Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Une Enclave terroriste dirigée par des mercenaires syriens en cours de création en Tunisie

Tandis que les peuples sont confinés, les manœuvres du Grand jeu pour installer les pions se poursuivent. Si l’on admet que dès l’origine, il y a eu entre l’Occident, les USA mais aussi la France des intérêts liés avec les terroristes dits islamistes, en Libye comme en Syrie, nous voyons que la Turquie qui n’agit pas indépendamment de l’OTAN prend position autour de la Méditerranée, tandis que l’armée américaine s’installe de manière permanente en Pologne et invite les peuples à financer sa domination en augmentant la part des budgets consacrés à l’armement. Notons que depuis des années (exactement depuis l’expédition en Yougoslavie) il n’y a pas une force politique en France et singulièrement pas la gauche et le PCF qui n’ait approuvé sous couvert des droits de l’homme toutes ces expéditions criminelles. Malheureusement vu qu’au PCF les responsabilités sont restés aux mains des mêmes en matière internationale, sans parler de la presse, je ne vois pas comment il sera possible de changer les choses et mener y compris une politique en faveur des services publics et des travailleurs si on accepte un tel contexte. Tous les discours sur le sauvetage de l’hôpital et de la recherche se heurteront à ce fait contraignant de notre participation au pillage et à la guerre livrée aux peuples (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Rubrique: Politique Région: Afrique

Les terroristes qui ont fui Idlib (en Syrie), en partie à cause des mesures prises par la Turquie, se dispersent dans toute l’Afrique, ce qui constitue une menace pour la sécurité de toute la région nord-africaine.

Aujourd’hui, leur nombre est particulièrement élevé en Libye et en Tunisie. Selon de nombreux commentateurs, la Turquie, dans son désir de ne pas sacrifier son personnel militaire pour protéger ses propres intérêts géopolitiques en fournissant une assistance militaire au gouvernement d’accord national (GNC) de Fayez al-Sarraj, a montré sa volonté de transformer la Libye et la Tunisie en pépinière du terrorisme en dirigeant activement des mercenaires vers ces deux pays.

La raison pour laquelle Ankara a choisi la Tunisie comme l’une des destinations des militants syriens est qu’après la victoire d’Ennahda, un parti islamiste modéré, aux élections législatives tunisiennes d’octobre 2019, les islamistes ont commencé à consolider leur position dans ce pays. En outre, il convient de souligner que l’idéologie d’Ennahda s’est inspirée, à bien des égards, de celle des Frères musulmans (une organisation terroriste interdite en Russie), que la Turquie et le Qatar soutiennent activement. Il est important de ne pas oublier que la Turquie est une nation dont le leadership est constitué d’islamistes modérés ou plus précisément proches des Frères musulmans en Turquie. Par conséquent, ce n’est un secret pour personne que les unités armées soutenant le GNC de Fayez al-Sarraj et les dirigeants turcs partagent une certaine idéologie (bien que, bien sûr, il existe également des différences).

La Tunisie a subi des épreuves depuis l’éviction de Zine El Abidine Ben Ali, son président autocratique, il y a 9 ans. La nation qui s’est concentrée sur le développement de son industrie touristique en construisant des centaines d’hôtels de haute qualité sur son littoral a dû faire face à de graves défis en raison d’attaques terroristes qui ont eu un impact négatif sur le secteur du tourisme en Tunisie et ont laissé de nombreux Tunisiens sans travail. Ainsi, ce n’est pas un hasard si plus de 6 000 Tunisiens ont rejoint Daesh (une organisation terroriste interdite en Russie) dans l’espoir d’atteindre la stabilité financière tout en luttant contre les «non-croyants» en Syrie et en Irak. Un certain nombre de politologues occidentaux pensent que les Tunisiens de souche et les citoyens tunisiens constituaient la plus grande unité de Daech.

Ces derniers mois, alors que les Frères musulmans continuent de recevoir le soutien de la Turquie et du Qatar et du GNC de Fayez al-Sarraj de l’Ouest, les combattants de Daech ont agi activement en Tunisie depuis la Syrie et d’autres pays du Moyen-Orient afin d’accumuler des fonds financiers pour mener un guerre contre les civils. De nos jours, ce processus est facilité par la création d’une économie souterraine et divers programmes visant à financer des réseaux terroristes (c’est-à-dire l’établissement de camps d’entraînement et le recrutement de nouveaux membres) dans la nation nord-africaine.

En se joignant aux unités armées illégitimes du GNC, des militants syriens récemment arrivés créent régulièrement des provocations contre les forces armées libyennes, organisent des attaques contre des civils à Tripoli et volent et kidnappent des personnes. Certains médias ont signalé qu’il y en avait déjà plus de 4 000 en Libye et que la Turquie entraînait davantage de combattants dans des camps spéciaux situés dans les régions du nord-est de la Syrie. Selon un ancien terroriste arrêté en Tunisie, les premières recrues suivent une formation militaire initiale et sont ensuite immédiatement envoyées en Libye.

La Turquie continue de déplacer des militants de Syrie vers la Libye afin de soutenir le GNC en utilisant la Tunisie comme point de transfert. Des armes et des munitions sont livrées aux combattants en Libye par voie aérienne et maritime. Sur la base des données fournies par le service de suivi des vols FlightRadar24, le Boeing 747-412 d’Air Moldova a quitté Istanbul à 9 h 50 le 25 décembre 2019 et a atterri à l’aéroport de Misrata en Libye. Plus tôt, Ankara avait également fourni des militants (liés à maintes reprises à Daesh, Al-Qaïda et aux Frères musulmans, toutes les organisations terroristes interdites en Russie) soutenant le GNC en Libye avec des munitions, du matériel militaire et des entraîneurs. Selon des recherches menées par des journalistes, la première livraison importante d’équipement militaire, d’armes et de munitions est arrivée de Turquie le 18 mai 2019, AMAZON, un navire battant pavillon de la République de Moldova, est arrivé dans le port de Tripoli avec des véhicules turcs Kirpi II et Vuran MRAP (Mine Resistant Ambush Protected) pour les unités armées soutenant le GNC. Les organisations internationales ont également confirmé que la Turquie avait illégalement fourni des armes au gouvernement d’accord national. Selon un rapport publié par le Conseil de sécurité des Nations Unies, des livraisons ont également eu lieu du 27 mai au 21 juillet 2019 d’Istanbul et d’Ankara à l’aéroport de Misrata en Libye par voie aérienne. Le courtier d’avions pour tous les vols était la division turque de ProAir-Charter-Transport GmbH tandis que les transporteurs étaient les compagnies aériennes: JSC Ukraine Air Alliance et LLC SkyAviatrans.

Malgré un soutien extérieur, les militants ont subi des pertes importantes en Libye. Le 18 mars, les combattants du GNC et des mercenaires syriens ont attaqué des positions détenues par l’Armée nationale libyenne (LNA) à Ain Zara. En conséquence, l’ANL a tué 36 terroristes, dont 6 commandants, et en a blessé 200 autres. Ziad Balaam était parmi les blessés. Il a été transporté à Istanbul pour y être soigné mais le personnel médical turc n’a pas pu lui sauver la vie et il est décédé le lendemain de la bataille contre l’ANL. Ziad Balaam était l’un des terroristes les plus recherchés opérant en Libye. Il était membre d’Al-Qaïda (une organisation terroriste internationale interdite en Russie) et l’un des dirigeants du Conseil de la Choura des révolutionnaires de Benghazi. En septembre 2012,

À la suite des opérations militaires menées avec succès par l’armée nationale libyenne, dirigée par le maréchal Khalifa Haftar, afin de libérer la Libye des militants étrangers, les combattants soutenant le GNC sont retournés à leur point de transfert, la Tunisie, ces dernières semaines. Et en janvier de cette année, la sécurité de l’aéroport tunisien a arrêté Firas al-Saluqi (surnommé al-Wahshi), un ancien combattant du GNC arrivé à l’aéroport de Carthage avec un passeport turc. Le 8 janvier, le ministère tunisien de l’Intérieur a publié un communiqué déclarant que 19 autres personnes avaient été arrêtées pour avoir tenté d’entrer illégalement en Tunisie non loin de la frontière du pays avec la Libye. Il est désormais de notoriété publique qu’Ankara donne aux militants sous son emprise des passeports turcs pour leurs «réalisations» non seulement en Libye mais aussi en Syrie. En fait, des mercenaires syriens se battent actuellement aux côtés de GNC en Libye pour avoir la chance de devenir citoyens turcs.

Fin janvier, le Représentant permanent de la Tunisie auprès de l’Organisation des Nations Unies a déclaré que son pays était extrêmement préoccupé par l’arrivée de mercenaires syriens en Libye et a souligné qu’ils avaient été recrutés par la Turquie. Soi-disant, le nombre de mercenaires syriens destinés à combattre en Libye a déjà atteint 4 400. Environ 2 600 d’entre eux provenant d’unités militaires ont déjà été envoyés à Tripoli, tandis que 1 800 sont toujours formés dans des camps turcs pour aider le GNC, dirigé par Fayez al-Sarraj. Il est également notoire que de nombreux combattants sont recrutés dans la ville syrienne d’Afrin et dans un certain nombre d’autres colonies dans le nord-est de la Syrie.

Le gouvernement et certains tunisiens ont exigé que la Turquie cesse de soutenir les terroristes soutenant le GNC en Libye. Selon le Libyan Address Journal, des militants tunisiens ont organisé fin décembre une importante manifestation contre l’ingérence turque en Libye devant l’ambassade de Turquie. Ils ont exigé qu’Ankara cesse de soutenir les combattants du GNC en Libye qui, à plus d’une occasion, ont été liés à Daech, Al-Qaïda et aux Frères musulmans (organisations interdites en Russie). Les manifestants ont également exhorté la Turquie à ne pas impliquer la Tunisie dans ce conflit en utilisant ses territoires pour coordonner «l’intervention militaire prévue» en Libye.

Vladimir Platov, expert du Moyen-Orient, exclusivement pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook ».

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments