’il y a une guerre avec les Etats-Unis près des eaux côtières chinoises, nous avons aussi de bonnes chances de victoire.

La clé, c’est vraiment la moralité. La Chine est une puissance montante qui a été idéologiquement rejetée par les Etats-Unis et l’Occident. Les pays qui ont des différends territoriaux avec la Chine sympathisent également les uns avec les autres. Si la Chine décide d’entrer en guerre avec une force voisine, la communauté internationale aura tendance à favoriser le côté le plus faible. Que nos démarches soient justifiées ou non, les risques moraux sont élevés. En outre, les Etats-Unis tourneront pleinement leur machine d’opinion publique contre la Chine. Par conséquent, nous ne devons pas sous-estimer la complexité d’une guerre. Avant de s’engager dans la guerre avec une force voisine, la Chine doit faire ce qui suit : tout d’abord, nous devons faire comprendre que l’autre côté, et non la Chine, est celui qui rompt le statu quo.

Deuxièmement, nous devons également préciser que l’autre partie est le provocateur dans une situation complexe.

Troisièmement, nous devons faire en sorte que la communauté internationale constate que la Chine a fait d’âpres efforts diplomatiques ou politiques pour résoudre les tensions avant la guerre.

Quatrièmement, le premier coup de feu est tiré par l’autre côté, pas par la Chine. La communauté internationale devrait en être pleinement consciente.

Cinquièmement, seulement dans des situations extrêmes, si nous avons besoin de tirer les premiers coups de feu, nous devons lancer un ultimatum à l’avance afin qu’une guerre juste puisse être commencée d’une manière verticale.

Si nous pouvons satisfaire à ces conditions, je crois que la Chine peut être libre de s’engager dans une guerre si elle le faut. Cela signifie que même si les Etats-Unis tentent alors de salir la Chine, la communauté internationale comprendra : la Chine n’est pas un pays qui intimide les petits, mais au lieu de cela elle n’avait pas d’autre choix que d’aller à la guerre.

La Chine ne doit pas mener une guerre impulsive.

Nous devons être pleinement préparés militairement et moralement. Certains peuvent trouver une telle guerre oppressive, mais je dois dire qu’en tant que nation « numéro deux » réprimée du monde, la Chine est condamnée à souffrir de certaines périodes d’oppression, car c’est le sort de tous ceux qui sont en deuxième place. Pendant l’ascension de la Chine, nous devons garder un profil bas, être patient, et supporter toutes les complexités. Lorsqu’il s’agit de petites forces opportunistes, nous ne pouvons pas utiliser notre pouvoir pour couper rapidement le désordre, mais gérer les tensions avec elles lentement. Nous devons être en mesure de résister à de tels tests.

Pour gagner la moralité d’une guerre, nous devons aussi gagner la guerre d’opinion en plus d’être décent. En ce qui concerne les conflits extérieurs, l’un de nos grands problèmes est que nous parlons trop peu et trop lentement. L’autre partie a toujours parlé de plus en plus vite sur les détails des conflits. Nous devons faire de grands efforts pour résoudre ce problème.

La Chine doit être un pays qui ose se battre. Et cela devrait être basé à la fois sur la force et la moralité. Nous avons le pouvoir entre nos mains, nous sommes raisonnables, et nous le tenons pour garder nos résultats sans crainte. De cette façon, que la Chine soit engagée ou non dans une guerre, elle accumulera le respect du monde. Un jour, nous montrerons notre dignité naturelle et notre puissance sans fléchir les muscles, et nous gagnerons sans combattre une guerre.

L’auteur est rédacteur en chef du Global Times. opinion@globaltimes.com.cn

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments