Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La propagation du COVID-19 sur les marchés émergents entraîne une nouvelle série de chocs pour l’économie mondiale

Un diagnostic d’un groupe d’experts chinois met en garde les pays émergents sur leurs choix politiques. Il s’agit de pays particuliers par la taille de leur territoire et de leur population occupent une place à part parmi les pays émergents les plus avancés. Ce sont les BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine)… C’est grâce à leur insertion dans la mondialisation que les pays émergents se développent. et avec eux de nouvelles relations sud-sud. La Chine les mets en garde, et désigne en particulier le Brésil et l’Inde, mais aussi d’autres pays d’Asie dont les choix stratégiques se rapprochent des USA. C’est un constat mais aussi un appel à serrer les rangs, il faut dans l’économie comme dans la pandémie choisir sa voie (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Source: Global Times Publié: 2020/5/5 18:58:400

https://www.globaltimes.cn/content/1187459.shtml


Illustration: Luo Xuan / GT

Alors que la pandémie de coronavirus connaît une accélération de la situation dans les marchés émergents, une troisième série de coups portée à l’économie mondiale se dessine et les économies de marché émergentes seront confrontées à des défis plus difficiles.

Bien que la propagation du COVID-19 ait vu des courbes aplaties en Europe et aux États-Unis, avec des pays et des régions essayant de promouvoir la reprise économique, la pandémie entre maintenant dans une nouvelle phase après s’être diffusé le long du chemin de l’Asie de l’Est vers l’Europe et l’Amérique du Nord, puis désormais en Asie, en Afrique et en Amérique latine.

Contrairement aux pays développés, qui ont des systèmes économiques relativement complets et équilibrés, les économies de marché émergentes ne sont pas très solides en termes d’écologie et de mécanisme économiques et risquent de ce fait plus de dommages. Cet écart va, en même temps, engendrer un nouveau cycle de chocs pour l’économie mondiale.

Selon les données du CDC africain de mardi, le nombre total d’infections confirmées en Afrique a atteint 47 118, avec 1 843 décès. En Amérique latine, le nombre de cas confirmés au Brésil a dépassé les 100 000, selon les données de l’Université Johns Hopkins mardi. Pendant ce temps, le virus se propage également en Asie du Sud-Est, notamment en Inde, à Singapour et en Indonésie.

En fait, certains marchés émergents ont déjà connu des ralentissements économiques en raison de problèmes structurels économiques à long terme. La pandémie a pesé sur les contractions et pourrait même les entraîner dans la crise. Les deux séries précédentes d’épidémies en Chine, en Europe et aux États-Unis ont déjà eu un impact négatif sur les marchés émergents avec des turbulences sur les marchés financiers et pétroliers et les devises de ces économies ont connu différents niveaux de dépréciation.

Dans la phase actuelle de la pandémie, les marchés émergents peuvent subir un impact plus large sur l’économie et la société en raison des systèmes médicaux relativement faibles et des populations importantes. Les pays peuvent même subir des stagnations économiques au milieu des quarantaines et des blocages, car ils dépendent davantage du marché mondial, en particulier pour les économies de l’énergie et les exportations. Par exemple, le Brésil et l’Afrique du Sud ont une proportion relativement plus élevée de secteurs de services, et la Thaïlande dépend fortement de l’industrie du tourisme, tandis que l’Arabie saoudite et la Russie dépendent davantage du secteur pétrolier.

Les nouveaux défis posés par la pandémie se manifesteront sous des aspects tels que l’intensification du déséquilibre de l’offre et de la demande de pétrole et la turbulence des prix des biens. Pendant la contraction économique, la demande du marché mondial a connu des contractions turbulentes et les pays exportant des matières premières ou des ressources sont soumis à une pression croissante.

De plus, les marchés financiers et commerciaux des marchés émergents seront affectés par la dépréciation des devises. Alors que la demande extérieure s’affaiblit au milieu de la pandémie, la pression du déficit de la balance des paiements dans les économies de marché émergentes va encore augmenter, ce qui à son tour accélérerait la dépréciation de la monnaie et pourrait même provoquer une crise monétaire.

En outre, le risque de défaut de paiement de la dette a fortement augmenté. La turbulence des marchés financiers et la hausse des coûts de financement peuvent encore déclencher une série de défauts de paiement, voire conduire à une crise de la dette régionale.

En conséquence, les marchés émergents seraient plus durement touchés, perdraient davantage et même généreraient une réaction en chaîne dans le cadre de la nouvelle phase de la pandémie.

Les marchés émergents et les pays en développement ont contribué à hauteur de 47,8% à la croissance économique mondiale en 2018, et si les économies émergentes sombrent dans une crise, l’économie mondiale mettra plus de temps à reprendre.

L’article a été compilé sur la base d’un rapport du groupe de réflexion stratégique privé basé à Beijing Anbound. bizopinion@globaltimes.com.cn

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments