Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les derniers mots du maréchal Yazov sur Poutine, Eltsine et Gorbatchev

Le maréchal de l’URSS Dmitri Yazov au moment de sa mort a souhaité que soit connue son opinion sur le dernier président de l’URSS Mikhaïl Gorbatchev, le premier président de la Russie Boris Eltsine et l’actuel chef de l’Etat Vladimir Poutine.

Cette opinion venant de celui qui se considérait toujours, comme bien des Russes, comme un citoyen de l’Union soviétique est éclairante sur une vision assez générale des responsabilités historiques. Yasov avait gagné ses galons dans la grande guerre patriotique, membre du parti communiste, avec d’autres il avait tenté de s’opposer à Eltsine, avait été arrêté puis gracié. Il est assez représentatif de tout un corps de l’Etat qui a souhaité servir Poutine et qui n’a pas pardonné aux communistes comme Gorbatchev et Eltsine, tous ceux qui les entouraient d’avoir détruit l’URSS et il a tenu à le dire sur son lit de mort.

Le vrai problème qu’il faudra bien un jour aborder en matière de bilan de l’URSS fait par les communistes eux-mêmes est :comment un appareil peut-il devenir à ce point une entreprise de liquidateurs aux mains de l’adversaire sans qu’il soit possible d’enrayer une telle chute? On a longtemps cru et une telle opinion a été longtemps entretenue par nos propres liquidateurs du PCF – dans leur volonté toujours à l’oeuvre de manipuler notre histoire- qu’il n’y avait pas eu de réaction devant la destruction de l’URSS. C’est faux, il y a eu des révoltes, des morts, y compris Eltsine a fait tirer au canon sur la douma. Ceux qui comme Lavrov, et cet officier voulaient continuer à servir leur pays n’ont pas eu d’autres ressources que de suivre Poutine. Il y a eu des scientifiques qui en revanche ont choisi de suivre le parti communiste de la fédération de Russie et d’affirmer ce faisant leur filiation avec Staline et Lénine. Chacun en choisissant sa référence au passé s’est positionné pour l’avenir et aujourd’hui où est transformée la Constitution parce que se prépare une Russie post-Poutine, les Russes sont plus que jamais préoccupés par le problème de la succession et les craintes de voir resurgir des liquidateurs. En mourant le dernier maréchal de l’URSS a tenu à le dire. Ils ont été trahis par les communistes eux-mêmes, des médiocres, qui s’étaient hissés à la tête d’un Etat. Mais il leur envoie aussi un message d’espoir, il suffit qu’un individu et ceux qui l’entourent veuille réellement le bien de son pays pour qu’il devienne un stratège, c’est parce qu’il est animé d’une telle volonté qu’un chef d’Etat est véritablement un chef d’Etat.

C’est pour cela qu’un dirigeant du parti communiste quel que soit par ailleurs sa bonne volonté, son appartenance de classe, son combat aux côtés de la classe ouvrière et des déshérités, ce qui est essentiel, ne peut pas être seulement cela. Il a besoin de se situer par rapport à l’histoire et par rapport aux questions internationales, c’est là que comme le dit Yazov, i acquiert une dimension de stratège, pour l’amour et la dignité de son pays.

C’est lors d’ une interview avec Komsomolskaya Pravda, a que Yazov a déclaré que Gorbatchev n’était pas de taille à diriger l’État.

«Notre État est très complexe, tant de nationalités, une si grande armée, un si grand territoire. Eh bien, cet Etat n’a pas été confié à une personne apte à le diriger. C’est dommage que le pays ait été brisé. Mais il n’est pas seul responsable. Tous ceux qui étaient proches de lui l’ont aidé », a expliqué le maréchal.

Eltsine Yazov a désigné Eltsine comme un carriériste qui a habilement joué sur les sentiments des gens. Selon lui, le premier président de la Russie a tout fait pour “accéder” au pouvoir et expulser Gorbatchev du Kremlin.

«S’il [Eltsine] avait pensé à la sécurité de l’Union, il aurait agi différemment. Et iln’ a pensé qu’à lui. Et i s’est choisi le gang approprié. IL a détruit le meilleur d’un grand pays. Et là, les Gaidars, Burbulis, Chubais ont bouchés les oreilles de chacun. Eltsine a fait de la Russie un ivrogne. Et son entourage s’est taillé un paradis pour chacun d’entre eux, ils ont peu pensé aux gens », a déclaré l’interlocuteur de l’interview.

Le président actuel, Vladimir Poutine, selon Yazov, “a éloigné la Russie de l’abîme de la décadence” et a rendu l’armée “réelle”.

«Je m’interroge parfois: comment a-t-il appris à diriger un tel pays? En agissant . Lorsqu’une personne a des droits et des opportunités ambitieuses, quand elle pense aux intérêts du pays, défend ses intérêts sur la scène internationale, prend soin de la défense de l’État, une telle personne se transforme pas à pas en stratège », a déclaré le maréchal.

Rappel, le maréchal de l’Union soviétique Dmitri Yazov est décédé mardi à Moscou. Il était le dernier des chefs militaires à recevoir le grade de maréchal de l’Union soviétique. Pour les exploits de la Grande Guerre patriotique, il a reçu l’Ordre de l’étoile rouge.

L’ancien chef du principal département de la coopération militaire internationale du ministère de la Défense, le colonel-général Leonid Ivashov, a déclaré que jusqu’aux derniers jours, Yazov n’avait pas regretté d’avoir participé au Comité d’État sur l’état d’urgence (GKChP). C’est le comité qui avait tenté un coup d’Etat contre la dissolution de l’URSS. Ce coup d’Etat avait été si improvisé, si maladroit que Fidel Castro avait déclaré “On devrait leur envoyer un lieutenant bolivien pour leur apprendre comment on fait un coup d’Etat. La Bolivie étant célèbre en Alémérique latine pour la multiplicité de ses coups d’Etat par des militaires ambitieux, ce qu’elle a hélas récemment confirmé récemment ou des fascistes téléguidés par Washington ont chassé le gouvernement légitime d’Evo Morales.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments