Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Connaissez-vous Anton Wilhelm Amo : Le philosophe africain des Lumières

Puisqu’aujourd’hui il est question de NKrumah, voici un philosophe dont il parle dans sa dernière oeuvre Le Consciencisme, 1976. Dans cette oeuvre souvent vantée je cite comme “contre les réductionnismes du marxisme”, ce qui est en général de mauvaise augure, Nkrumah cède un peu à la mode “gramscienne”, en fait l’utilisation de Gramsci contre Marx, et surtout Lénine, c’est-à-dire qu’il accorde un poids plus grand que dans la lutte des classes en Afrique à l’idéologie, au superstructures. (note de Danielle Bleitrach dans histoire et societe)

RÉDIGÉ PAR: MUNTUNEWS 27. AOÛT 2020

Anton Wilhelm Amo est le premier africain docteur en philosophie dans toute l’Europe . Il vécut pendant l’époque des lumières. Nous nous proposons de faire un portrait de cette impressionnante personnalité africaine fort peu connue des siens dans son Afrique natal.

Le Golf de Guinée – Gold Coast

En 1753, un bateau négrier hollandais de la Middelburgse Commercie Compagnie s’est amarré à Axim, une ville côtière du Ghana moderne. La société privée a été fondée en 1720 mais les Néerlandais, par le biais de leur West Indies Company, avaient, de temps à autre, depuis 1620, le monopole de la région, que les Européens appelaient Gold Cost ou Guinée.

À cette époque, Axim est un important port et centre de production. L’on y transporte l’or hors du pays; le sel, le riz, des produits agricoles et artisanaux sont également vendus. Mais une autre marchandise passe, elle aussi, les forteresses des Européens. Il s’agit d’esclaves.

Ils sont enchaînés et destinés à être transportés vers le « Nouveau Monde » (Les Amériques). La traite négrière, qui a commencé avec l’arrivée des Portugais, a continué à se développer dans la seconde moitié du XVIIe siècle.

L’ancienne Guinée au 16ème siècle

Le capitaine du navire arrivant à Axim était David Henri Gallandat, un Suisse-Néerlandais chargé de la santé des marchands d’esclaves et des esclaves africains. C’était un homme doté d’une grande dans le domaine qui, 15 ans plus tard, publiera d’ailleurs un guide largement diffusé pour les marchands d’esclaves.

Anton Wilhelm Amo – Gallandat

Bien que dévoué au commerce d’esclaves noirs, il y avait au moins un Africain en Guinée à l’époque que Gallandat respectait et admirait. À sa mort en 1782, sa biographie, écrite par un certain Winkelman, contenait la note suivante :

« Alors qu’il (Gallandat) était sur ce voyage à Axim sur la Gold Coast en Afrique, il est allé rendre visite au célèbre M. Antony William Amo, un Guinée-Africain, docteur en philosophie et maître des arts. C’était un nègre, qui a vécu une trentaine d’années en Europe.

Il avait été à Amsterdam en 1707 et a été présenté au duc Anton Ulric qui l’a donné plus tard à son fils August Wilhelm. Ce dernier lui a permis d’étudier à Halle et dans le Wittemberg. En 1727, il fut promu docteur en philosophie et maître en arts libres. Quelque temps après, son maître mourut. Cela l’a rendu si déprimé que cela l’a incité à retourner dans sa patrie.

Ici, il vécut comme un ermite et acquit la réputation d’un devin. Il parlait différentes langues dont l’hébreu, le grec, le latin, le français et le haut et bas allemand. Il était doué en astrologie et en astronomie et était généralement un grand sage.

Il avait alors environ cinquante ans. Son père et une sœur étaient toujours en vie et résidaient dans un endroit à quatre jours de voyage à l’intérieur des terres. Il avait un frère qui était esclave dans la colonie du Suriname. Plus tard, il quitta Axim et alla vivre dans le fort de la Compagnie des Antilles de Saint-Sébastien à Chama. »

Le départ de Anton Wilhelm Amo (4ans) pour l’Allemagne

C’est relativement certain qu’Anton Wilhelm Amo est né à ou près d’Axim en 1703; la raison de son départ de son pays natal est moins certaine. Certains prétendent qu’il a été capturé ou vendu comme esclave, mais il est plus probable, comme l’écrit William Abraham (Philosophe Ghanéen), qu’il a été envoyé en Europe pour être formé comme prédicateur de l’Église réformée hollandaise.

Le fait qu’il ait pu conserver son nom ghanéen, Amo, indique le caractère non violent de la séparation. Quoi qu’il en soit, nous savons d’après les archives judiciaires qu’Amo a été présenté au duc Anton Ulrich de Brunswick-Wolfenbuttel en 1707, alors qu’il avait 4 ans. Apparemment, aucun tuteur n’a pu être trouvé pour lui aux Pays-Bas, et l’on décida a de l’envoyer en Allemagne (Heiliges Römisches Reich deutscher Nationen), en Basse-Saxe.

Anton Wilhelm Amo reçoit le baptême

« Ce vingt-neuvième jour de juillet a été baptisé un petit Maure dans la chapelle du château de Saltzthal, et il a été baptisé Anton Wilhelm. Ses parrains sont tous de très nobles Seigneuries. » Registre de Baptême de la chapelle Saltzthal dans le « Staatsarchiv » à Wolfenbuttel

Le duc Anton – Un partisant de l’absolutisme éclairé

Le duc Anton était également un partisan de l’absolutisme éclairé, la forme de gouvernement que Frédéric le Grand (souverain de la Prusse à partir de 1740) défendrait plus tard dans le célèbre essai homonyme. Le Siècle des Lumières, fierté de la tradition occidentale, identifiait la raison comme la principale source d’autorité et de légitimité et popularisait les idées de liberté, de progrès, de tolérance et de fraternité.

Le Duc Anton Ulrich de Braunschweig

Même les Européens les plus éclairés (y compris Kant et Hume) n’ont pas compris que ces idées s’appliquaient également aux Africains, mais ils ont quand même permis, dans la première moitié du siècle, un environnement où Amo et quelques autres protégés africains pourraient étudier. sur un pied d’égalité avec leurs pairs européens.

Éducation – Parcours universitaire

Le patronage accordé à Amo par le duc a continué, après sa mort, avec son fils et successeur August Wilhelm. Il a probablement envoyé dans un lycée à Wolfenbuttel en 1717, où il a reçu une éducation classique complète, et plus tard à l’Université de Helmstedt, que feu le duc Anton avait fréquentée.

Anton Wilhelm Amo s’est inscrit plus tard à l’Université de Halle, où il suivra des cours de maîtrise en droit, probablement après le baccalauréat à Helmstedt. À ce moment-là, le tribunal Wolfenbutten avait également cessé de financer ses études, et Amo a demandé et obtenu d’être immatriculé gratuitement à Halle.

Le centre n’avait été fondé qu’en 1694 et attirait de nombreux pratiquants de liberté intellectuelle et de foi humaniste. Si à Helmstedt Amo a trouvé un environnement hostile et clérical en profond désaccord avec les idées libérales, Halle s’est avéré un endroit plus propice.

« En mémoire du philosophe des Lumières Anton Wilhelm Amo d’Axim au Ghana, chargé de cours en 1739 à l’université de Jena, habitait ici dans la ruelle Jenergasse »

Amo quitta Halle en 1729 dès qu’il eut terminé sa thèse, mais avant de pouvoir obtenir son diplôme, lorsqu’une vague de cléricalisme prit le contrôle de l’Université de Halle. Il a rejoint l’Université de Wittenberg en septembre de l’année suivante. Ici, Amo a finalement obtenu le diplôme de maîtrise en philosophie et arts libéraux (qui dans quelques années serait connu sous le nom de docteur en philosophie) sur la base de ses examens à Halle.

La cause des Africains en Europe

Il est remarquable comment Amo a essayé de convaincre ses examinateurs de l’injustice des conditions des Africains en Europe non pas sur les bases de la morale, de la piété ou de la religion, mais en montrant comment les Européens, en ne reconnaissant pas l’inviolabilité des individus africains, où Le droit romain, dont l’Europe médiévale, de la Renaissance et des Lumières se targue de descendre.

En d’autres termes, Amo a cherché à montrer non pas que les Africains étaient adéquats en tant qu’êtres humains, mais que les Européens étaient inadéquats, du moins en tant que citoyens respectueux des lois. Aucune copie de cette thèse n’a été trouvée à ce jour, mais elle a été mentionnée dans l’Histoire universelle de Gottfried Ludewig en 1744.

Le philosophe mécaniste – L’anti-Cartésien

À Wittenberg, Amo a appris la médecine, la physiologie et la psychologie. Son professeur, et examinateur de sa deuxième thèse connue en avril 1734, était Martin Gotthelf Loesher, un ami de Ludewig, qui l’avait examiné à Halle.

Amo a donné des conférences, examiné des étudiants et obtenu deux autres masters. Des copies du mémoire qui lui a valu le diplôme de Magister sont disponibles aujourd’hui dans les bibliothèques de diverses universités en Allemagne et au Ghana.

René Descartes – Philosophe

Le mémoire s’intitule : «De humanae mentis Apatheia seu sensionis ac facultatis sentiendi in mente humana absentia et ear um in corpore nostro organico ас vivo praesentia» («De l’apathie de l’esprit humain, à savoir l’absence de sensation et la faculté de sens dans le l’esprit humain et leur présence dans notre corps organique et vivant »).

Dans la thèse, qui le confirmait en tant que mécaniste, Amo critiquait le dualisme esprit-corps de René Descartes (philosophe français, décédé 50 ans à peine avant l’arrivée de Amo en Europe). Il a admis qu’il était possible de parler d’esprit et de corps, mais soutient que c’est le corps qui ressent, tandis que l’esprit est apathique.

De nouveau à Halle

Entre 1734 et 1736, Amo retourna à Halle, où les libres penseurs se retrouvaient à nouveau. A Halle, Amo a donné des conférences sur Leibniz, sur Christian Wolff et plus généralement sur la philosophie et le droit.

Il a également écrit un livre, publié en 1738 sous le titre «De Arte Sobrie et Accurate Philosophandi» («De l’art de la philosophie sobre et exacte»), disponible aujourd’hui en Allemagne, en Russie et au Ghana. La nature mécaniste du texte a mis en colère les employés du bureau de Halle et l’a peut-être poussé à quitter le centre une fois de plus, cette fois en faveur de Jena.

Malgré sa brillance en tant que chercheur, la situation financière d’Amo s’aggravait. Il a été contraint non seulement de le mentionner dans un appel adressé à la Faculté de philosophie demandant l’autorisation de donner des conférences publiques en tant que professeur d’université, une source de revenus importante, mais aussi de demander le report du paiement des frais que ces nominations entraînaient.

Retour en Afrique

Anton Amo retournera au Ghana entre 1743 et 1753, lorsque Gallandat le rencontra. Les raisons de sa décision de retourner en Afrique ne sont pas connues, mais on peut supposer que sa situation financière était désastreuse.

Son identité lui aurait également rendu difficile de voyager au loin pour chercher un emploi; en fait, il n’y a aucune trace de lui ayant jamais quitté la Basse-Saxe. La seconde moitié du siècle a également vu une intensification de la guerre en Europe, dans un crescendo qui conduira aux soulèvements révolutionnaires et à la montée du nationalisme au XIXe siècle.

Il est probable qu’Amo ait senti les murs de son monde se refermer sur lui, à la fois socialement et économiquement, et qu’il ait décidé de retourner dans sa patrie.

Il n’existe aucune information sur la vie d’Amo de retour en Afrique, au-delà de ce qui est contenu dans la biographie de Gallandat. Winkelman mentionne qu’il avait acquis la réputation d’un devin et d’un grand sage. Selon lui, et il n’y a aucune raison de le contester, Amo aurait rejoint son père et sa sœur, qui vivaient à quatre jours d’Axim.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments