Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Urgence sanitaire en Bolivie, les putschistes n’ont pas de réponse par Nara Romero Rams

Urgence sanitaire en Bolivie: les putschistes sans réponse. Depuis que les putschistes ont chassé les médecins cubains la situation de la population se dégrade, parmi eux les plus pauvres et les malades chroniques sont les plus touchés. Le personnel de santé engagé à la hâte et celui qui travaillait avec les Cubains ne perçoivent qu’un salaire de misère quand ils le perçoivent. C’est le fascisme et le néo-libéralisme d’une oligarchie inféodée aux Etats-Unis qui se dévoile dans ses aspects concret. (note de Danielle Bleitrach)
14 Février 2020

Par Nara Romero Rams

La Havane, 13 février (Prensa Latina) Réduction de personnel, manque d’équipement, d’infrastructures et suspension progressive des services mettent aujourd’hui en état d’urgence le système de santé en Bolivie sans solution immédiate de la part des autorités du gouvernement de facto.

L’hôpital de La Paz a suspendu mardi dernier les consultations, les spécialités de l’urologie, du travail social et de la chirurgie générale ce qui, selon le directeur de ce centre, Omar Rodas, représente une décision regrettable parce que ‘nous n’avons pas reçu de réponses claires et opportunes, notamment pour la reconstitution des ressources humaines’.

Rodas a confirmé qu’au cours de l’exercice précédent, 79 professionnels avaient été recrutés sur des ressources propres, mais que les autorités du Ministère de la Santé nommées par la présidente autoproclamée Jeanine Áñez ont indiqué qu’elles n’en garderaient que 33.

Par ailleurs, la Fédération des syndicats de médecins de santé publique de Santa-Cruz a procédé à un arrêt de travail de 24 heures en raison du non-paiement des salaires et, si la situation ne s’améliore pas, elle a mis en garde contre d’autres mesures.

‘Tous les secteurs ont été payés, sauf le secteur de la santé. C’est l’importance que la municipalité accorde à la santé. Nous avons une convention qui n’est pas respectée, c’est un problème tous les mois, ils nous oublient’, a dénoncé Ruth Aguilera, représentante du secteur.

L’augmentation considérable du nombre de personnes atteintes de dengue limite également les capacités des centres de santé de Santa-Cruz.

Entre-temps, des patients atteints du VIH/sida dans le département de Cochabamba et le Bureau du Défenseur du Peuple ont demandé au Ministère de la Santé de régulariser la fourniture de médicaments antirétroviraux parce que ‘la vie des personnes est menacée’.

D´autre part, les patients atteints d’un cancer et leur famille dans le département de La Paz sont toujours en situation d’urgence en raison de l’absence de médicaments tels que la morphine pour leur traitement, le manque de personnel médical et la fin du contrat avec la clinique privée Talentum, endroit où ils recevaient des soins.

Rosario Calle, représentant des patients, a dénoncé en janvier dernier que trois patients seulement sont pris en charge par chaque médecin et que le nombre de malades augmentera en raison des compressions de personnel dans les hôpitaux et les cliniques.

Le titulaire de la Santé du régime putschiste, Anibal de la Cruz, s’est entretenu quelques jours plus tard avec des membres du secteur avec la promesse de résoudre la crise, mais ces demandes n’ont pas encore été satisfaites.

Pour aggraver encore la crise du système de santé en Bolivie, le gouvernement d’Áñez a paralysé la veille les travaux de l’Institut de médecine nucléaire pour la lutte contre le cancer dans la ville d’El Alto, dans le cadre de la campagne visant à discréditer, et dans certains cas à annuler, des projets promus par l’ancien président Evo Morales.

L’agence d´information russe Sputnik a divulgué l’annonce des autorités de l’Agence bolivienne de l’énergie nucléaire (ABEN), qui pourrait suspendre la construction de cette installation d’une valeur de 351 millions de dollars sous contrat avec le groupe Rosatom du pays eurasien.

Le directeur exécutif de l’ABEN, Juan Alfredo Jordán, a fait valoir que le contrat entre l’ancien gouvernement de Morales et le groupe russe n’aurait pas été approuvé par le Parlement, conformément à la Constitution, et aurait des clauses de confidentialité qui en empêcheraient le contrôle.

Il a ajouté qu’il envisageait également d’ordonner l’arrêt de travaux similaires, dans le sud de la ville de La Paz et à Santa-Cruz, engagés par le premier président indigène de Bolivie avec d´autres sociétés étrangères.

Les centres disposeraient de composants modernes en médecine nucléaire pour le diagnostic et le suivi rapides du cancer et d’autres maladies, ainsi que pour le traitement par chimiothérapie, hormonothérapie et immunothérapie.

Ils proposeraient également une radiothérapie oncologique avec des équipements de pointe tels que des accélérateurs linéaires, des systèmes informatisés de planification du traitement et d’immobilisation pour aider les patients.

Le leader aymara avait lancé ces projets devant le diagnostic annuel d’environ 19 mille nouveaux cas de différents types de cancer, dont 200 enfants.

peo/tgj/otf/nmr
source : http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=883442:urgence-sanitaire-en-bolivie-les-putschistes-sans-reponse&opcion=pl-ver-noticia&catid=19&Itemid=101

Tag(s) : #Bolivie

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments