Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Fermeture de Fessenheim : une forfaiture, Yves Bréchet

repris de l’excellente revue progressistes, ce texte cri du coeur d’un scientifique.

Par Yves Bréchet, membre de l’Académie des sciences

Au delà de la controverse pro/ anti nucléaire, le traitement de ces salariés méprisés et jetés comme des kleenex, manœuvres comme des pions sur un échiquier par les politiques, est simplement indigne.

Il est temps d’appeler un chat un chat. Il n’y a aucun sens du point de vue du bien public à arrêter un outil industriel amorti, dont la sureté est garantie par l’ASN indépendante, et qui fournit de l’électricité décarbonée.

Il relève de la forfaiture de dire aux salariés que la perte d’emplois sera compensée par les activités de démantèlement quand on sait qu’il faut dix fois moins de personnel, sur une durée du même ordre de grandeur, pour démanteler une centrale ou pour la faire fonctionner.

Il est insensé de prendre de telles décisions avant d’avoir mis en place les dispositifs de remplacement qui permettent d’assurer la fourniture d’électricité pilotable. Il est inconscient de penser s’appuyer sur nos voisins qui ont bien du mal a gérer l’intermittence de leur parc de renouvelables.

Si on rajoute à cela les indemnités de fermeture anticipée à verser aux actionnaires, indemnités justement prévues par la loi pour que l’état ne puisse se permettre de spolier sans contrôle ni vergogne, y compris les actionnaires allemands et suisse, on converge vers le grand n’importe quoi du point de vue du bien commun.

Pourtant ceux qui font cela sont tous sauf bêtes. Il y a une logique a cela, elle est vieille comme la politique, elle s’appelle le clientélisme.

Il est temps de faire un parallèle évident avec d’autre fermetures d’usines rentables dans d’autre secteurs industriels, pour le seul profit à court terme des actionnaires. La différence est que le maître à servir ici n’est pas l’actionnaire , mais l’électorat vert qu’on espère attirer par cette décision absurde.

Nous voyons à l’œuvre ce que j’appelle « l’actionnariat électoral » ou, pour attirer des votes on sacrifie le bien commun. Nous le voyons ici pour « l’actionnariat vert », vous le verrez bientôt pour « l’actionnariat brun », probablement avec les mesures idoines. C’est d’une logique impeccable, une logique de « banquier électoral ».

A part que Raymond Aron (sans doute un dangereux gauchiste…) avait défini il y a longtemps ce style de politiques : « Ils sont faits pour la conquête du pouvoir, pas pour son exercice ».

Yves Bréchet

——————————-

Forfaiture

Littré : Terme de féodalité. Violation du serment de foi et hommage. Le fief pouvait être repris pour cause de forfaiture.

Académie Française : Terme de jurisprudence. Violation par un fonctionnaire public, un magistrat des devoirs essentiels de sa charge

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments