Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les biolabos des Etats-Unis, le coronavirus et les guerres secrètes.

Nous avions dans un article précédent dans la presse russe noté que l’opposition ukrainienne (celle encore autorisée) s’était inquiétée de la présence de “biolabos” des Eats-Unis, affirmant même que le coup d’Etat du maïdan avait eu lieu après qu’une telle installation leur ait été refusée. A la suite de cette intervention,l’ambassade des États-Unis en Ukraine a supprimé les informations sur les travaux de biolaboratoires dans le pays. En fait, les Etats-Unis ont multiplié les laboratoires de ce type comme le note un autre article consacré au rôle des services secrets dans la pandémie. Le complot n’est pas seulement le fait de quelques citoyens à l’esprit dérangé, il semble devenir la logique d’une société dont toutes les institutions, toutes les formes d’action collectives ont été profondément détruites par le profit d’une poignée… Et y compris dans ce qui devrait rassembler l’espèce et qui continue à la diviser, une pandémie, il y a dans tout cela un côté chute de l’empire romain… (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

27 avril 2020, 12:55
Photo: Intermittent / RIA Novosti
Texte: Evgenia Shesta

L’ambassade américaine en Ukraine a supprimé sur son site web toutes les informations sur le travail des laboratoires du pays qui étudient les agents pathogènes dangereux, a déclaré Viktor Medvedchuk, chef du conseil politique du parti Platform for Opposition – For Life.

https://vz.ru/news/2020/4/27/1036449.html

“L’ambassade des États-Unis a supprimé de son site Web des informations sur l’avant-dernier niveau du bio-laboratoire qui ne travaille qu’avec des agents pathogènes humains”, a déclaré le service de presse du parti, citant Medvedchuk .

Il a également noté que la réponse de l’ambassade à l’appel du parti était “une tentative pathétique de se justifier et de remplacer la publication d’informations sur les activités réelles des laboratoires dangereux par des considérations générales, cela ne mérite que du mépris”.

Auparavant, le parti avait demandé à la direction du pays de vérifier les activités de 15 laboratoires de biologie militaire américains en Ukraine, après l’apparition de foyers de maladies dangereuses en Ukraine. 

Le parti a déclaré que le Centre international des sciences et technologies d’Ukraine était engagé dans des projets de création d’armes de destruction massive.

A la suite de quoi l’ambassade des États-Unis à Kiev a déclaré que les laboratoires de biologie américains opèrent légalement en Ukraine conformément à l’accord international de 1993.

LA MULTIPLICATION DES LABORATOIRES DE CE TYPE DANS LE MONDE (extraits)

Les États-Unis consacrent une grande quantité d’énergie et de ressources à ce travail, investissant constamment des milliards de dollars pour créer et exploiter ses biolabs, non seulement sur le territoire américain, où ils continuent de développer des armes biologiques, mais aussi dans des régions où il pourrait potentiellement y avoir des opérations militaires américaines à l’avenir. Cela explique pourquoi Washington a mis en place de plus en plus de biolabs du Pentagone dans les pays frontaliers autour de la Russie et de la Chine au cours des dernières années, deux pays identifiés comme des «adversaires» stratégiques dans la vision de sécurité nationale des États-Unis.

C’est la raison pour laquelle les États-Unis – qui sont responsables du plus grand nombre de conflits armés que tout autre pays ces dernières années et d’avoir lancé des interventions militaires étrangères dans des pays du monde entier – ont constamment intensifié leurs recherches sur la guerre biologique, principalement par le biais du Pentagone. leur Agence des projets de recherche avancée de la défense (DARPA), a été créée spécifiquement pour développer ce type de technologies militaires. Les principaux objectifs de la DARPA dans ce domaine comprennent le travail avec des micro-organismes pathogènes, la collecte de matériel biologique dans les pays sous observation (tous ces échantillons sont renvoyés aux États-Unis), l’étude de la sensibilité des résidents locaux à diverses maladies et de leur réactivité au traitement.

Il convient de rappeler le rapport Global Trends 2025 du National Intelligence Council des États-Unis, publié en 2008, qui prévoyait que «l’émergence d’une nouvelle maladie respiratoire humaine hautement transmissible et virulente pour laquelle il n’existe pas de contre-mesures adéquates pourrait déclencher une pandémie mondiale. ” De plus, les experts du renseignement américain ont même nommé une souche coronavirus comme la maladie qui pourrait provoquer cette pandémie.

L’importance de ce travail aux États-Unis a également été soulignée dans un rapport produit par la Fondation Rockefeller et la principale société de conseil Global Business Network en association avec des experts américains du renseignement en mai 2010, qui décrivait un scénario de développement mondial en réponse à une pandémie mortelle. Il est à noter que dès cette l’époque, les auteurs de ce scénario ont mentionné que la Chine serait le pays capable de mobiliser la meilleure réponse, soulignant sa capacité à introduire immédiatement des quarantaines obligatoires et des mesures spéciales pour protéger les frontières.

En 2015, la revue scientifique britannique Nature Medicine a publié un article sur les expériences réussies menées au laboratoire de guerre biologique de Fort Detrick. Cette installation du United States Army Medical Command, spécialisée dans le développement d’armes biologiques, est désignée comme la «cuisine du diable» américaine non sans de bonnes raisons. L’article de Nature rapporte les résultats positifs des expériences menées pour concevoir un virus avec la protéine de surface du coronavirus SHC014, trouvé dans les chauves-souris en fer à cheval en Chine, afin qu’il puisse infecter les cellules des voies respiratoires humaines sans évoluer au préalable dans un hôte intermédiaire. La même année, l’ancien secrétaire adjoint allemand à la Défense, Willy Wimmer, a rapporté que l’armée américaine avait même breveté la nouvelle arme biologique.

Il convient de noter un article publié dans le New York Times sur un code d’exercice anti-épidémique nommé «Crimson Contagion» qui a été mené par le département américain de la Santé et des Services sociaux (HHS) à Washington en 2019 et sur le territoire de 12 Unis, qui a simulé le scénario d’une grave pandémie de grippe, semblable à l’épidémie de coronavirus en Chine.

Les rapports du renseignement américain ont averti à plusieurs reprises la Maison Blanche de la grave menace d’une crise de coronavirus, et ABC News a rapporté que l’administration américaine avait reçu le premier de ces avertissements en novembre 2019.

Le 31 mars, Reuters a cité des sources officielles de l’administration américaine qui ont confirmé le fait que la US Intelligence Community (IC) tente de brosser un tableau précis de la façon dont le nouveau coronavirus Covid-19 pourrait se propager dans le monde. Pourquoi ont-ils fait cela ?

une grande partie de l’article est consacrée à une autre activité des services de renseignement, l’achat du matériel qui fait défaut au pays occidentaux voire le rapt pur et simple.

https://journal-neo.org/2020/04/26/intelligence-agencies-mobilized-in-fight-against-covid-19/

titre de l’article: les agences de renseignements mobilisées dans la lutte contre le coronavirus

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

C’était évident depuis le départ pour ceux qui suivent les ménées politico militaires des USA. s’ils ne tuent pas quequ’un ou ne pillent pas un pays ils ne sont pas contents Ce sont les plus grands parasites de la planètes. Qu’ils fassent bien attention car cettefois-ci çà pourrait leur revenir en pleine figure car il faut beaucoup moins de temps pour remonter à la source réelle et çà commence déjà à se décanter.Il y a toute fois urgence à s’assurer qu’aucun labo P4 US ne se trouve en France et obliger l’U E à fermer tous ceux qui ont étés… Lire la suite »