Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les élections c’est comme l’erre d’un bateau

Quand on coupe le moteur d’un bateau, celui-ci poursuit longtemps sur sa lancée… Il en est ainsi d’une élection, on ne refait pas le terrain, on l’utilise. C’est d’ailleurs pourquoi un parti révolutionnaire même s’il a choisi une stratégie qui articule élections et luttes sociales ne peut pas se limiter à tout faire passer par le filtre électoral: action, analyse de la situation, et surtout formation des militants, organisation. Il faut analyser la situation électorale par rapport à nos perspectives politiques et non subordonner celles-ci à la situation électorale. Mais il s’agit d’un test important.

Celui-ci dit deux choses incontournables, premièrement le rejet de Macron et des siens. deuxièmement ce rejet a pris des formes diverses ,il y a les scores catastrophiques, mais l’abstention massive en est la plus évidente.

Donc ces élections municipales ont été ce qu’elles ont été, marquées par une forte abstention qui a touché en priorité la classe ouvrière et les couches populaires. Il est assez évident que celles-ci ne voient plus d’issue dans les élections et des alternances qui n’en sont pas. Nous sommes alors proches d’une situation comparable à celle des États-Unis: tout est fait par le pouvoir pour favoriser ce rejet passif de la classe ouvrière et pour accroître ses divisions internes y compris ethniques.

IL y a parallèlement la montée du mécontentement des couches moyennes, diplômées, urbaines qui ont tendance à passer d’une social-démocratie à l’autre . Elles prétendent à une sorte de leadership mais elles n’arrivent pas à rassembler les couches populaires . C’est le sens de ce qu’on a appelé “la vague verte” et qui connait son plafond à cause de cette abstention massive et de la force de la droite. On nous l’a présenté tout au long de la soirée des résultats comme mue de son propre mouvement sans voir que l’élan est celui des forces de gauche, sans cette coalition elle échoue comme à Lille, il faut analyser au cas par cas ce qu’il y a dans ces rassemblements et ancrer la préoccupation écologique dans la justice sociale, la souveraineté. L’écologie n’est pas un parti et chaque coalition locale s’est présentée sous cette étiquette “porteuse”, ce qu’il en est sur le terrain mérite analyse. Il est des rendez-vous incontournables dans les politiques, celui des choix sociaux mais aussi le choix des énergies.

Est-ce que nous allons poursuivre sur la thèse qui prévaut depuis Robert Hue: accompagner ces mutations “sociétales”, les accélérer sous couvert de”modernité”? Ou allons-nous au contraire choisir de faire face en nous appuyant sur les luttes, celles du service public, du monde du travail… créer les conditions d’une véritable bataille pour l’environnement et pour l’incontournable “question sociale”? Cela suppose un parti qui soit différent de celui qui est un simple agent électoral, un parti de militants, et pas simplement d’adhérents.

Ce souci de mobiliser les couches populaires sur des bases de classe a été exprimé dans toutes les déclarations de Fabien Roussel tout au long de la soirée et on peut y voir là une espérance.

Dans un tel contexte, celui créé volontairement par le pouvoir, ses médias, dans la difficulté d’un combat sur le terrain, on peut féliciter les communistes qui partout se sont battus avec courage alors que partout tout a été fait pour minimiser leur poids réel, quitte à voir se constituer des alliances inattendues pour les faire perdre. Le cas du très beau combat du Havre est là pour le prouver, mas il est des défaites qui peuvent créer les conditions de la victoire. Ceux qui ne se faisaient pas d’illusion sur la nature du combat mais ont su malgré tout poursuivre une politique d’union ancrée sur les problèmes de fond, l’emploi, la santé et y compris l’environnement remportent des victoires comme nos camarades de Vénissieux, de Villejuif, dans le Pas de Calais… Mais pas seulement, ce qui demeure frappant malgré le choc de la perte de Saint Denis, Aubervilliers, Valenton, et d’autres villes du Val de Marne, c’est des reconquêtes, et aussi la bonne résistance dans les petites villes, celles où la classe ouvrière de plus en plus chassée non seulement des centres des grandes villes, mais de la périphérie immédiate doit se déporter.

Il s’agit donc d’analyser les transformations mais de le faire non comme des “sociologues” mais en relation avec une pratique politique toute entière orientée vers l’intervention populaire, le rôle des syndicats, du parti…

Un mot sur Marseille, le printemps marseillais qui regroupait toute la gauche et avait été précédé d’un véritable effort de participation citoyenne a fait un très beau score. Il a su partiellement canaliser la colère contre le “système Gaudin”, son inertie, sa corruption. Si l’on compte en voix, le système Gaudin est à terre au point que la candidate Vassal est battue dans son propre arrondissement. Mais pourtant rien n’est joué parce que c’est un scrutin par arrondissement et que la tête de liste écologie Rubirola n’a pas la majorité dans les secteurs L’inconnue est entre autres Samia Ghali dans le 15-16, jadis fief du PCF. Parce que le parti communiste a raté de peu son retour dans les quartiers nord, comme sa tête de liste avait été battue au premier tour dans le XIIIème arrondissement celui tenu par le Front National et raflé par la droite.

Le scrutin par arrondissement réserve bien des surprises et il faut penser la totalité de la ville, voir ce qui a été singulièrement absent la métropole. A Marseille, depuis toujours il y a une constante, la droite et le PS s’unissaient pour empêcher que les communistes aient une représentation digne de leur audience et de ce qu’est réellement cette ville. Le réflexe a encore joué et si le printemps marseillais n’arrive pas à faire élire son maire parce qu’il n’aura qu’une majorité relative et que la droite trouvera de la ressource dans le vieux système clientéliste de l’ancien PS, la mairie aura été perdue dans les quartier populaires. Rien n’est joué! Mais la victoire de Ghali est une autre figure de la “dépolitisation” des quartiers populaires.

C’est sur fond de difficulté dans les quartiers nord populaires que l’élimination du Rassemblement national peut favoriser un maintien du “système” que le printemps marseillais a espéré chasser, avec en toile de fond Marseille métropole et Renaud Muselier reprenant les rênes d’une droite qui a conservé ses forces.

Dans l’ensemble du département les communistes maintiennent l’essentiel de leurs positions, mais il y a une incontestable poussée de la droite et la perte attendue de deux “bastions” Arles et Gardanne. Les jeux politiciens, les divisions entre élus, ont pris le pas sur ce qui était jadis une discipline de parti. Cela aussi doit être analysé parce que c’est une tendance de fond d’un parti où le poids des élus devient prépondérant. Rien de tout cela n’était obligatoire.

Bref ce qui a manqué au rassemblement de la gauche le plus souvent c’est ce que doit faire le PCF:un ancrage plus fort dans la classe ouvrière, dans le monde de l’entreprise, autant que dans les quartiers populaires et personne ne le fera à sa place ou alors ce sera pour dévoyer la situation y entretenir un clientélisme mafieux.

Il faudra beaucoup réfléchir à tout cela dans le cadre de la préparation du prochain congrès. Personnellement n’appartenant plus au PCF, j’observerai comme “sympathisante” les débats, ce blog y contribuera à sa manière en apportant textes et analyses qui éclairent les enjeux. L’audience de ce blog ne cesse de croître et il est désormais lu par beaucoup de militants qui en discutent, répercutent les analyses et sans toujours en adopter la totalité, font partie de leurs échanges.Donc, ce que je retire de ces élections est que le PCF ne peut pas continuer à se jouer à chaque élection, il a un tout autre rôle à jouer, un rôle indispensable et qui le sera plus encore demain qu’aujourd’hui avec l’aggravation de la crise économique et la manière dont le pouvoir est prêt à faire toujours plus payer l’addition à la classe ouvrière, aux couches populaires, celles dont ce vote a montré l’urgence de les gagner à une perspective politique.

Cela sera très difficile mais essentiel, si par malheur les rafistolages électoraux prenaient la place d’une véritable perspective que le parti communiste doit offrir, à savoir le socialisme, une politique de rupture au plan intérieur comme au plan international, en Europe en priorité, mais pas seulement, l’effacement, la réduction comme une peau de chagrin deviendrait la poursuite de l’erre d’un bateau qui mène notre pays au naufrage. La reconquête ne peut pas être simplement électorale.

Quelquefois se poser les bonnes questions peut aider à avancer… Ainsi en est-il de celles que l’on peut tirer de ce scrutin, l’abstention qui grandit et qui touche la classe ouvrière et les couches populaires exige un débat autour de trois grandes questions:1) le mouvement du monde, la fin du capitalisme occidental et ses aspects de plus en plus destructeurs des êtres humains comme de l’environnement, le poids spécifique de l’UE, le rôle joué par les pays socialistes, la manière dont ils revendiquent la paix et la vie, la coopération. 2) La France , la “dépolitisation” multi-forme des couches populaires, l’aggravation de l’assaut contre l’emploi et les services publics, la lutte ne peut être menée que dans une perspective de rupture : le socialisme, celui qui correspondra à notre histoire autant qu’aux problèmes actuels engendrés par la politique néolibérale 3) le parti qu’il faut pour mener une telle politique? Évitons les leurres, les questions qui divisent inutilement et restons sur le fond…

Danielle Bleitrach

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

Merci votre analyse me redonne du moral. Le résultat du Havre ne m’a pas surprise . La tête de liste a fait campagne “derrière ” tous ceux qui l’ont soutenue et ils ėtaient nombreux et ailleurs aussi les rėsultats ne pouvaient pas être autrement et vous l’expliquez très bien. Ce qui m’ėnerve est qu’å chaque ėlection on se congratule et on doit être content. Et pourtant on disparaît rėguĺièrement.

Merci Danielle, J’apprécie grandement cette analyse. Moi aussi militant du PCF de 1972 à 2009, puis hors du parti, je considère que l’orientation prise par le PCF ne pose pas dans l’action concrète la nécessaire organisation peuple-classe ouvrière/parti qui existait auparavant avec l’existence des cellules dans les quartiers et les entreprises. Le PCF est devenu un parti qui fonctionne pour les élections et qui prend le critère électoral comme l’alfa et l’omega de l’action politique, et ce dans un contexte où les élections ont été dénaturées du sens démocratique qu’elles avaient avant 2005, date à laquelle la droite et la… Lire la suite »