Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Post-économisme et problème d’aliénation (partie 2)

Les Russes eux aussi, comme les Chinois, mais aussi comme les Cubains qui insistent sur le rôle de la science pour résoudre les problèmes auxquels ils sont confrontés, voient dans le socialisme une phase de transition dans laquelle la propriété individuelle n’est pas abolie mais subordonnée à l’intérêt général. Cela se joue donc dans un rapport de classe prolétariat-capitaliste dans laquelle cette classe a perdu la direction au profit des premiers. Et la question de l’information et du numérique, des forces productives se joue à l’intérieur de ce nouveau rapport (note et traduction de Danielle Bleitrach).

07/06/2020

http://wpered.su/2020/07/06/postekonomizm-i-problema-otchuzhdeniya-chast-2/?fbclid=IwAR1uXKLFI-Xau1IhOMg5-jgBxtYNh38jy74LxyC_CBSYZmI93kv8oduSMDc

 Après tout, le libre accès à l’information et au savoir prend fin là où commence la propriété intellectuelle, qui devient économiquement significative après que l’État a officialisé les droits de propriété. Les technologies électroniques modernes ne créent que la possibilité d’afficher des informations au-delà des frontières de l’échange du marché. L’économiste russe M. Voeikov attire l’attention sur le fait qu’Internet vous permet de libérer des informations de la coquille du marché, c’est donc un grand pas vers la gratuité des informations et l’extinction de la propriété intellectuelle [3, p. 41]. Les informations elles-mêmes ne peuvent pas être échangées car ce n’est pas une chose qui est aliénée au propriétaire. ce qui ne peut être transmis. Par conséquent, dans les conditions du marché, l’information elle-même n’est pas vendue, mais son support matériel.

La différence entre une économie de marché et une économie numérique est que dans le premier cas, les moyens de production sont limités et dans le second, au contraire, ils sont illimités. Il suffit de produire une fois l’information, puis de la répliquer plusieurs fois, permettant ainsi l’accès à un nombre illimité de consommateurs, sans coûts matériels importants. Mais l’État, au lieu de retirer certains biens matériels du processus de marché, au contraire, les inclut dans ce processus, en les transformant en produit. Ainsi, la valeur économique du bien intellectuel n’est pas générée par le processus économique, mais par l’État.

Le sociologue russe S. Pereslegin souligne directement le rôle réactionnaire de l’institution du droit d’auteur [4, p. 599-606]. Sous le capitalisme, les produits du travail deviennent des biens dont le prix est fixé dans le processus d’échange. Par conséquent, le paiement est pour le résultat de l’activité créative et non pour le processus de cognition. À ce stade, le droit d’auteur protège les intérêts économiques du créateur, empêchant ainsi la libre circulation de l’information dans la société. Dans les relations communistes, au contraire, le processus de cognition est payé. Mais dans ce cas, le résultat est perçu comme quelque chose qui appartient moins à celui qui l’a reçu, mais à la société dans son ensemble.

Quant à l’exploitation, au stade actuel du capitalisme, non seulement le travail est subordonné au capital, mais aussi l’homme en tant qu’individu. Les marxistes russes A. Buzgalin, A. Kolganov et O. Barashkova y prêtent une attention particulière [5, p. 430]. Le capital est présent non seulement dans la production industrielle, mais aussi dans les sphères de l’activité créatrice, s’appropriant partiellement la richesse créée. La zone où les éléments créatifs jouent un rôle important dans l’activité est appelée la création, et l’appropriation par le capital des résultats de l’activité créative est appelée rente intellectuelle. Le travail créatif universel ne crée pas de la valeur, mais de la richesse sociale réelle qui, dans les conditions d’un marché total, prend la forme de valeur.

Il est à noter que les marxistes russes soulignent également l’inévitabilité d’une transition d’une société économique à une société post-économique. Mais contrairement à V. Inozemtsev, ils identifient le postéconomisme au communisme [5, p. 305]. Selon eux, comme condition préalable, un nouveau type de salarié sera nécessaire, une révolution des moyens de production utilisés et du contenu du travail, qui permettra d’intégrer une nouvelle qualité d’homme et des moyens de production. Le capitalisme n’est que le mode d’emprisonnement de la production dans une formation sociale économique. Sa caractéristique est l’amélioration continue de la base technique de production et l’importance progressive du facteur intellectuel, puis de la composante créative du travail, ce qui nous permet de passer du travail reproductif à l’activité créatrice.

Sous le capitalisme, les forces productives ne peuvent créer que les conditions dans lesquelles une personne quitte la sphère de la participation directe à la production de biens matériels. Cela ne signifie nullement que le dépassement de la production de machines soit une condition indispensable à la transition vers le socialisme. Cependant, la formation, même sous le capitalisme, d’au moins un secteur important de la production «post-machine» est une condition préalable intégrale. L’essence des changements socio-économiques modernes est la réduction du rôle de la production matérielle et la croissance de la créatosphère. À l’avenir, de nouvelles forces productives devraient créer de telles conditions dans lesquelles une personne quitte la sphère de la participation directe à la production de biens matériels, ce qui nous permettra de passer aux relations post-économiques. C’est, comme l’a dit K. Marx, le passage du “règne de la nécessité” au “règne de la liberté”.

Néanmoins, V. Inozemtsev estime qu’il est impossible d’éliminer l’exploitation et qu’elle existera objectivement même sous le socialisme. Selon lui, la seule façon de surmonter l’exploitation est de la considérer du côté subjectif. Il revendique le fait que les communistes auraient cherché à surmonter l’exploitation en réformant les relations de distribution. Selon lui, le salarié ne percevra jamais la récompense pour son travail comme une évaluation digne de sa contribution au travail. En outre, un facteur distinct est l’existence de besoins sociaux généraux qui déterminent l’aliénation fatale d’une partie du produit aux producteurs directs. Ainsi, dans le cadre d’une société économique, qui est selon lui une société socialiste, l’exploitation est incontournable.

En effet, sous le socialisme, il se crée également un produit excédentaire qui n’est pas approprié par les travailleurs individuellement. Cependant, ce n’est pas un signe d’exploitation. Le fait est qu’avec la destruction de la propriété privée, la main-d’œuvre est associée et le produit excédentaire est utilisé pour les besoins publics. K. Marx dans son ouvrage «Sur la critique du programme de Gotha» [6] a vivement critiqué l’expression «revenu du travail non coupé» avancée par F. Lassalle. Il a soutenu que dans une société socialiste, il est nécessaire de soustraire du produit global ce qui est nécessaire pour le remboursement des moyens de production consommés, l’expansion de la production, le fonds d’assurance. Le reste du produit est destiné à servir de marchandise. À son tour, vous devez soustraire les coûts de gestion, les dépenses pour les écoles, les hôpitaux, etc., et envoyer également une partie des fonds au fonds pour les handicapés. Le reste des produits est réparti entre les producteurs individuels du collectif. Cependant, tout ce qui a été retenu en fin de compte leur profite également.

En conclusion, nous notons que la transition de la société économique vers la post-économie est identique aux transformations socialistes. Les tentatives pour résoudre les problèmes systémiques du capitalisme, y compris le problème de l’aliénation, sont par ailleurs vaines.

Stanislav Retinsky, de la collection “La production spirituelle à l’ère du capitalisme tardif” (Donetsk, 2020)

Liste de références

1. Inozemtsev V. L. Société postindustrielle moderne: nature, contradictions, perspectives. Cahier de texte allocation pour étudiants écon. directions et spécialités / V. L. Inozemtsev. – M.: Logos, 2000 .– 302 p.
2. Bodrunov S. D. L’avenir. Nouvelle société industrielle: redémarrage / S.D. Bodrunov. – SPb.: INIR, 2016 .– 328 p.
3. Prospective “Russie”: l’avenir de la technologie, de l’économie et de l’homme. Collection des rapports pléniers du V Congrès économique international de Saint-Pétersbourg (SPEC-2019) / sous le général. éd. S. D. Bodrunova. – SPb.: INIR, 2019 .– 208 p.
4. Strugatsky A. N. Le lundi commence samedi. Conte des Trois: Contes Fantastiques / A.N. Strugatsky, B.N. Strugatsky. – M.: AST; Saint-Pétersbourg: Terra Fantastica, 1997 .– 608 p.
5. Buzgalin A. V. L’économie politique classique: la tendance marxiste moderne / A. V. Buzgalin, A. I. Kolganov, O. V. Barashkova. – M .: LENAND, 2018 .– 552 p.
6. Marx K. Works. Dans 50 vol. T. 19 / K. Marx, F. Engels. – M.: Maison d’édition d’État de littérature politique, 1961. – 671 p.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments