Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Pourquoi observe-t-on dans différents pays une mortalité différente du coronavirus? par Vladimir Dobrynin

Si l’on accuse en France, la Chine d’avoir, dieu sait pourquoi minimisé son nombre de morts, et si nos experts s’emballent jusqu’à faire déparler une obscure secrétaire à la coopération, c’est bien sûr parce que cela les arrange. L’article en revient à une conclusion que -moi qui n’ai aucune propension au chiffrage- j’avais énoncée dès le départ: en fait, pour calculer la mortalité de l’épidémie nous sommes devant la situation d’une fraction dont nous connaissons le numérateur mais pas le dénominateur. Celui-ci dépend de la quantité et du type de mesures effectuées sur une population donnée. Toutes les spéculations sur la manière dont les Chinois auraient- dieu sait pourquoi caché leur nombre de morts- reposent sans doute sur la différence de mesures, assortie de spéculations de “dissidents” dont nous avons vu avec la secte Falun gong la crédibilité scientifique que l’on pouvait accorder à leurs propos. Le moins que l’on puisse dire est que le mode de recrutement de l’Occident en matière d’opposants n’est pas exempt de quelques défauts en matière de rationalité et de souci statistique. J’ai tendance à plus croire les scientifiques chinois. Par parenthèse, comme je le suggérais à l’époque (le 25 février) si le taux de mortalité est bénin, mais que la propagation est rapide et étendue cela posera avec encore plus d’acuité les questions d’accueil dans les hôpitaux et la nécessité des mesures préventives. ET rend donc notre gouvernement tout à fait coupable à tous ces points de vue. Mais voyons la démonstration (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Le taux de mortalité des coronavirus en Italie a augmenté depuis le début de l’épidémie et a déjà fluctué autour de 10%, ce qui fait que la population étouffe de peur et cela rend les scientifiques perplexes. Si ce nombre est correct, alors sur dix personnes atteintes de COVID-19, une décède. Cela met l’Italie dans une position de leader dans un taux de mortalité inquiétant. Elle est suivie par l’Espagne (8,2%). La mortalité des coronavirus en Chine, d’où tout a commencé, est de 4%, alors qu’en Allemagne elle n’est que de 0,5%.

Cette dispersion des indicateurs a donné lieu à des dizaines d’hypothèses sur les causes possibles de ces différences entre pays. En réalité, la chose est dans les caractéristiques du calcul.

En attendant, les auteurs des hypothèses l’attribuent soit au système de santé (les hôpitaux de plusieurs provinces du nord du pays sont surpeuplés), soit à une éventuelle mutation génétique du virus. Ils se concentrent soit sur des raisons démographiques (une population vieillissante), soit sur des questions liées à l’humidité et à la température dans la région …

Nous avons parcouru et analysé également les éléments des cultures nationales qui distinguent les pays du Nord des pays du Sud. En particulier, nous avons prêté attention à un aspect comme les relations intergénérationnelles: dans le sud, il s’avère que les jeunes sont plus susceptibles de communiquer avec les personnes âgées dans la famille, ce qui donnerait à la génération plus âgée plus de chances d’être infectée.

Ce qui n’est pas ce qui paraît se passer

L’Institut italien d’études politiques internationales ISPI (Istituto per gli studi di politica internazionale) vient de publier un essai curieux expliquant pourquoi la mortalité par coronavirus est si inégale dans les différents pays. Et les explications des experts italiens semblent les plus proches de la vérité.

L’astuce est que dans le cas de l’Allemagne, nous avons affaire à la mortalité dite plausible (évidente, réelle), et dans le reste à la mortalité apparente (termes de l’étude).

Jusqu’à fin février, les régions italiennes ont effectué des tests de masse de la population, y compris des individus dont la maladie était asymptomatique ou bénigne. Cependant, lorsque l’épidémie est entrée dans une phase de croissance exponentielle, le gouvernement central a exhorté les autorités locales à ne pas surcharger les laboratoires autorisés avec de longs diagnostics basés sur la PCR (4 heures) et à concentrer les ressources sur la lutte contre les foyers d’infection les plus graves. Résultat: moins d’infections confirmées et donc une mortalité apparente plus élevée. Avec un nombre sciemment plus faible de patients enregistrés, la mortalité augmente en pourcentage, bien qu’en termes absolus, cela ne soit pas le cas.

Analysant les nombreux travaux de collègues “sérieux” dans d’autres pays, les experts italiens concluent que la mortalité plausible du COVID-19 en Chine est de 0,66%. Les marges d’erreurs tolérées dans les calculs sont de 0,38 à 1,33%. Dans le cas italien, l’ISPI ose estimer la mortalité plausible adaptée à la réalité de l’épidémie à 1,4%, ce qui est supérieur à celui calculé en Chine, mais ceux-ci sont loin des 10% effrayants rapportés quotidiennement dans tous les journaux.

Ainsi, le taux de mortalité plausible en Italie n’est pas beaucoup plus élevé qu’en Allemagne, bien que ce taux diffère de celui qui nous dépeint un paradis officiel de type allemand.

Le meilleur (santé) – le pire (statistiques)

Le même bond de chiffres est également présent dans les statistiques intra-italiennes par région. L’éventail des fluctuations est large: de 13,6% en Lombardie (la région avec le meilleur système de santé du pays) à 1,1% en Basilicate (l’une des moins préparées à cet égard). Cela oblige les chercheurs à renforcer une autre hypothèse de base de leur travail: si la mortalité plausible de l’Italie est presque au niveau allemand, alors l’épidémie dans la péninsule des Apennins a acquis une portée beaucoup plus large que dans l’état teutonique.

La distance entre la mortalité plausible et apparente sert également à l’ISPI pour estimer le nombre de personnes réellement infectées à un moment où la propagation du virus a échappé à tout contrôle. Selon leurs estimations, dans le cas du pays transalpin, le chiffre réel sera loin des près de 80 000 infections officiellement confirmées au moment de l’achèvement du rapport (24 mars). Selon les estimations de l’ISPI, 530 000 personnes étaient effectivement infectées à cette époque dans le pays. La gamme de variation «en fonction de facteurs supplémentaires» est assez large: un minimum de 350 000 personnes et un maximum de 1 200 000 personnes. Soit: de 0,6 à 2% pour les 60 millions d’habitants que compte l’Italie.

Le taux de mortalité en Espagne, où il n’y a également pratiquement aucun test rapide de la population en raison du manque de réactifs nécessaires, change également beaucoup dans la transition de la mortalité apparente à la mortalité évidente. En Espagne, en effet, selon le modèle mathématique de l’Université d’Oxford (qui était également utilisé à l’ISPI), il pourrait y avoir environ 638 000 cas de COVID-19 le 25 mars, alors que les statistiques officielles n’en montraient que 42 000. Pas par désir de cacher l’étendue réelle de l’infection, mais à cause des conditions qui sont décrites ci-dessus.

Une bonne nouvelle

Une étude de l’ISPI suggère qu’un nombre disproportionné de personnes ne meurent pas lors de l’épidémie italienne (et espagnole également) par rapport à d’autres pays. Il est peu probable que ces deux pays aient rencontré une tension plus meurtrière, comme certains experts l’avaient suggéré précédemment.

Les données du ministère espagnol de la Santé rassurent en outre les personnes qui n’ont pas de pathologies antérieures: seulement 2% des morts ne souffrent pas d’hypertension, de diabète, de maladies cardiovasculaires ou d’insuffisance rénale. 21,3% avaient au moins une des maladies énumérées ci-dessus, sur la base de laquelle la “pneumonie de Wuhan” s’est développée. 25,9% en avaient deux et 50,7% – trois maladies chroniques ou plus.

Une mauvaise nouvelle

La mauvaise nouvelle est que si le taux de mortalité réel en Italie est de 1,4% (et non 10,2% de la mortalité apparente), cela signifie que pour obtenir une image objective de la propagation de l’épidémie, le nombre officiel de personnes infectées doit être multiplié par 6-7 ( voir les données ci-dessus). Un chiffre confirmant que les autorités sanitaires italiennes et espagnoles sont loin de connaître le nombre réel de personnes infectées dans leur pays. Les conséquences en sont graves. Les deux gouvernements considèrent que les mesures de quarantaine sont essentielles pour ralentir la propagation de l’infection. Mais si des personnes potentiellement infectées ne sont pas détectées, identifiées ou surveillées, de nouvelles flambées peuvent survenir à court terme.

Un autre aspect négatif est que, même si le virus a infecté jusqu’à 2% des 60 millions d’Italiens, cet indicateur est encore loin de ce qui est nécessaire pour obtenir «l’immunité collective». C’est-à-dire des situations où ceux qui ont transmis la maladie sont un obstacle à la prévention de la pénétration d’infections non contrôlées dans la société.

En général, le fait est que le taux de mortalité du virus est plusieurs fois surestimé et sa propagation, au contraire, est sous-estimée. Ce qui ne rend pas le tableau des hôpitaux surchargés plus lumineux, mais confirme les informations selon lesquelles le coronavirus n’est en fait pas plus dangereux que la grippe ordinaire, coïncidant presque avec lui dans la mortalité.

Abonnez-vous à VZGLYAD sur Yandex News

https://vz.ru/question/2020/3/31/1031622.html?utm_campaign=vz&utm_medium=referral&utm_source=push

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments