Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les États-Unis considèrent la Chine comme le pays le plus dangereux

La confrontation entre la Chine et les États-Unis s’intensifie de jour en jour, et il est clair que c’est Washington qui bat tambour en vue de la guerre. Avoir pour principale puissance hégémonique mondiale en particulier sur le plan militaire un tel système paranoïaque, dès le départ mais qui avec le temps et une certaine sénilité ne cesse de s’aggraver, crée une situation de plus en plus dramatique et dangereuse. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société)

Selon une déclaration faite par le secrétaire d’État américain Mike Pompeo en novembre, les États-Unis n’avaient jamais eu à faire face à une telle menace de la part d’un pays avec une population aussi grande et une économie aussi importante comme c’est le cas avec la Chine. Il a également déclaré que la Chine posait un défi «multiforme». Le secrétaire d’État américain a souligné que Washington s’était déjà engagé dans des confrontations avec des régimes autoritaires, mais aucun d’entre eux n’avait des économies aussi puissantes aussi étroitement liées à celle des États-Unis ou à une population 5 fois supérieure à celle des États-Unis. Mike Pompeo a également souligné que le Parti communiste chinois se livrait à des activités «profondément incompatibles avec» ce que l’Amérique pensait être le mieux pour le monde.

Et le 30 janvier, lors de son voyage à Londres, le secrétaire d’Etat américain a de nouveau déclaré que  “le Parti communiste chinois était la menace centrale de notre temps”.

Reuters a rapporté que lors d’un échange avec son collègue britannique Dominic Raab, Mike Pompeo a réitéré que le Parti communiste au pouvoir en Chine était “la menace centrale de notre époque”, c’est pourquoi les États-Unis et leurs alliés devaient disposer des ressources militaires et technologiques nécessaires. pour s’assurer que la Chine était gouvernée conformément aux principes occidentaux. Le secrétaire d’État américain a également ajouté que, dans un tel climat, les relations entre alliés au sein de Five Eyes étaient profondes et solides (Five Eyes est une alliance de renseignement comprenant 5 nations anglophones: les États-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande) et que la coopération se poursuivrait dans le but de suivre de près les politiques et les actions de la Chine.

Stephen A. Orlins, président de la Commission nationale des relations américano-chinoises, a déclaré que les relations sino-américaines avaient atteint leur niveau le plus bas en septembre, lors de l’ouverture du Forum international des civilisations de Taihe à Pékin.

Le Council on Foreign Relations, un groupe de réflexion américain influent, a préparé un volumineux rapport intitulé «Mise en œuvre de la grande stratégie envers la Chine: vingt-deux prescriptions de politique américaine». Le document souligne que si les États-Unis «ne doivent pas perdre leur lutte stratégique avec la Chine en Asie et dans le monde, les États-Unis doivent développer, avec leurs alliés et partenaires, une grande stratégie intégrée qui rivalise avec la RPC dans de nombreux domaines intégrés. «La diplomatie, l’économie mondiale, la défense, la technologie numérique / l’intelligence artificielle (IA), la cyber sphère, l’information publique et l’idéologie».

L’une des nombreuses recommandations, formulées par les analystes du Council on Foreign Relations, est que Washington “renforce considérablement sa projection de puissance militaire en Asie” (et peut-être même déplace la structure des forces continentales américaines sur la côte ouest (Pacifique)) en faire en sorte qu’il y ait des activités navales plus fréquentes et redoutables, des déploiements des forces aériennes plus robustes et des formations expéditionnaires plus capables – ainsi qu’une plus grande capacité des partenaires dans la région. Les États-Unis devraient ainsi renforcer leur coopération avec leurs partenaires en Asie, le Japon étant «l’allié le plus important de Washington dans le monde et la pierre angulaire de la stratégie américaine en Asie».

En outre, le rapport recommande que les États-Unis profitent de «la présence d’une puissance démocratique solide» telle que l’Inde dans la région «qui est disposée à et capable d’aider indépendamment à équilibrer l’influence croissante de la Chine en Asie». Pourtant, les auteurs admettent que Washington devrait «abandonner l’idée que l’Inde se joindra à une alliance avec les États-Unis», et au lieu de cela «forger et articuler l’importance de» leur «relation unique qui n’est pas une alliance mais permet un partage d’informations plus étroit et coopération diplomatique et militaire ».

Le document souligne également que depuis que les États membres de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) sont devenus «une cible majeure de la contrainte géoéconomique chinoise, notamment en ce qui concerne les problèmes en mer de Chine méridionale», Washington doit améliorer les capacités de ces pays à contrer une telle pression.

Il convient également de noter que, malgré le fait que les États-Unis (avec leur budget de défense de plusieurs milliards de dollars américains) continueront de dominer dans toutes les sphères militaires pendant de nombreuses années à venir, les stratèges américains considèrent, depuis un certain temps déjà, la Chine comme la principale menace pour leur nation. Au cours de son discours à l’été 2019 à l’Institut Aspen: Aspen Security Forum, Philip S. Davidson, commandant du United States Indo-Pacific Command, a appeléLa Chine “la plus grande menace stratégique à long terme pour les États-Unis”. Selon les analystes militaires, les efforts de la RPC pour renforcer ses forces armées pourraient avoir commencé relativement récemment, soit il y a environ 15 ans. Avant, l’Armée populaire de libération s’était concentrée uniquement sur la sécurité nationale. La qualité et la quantité de ses armes et de son équipement militaire laissaient beaucoup à désirer, et l’armée se livrait à des activités telles que la plantation de forêts, la lutte contre les catastrophes naturelles, la récolte des récoltes, etc. et sa modernisation et sa préparation améliorée au combat. Les dépenses de défense ont augmenté avec l’augmentation du PIB, qui a augmenté de 8 à 9% sur plusieurs années. En outre, les forces armées chinoises ont profité de réalisations, résultant du progrès technologique, dans des domaines tels que l’informatique, la communication,

En raison de la nécessité de renforcer l’opposition aux activités de la Chine, récemment, les responsables de Washington ont commencé à comprendre plus clairement qu’un défi encore plus sérieux pour les États-Unis pourrait se poser si la Russie et la Chine décidaient d’unir leurs efforts et d’essayer de contrer le leadership américain ou même l’éliminer complètement. Les liens, fondés sur la coopération, entre Moscou et Pékin, ont déjà contribué à deux reprises à modifier considérablement l’équilibre des pouvoirs dans la région Asie-Pacifique. Par conséquent, la possibilité d’une troisième phase d’une telle collaboration est très préoccupante pour Washington, car elle pourrait vraiment précipiter une transformation mondiale et conduire à une structure de pouvoir différente dans la région et dans le monde entier.

Pour éviter que cela ne se produise, les troupes américaines ont déjà pris plusieurs mesures concrètes pour «contenir» la Chine. Par exemple, des dirigeants militaires américains de haut niveau ont reconnu «l’utilité» de stationner des missiles à moyenne portée contre la Chine en Asie pour la toute première fois. Et fin décembre, le général Charles Brown, commandant de la composante aérienne du United States Indo-Pacific Command, a déclaré que ce serait «une bonne idée» d’avoir des missiles balistiques tactiques et de théâtre en Asie-Pacifique. De telles déclarations, faites par le personnel du commandement des opérations des forces armées américaines, impliquent que des plans pour faire stationner des missiles balistiques à courte et moyenne portée dans cette région sont déjà en cours d’élaboration . Et il semble que la justification politique d’un tel projet ait été décidée depuis u certain temps, mais pas publiquement.

En outre, selon des rapports récents de Bloomberg, les États-Unis prévoient de créer une force d’opérations spéciales, visant à contrer les menaces posées par la Chine et la Russie, sur les îles à l’est des Philippines et de Taïwan. La société de médias a également ajouté que l’unité militaire aurait la capacité de lancer des missiles à longue portée très précis (qui pourraient frapper des cibles terrestres et maritimes) et de mener des cyber-opérations à partir de là également. Ryan D. McCarthy, le secrétaire américain à l’armée, a déclaré qu’une telle décision contribuerait à neutraliser partiellement les capacités de la Russie et de la RPC dans la région. Cette unité d’opérations spéciales sera créée en partenariat avec le National Reconnaissance Office (NRO), une agence également chargée de la conception et du lancement des satellites de renseignement américains.

L’augmentation des tensions suscitées par les États-Unis rappelle de plus en plus celle de la crise des missiles cubains, et cela pourrait entraîner de graves conséquences indésirables si Washington continue de poursuivre de telles politiques.

Vladimir Odintsov, politologue expert, exclusivement pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook ».

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments