Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La Réserve fédérale américaine et la Banque d’Angleterre ont financé l’Allemagne nazie

Non seulement il y a eu Munich, mais si l’on en croit Yuri Rubtsov, un historien russe de la seconde guerre mondiale appartenant au ministère de la défense russe, cet événement a été précédé par une imbrication grandissante des banques et des trusts allemands dans les capitaux américains. L’auteur a par ailleurs accompli un grand nombre de travaux qui prouvent documents à l’appui que les alliés occidentaux ont longuement hésité entre s’allier avec Hitler et le combattre. En ce qui concerne l’imbrication des capitaux américains avec les trusts allemands et leur soutien à Hitler, j’ai pu suivre l’évolution de l’industrie allemande du cinéma (cf.notre livre Brecht et Lang) et on ne peut que confirmer les étapes de cette évolution. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)

  • Le chancelier allemand Adolf Hitler prononce un discours lors d'une réunion des responsables du parti nazi en 1939.Le chancelier allemand Adolf Hitler prononce un discours lors d’une réunion des responsables du parti nazi en 1939.

Publié: dimanche 12 juin 2016 09:49Mis à jour: lundi 13 juin 2016 10:52

La Réserve fédérale américaine (FRS) et la Banque d’Angleterre ont financé l’Allemagne nazie, révèle Yuri Rubtsov, un historien de la Seconde Guerre mondiale.

Il s’agit d’un article publié samedi par le site américain Veterans Today (VT) , qui commence par s’interroger sur qui est le véritable responsable de la Seconde Guerre mondiale, tout en demandant: Qui a aidé les nazis à arriver au pouvoir?

Toute l’histoire d’avant-guerre de l’Allemagne montre que les politiques “nécessaires” pour conduire le monde au désastre ont été motivées par la tourmente financière dans laquelle le monde a sombré, poursuit l’article.

Les principales structures définissant la stratégie de développement de l’Occident d’après-guerre étaient les institutions financières centrales du Royaume-Uni et des États-Unis, c’est-à-dire la Banque d’Angleterre, la Réserve fédérale, ainsi que les organisations financières et industrielles qui leur étaient associées. Tout cela dans le but d’établir un contrôle absolu sur le système financier allemand afin de surveiller les processus politiques en Europe centrale.

Pour mettre en œuvre cette stratégie, l’auteur détermine les étapes suivantes:

1er: 1919-1924 – préparer le terrain pour un investissement financier américain massif dans l’économie allemande.

2: 1924-1929 – l’établissement du contrôle sur le système financier allemand et le soutien financier au national-socialisme

3: 1929-1933 – Stimulation et réalisation d’une profonde crise financière et économique et la garantie que les nazis arriveraient au pouvoir

 4: 1933-1939 – coopération financière avec le gouvernement nazi et soutien à sa politique étrangère expansionniste, afin de préparer et déclencher une nouvelle guerre mondiale.

Dans un premier temps, assurer la pénétration du capital nord-américain en Europe a commencé avec les dettes de la Première Guerre mondiale et avec le problème de la reconstruction de l’Allemagne. Les pays débiteurs ont essayé d’imposer de nombreuses conditions extrêmement difficiles pour le paiement des réparations aux frais de l’Allemagne.

Cela a conduit le pays à un déficit budgétaire de l’État qui ne pouvait être couvert que par la production de masse de marks non garantis (alors monnaie allemande). Le résultat fut l’effondrement de la monnaie – la «grande inflation» de 1923, lorsque le dollar valait 4,2 billions de marks.

Le chancelier de l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale, Adolf Hitler (deuxième à droite), lors d’un acte du Parti national-socialiste des travailleurs d’Allemagne.

Le projet a été développé dans les profondeurs de JP Morgan & Co., sous la direction du chef de la Banque d’Angleterre, Montagu Norman. À l’été 1924, le projet connu sous le nom de «Plan Dawes» (du nom du président du comité d’experts qui l’a créé – banquier américain et directeur d’une des banques du groupe Morgan), fut adopté à la conférence de Londres. . Il a appelé à réduire de moitié les coûts de réparation et de résolution des sources de sa couverture. Cependant, la tâche principale était d’assurer des conditions favorables à l’investissement américain, ce qui n’était possible qu’avec la stabilisation du mark allemand.

À cette fin, le programme a accordé à l’Allemagne un important prêt de 200 millions de dollars, dont la moitié a été payée par JP Morgan. Alors que les banques anglo-américaines ont pris le contrôle non seulement du transfert des paiements allemands, mais aussi du budget, du système de circulation monétaire et dans une large mesure du système de crédit du pays. En août 1924, l’ancien mark allemand fut remplacé par un nouveau, stabilisant la situation financière du pays allemand.

La coopération américaine avec le complexe militaro-industriel allemand était si étroite qu’en 1933, des secteurs clés de l’industrie allemande et de grandes banques telles que Deutsche Bank, Dresdner Bank, Donat Bank, entre autres, étaient sous le contrôle du capital financier américain. De son côté, la force politique destinée à jouer un rôle crucial dans les plans anglo-américains se préparait simultanément. Nous parlons du financement du parti nazi et d’Adolf Hitler personnellement.

Comme l’ancien chancelier allemand Heinrich Brüning l’ écrivait dans ses mémoires, à partir de 1923, Hitler reçut d’importantes sommes d’argent de l’étranger. D’où venaient-elles? On ne sait pas, mais ils ont été reçus par des banques suisses et suédoises. On sait également qu’en 1922 à Munich, une réunion a eu lieu entre Hitler et l’attaché militaire américain en Allemagne – le capitaine Truman Smith – qui a rédigé un rapport détaillé de ses supérieurs à Washington (au bureau du renseignement militaire), dans lequel il a hautement apprécié Hitler.

C’est à travers le cercle de connaissances de Smith qu’Hitler a été présenté à Ernst Franz Sedgwick Hanfstaengl, diplômé de l’Université de Harvard, qui a joué un rôle important dans la formation d’Hitler en tant qu’homme politique, lui a fourni un soutien financier important et l’a assuré. connaissance et communication avec des personnalités britanniques de haut niveau.

Hitler était soutenu politiquement, jusqu’à ce que la crise éclate à l’automne 1929 après l’effondrement du marché boursier américain provoqué par la Réserve fédérale, et entame ainsi la troisième étape de la stratégie des milieux financiers anglo-américains.

Le 4 janvier 1932, une réunion eut lieu entre le plus grand financier anglais M. Norman, Hitler et von Papen , qui parvint à un accord secret sur le financement du Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP).

aaf / ctl / msf

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

CETTE RÉVÉLATION HISTORIQUE N’EST QU’UNE PARTIE DE L’ICEBERG .

Hahurrissant de lire cela,pas assez connu du public,et surtout pas expliquer dans les cours d histoire ou tout est stérilisé, bien sûr ,la vérité fait peur pour certains 😡😡😡😡😡👎👎👎👎👎!