Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La haute technologie et le professionnalisme à Cuba permettent d’affronter Covid-19

Reconnaissez qu’il y a tout de même des traits qui dans deux cas aussi opposés que la Chine et Cuba doivent bien être attribués au socialisme: la confiance en la science, le primat accordé à la population dans son ensemble, sans sélection, la discussion et la mobilisation populaire, le collectif. Je sais bien que ce que je vais dire est injuste vu les difficultés auxquelles les Cubains sont confrontés, mais les connaissant comme je les connais, il devrait y avoir un peu de soulagement à être entre soi avec cette forme de confiance et d’attention les uns aux autres…et la conscience pourtant que cet entre-soi n’a de sens que dans un internationalisme d’assistance mutuelle… (note et traduction de danielle Bleitrach pour histoire et societe)

La Havane, 19 mars (Prensa Latina) La préparation des scientifiques et des professionnels de la santé à Cuba, ainsi que l’utilisation de la haute technologie pour la prévention, le diagnostic et le traitement de la maladie de Covid-19, permettent aujourd’hui de faire face à cette pandémie.
Immédiatement après que l’urgence du virus du SRAS CoV-2 a été déclarée, le diagnostic spécifique a été introduit sur l’île grâce à des techniques moléculaires avancées, expliquent des spécialistes nationaux.

Le Dr María Guadalupe Guzmán, chef du centre de recherche, de diagnostic et de référence de l’Institut Pedro Kourí de médecine tropicale (IPK) a assuré que cette technologie est disponible dans ce laboratoire situé à La Havane (ouest), ainsi que dans deux autres dans les provinces. de Villa Clara (centre) et Santiago de Cuba (est).

Les trois laboratoires permettent d’identifier et de confirmer les cas positifs de Covid-19, essentiels aux actions de contrôle épidémiologique.

Selon Guzmán, un exsudat nasopharyngé est effectué où les particules virales sont trouvées grâce à une technologie connue sous le nom de diagnostic moléculaire par la technique de réaction en chaîne par polymérase en temps réel (RT-PCR), une méthode moderne et coûteuse dans le monde.

Pour faire face à cette situation, Cuba prend en compte l’expérience accumulée dans le pays, avec les connaissances et les années de formation de spécialistes dans divers domaines de la biotechnologie et de la santé.

En ce qui concerne la disponibilité des médicaments, les autorités nationales ont réitéré la capacité de production nécessaire des 22 médicaments inclus dans les protocoles pour affronter et traiter Covid-19 et ses complications possibles sont garanties.

C’est le cas de l’interféron alfa 2B, créé et produit par le Centre de génie génétique et de biotechnologie de l’île, appliqué avec succès en Chine contre ce nouveau coronavirus.

Le président de Biocubafarma, Eduardo Martínez, a assuré que le stock couvre des milliers de personnes dans un horizon de trois à six mois, avec des projections concrètes pour augmenter les volumes pour répondre aux besoins du pays et aux demandes reçues de diverses nations.

L’État cubain parvient à acquérir des ressources, des matières premières et des pièces détachées qui garantissent des médicaments antiviraux, des antibiotiques, des antiarythmiques, des anesthésiques, des solutions parentérales et autres destinés au traitement de la maladie.

Comme il est devenu connu, les chercheurs de l’IPK ont suivi un cours préparatoire au Mexique sur Covid-19, et des échanges d’informations et d’expertise ont eu lieu avec des scientifiques de divers pays.

En outre, la nation des Caraïbes s’appuie sur les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé et sur le suivi de la situation en Chine, en Espagne et en Italie, par exemple, où le plus grand nombre de cas confirmés et de décès sont signalés.

À l’intérieur du pays, les travailleurs du système national de santé et de différents secteurs ont reçu une formation à l’IPK sur le coronavirus, une préparation qui est ensuite reproduite aux niveaux provincial et municipal.

En ce sens, les cabinets de médecins de famille et les polycliniques se distinguent en offrant une attention immédiate à la population, où la tâche principale est d’identifier les groupes vulnérables: les personnes de plus de 60 ans ou celles atteintes de maladies respiratoires.

Le pays est prêt à faire face à la maladie; cependant, l’accent est mis sur la prévention et les soins personnels nécessaires face à cette pandémie, qui dépasse déjà 200 000 cas confirmés dans le monde et plus de 8 000 décès.

ef / jha / rbp

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments