Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le capital misère de l’Amérique hors de contrôle

Le pays le plus puissant du monde a des zones qui ressemblent à Calcutta, le rêve américain devient pour certains le mirage américain, il ne sert à rien de distribuer de l’argent, il faut comprendre ce qui conduit à cette situation (note et traduction de danielle Bleitrach)

Le nombre de sans-abri augmente pour la première fois en sept ans alors que la situation d’urgence à Los Angeles explose

Autres838Envoyer par courrierImprimer

Des tentes bloquent les trottoirs de la sixième rue, sur Skid Row, au centre-ville de Los Angeles. Vidéo: ‘Christmas Day’, de @PlasticJesus APU GOMES

PABLO XIMÉNEZ DE SANDOVAL

Les anges 31 DÉC.2017-11: 14 CET

“Je ne l’ai jamais vu rien de pire.” Celui qui dit cela en marchant dans la sixième rue au centre-ville de Los Angeles, en Californie, a tout vu en matière de misère. Il est l’agent Deon Joseph, avec deux décennies d’expérience en patrouille au poste de police central de la ville, situé au milieu de la plus grande concentration de sans-abri aux États-Unis, le quartier connu sous le nom de Skid Row.

Les chiffres officiels sont d’accord avec l’agent Joseph. Au moins depuis qu’il est dans le quartier, ça n’a jamais été à ce niveau là. La situation des sans-abri à Los Angeles, que les autorités locales ont déjà qualifiée d ‘”urgence”, est devenue un problème national, les derniers chiffres du phénomène aux États-Unis ayant été révélés ce mois-ci. Le nombre de sans-abri a augmenté de 1% dans le pays, la première augmentation en sept ans.

L’ augmentation spectaculaire dans le comté de Los Angeles , avec 23% de sans-abri supplémentaires en un an pour près de 58 000 personnes, explique les chiffres nationaux. Sans la région de Los Angeles, la population des sans-abri aurait chuté de 1,5%. Les chiffres ont augmenté sur la côte ouest. Sur les sept zones urbaines comptant le plus de sans-abri, cinq se trouvent sur s le Pacifique (Los Angeles, Seattle, San Diego, San José et San Francisco).

Il y a 553 000 sans-abri aux États-Unis selon le dernier recensement du ministère du Logement , publié début décembre. C’est 0,17% de la population, un pourcentage supérieur au Mexique (0,04%), mais inférieur au Canada (0,44%), au Royaume-Uni (0,25%) ou à la Suède (0,36%), selon les derniers chiffres compilés par l’OCDE. Un sur cinq vit à New York ou à Los Angeles. En chiffres absolus, New York est la plus itinérante des États-Unis, avec plus de 76 000 personnes. La différence, c’est qu’à New York, 90% ont un endroit où passer la nuit. Trois sans-abri sur quatre à Los Angeles n’ont pas de lit dans un abri ou une solution temporaire.

Un trottoir sur Skid Row, cette semaine.
Un trottoir sur Skid Row, cette semaine. APU GOMES

De plus, la différence de temps (la température maximale à New York cette semaine a été de -5 degrés et à Los Angeles, 26) fait que le phénomène est à l’extérieur, sur les trottoirs de la ville. Et c’est à Skid Row que ce théâtre de la misère américaine montre son visage le plus grossier. La moitié des sans-abri de la ville de Los Angeles est concentrée dans les 50 blocs de Skid Row. Le détective Harry Bosch des romans policiers de Michael Connelly dit ceci: “Vous traversez une rue et vous êtes à Calcutta.” 

L’officier Deon Joseph patrouille à pied sur la chaussée de la sixième rue parce que les trottoirs ne peuvent pas être utilisés. Ils sont un amalgame de tentes, de déchets, de ferraille dans lesquels vivent des milliers de personnes. Parfois, l’odeur est fétide. Certains l’approchent pour lui dire bonjour ou lui parler de leurs problèmes. Joseph dit que ces personnes ont été victimes de gangs, qui facturent le site sur les trottoirs, en argent (jusqu’à 200 $ par mois) ou en services, du trafic de drogue à la prostitution. Dans certaines de ces tentes, explique-t-il, ils ont trouvé des armes.  Les viols sont courants. Des voitures haut de gamme sont garées à côté de personnes inconscientes sur le trottoir que tout le monde ignore. La criminalité dans la région “est hors de contrôle”, explique Joseph, à cause du trafic de drogue.

L'agent Deon Joseph traite les plaintes d'une femme sur Skid Row.
L’agent Deon Joseph traite les plaintes d’une femme sur Skid Row. APU GOMES

Dans un coin, nous trouvons Jennifer de León. Pratiquement sans dents, il explique qu’il a 40 ans et qu’il vit dans ce coin depuis 2009 dans un magasin qui au depart était minuscule mais qui occupe aujourd’hui environ six mètres carrés. Ses parents vivent à Desert Hot Springs, à deux heures d’ici. IL ne leur parle pas. Il vit d’une pension de sécurité sociale depuis l’âge de18 ans, qui s’élève aujourd’hui à 997 $, et pourtant il est toujours dans la rue. C’est simplement sa vie. Il s’est retrouvé ici après s’être accroché au crack et à la méthamphétamine. Il se douche à l’auberge la plus proche. S’il n’a pas à y aller, il se soulage dans un seau et le jette dans la rue.

Le capital misère de l'Amérique hors de contrôle

Midnight Mission est l’un des plus anciens refuges de Skid Row, fondé en 1914. “Dans la crise de 29, nous servions un million de repas par an”, explique Joey Weinert, coordinateur des bénévoles du refuge. Ici, ils viennent manger, mais aussi passer la nuit et, si la personne parvient à se stabiliser, Midnight Mission propose une solution d’hébergement temporaire qui lui permet de reconstruire sa vie. “Si vous demandez de l’aide, c’est le cas”, explique Weinert. Tous les habitants des trottoirs Skid Row peuvent manger trois fois par jour, obtenir des vêtements propres et accéder à l’hygiène personnelle. «C’est comme la Mecque des sans-abri. Voici tous les services ».

Jennifer de León, 40 ans, dans le magasin où elle vit sur Skid Row.
Jennifer de León, 40 ans, dans le magasin où elle vit sur Skid Row. APU GOMES

Les causes de l’augmentation du sans-abrisme sont diverses et profondes. Weinert cite l’augmentation de la consommation de drogues, les effets à long terme de la crise économique, ainsi que la crise du logement dans le comté de Los Angeles, où la hausse des prix érode rapidement la classe moyenne. C’est la raison la plus largement acceptée par les autorités locales, dans toutes les villes de la côte ouest. On note également que les sans-abri viennent d’autres endroits, sachant que cette vie peut être menée ici. “Si vous êtes dans la rue à Chicago à cette période de l’année et qu’ils vous proposent un billet de bus pour la Californie, vous partez.”

La situation s’aggrave depuis deux ans en dehors du centre-ville. Des tentes apparaissent du jour au lendemain dans tout Los Angeles. La situation est si évidente que cette année, les électeurs ont voté deux fois lors d’un référendum pour augmenter les impôts afin de recueillir un total de 4,7 milliards de dollars en 10 ans pour construire au moins 15000 places dans des résidences permanentes pour les sans-abri et les services dont ils ont besoin. La semaine dernière, le maire a inauguré la première de ces œuvres.

Weinert ne pense pas que mettre de l’argent pour résoudre le problème soit la solution. “Si vous donnez un appartement à un accro au crack, ses amis vont y entrer et ce que vous avez fait, c’est mettre en place un abri sûr et crack.” Vous ne pouvez pas résoudre la situation d’une personne dans la rue sans d’abord résoudre les raisons pour lesquelles elle est dans la rue, explique-t-il, en particulier la toxicomanie et les problèmes mentaux. “Notre pays ne traite pas avec les pauvres et les faibles.”

“LE RÊVE AMÉRICAIN DEVIENT RAPIDEMENT LE MIRAGE AMÉRICAIN”

Les États-Unis, l’un des pays les plus riches du monde et la «terre des opportunités», deviennent le champion des inégalités. C’est la phrase qui commence le communiqué du 15 décembre dernier de Phillip Alston, le rapporteur spécial des Nations Unies pour l’extrême pauvreté. Alston s’est retrouvé à Skid Row, à Los Angeles, pour un voyage de deux semaines à travers la Californie, l’Alabama, la Géorgie, la Virginie-Occidentale, Washington DC et Porto Rico pour observer l’état de pauvreté dans le pays le plus riche du monde. Sa conclusion est que «le rêve américain devient rapidement le mirage américain».

Le rapporteur cite les chiffres du recensement, selon lesquels 40 millions d’Américains vivent dans la pauvreté et 18,5 millions d’entre eux dans l’extrême pauvreté. Alston se lance dans la politique, puis critique les effets possibles de la réforme fiscale de Donald Trump sur les plus pauvres. Il dit que le plan “va déchirer des parties cruciales d’un filet de sécurité qui était déjà plein de trous”.

Dans le problème des sans-abri, en particulier, Alston considère que les chiffres officiels sont inférieurs aux vrais. Le rapporteur critique la «criminalisation» de la pauvreté pour les arrestations pour délits mineurs de personnes vivant dans la rue. Alston a publié une version préliminaire de son rapport il y a une semaine. La version finale sera publiée en avril.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments