Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La Chine demande la suspension du recouvrement de la dette des pays en développement

Image réactive
Image réactive

LA HAVANE, LE 31 MAI 2020

ORGANISME OFFICIEL DU COMITÉ CENTRAL
DU PARTI COMMUNISTE DE CUBA

Lors d’un sommet virtuel, les gouvernements du monde entier et les organisations internationales ont discuté de la manière de soutenir les États les plus vulnérables face à la pandémie et comment atténuer les effets de la crise économique

30 mai 2020 10:05:42

La Chine a appelé les créanciers multilatéraux et privés à prendre des mesures et à se joindre à la suspension et à l’allègement de la dette des pays en développement, a rapporté Telesur.

“Les droits de tirage spéciaux supplémentaires accordés par le Fonds monétaire international (FMI) sont également essentiels pour atténuer le manque de liquidités dans les pays en développement”, a déclaré une déclaration chinoise publiée lors de la réunion virtuelle de haut niveau sur le financement du développement à l’ère de COVID-19 et au-delà.

Convoqué par le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, le Premier ministre de la Jamaïque, Andrew Holness, et le secrétaire général des Nations Unies (ONU), António Guterres, l’événement virtuel était dédié à la promotion de solutions à l’urgence de développement causée par le pandémie.António Guterres@antonioguterres

Dans son discours, la Chine a déclaré “qu’elle travaillera avec toutes les parties pour parvenir rapidement à un consensus sur cette question, afin que le FMI progresse en conséquence”.

Elle a ajouté que la pandémie se propageant à travers le monde, les pays en développement sont confrontés à des défis croissants en matière de financement du développement.

Elle a dit qu’elle sympathise avec les difficultés des nations dans cette situation et “soutient la communauté internationale dans ses efforts conjoints pour aider les pays en développement à mobiliser des ressources pour lutter contre la pandémie et stabiliser leurs économies”.

Avec la participation de plus de 50 chefs d’État et de gouvernement, la réunion de haut niveau a été la réunion la plus inclusive des pays afin de se concentrer sur la reprise socioéconomique et les besoins financiers au milieu de la pandémie.

Pour sa part, le président haïtien Jovenel Moïse a averti que la pandémie de COVID-19 aura de profondes répercussions humaines, sociales et économiques dans le monde, mais ses conséquences seront bien plus importantes dans les pays en développement.

ENVOYER

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments