Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le coronavirus et la mondialisation: nos chaînes précaires d’approvisionnement médical

L’article décrit la manière dont depuis Clinton – la vénalité du couple et de leurs proches étant désormais bien connue- les trusts pharmaceutiques des USA ont obtenu toutes facilité pour aller bénéficier de conditions d’exploitation plus favorables en Chine. Cette dernière a planifié les étapes de son développement en tablant de plus en plus sur les fabrications à forte valeur ajoutée et sur le marché intérieur. Elle a accéléré la dépendance de la production mondiale à son économie, tout en prenant garde à son propre développement, celui de sa population. Le capitalisme s’est engouffré dans la brèche en mettant ses propres travailleurs au chômage. Face à l’épidémie, si l’économie chinoise est arrêtée aurons-,nous les moyens de soigner nos propres populations puisque nous avons bradé au capital la gestion de notre santé. Ce n’est pas la chine qui est coupable mais la rapacité de nos capitalistes et la corruption de nos dirigeants. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Les graves risques et dangers liés au processus d’externalisation mondiale et à la soi-disant mondialisation de ces quelque 30 dernières années deviennent de plus en plus manifestes alors que l’urgence sanitaire en cours en Chine menace les chaînes d’approvisionnement mondiales vitales de la Chine vers le reste du monde. Bien qu’une grande attention soit accordée aux risques pour les composants des smartphones ou la fabrication automobile via l’approvisionnement en pièces clés en provenance de Chine ou à la rupture des livraisons de pétrole au cours des dernières semaines, il existe un danger qui deviendra bientôt alarmant en termes de système de santé mondial. .

Si l’arrêt forcé de la fabrication en Chine se poursuit encore pendant plusieurs semaines, le monde pourrait commencer à connaître des pénuries ou un manque de médicaments essentiels ainsi que de fournitures médicales. La raison en est qu’au cours des deux dernières décennies, une grande partie de la production de médicaments et de fournitures médicales telles que les masques chirurgicaux a été externalisée en Chine ou simplement fabriquée en Chine par des entreprises chinoises à des prix beaucoup moins chers, ce qui a contraint les entreprises occidentales à la faillite.

Source unique la Chine

Selon des recherches et des rapports du Congrès américain, quelque chose comme 80% des médicaments actuellement consommés aux États-Unis sont produits en Chine. Ce qui comprend les sociétés chinoises et les sociétés pharmaceutiques étrangères qui ont externalisé leur fabrication de médicaments dans des coentreprises avec des partenaires chinois. Selon Rosemary Gibson de l’institut de recherche en bioéthique du Hastings Center, qui a écrit un livre en 2018 sur le thème, la dépendance est plus qu’alarmante.

Gibson cite des newsletters médicales estimant qu’aujourd’hui, environ 80% de tous les ingrédients pharmaceutiques actifs aux États-Unis sont fabriqués en Chine. «Ce ne sont pas seulement les ingrédients. Ce sont aussi les précurseurs chimiques, les blocs de construction chimiques utilisés pour fabriquer les ingrédients actifs. Nous dépendons de la Chine pour les composants chimiques nécessaires à la fabrication d’une catégorie entière d’antibiotiques… connus sous le nom de céphalosporines. Ils sont utilisés aux États-Unis des milliers de fois par jour pour les personnes atteintes d’infections très graves . »

Les médicaments fabriqués en Chine incluent aujourd’hui la plupart des antibiotiques, des contraceptifs oraux, des médicaments contre l’hypertension tels que le valsartan, des anticoagulants comme l’héparine et divers médicaments contre le cancer. Il comprend des médicaments courants tels que la pénicilline, l’acide ascorbique (vitamine C) et l’aspirine. La liste comprend également des médicaments pour traiter le VIH, la maladie d’Alzheimer, le trouble bipolaire, la schizophrénie, le cancer, la dépression, l’épilepsie, entre autres. Une récente étude du Département du commerce a révélé que 97%  de tous les antibiotiques aux États-Unis provenaient de Chine.

Peu de ces médicaments sont étiquetés «fabriqués en Chine», car les sociétés pharmaceutiques aux États-Unis ne sont pas tenues de révéler leur provenance. Rosemary Gibson déclare que la dépendance à l’égard de la Chine pour les médicaments et autres produits de santé est si grande que «… si la Chine fermait la porte demain, dans quelques mois, les hôpitaux des États-Unis cesseraient de fonctionner.» Ce n’est peut-être pas si loin.

Au moment où l’externalisation de la fabrication de médicaments aux États-Unis et en Europe en Chine commençait, personne ne pouvait imaginer la catastrophe sanitaire actuelle qui frapperait Wuhan en quelques jours. La mise en quarantaine massive de la Chine depuis la fin janvier a fermé 75 à 80% de toutes les usines chinoises et créé une demande intérieure sans précédent en Chine pour tous les types de produits médicaux depuis la déclaration d’urgence médicale de l’OMS concernant le coronavirus ou les événements COVID-19 à la fin de Janvier. On ne sait pas dans quelle mesure les livraisons de produits pharmaceutiques vitaux, y compris les antibiotiques essentiels de la Chine aux États-Unis, en Europe ou dans d’autres pays, seront affectées, bien que le cas d’hôpitaux commençant à rencontrer des problèmes de livraison soient rapportés sous formes encore d’anecdote . Il y a l’idée de se tourner vers l’Inde, un autre grand fournisseur pharmaceutique mondial,

Clinton et l’externalisation

L’émergence de la Chine ces dernières années en tant que géant mondial en termes de médicaments et de produits pharmaceutiques est inscrite dans le plan national Made in China-2025 comme l’un des dix domaines prioritaires pour que la Chine gagne le leadership mondial. Ce n’est pas simplement un développement aléatoire. Ceci, à son tour, comme le montre clairement la crise actuelle du COVID-19, constitue une énorme vulnérabilité pour le reste du monde.

Comment une telle situation unilatérale s’est-elle développée? Nous devons revenir sur le rôle de la présidence Clinton dans ce qui était alors surnommé la mondialisation, le modèle de Davos d’externalisation de tous les pays industriels avancés comme les États-Unis ou l’Allemagne, en particulier vers la Chine après 2000.

En mai 2000, dans l’une des actions les plus ambitieuses de sa présidence, Bill Clinton, avec le ferme soutien des multinationales américaines, a réussi, malgré les fortes objections et avertissements de nombreux syndicats, à obtenir le passage au Congrès d’un statut de nation privilégiée pour la Chine et le soutien américain à l’entrée de la Chine dans l’Organisation mondiale du commerce. Cela a donné le feu vert aux entreprises américaines pour une vague d’investissements à l’étranger dans une fabrication chinoise moins chère connue sous le nom de «sous-traitance». Les principaux fabricants de médicaments américains étaient parmi eux. Dans les deux ans suivant l’adoption de l’accord de libre-échange des États-Unis avec la Chine, les États-Unis ont fermé leur dernière usine de fermentation de la pénicilline dans l’État de New York en raison de la forte concurrence chinoise à bas prix .

En 2008, le gouvernement chinois a désigné la production pharmaceutique comme une «industrie à haute valeur ajoutée» et a soutenu l’industrie grâce à des subventions et des remises de taxes à l’exportation pour encourager les sociétés pharmaceutiques à exporter leurs produits. En 2019, la Chine était devenue de loin la plus grande source au monde d’ ingrédients pharmaceutiques actifs  (API).

Le talon d’Achille de cette mondialisation et de la seule dépendance des médicaments vitaux vis-à-vis d’un seul pays devient désormais d’une évidence alarmante, car l’avenir de la Chine en tant que fournisseur fiable de médicaments et d’autres fournitures médicales est soudainement devenu une grave préoccupation pour le monde entier.

F. William Engdahl est consultant en risques stratégiques et conférencier, il est titulaire d’un diplôme en politique de l’Université de Princeton et est un auteur à succès sur le pétrole et la géopolitique, exclusivement pour le magazine en ligne  «New Eastern Outlook».

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments