Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Alors qu’il perd le décompte de ses morts, Pompeo demande des comptes sur Cuba

Il y a dans l’acharnement contre Cuba, dans la répétition insensée à propos de ce petit pays de ce qui a été dit sur la Chine, sur l’OMS, une sorte de défi au bon sens humain. Il faut toute la complicité des salles de rédaction occidentales pour que ce type de discours sont encore toléré et celui qui le porte ait encore et toujours droit à la qualification de pays démocratique. Cela dit simplement la complicité des assassins (note et traduction de Danielle Bleitrach).

En tant que personne qui jouit d’une certaine immunité pour se ridiculiser, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a attaqué l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) pour son rôle de facilitateur dans la collaboration médicale que Cuba a fournie au Brésil, par le biais du programme More Doctors bien connu.

Auteur: Raúl Antonio Capote | internacional@granma.cu

Auteur: Dilbert Reyes Rodríguez | dilbert@granma.cu

12 juin 2020

En proie à l’arrogance typique du pouvoir qu’il représente, il considère qu’il a le droit de demander des comptes à quiconque ne correspond pas à ses intérêts et, par conséquent, Prensa Latina rapporte que le politicien a demandé à l’agence d’expliquer le rôle qu’elle a joué dans l’envoi dans les Terres brésiliennes de médecins cubains, ce qu’il appelle «le travail forcé».

Il est tellement convaincu de ses «droits» de poursuivre et de punir à volonté qu’il croit très probablement que personne ne réalise les objectifs désespérés qui sous-tendent la fabrication obsessionnelle des mensonges que lui et son président compadore lancent: ils ont un besoin urgent de trouver les boucs émissaires qui détournent l’attention d’un monde qui observe à la fois la terrible gestion de la pandémie et les colossales manifestations antiracistes qui éclatent dans leurs propres rues. 

Trump s’était déjà lancé dans des déclarations visant à jeter pareil discrédit envers l’OMS, en faisant état de critiques absurdes pour sa relation avec la Chine; une ligne dramatique que Pompeo répète maintenant dans la conduite des opérations, en s’appuyant sur les poursuites “toujours utiles” contre Cuba.

Bien que ce qui a été fait récemment par la Grande Antille, en termes de solidarité, soit suffisant pour convaincre une bonne partie du monde des véritables fins de leur collaboration médicale; dans le cas du Brésil, certains chiffres pourraient aider à révéler le cynisme ridicule de Pompeo: la présence cubaine à Más Médicos, qui a commencé en août 2013 par le biais des opérations, a amené au Brésil environ 20 000 professionnels qui, sur cinq ans, ont traité plus de 113 millions de patients dans quelque 3 600 municipalités, jusqu’à ce que l’acolyte de Trump, Jair Bolsonaro, crée les conditions pour mettre fin à la coopération.

Il existe d’autres chiffres mondialement connus: 2 500 professionnels de la santé recrutés dans 26 pays pour lutter contre Covid-19, en plus des 28 000 déjà dans 59 pays; 80% des patients gravement atteints et gravement malades sont sauvés à Cuba, alors que dans le monde, ils meurent; sur l’île 84 décédés, alors qu’à Miami Dade 784, sans parler des États-Unis qui portent sur leur dos l’horrible chiffre de 112 000 cadavres.

Des médecins esclaves? Allez, Don Pompeo, pour voir au Pérou, en Italie ou en Andorre, puisque des Cubains ont travaillé là-bas, puis comparez comment leurs amis en Équateur, en Bolivie et au Brésil s’en sont sortis. Allez vous demander, qui respire l’humanité dans les mots, comme ceux que vous avez en rappelant l’étape la plus bénéfique et la plus généreuse de votre vie: «J’étais le directeur de l’entreprise. Nous mentons, nous trichons et nous volons »

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments