Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Socialisme: un mot qui ne nous sera jamais plus étranger

Que les militants communistes français qui parfois n’osent pas défendre des mots si beaux et si forts parce qu’il y a trop d’anticommunisme, parce que le capitalisme a trompé le peuple écoute cette leçon d’une génération qui autour de Fidel, à la barbe et au nez des USA s’est proclamé socialiste et communiste face à l’invasion de la baie des cochons, le 16 avril et qui a répété son serment à la chute de l’URSS en 1991. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)

“Nous avons choisi le socialisme parce que c’est un système juste, un système beaucoup plus humain …”, a déclaré Fidel en 1991. Les Cubains de cette époque ont été déterminés à faire en sorte que ces paroles du leader révolutionnaire soutiennent chacune de leurs actions.

Auteur: Pedro de la Hoz | pedro@granma.cu

16 avril 2020 00:04:17

Aux hommes et aux femmes qui se sont rendus sur leurs positions en première ligne de défense contre l’agression, après avoir écouté le discours prononcé le 16 avril 1961 par le commandant en chef Fidel Castro, en guise d’adieu aux victimes de l’attaque aérienne la veille, ils n’étaient pas surpris par ce concept énoncé par lui: la révolution socialiste.

Il a dit exactement: «… ce qu’ils ne peuvent pas nous pardonner, c’est que nous sommes là sous leur nez et que nous avons fait une révolution socialiste sous le nez des États-Unis! (…) Et que nous défendions cette révolution socialiste avec ces fusils!, Et que nous défendions cette révolution socialiste avec le courage avec lequel hier nos artilleurs antiaériens criblaient les avions attaquants avec des balles! ».

Une stigmatisation a été laissé de côté et une nouvelle réalité a émergé. Le socialisme était, jusqu’à récemment, un mauvais mot. Synonyme de répression infinie, suppression des libertés, lavage de cerveau, annulation de l’individu, frustration de l’être humain. Le communisme était bien pire: des histoires diffusées par les équipes du Readers Digest jusqu’aux figures des Black Hawks. Il fallait dépasser les sombres histoires derrière le rideau de fer et la consécration du mouvement communiste international en tant qu’ennemi numéro un du système interaméricain, selon la Déclaration de Caracas de 1954, passant par la circulation dans certains médias intellectuels de la diffamation The Great Scam , par les traitres péruviens d’Eudocio, car il n’y a rien de mieux qu’un renégat pour s’étendre sur la perte de prestige de ses anciennes affiliations.

Un récit poignant inculqué aux gens simples était que le communisme et le socialisme équivalaient au fait que vos enfants allaient vous être enlevés, que vous alliez mourir de faim, que si vous étiez pauvre, vous seriez encore plus pauvre. Lorsqu’un militant communiste brillait de ses propres mérites, il se disait: tel ou tel est intelligent, dommage qu’il soit communiste. Ou si c’était une personne décente, quel dommage , il ne ressemble pas à un communiste.

Les Cubains de cette époque n’avaient pas lu Marx, Engels ou Lénine, ni entendu parler de Gramsci ou Rosa
Luxemburg, mais ils n’avaient pas besoin de déchiffrer Mariáte gui pour comprendre, en pratique, ce socialisme cela signifiait la création héroïque; tandis que le sens commun de la lutte indiquait alors, et bien plus avec le temps, que le socialisme et l’idéologie de Marti apparaissaient comme une articulation possible et nécessaire.

La pratique révolutionnaire a dicté le cours des événements. Ils ont compris avec Fidel que l’impérialisme était irrité par “la dignité, l’intégrité, le courage, la fermeté idéologique, l’esprit de sacrifice et l’esprit révolutionnaire du peuple cubain”.

À Girón, les combattants sont allés défendre le socialisme, comme ils le feront plus tard dans l’éradication des gangs contre-révolutionnaires et dans la crise d’octobre. Eux et leurs successeurs ont défendu le socialisme des distorsions et des dogmatismes, des réductions et des opportunismes, des disqualifications et des trahisons. Au nom du socialisme, ils partagent une éthique de solidarité à l’intérieur et à l’extérieur de l’archipel.

“Nous avons choisi le socialisme parce que c’est un système juste, un système beaucoup plus humain …”, exprimait Fidel en 1991. Les Cubains de cette époque sont déterminés à faire en sorte que ces paroles du leader révolutionnaire soutiennent chacune de nos actions.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments