Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Shenzhen s’inspire de Singapour?

Voici du blog souvent très bien informé mais qui n’est pas nécessairement partisan du socialisme – sans être contre- bref un connaisseur de la Chine. Il nous décrit ici une des bases des troubles à Hong-kong, la spéculation immobilière. Celle-ci sévit dans toute la Chine et le gouvernement de Xi y fait face (en s’inspirant dit l’article de Singapour). Ne pas oublier que Shenzen est envisagé comme le lieu d’une intégration à Hong kong. Nous avons encore ici un des enjeux de la lutte des classes dans la transition socialiste. Les vaincus de cette bataille se transforment aisément comme Guo-Wengui en agent de l’impérialisme américain et en diffuseur de fausses nouvelles sur les atteintes à la liberté en pays Ouighour. (note de Danielle Bleitrach)

Le gouvernement chinois a, en apparence, tenté de calmer la flambée des prix de l’immobilier, attisée par une spéculation parfois très organisée (les fameux groupes de Wenzhou). Ces prix ont créé une richesse considérable davantage dans les villes. Le patrimoine moyen à Pékin, constitué à 70% d’immobilier, approche 9 millions de yuans (1,3 millions $); certains quartiers prisés de la capitale ont vu des prix du m² multiplier par 20 en 15 ans (voir ici). Cette folie ne s’est pas accompagnée d’une construction suffisante de logements abordables pour les ménages les plus modestes – 600 millions de personnes ont 1000 yuans de revenus par mois (voir l’article). Shenzhen n’a rien à envier en terme d’envol des prix. Depuis quelques années, les autorités accélèrent la construction de logements sociaux. La municipalité de Shenzhen souhaite mettre fin à la spéculation et met en place une politique de logements sociaux, à l’image du modèle singapourien, selon la presse chinoise.

Shenzhen :

Shenzhen, objectif à 2035

L’objectif est de parvenir en 2035 à une offre d’appartements en location ou à la vente représentant 60% de l’offre totale. En 15 ans, 1,7 million d’appartements doivent êtres construits, 1,1 million seront destinés à la location. Le gouvernement étend toute une série de mesures pour rendre les terrains disponibles.
5,5 millions de nouveaux habitants devraient s’installer dans la ville, ce qui devrait nécessiter 1,83 millions d’appartements. Les autorités visent pour les employés qualifiés (de talent) des prix équivalent à 60% du prix du marché, les familles à 50% et pour les revenus les plus bas à 10%.

Singapour :

Singapour, un modèle


Shenzhen veut s’écarter du modèle hongkongais où spéculation et prix élevés vont de pair. Elle s’inspire du modèle de Singapour, qui mit, dès 1964, un programme de construction de logements publics pour résoudre la pénurie de l’époque et inciter les populations à bas et moyens revenus à acheter les nouvelles constructions. Les logements publics constituent la majorité, qui est gérée directement par le gouvernement. On compte 30 m² pour chaque Singapourien, contre 15 m² pour un Hongkongais, selon les enquêtes des médias. Plus de 80% de la population résident dans ces habitations.

Changsha et Chongqing en avance?


Changhsa, capitale du Hunan, a déjà pris cette voie, il existe déjà 237 800 logements sociaux, on en construit 20 000 par an. Chongqing a également de l’avance dans ce domaine. L’ancien maire, Huang Qifan, regrette que ces logements sociaux en général en Chine ne soient pas ouverts aux nouveaux arrivants, mais arrivés aux résidents anciens, voir l’article. Les nouveaux freinent leur consommation car ils doivent réserver une part trop importante au loyer.  Changsha et Chongqing, avec l’aide de ces logements, n’ont pas atteint les prix stratosphériques d’autres villes.

Tout a été mis en oeuvre contre la spéculation?

Nous sommes en 2020 et la hausse des prix de l’immobilier est phénoménale sur les 18 dernières années. Le gouvernement a-t-il tout fait pour freiner cette ascension, a-t-il vraiment voulu s’opposer à cette spéculation ? D’un côté, des mesures de limitation d’achat ont vu le jour, d’un autre côté, les vannes du crédit alimentant la spéculation s’ouvraient régulièrement. Les premiers informés (bien placés) des nouvelles mesures d’emprunt en profitaient pour décrocher de gros emprunts et acheter à prix intéressants avant un envol des prix. Par ailleurs, les gouvernements locaux profitaient de cette manne, comme les groupes d’intérêts très proches des plus hautes instances. Dans un milieu où la corruption était estimée à 20% du prix de vente, tout le monde y trouvait son compte. On veut accélérer la construction de logements sociaux, très bien. N’est-ce pas normal pour un gouvernement qui se proclame socialiste ? 

Articles sur le secteur immobilier :

Pourquoi l’immobilier est si important en Chine ?

Les villes chinoises ont de l’argent?

Rebond confirmé dans l’immobilier

La Chine est bien repartie?

Hausse de l’immobilier à Shenzhen ? Oui, mais!

Source pour cet article :

突然宣布!炒房的彻底凉了!

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments