Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Bernie Sanders n’est pas un socialiste, mais joue ce rôle à la télé, c’est bien ça le problème.

par Paul Krugman
Chroniqueur d’opinion à the new York Times, pour qui le connait Paul Kugman est un keynésien modéré, dans un texte non dénué d’humour il s’inquiète de l’état des démocrates et propose en quelque sorte une motion de synthèse et dit ce que beaucoup de gens pensent c’est que Les USA ne risque pas une révolution pour cause d’élections présidentielles, mais le “jeu” qu’il dénonce ne dit-il pas qu’au moins une partie de ce pays finira bien par croire que c’est la solution. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

13 février 2020, 15 h 11 HE


Les républicains ont une longue et malhonnête tradition qui consiste à confondre toute tentative d’améliorer la vie américaine avec les maux du «socialisme». Lorsque Medicare a été proposé pour la première fois, Ronald Reagan l’a appelé «médecine socialisée», et il a déclaré que cela détruirait notre liberté . De nos jours, si vous défendez quelque chose comme la garde d’enfants universelle, les conservateurs vous accusent de vouloir transformer l’Amérique en Union soviétique

C’est une stratégie politique malhonnête , mais il est difficile de nier qu’elle a parfois été efficace. Et maintenant, le favori pour la nomination présidentielle démocrate – pas un leader incontestable, mais clairement la personne la plus susceptible à l’heure actuelle de sortir en tête – est quelqu’un qui joue directement dans cette stratégie, en déclarant qu’il est en effet un socialiste.

Le fait est que Bernie Sanders n’est pas réellement un socialiste au sens normal du terme. Il ne veut pas nationaliser nos principales industries et remplacer les marchés par une planification centralisée; il a exprimé son admiration non pas pour le Venezuela, mais pour le Danemark . Il est essentiellement ce que les Européens appellent un social-démocrate – et les démocraties sociales comme le Danemark sont, en fait, des endroits très agréables à vivre, avec des sociétés qui sont de fait plus libres que la nôtre .

Alors pourquoi Sanders se dit-il socialiste? Je dirais qu’il s’agit principalement d’une image de marque personnelle, avec un soupçon de joie de choquer le bourgeois. Et cette complaisance ne nuisait à personne tant qu’il n’était qu’un sénateur d’un État très libéral.

Mais si Sanders devient le candidat démocrate à la présidentielle, sa description fallacieuse sera un cadeau pour la campagne Trump. Il en sera de même de ses propositions politiques. Les soins de santé à payeur unique sont (a) une bonne idée en principe et (b) très peu susceptibles de se produire dans la pratique, mais en faisant de Medicare for All la pièce maîtresse de sa campagne, Sanders détournerait l’attention de la détermination de l’administration Trump à retirer le filet de sécurité sociale que nous avons déjà.


Pour être clair, si Sanders est effectivement le candidat, le Parti démocrate devrait lui apporter son soutien sans réserve. Il ne pourra probablement pas transformer l’Amérique en Danemark, et même s’il le pouvait, le président Trump lui essaie de nous transformer en une autocratie nationaliste blanche comme la Hongrie. Que préférez-vous?

Mais je souhaite que Sanders ne soit pas aussi déterminé à se transformer lui-mêle en une cible facile pour les coups de droite.

En parlant de postures politiques superflus , le deuxième du New Hampshire a également empoisonné son propre puits. Au cours des derniers jours, Pete Buttigieg a choisi de se faire passer pour un faucon en matière de refus du déficit, démontrant ainsi que bien qu’il puisse être un nouveau visage, il a des idées remarquablement périmées.

Buttigieg n’est peut-être pas conscient du consensus croissant parmi les économistes traditionnels selon lequel l’hystérie déficitaire d’il y a sept ou huit ans était largement exagérée. L’année dernière, les anciens grands économistes de l’administration Obama ont publié un article intitulé « Qui a peur des déficits budgétaires ? » Qui concluait: «Il est temps pour Washington de mettre un terme à son obsession de la dette et de se concentrer sur des choses plus importantes».

Et là où Sanders en rajoute dans une stratégie politique républicaine de lui construire une mauvaise réputation, Buttigieg joue dans une autre impasse: la stratégie consistant à entraver l’économie avec austérité budgétaire lorsqu’un démocrate occupera la Maison Blanche, puis à emprunter librement dès que le GOP reprend le pouvoir. Si les démocrates gagnent, ils devraient poursuivre un programme progressiste, ne pas gaspiller le capital politique à nettoyer le gâchis du GOP.

Encore une fois, si Buttigieg devient en quelque sorte le candidat, le parti devrait le soutenir sans réserve. Quoi qu’il puisse dire sur les déficits, il ne ferait pas ce que font les républicains: utiliser les craintes de la dette comme excuse pour réduire les programmes sociaux.

Alors, qui les démocrates nommeront-ils? Votre supposition est aussi bonne que la mienne. Ce qui est vraiment important, cependant, c’est que le parti reste concentré sur ses forces et les faiblesses de Trump.

Car le fait est que tous les démocrates qui seraient président, de Bloomberg à Bernie, sont au moins modérément progressistes; ils veulent tous maintenir et étendre le filet de sécurité sociale, tout en augmentant les impôts des riches. Et tous les sondages indiquent que l’Amérique est fondamentalement une nation de centre-gauche – c’est pourquoi Trump a promis d’augmenter les impôts sur les riches et de protéger les principaux programmes sociaux lors de la campagne de 2016.

Mais il mentait , et à ce stade, tout le monde avec un esprit ouvert le sait. Les démocrates ont donc une occasion parfaite de se présenter, en toute honnêteté, comme les défenseurs de la sécurité sociale, de l’assurance-maladie, de Medicaid et de la désormais populaire Loi sur les soins abordables contre les républicains qui favorisent plus ou moins nudement les intérêts des ploutocrates plutôt que ceux des familles de travailleurs.

Cette opportunité sera cependant gaspillée si le candidat démocrate, quel qu’il soit, transforme l’élection en référendum sur les soins de santé à payeur unique ou la réduction du déficit, aucune de ces positions n’étant particulièrement populaire. Les choses seront encore pires si les démocrates eux-mêmes dégénèrent en querelles sur la pureté idéologique ou la probité fiscale.

Le fait est que celui qui obtient la nomination, les démocrates doivent construire une coalition aussi large que possible. Sinon, ils remettront les élections à Trump – et ce serait une tragédie pour le parti, la nation et le monde.

Le Times s’est engagé à publier une diversité de lettres à l’éditeur. Nous aimerions savoir ce que vous en pensez ou l’un de nos articles. Voici quelques conseils . Et voici notre email: letters@nytimes.com .

Suivez la section Opinion du New York Times sur Facebook , Twitter (@NYTopinion) et Instagram .

Editors’ Picks

Bong Joon Ho’s Path From Seoul to Oscar Dominance

An Army Doctor’s First Loss of the Vietnam War: The Woman He Loved

Your Foam Coffee Cup Is Fighting for Its Life
Paul Krugman est chroniqueur d’opinion depuis 2000 et est également professeur émérite au City University of New York Graduate Center. Il a remporté le prix Nobel 2008 en sciences économiques pour ses travaux sur le commerce international et la géographie économique. @PaulKrugman

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments