Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

L’Europe vampirise l’Ukraine Andrey Manchuk

https://vz.ru/opinions/2020/6/29/1047129.html

Ce que décrit l’article est l’effondrement de la nature mais en fait cela ne relève pas de la fatalité mais de l’exploitation à outrance des forêts, la fin de toutes les protections soviétiques et une terre livrée aux appétits occidentaux (note de Danielle Bleitrach et traduction de Marianne Dunlop)

L’Ukraine occidentale s’effondre littéralement. La région a souffert d’inondations dévastatrices, qui ont inondé environ trois cents agglomérations. Les rivières de montagne ont débordé, emportant dans leurs ruisseaux les maisons, les gens et les animaux domestiques. Sur un marché inondé de la ville de Tchernivtsi, on a attrapé à la main une énorme carpe. Les voies ferrées et des autoroutes sont noyées, les récoltes emportées, les ponts démolis, des glissements de terrain ont fait tomber d’énormes masses de terre. L’un des résidents locaux a filmé sa femme et son enfant au téléphone, qui avaient du mal à s’échapper des fissures qui se développaient rapidement sous leurs pieds.

Pendant ce temps, le pic de l’inondation est encore à venir – et tout cela se superpose à l’épidémie de coronavirus, dont les régions ukrainiennes occidentales sont particulièrement touchées. Il n’y a pas suffisamment de lits et de médecins dans les hôpitaux, et les groupes de réfugiés créent les conditions d’une propagation rapide de cette maladie dangereuse, ce qui peut aggraver encore une situation déjà difficile.

La spécificité de cette catastrophe est que tout a été prédit, des écologistes et des experts aux bergers des prairies alpines. Les inondations et les glissements de terrain sont prévus depuis des années. Tout le monde le sait – la principale cause de la catastrophe est la déforestation massive des forêts des Carpates qui se poursuit depuis trente ans et s’est particulièrement intensifiée après la victoire d’Euromaidan. Les puissantes racines des arbres constituent un système de drainage naturel des montagnes – on sait qu’un épicéa adulte de trente ans retient environ cinq tonnes d’eau. Mais maintenant, les ruisseaux coulent librement le long des pentes chauves, et les fortes pluies persistantes se sont inévitablement transformées en une véritable inondation, dont les bûcherons ukrainiens occidentaux eux-mêmes souffrent maintenant.

L’ironie de l’histoire est qu’une partie importante des forêts des Carpates a été plantée précisément à l’époque soviétique. Ce n’est un secret pour personne que la région des Carpates d’avant-guerre était la province la plus arriérée de l’État de Pilsudsky, et la base de l’économie locale était précisément l’exportation de la forêt de montagne, massivement envoyée aux pays européens. Les Britanniques importaient à eux seuls environ huit cent mille mètres cubes de bois de Pologne en un an, à partir desquels ils fabriquaient des ponts et des bardages pour toute la Royal Navy. Naturellement, cela a conduit à des inondations dévastatrices qui, au cours de ces années, étaient assez courantes dans cette région et ont considérablement entravé son développement économique. Mais les inondations n’ont pas beaucoup inquiété Varsovie, qui exploitait au maximum les ressources naturelles des Carpates ukrainiennes.

Cette situation n’a commencé à être surmontée que dans les années d’après-guerre, sous le nouveau pouvoir – lorsque le gouvernement soviétique a développé un programme de boisement à grande échelle des steppes et des montagnes d’Ukraine. Déjà en 1956, la superficie de bois plantée dépassait la superficie de bois abattu de 182%. Des plantations forestières ont été réalisées chaque année – jusqu’à l’effondrement de l’URSS. Aujourd’hui, en témoignent des monuments emblématiques de l’ère soviétique, qui ont survécu malgré la politique de décommunisation totale: une énorme étoile sur le mont Bukovinian Stozhok, plantée d’arbres à feuilles caduques sur un fond de conifères sombre, ou une inscription géante “Lénine”, créée de la même manière dans la région des Carpates – de façon à ce qu’elle soit même visible de l’espace.

Photo: TSN / Youtube

Cependant, les « occupants » diabolisés n’ont pas seulement planté des forêts dans l’ouest de l’Ukraine. Ils ont pour la première fois construit une industrie développée dans la région, y compris pour l’exploitation du bois. La forêt abattue sous le contrôle de l’État était envoyée aux usines locales, où tout était fabriqué à partir d’elle – des plats sculptés et des bâtons de hockey aux meubles, en passant par le bois de construction, le papier. Cela répondait aux besoins locaux et était recherché bien au-delà des frontières de l’Ukraine – j’ai rencontré des armoires d’Ivano-Frankivsk même dans le Kamtchatka lointain. Des dizaines de milliers de personnes étaient employées dans ces entreprises – même si, soit dit en passant, l’industrie créée au cours de ces années ne se résumait pas à l’exploitation forestière, il y avait y compris des usines de haute technologie pour la production de téléviseurs et d’autobus.

Tout cela s’est terminé avec l’ère soviétique. Les entreprises ont fermé et sont rapidement parties à la casse, les fermes collectives ont éclaté en de nombreux ménages privés et une vague de chômage de masse a balayé la région. Déjà à la fin des années 90, elle était devenue une zone de migration de la main-d’œuvre – les zarobitchans ukrainiens occidentaux sont allés travailler à bas salaire en Russie, en Italie, au Portugal, puis dans cette même Pologne. Et ceux qui sont restés chez eux ont commencé l’exploitation forestière de masse – car cela restait la seule source de revenus réels pour eux, sans compter la contrebande de cigarettes ukrainiennes bon marché, qui étaient transportées vers l’Union européenne de toutes les manières possibles: dans des caches automobiles, à travers des tunnels souterrains, en utilisant plongeurs et deltaplanes.

La quantité de forêt abattue ne peut pas être comptée, mais les photos comparatives caractéristiques sont populaires en Ukraine, où vous pouvez voir les mêmes montagnes des Carpates – dans l’état avant et après la coupe, lorsque des friches sans limites se sont formées à la place de la mer verte à l’infini. Le bois coupé a été transporté en Europe par des convois interminables. L’Etat n’a pratiquement pas combattu ce processus destructeur – bien que l’ancien procureur général Iouri Loutsenko l’ait qualifié assez succinctement d ‘”écocide”. La destruction de la forêt a été couverte par de hauts responsables, des clans mafieux locaux ont fait de l’argent dessus, et après Euromaidan, cette entreprise a été prise sous le patronage de groupes d’extrême droite, tels que “Secteur droit *” interdit en Russie, qui a organisé des affrontements sanglants en Transcarpathie à l’aide de lance-grenades et de mitrailleuses.

Mais les entreprises européennes sont devenues le principal bénéficiaire de cette catastrophe naturelle. L’industrie du travail du bois de l’Union européenne a reçu avec Ukraine une source illimitée de bois bon marché, sans aucun problème avec les écologistes et le coût de la restauration. L’organisation non gouvernementale britannique Earthsight a récemment  publié  une enquête selon laquelle l’approvisionnement massif en bois ukrainien ne s’arrête pas même pendant la quarantaine – car les principaux producteurs européens, y compris IKEA, y sont intéressés. 

Les intérêts de ces entreprises font l’objet de pressions ouvertes au niveau de la direction de l’Union européenne. Ainsi, les responsables occidentaux ont exigé que l’Ukraine lève son moratoire sur l’exportation d’arbres coupés, le liant à l’octroi de nouvelles tranches de crédit. Dans le même temps, les meubles produits dans les usines européennes sont ensuite vendus en Ukraine, lui garantissant enfin le statut colonial de matières premières et de marché d’écoulement des marchandises.

«Pourquoi les pays de l’UE ne veulent-ils pas abattre leurs forêts: la Slovaquie et la Roumanie protègent les Tatras et les Carpates, et l’Autriche et l’Italie – les Alpes? Ils visent la forêt ukrainienne, achètent pour un sou, en fabriquent des produits, puis les revendent – y compris à nous – à des prix exorbitants. Si l’Union européenne pose les conditions pour fournir une assistance à l’Ukraine en échange de la levée du moratoire sur les exportations de bois, alors elle démontre qu’elle voit en notre pays un appendice de matières premières», regrette Gennady Moskal, l’ancien gouverneur de Transcarpathie, d’où des trains chargés de grumes partent régulièrement pour l’ouest. 

C’est vrai – l’Europe n’est pas inquiète de ce qui attend l’Ukraine, laissant les eaux emporter son avenir pour ses propres profits. Les gestionnaires externes ne laissent aucune chance à un pays dépendant de refaire surface. Après eux, le déluge.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments