Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Trump joue au dés le sort de l’Amérique, par Dmitry Bavyrin

Cet article russe présente le capitalisme prêt à jouer non seulement le sort des Etats-Unis aux dés mais celui de la planète parce que les mesures que prend Trump seront payées par le monde soumis à la nécessité du dollar et d’autre part comme une épidémie n’a pas de frontières le foyer entretenu aux Etats-Unis peut embraser la planète… sans parler d’autres risques comme le recours à la guerre qui est dans la logique (note et traduction de Danielle Bleitrach).

https://vz.ru/world/2020/3/25/1030677.html

Malgré une forte détérioration de la situation de l’épidémie du coronavirus aux États-Unis, Donald Trump a annoncé l’affaiblissement imminent, puis l’abolition complète de toutes les mesures de quarantaine. Cette stratégie a déjà été qualifiée de «redécouverte de l’Amérique», mais beaucoup sont convaincus que le président conduira le pays dans l’abîme. Les capitaines de l’économie ont une opinion différente. Qu’est-ce qui va gagner – le prix des actions ou la valeur de la vie humaine?

25 mars 2020, 11 h 06

Alors que l’Italie a dépassé la Chine, devenant la principale région de la catastrophe du coronavirus, l’Italie est sur le point maintenant d’être dépassée par les États-Unis. Au total, plus de 10 000 personnes infectées y ont été détectées en une journée, il y en a déjà plus de 45 000 et le nombre de morts approche les six cents. L’OMS souligne que les États-Unis peuvent devenir un nouveau foyer de propagation de l’infection, et le chirurgien en chef du pays prévoit une forte augmentation de l’épidémie, car de nombreux Américains ignorent les instructions des autorités et des célébrités leur intimant de rester à la maison.

Le foyer principal de l’épidémie est New York, la capitale financière réelle de l’Occident. Le coronavirus a forcé la direction de l’État à introduire des mesures de quarantaine sans précédent avec la fermeture non seulement des écoles et des restaurants, mais de toutes les entreprises. Des mesures similaires ont été prises en Californie. Dans un autre grand État – la Floride – ils suivent la situation et se préparent aux mesures d’urgence: il y a surtout de nombreux retraités, des Américains de la classe moyenne qui aiment passer l’hiver au bord de l’océan à un âge avancé.

Les prédicateurs protestants et les médecins prédisent une catastrophe. Chacun peut devenir prédicateur, mais vous écouterez les médecins malgré vous, d’autant plus que le coronavirus a même pénétré le porte-avions Theodore Roosevelt.

Dans ce contexte, le président Donald Trump a exprimé son intention de supprimer les mesures restrictives pour tous, sauf les retraités – la catégorie de population la plus vulnérable au coronavirus. Cela devrait arriver d’ici Pâques, et Pâques dans le monde occidental est le 12 avril, très bientôt.

Il est difficile de trouver un article dans les médias américains à ce sujet, dont les commentaires ne disent pas que le chef de l’Etat est fou.

Pour Trump, c’est un très gros pari, probablement décisif dans son destin politique. Mais il n’a tout simplement pas d’autre choix.

La Californie et New York sus-mentionnés représentent un quart du PIB du pays. Selon les analystes de Goldman Sachs, au deuxième trimestre, la production à travers le pays diminuera d’un quart du PIB. Habituellement, dans les prévisions les plus négatives, on écrit que cela ne s’est pas produit depuis la Grande Dépression, mais pendant la Grande Dépression ce n’était pas le cas non plus – alors le record était à 14% par trimestre. Ce qui se passe actuellement ne peut être comparé qu’à la période de la Première Guerre mondiale.

En raison de la dépréciation des actions aux États-Unis, il y a déjà un demi-million de millionnaires en moins. La légendaire Boeing Company vole à la faillite. Le marché des services se meurt sous nos yeux. Le pays tombe dans l’abîme du chômage de masse, et pire encore.

“Les gens vont mourir, il y aura des milliers de suicides, il y aura de l’instabilité.” Cette prévision ne vient pas de ces “bons amis” étrangers qui promettent aux États-Unis une catastrophe en moyenne une fois par mois et celle-ci n’advient jamais. Il s’agit d’une prévision du président Trump lui-même.

Soit dit en passant, l’économie américaine entraînera inévitablement l’économie mondiale ainsi que les prix du pétrole. “Les perspectives immédiates sont terribles”, explique Stephen King, conseiller économique principal de HSBC Holdings (homonyme, et non parent de l’écrivain).

En d’autres termes, si vous voulez vous réjouir, c’est maintenant l’occasion la plus malheureuse.

La situation est compliquée par le fait que le plan de sauvetage de l’économie américaine, qui n’a pas d’analogies dans l’histoire, d’un montant faramineux de deux mille milliards de dollars (plus quatre autres en raison de prêts de réserve fédéraux), est coincé à Capitol Hill – deux tentatives pour l’approuver au Sénat ont échoué. La raison est la même – le coronavirus. La maladie a été contractée par une  personne aussi sympathique que le sénateur Rand Paul, plusieurs législateurs sont en quarantaine, et la pratique de la “pression sur un bouton”, ou de voter pour des députés absents, aux États-Unis, pour le moins, n’est pas la bienvenue.

Ce problème pourrait être facilement résolu si les démocrates se tenaient du côté de la majorité républicaine, dont beaucoup soutiennent généralement l’extinction du feu avec de l’argent pour sauver la demande et les emplois. Mais le parti des ânes a pris un chemin différent et a proposé ses propres amendements au plan, qui n’ont rien à voir avec la crise actuelle. En particulier, les démocrates demandent un soutien pour l’énergie verte et des engagements pour réduire les émissions de dioxyde de carbone pour l’industrie du transport aérien, qui est déjà entre la vie et la mort.

De notre côté de la frontière, cela peut sembler être une pitrerie, mais pour le Parlement américain, c’est juste la même pratique normale de suspendre des questions supplémentaires sur la comptabilité. Dans la mesure où, en approuvant le budget du Pentagone, le document peut prévoir à la fois de nouvelles sanctions contre Nord Stream 2 et de nouvelles excuses aux Amérindiens afin de ne pas se lever deux fois.

Mais cette fois, une telle tactique de «contrôles et compromis» a ouvertement scandalisé les républicains – le chantage, disent-ils, ne fonctionnera pas. Une telle poussée de l’économie avec de l’argent contredit leurs principes idéologiques, et ici les opposants ont également décidé de respecter les préceptes de Greta Tunberg. La blague suivante est donc devenue populaire sur les blogs:

“Le président dit que si les démocrates et les républicains peuvent s’entendre, nous éviterons une catastrophe”, “donc, on est foutus.”

Les mauvaises langues affirment que les démocrates entravent délibérément le processus afin de mettre Trump sous pression et de gagner les prochaines élections. Dans l’ensemble, c’est de la théorie du complot, mais ce sont les démocrates qui entravent le processus – cela ne peut pas être ignoré. Le journal libéral New York Times, qui les soutient et déteste Trump, a changé trois fois le titre sur son site Internet, signalant initialement que le Parti démocrate n’avait pas accepté le plan de sauvetage du pays. C’est dommage, bien sûr, mais que ne feriez-vous pas au profit de «vos amis» dans la grande politique.

Sans attendre la fin de cette dispute, Trump a promis de supprimer la quarantaine et de sauver les entreprises. Sinon, ce sera l’effondrement. Avec ou sans plan.

«Vous ne vous serrerez pas la main pendant au moins un certain temps, mais nous devons rendre le pays à lui-même. Regardez, beaucoup de gens meurent de la grippe, mais vous perdrez encore plus de gens si le pays est en récession extrême ou en dépression. Vous ne pouvez pas simplement venir dire: fermons les États-Unis d’Amérique, l’État le plus prospère du monde », explique le président.

Il a annoncé la «redécouverte imminente de l’Amérique» lors d’un briefing et un jour plus tard, avec le vice-président Pence, il a répondu aux questions du public pendant deux heures. Sa pensée est simple – le médicament ne doit pas être pire que le mal, mais il est pire, vous devez donc aller travailler.  – la semaine prochaine.

Le risque est énorme: selon plusieurs spécialistes des maladies infectieuses, l’épidémie pourrait «repartir pour un tour» et provoquer un effondrement des soins de santé, alors que non seulement les médecins et les respirateurs, mais même les brancards sont en nombre insuffisant pour les malades.

Cependant, Trump ne peut pas attendre, la situation est transparente pour lui. Ou, après avoir connu une chute aux premier et deuxième trimestres, l’économie va croître au troisième, permettant à Trump d’être réélu président au quatrième. Ou l’effondrement économique enterrera ses espoirs de rester à la Maison Blanche. En combinaison avec la deuxième vague de l’épidémie, il l’enterrera à coup sûr, et dans le contexte de nombreux autres enterrements, malheureusement, qui ne sont plus métaphoriques.

À strictement parler, seuls les gouverneurs peuvent annuler et imposer la quarantaine aux États-Unis, mais Andrew Cuomo à New York, bien que démocrate, soutient Trump sur cette question – la crise dans la plus grande ville du pays ne l’épargnera pas non plus. Mais tout d’abord, c’est l’initiative du président, et il devra assumer la responsabilité de son choix dans un proche avenir.

Alors que le maître de la Maison Blanche a des raisons de rester éveillé – ses efforts pour contrer le virus et le plan de distribution d’argent (jusqu’à deux mille cinq cents dollars par famille) ont été appréciés par le peuple: selon Gallup, la cote d’approbation du chef de l’État dépasse désormais la cote de désapprobation, ce qui pendant tout le temps de la présidence de Trump ne s’était jamais produit auparavant.

Son annonce de rejet de la quarantaine a également eu son effet: après un effondrement pendant plusieurs jours consécutifs, les principaux indices boursiers américains ont clôturé avec une hausse de 8 à 11%.

Mais si Trump s’est trompé pour l’essentiel, si la cessation prématurée de la quarantaine entraîne les États-Unis dans une crise encore plus aiguë, pour lui en tant que politicien, tout sera fini.

Regardez encore plus de vidéos sur la chaîne YouTube VZGLYAD

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments